Première partie Les Frères de la justice I








télécharger 0.58 Mb.
titrePremière partie Les Frères de la justice I
page1/19
date de publication20.03.2018
taille0.58 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19



Delly

Le roi des Andes



BeQ

Delly

Le roi des Andes
roman


La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Classiques du 20e siècle

Volume 314 : version 1.0

Des mêmes auteurs, à la Bibliothèque :

Entre deux âmes

Gilles de Cesbres

Esclave... ou reine ?

L’étincelle

L’exilée

Le rubis de l’émir

La biche au bois

Aélys aux cheveux d’or

L’orgueil dompté

La maison des Rossignols

Le sphinx d’émeraude

Bérengère, fille de roi

Le roi de Kidji

Elfrida Norsten

Le roi des Andes
Édition de référence :

Librairie Jules Tallandier, 1961.

Première partie



Les Frères de la justice



I


– Pourquoi vous pressez-vous tant, chère sœur Jeanne ? Vous voilà tout essoufflée, vous n’en pourrez plus en arrivant.

– Mère Supérieure m’a bien recommandé de rentrer avant la nuit, mademoiselle Inès. Et voyez, le jour baisse déjà. Mais j’avais beaucoup de courses aujourd’hui, nous nous sommes trouvées retardées.

– Mère Supérieure ne grondera pas, puisque ce n’est pas notre faute, sœur Jeanne. Et il fait si bon ce soir !

En prononçant ces derniers mots, Inès ouvrait toutes grandes ses narines délicates pour mieux aspirer l’air vif et sec de cette fin d’après-midi de février.

Elles se trouvaient dans un des plus paisibles quartiers de Paris. La rue qu’elles venaient de prendre ressemblait à celle d’une calme ville de province, avec ses grandes vieilles maisons d’apparence bourgeoise et la tranquillité absolue qui régnait, rompue seulement de temps à autre par le passage d’une voiture et de rares piétons.

En ce moment, la religieuse et sa jeune compagne s’y trouvaient seules et, bien qu’il fit encore très jour, ce n’était pas pour plaire à sœur Jeanne, dont l’esprit naturellement pusillanime était en outre hanté par la terreur des mauvais garçons, car l’écho de leurs exploits franchissait parfois les murs du couvent.

Mais Inès n’y songeait pas, elle. Tout simplement, elle jouissait du plaisir de cette promenade avec la bonne tourière, de cette petite dérivation à l’existence très paisible du couvent où parfois, malgré sa tendre affection pour les bonnes mères, elle sentait des bouffées de tristesse s’élever en elle, un peu de nostalgie la serrer au cœur.

Car elle avait été accoutumée au grand air et à la liberté de la campagne, la petite Inès. Orpheline de très bonne heure, elle avait été élevée, avec un frère plus jeune, par son grand-père maternel, un homme sérieux et bon, qui l’avait beaucoup aimée et lui avait inculqué de solides principes religieux, en même temps qu’il lui apprenait à cultiver une intelligence très vive, très ouverte. Ils vivaient à la campagne, en Normandie, dans une grande maison aux allures de ferme. M. des Nardières s’occupait de faire valoir ses terres, et il avait commencé à initier sa petite-fille à la science d’une bonne fermière. Mais, deux ans auparavant, il était mort subitement, au retour d’un voyage en Bretagne. Inès avait cru qu’elle ne pourrait survivre à cet aïeul tant aimé ! Seule la pensée qu’elle devait être maintenant l’exemple et le conseil de son frère avait pu avoir raison, au bout de quelques jours, de son douloureux abattement.

Les épreuves commençaient pour les pauvres enfants si heureux jusque-là. Un cousin éloigné de leur père demanda et obtint leur tutelle. Cet homme, jusqu’alors un inconnu pour eux et qui inspira dès le premier abord à Inès un instinctif sentiment d’antipathie, mit dans une pension de Paris le jeune Jacques et fit entrer au couvent, pour finir son éducation, Inès qui allait avoir seize ans. C’était la première fois que le frère et la sœur se trouvaient séparés ainsi et, comme ils s’aimaient tendrement, la souffrance fut profonde, si profonde qu’elle ne s’était pas atténuée et que leurs rares jours de réunion étaient pour eux une joie sans pareille, bien courte, hélas !

Au couvent, maîtresses et élèves chérissaient Inès, délicatement bonne et prévenante, très simple, très modeste et douée du plus charmant caractère. Sa beauté, qui s’augmentait à mesure qu’elle devenait jeune fille, n’était pas non plus étrangère au charme qu’elle exerçait. Inès avait un délicieux visage au teint délicatement rosé qu’encadraient de souples et superbes cheveux d’un châtain doré, et ses grands yeux noirs, qu’elle tenait d’une aïeule espagnole, étaient les plus beaux qui se pussent voir.

Mais elle ne tirait pas vanité de ces dons physiques, dont sa nature sérieuse comprenait la fragilité, et qui étaient d’ailleurs, dans sa position d’orpheline, une cause de sérieux ennuis et une véritable entrave. Ainsi, sœur Jeanne avait dû renoncer à l’emmener lorsque ses courses la conduisaient dans un quartier un peu animé, parce qu’on se retournait sans cesse sur son passage, ce qui les gênait fort l’une et l’autre.

Aussi Inès aimait-elle ce quartier et s’y serait-elle volontiers attardée si elle n’eût craint de mécontenter la bonne Mère Supérieure.

Elles arrivaient au tournant de la rue. Sur la chaussée, près du trottoir, un petit garçon accroupi ramassait livres et cahiers échappés d’un vieux cartable... Et au même instant, sans qu’il l’eût entendu, sans doute, débouchait de la rue transversale une automobile lancée à grande vitesse...

Inès vit cela d’un coup d’œil. En une seconde, elle était sur l’enfant et le saisissait au moment précis où l’automobile, tournant l’angle de la rue, allait passer sur lui.

Emportée par son mouvement, elle chancela et tomba en arrière en tenant l’enfant pressé contre elle.

L’automobile s’était arrêtée. La portière fut vivement ouverte ; un jeune homme, enveloppé d’une superbe pelisse, sauta à terre et s’élança vers Inès, près de qui arrivait aussi sœur Jeanne toute tremblante.

– Vous n’avez été touchés ni l’un ni l’autre ? interrogea l’étranger d’une voix anxieuse en se penchant vers la jeune fille et l’enfant.

– Mademoiselle Inès !... oh ! ma chère enfant, êtes-vous blessée ? s’écriait à son tour sœur Jeanne.

Inès sourit pour la rassurer.

– Non, chère sœur, je n’ai rien, absolument rien !... Et le petit non plus... N’est-ce pas, mignon ?

D’un geste prompt, l’étranger enleva l’enfant qui semblait complètement ahuri, le mit sur pieds, puis, s’inclinant vers Inès, il demanda respectueusement :

– Voulez-vous accepter mon aide pour vous relever, mademoiselle ?

Très simplement, elle posa ses mains dans celles qu’il lui offrait et se mit debout. Mais la réaction se produisant soudain, elle devint toute pâle et se mit à trembler.

– Il lui faudrait un réconfortant. Ma sœur, voulez-vous me permettre de vous conduire chez moi, tout près d’ici, où Mademoiselle pourra se remettre après cette secousse ?

Sœur Jeanne leva des yeux effarés sur son interlocuteur. Elle vit un beau visage ambré comme celui d’un Espagnol, à l’élégante moustache brune ; elle rencontra des yeux d’un bleu foncé, empreints d’une si extraordinaire puissance de domination qu’elle balbutia toute troublée, l’esprit en déroute :

– Si... si vous voulez, monsieur.

Mais Inès, reprenant possession d’elle-même, protesta :

– Non, non, c’est inutile ! Ce ne sera rien du tout, je vais être remise en un instant.

– Comme il vous plaira, mademoiselle. Mais, en tout cas, ma voiture va vous reconduire à votre domicile... Oh ! pour cela, je n’accepte pas de refus, ajouta-t-il d’un ton à la fois aimable et impératif. Dans ce qui s’est passé, il y a de la faute de mon chauffeur, je dois donc la réparer autant que possible.

Inès, comprenant qu’elle ne pouvait refuser davantage et sentant bien d’ailleurs que ses jambes un peu fléchissantes n’auraient pu la porter loin, prit le bras qu’il lui offrait pour s’avancer jusqu’à la voiture. Il l’aida à y monter, ainsi que sœur Jeanne, répéta au chauffeur l’adresse que lui donnait la tourière. Puis il s’inclina en disant :

– Veuillez recevoir encore tous mes regrets, mademoiselle, et aussi me permettre de vous dire combien j’admire votre mouvement courageux qui a sauvé la vie à cet enfant.

Elle rougit en murmurant :

– Oh ! vraiment, monsieur, je ne le mérite pas, car ce mouvement a été si instinctif !

– Ce qui prouve que vous êtes une âme naturellement courageuse et charitable, riposta l’étranger.

Il salua de nouveau et, sur un bref « Allez, Jim ! » jeté au chauffeur, l’automobile s’éloigna.

– Seigneur ! quelle aventure ! s’exclama sœur Jeanne en levant les mains au ciel.

Inès ne répondit pas. Elle se sentait tout à coup très lasse et se pelotonnait sur les coussins soyeux d’où s’exhalait un délicat parfum d’essence exotique. Une vague somnolence s’empara d’elle et, comme à travers une brume, elle revit l’élégante silhouette de l’étranger, ses yeux superbes et fiers, elle crut entendre encore sa voix chaude, à l’intonation étrangement charmeuse et enveloppante, quoique très impérieuse.

Le jeune homme, lui, aussitôt le départ de l’automobile, avait mis dans la main du gamin abasourdi une pièce d’or en lui disant :

– Tâche une autre fois de jouer ailleurs que sur la chaussée, petit imbécile !

Puis il s’était éloigné d’un pas vif et souple. En un quart d’heure, on atteignit un vieux hôtel très aristocratique apparence. Sans qu’il eût sonné, la porte s’ouvrit. Il entra sous la voûte et demanda au domestique en livrée noire qui se tenait là :

– Joaquino n’est pas encore arrivé ?

– Non, monsieur le comte.

L’étranger entra dans un vestibule orné de vieilles et superbes tapisseries, puis, de là, dans un salon meublé avec un luxe très artistique, avec le goût le plus sûr.

Une portière se souleva ; un homme parut et s’avança, semblant glisser sur le tapis épais qui couvrait le parquet. C’était un être entre deux âges, petit, au teint olivâtre, aux yeux noirs très vifs, et qui était vêtu d’un riche costume péruvien.

– Une lettre de là-bas, señor, dit-il en présentant au comte un plateau de vermeil.

Il avait parlé en espagnol. Le jeune homme répliqua dans la même langue :

– Bon, tout continue à bien marcher, j’en suis certain. Joaquino tarde beaucoup pour ces renseignements, il me semble ?

– Il faut agir avec précaution pour ne pas donner l’éveil, señor.

– Je sais, du reste, que ton frère fera pour le mieux. Tiens, débarrasse-moi de cela, Diégo.

Il enlevait sa pelisse et la tendait au Péruvien qui la prit et l’emporta. Puis il s’étendit à demi sur un fauteuil et, croisant les jambes, se mit en devoir d’allumer une cigarette choisie dans une petite boite d’or ciselé posée près de lui sur une table.

Presque aussitôt, la portière se souleva de nouveau, la voix de Diégo annonça :

– Joaquino est là, señor.

– Qu’il entre.

L’homme qui apparut semblait une vivante copie de Diégo. Mais il portait un très simple costume européen fort râpé.

– Approche, Joaquino ! dit le jeune homme voyant qu’il demeurait près de la porte, respectueusement incliné.

L’homme obéit. Se courbant profondément, il posa ses lèvres sur la main que lui tendait le jeune comte avec l’aisance d’un homme habitué à recevoir ce genre d’hommage.

– Eh bien ! as-tu du nouveau ?

– Je suis à peu près au courant de leurs projets, señor.

– Très bien ! Assieds-toi là et fais ton rapport.

Joaquino se glissa modestement sur un petit tabouret et commença :

– Tout d’abord, señor, nous avons acquis la certitude que ce Blangard prépare une expédition là-bas.

– Oh ! cette certitude, je l’avais ! Du moment où le document volé était tombé entre les mains d’un homme de son espèce, il était inévitable qu’il cherchât à découvrir ce trésor fabuleux... Il est toujours à sec, M. de Blangard, malgré sa grosse indemnité parlementaire ! ajouta le jeune homme avec un rire ironique.

– Cette expédition est mise officiellement sous le couvert d’une mission scientifique destinée à étudier les richesses minéralogiques de la Cordillère des Andes et à chercher les moyens d’exploiter la mine de Santa-Rosa.

– Mission subventionnée par le gouvernement français. L’estimable député pense qu’il n’y a pas de petits profits... Après ?

– Elle partira d’ici vers la mi-avril. Blangard, ou plutôt son fils, qui vaut encore moins que lui, racole en ce moment quelques gens sans scrupule pour former une petite escorte, parce qu’ils ont entendu dire que la montagne, au point où ils se rendent, est à la discrétion de la troupe du célèbre roi des Andes, le grand Condor, le seigneur de la montagne...

– Etc., etc., interrompit le comte avec un sourire amusé qui atténua une seconde l’expression un peu dure de sa physionomie. Ah ! ils auront une escorte, ces braves gens ! Une escorte de canailles digne d’eux... Ensuite ?

– Ensuite, señor, ils ont décidé d’y aller tous...

– Comment, tous ?

– Oui, le père, le fils, la fille... et, de plus, ils emmènent leurs pupilles, les héritiers de don Alfonso.

– Il doit y avoir quelque vilain dessein là-dessous, dit négligemment le jeune homme en se penchant pour secouer la cendre de sa cigarette. Mais qu’ils s’arrangent ensemble, cela les regarde... C’est tout ?

– C’est tout pour le moment, señor. Mais nous les surveillons de près.

– C’est bon, tu peux te retirer maintenant, Joaquino, et te reposer.

– Mon repos est de servir notre bien-aimé cabecilla1, murmura l’homme en couvrant le comte d’un regard de tendresse.

Le jeune homme sourit.

– Je le sais, Joaquino. Toi et ton frère êtes mes plus fidèles, pour lesquels je n’ai pas de secrets... va maintenant, mi amigo, et dis à Diégo de préparer ma tenue du soir, car je dîne en ville aujourd’hui encore... On se dispute ce beau comte de la Roche-Gléon ! ajouta le jeune homme avec un sourire de raillerie amusée.

Quand Joaquino eut disparu, le comte demeura un long moment songeur, tirant de lentes bouffées de sa cigarette. D’un geste machinal, sa main fine frappait sur la petite table d’ébène posée près de lui.

– Elle est vraiment délicieuse ! murmura-t-il tout à coup.

Mais aussitôt, il leva les épaules avec impatience.

– Sottise ! J’ai autre chose à faire que de rêver à des beaux yeux... La lutte va commencer. Tant mieux ! L’existence devenait monotone, mes braves ont besoin de s’amuser un peu... Voyons ce que me dit cet excellent Pelitto.

Et, décachetant la lettre apportée tout à l’heure par Joaquino, il la parcourut rapidement des yeux.

– Bon, rien de nouveau, calme plat... La nouvelle que je leur apporterai va les combler de joie, les braves garçons ! Et, pour moi, ce sera un plaisir des dieux de donner une verte leçon à ce gros repu de Blangard qui se pare de l’étiquette de socialiste et qui, si je lui laissais la permission d’arriver jusqu’au trésor, se garderait bien, le bon apôtre, d’en donner leur part à ses frères les prolétaires.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie Les Ravageurs

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie Les deux poètes

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie Les héritiers alarmés

Première partie Les Frères de la justice I iconÇa bouge en France : Rhône-Alpes
«C’est à que les frères ont inventé le le qu’on peut voir dans le musée, est l’appareil grâce auquel on a tourné le premier film...

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie Le feu du Valpinson Du reste, voici les faits : 1

Première partie Les Frères de la justice I iconActivité Regardez la première partie du reportage. Cochez les mots entendus

Première partie Les Frères de la justice I iconTout sur l'egypte ancienne première partie : les époques de formation

Première partie Les Frères de la justice I iconSodome et Gomorrhe Première partie Première apparition des hommes-femmes,...

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie Les premiers pas 1 Au fond du Connaught
«première fleur des mers», mais ces fleurs se fanent vite au souffle des rafales. Pauvre Irlande ! Son nom serait plutôt l’«Île de...

Première partie Les Frères de la justice I iconPremière partie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com