Petit atlas de science moderne








télécharger 0.91 Mb.
titrePetit atlas de science moderne
page45/49
date de publication21.03.2018
taille0.91 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   41   42   43   44   45   46   47   48   49

L’équation d’imaginaire de Schrödinger partiellement généralisée avec l’énergie de Hamilton


On considère un opérateur résultant du calcul énergétique qui est la densité de répartition ou probabilité de présence. On l’appelle φ(x, t). Elle doit satisfaire à une série de postulats mathématiques que le lecteur pourra consulter dans de la littérature spécialisée. Définissons maintenant l’énergie du système auquel doit satisfaire l’opérateur hamiltonien qui représente l’énergie. Ensuite, on force les conditions aux limites, puis on résout ce système par des valeurs propres des fonctions qui correspond à l’imaginaire énergétique et l’on trouve la solution qui est la densité de probabilité qui, elle réelle, rejoint la réalité du mieux possible. L’équation de Schrödinger s’écrit i h* δ φ = H φ et peut se résoudre par E u = H u

δ t

avec E valeur propre et h* quelconque (voir limitations et définition dans littérature spécialisée).

Le premier exemple consiste dans la chute dans un lac peu commun aux physiciens théoriques de l’atome où j’ai compris un peu.

On a l’énergie g h = Cste et l’énergie de Hamilton :

h* d2φ +(E – g h φ) = 0

2m dt2

Le modèle du lac est le suivant :


Avec la C.I. φ(0) = 1 m

φ(+infini) = 1 m

On trouve E=0 d2 = 0

dt2 C.I. = Solution
E>g 1 m alors ki = √ ( (E-g) 2 m

h*

φ = A1 cos √( (E-g) 2 m t) + A2 sin √( (E-g) 2 m t)

h* h*


Avec la C.I. φ(-infini) = 1 m

φ(+infini) = 1 m

On trouve h* d2φ +(E – g h φ) = 0

2m dt2

et on déduit pour x>= 0 φ = A1 cos √( (E-g) 2 m t) + A2 sin √( (E-g) 2 m t)

avec préférentiellement E=0 h* h*

pour x<=0 A1 e- √( (E-g) 2 m t)

h*

Le second exemple en la rotation en couple d’une molécule d’eau ou d’une toupie. Le modèle est le suivant :


On a le couple = 0 et le moment d’inertie par Hamilton

h* d2φ + E = 0

2I dt2

Pour –a < x < a : φ = A1 cos √(E 2 I) t

h*

En faisant le calcul pour l’eau de base, on obtient En = I ω2 /2 = 1.5 10-21 J/molécule

En intégrant ce paramètre dans un programme informatique de météorologie et/ou

Climatologie, on devrait obtenir un véritable calcul de la météorologie.
    1. La rouille et ses forces mystères




Considérons des molécules de Fe dans de l’H2O. On remarque qu’il y a une lente oxydation du Fe par les ions [H+] de l’eau. Essayons de regarder cela dans le temps et remarquons par là que la force chimique de [H+] est supérieure à la contrainte de traction du Fe : σ = 30kgf/mm2

En chimie, on 2 Fe + 3/2 O2 -> 2 Fe3+ 3 O. = Fe2O3

Lorsque l’on place un acide important (acide sulfurique,…) on remarque que l’oxydation est plus rapide. Il s’agit là sans doute de la preuve que c’est avec les ions [H+] comme catalyseur que l’oxydation que se passe

    1. Nœuds d’Anne-Lise et d’Eddy : la cohérence interne de la chimie par l’électricité et sa force

  1. Pour toutes les matières, 3 niveaux d’équations


La première cohérence a été trouvée par Lavoisier et concerne la conservation de la masse pour toutes les matières. C’est une loi de base pour la chimie classique (y compris les réactions chimiques) qui modélise tout.

La nouvelle seconde cohérence est celle d’Anne-Lise et d’Eddy et conserve l’équilibre interne par les équations de la force (principalement électrique et d’inertie, et accessoirement par le magnétisme et l’attraction de Newton) qui s’applique en interne aux atomes et molécules et qui permet de manière nouvelle d’ajouter au tableau de Mendeleïev pour chaque matière solide le coefficient σ de résistance des matériaux.

La troisième cohérence est celle du siècle dernier et concerne les équations de l’énergie que connaissent bien les universités jusqu’aux lois de Schrödinger qui applique l’énergie de Hamilton.
  1. Essai d’approche d’équilibre aux atomes et noyaux par la force


L’équation de base en mécanique est la force avec F/m = a
On a pour un électron (covalence) :

F/m = q V / m l = ae = v2/l (rotation des électrons)

Avec q=10-19cb, V = 1 V, m = 10-31kg, l = 10-10m et l’on en déduit v~106m/s
On a pour un proton (ionique) d’un noyau groupé :

F/m = n q V /n m l = ap = v2/2 (vibration des atomes et molécules)

Avec q=10-19cb, Vmax électronégativité = 10 V, m = 10-27kg, l = 10-10m et l’on en

déduit v~410 9m/s

En examinant la tension et sa définition on retrouve la tension maximale d’électronégativité de 10 V par V = k Q/R = 9 109 1.6 10-19 /10-10 ~=10V
En allant plus loin et en faisant de la covalence relative entre les atomes et molécules vers l’extérieur et les électrons vers l’intérieur, on arrive à retrouver le facteur relatif d’importance entre le coefficient σ de résistance et les forces élémentaires de l’électricité qui vaut environ 100000 ou 105
Fint/mint = qe/qext Ve/Vmax électronégativité = qe/nqproton Ve/Vmax électronégativité = 10-16/10-16 1/10 = 105

Fext/ mext me/mext le/lext me/n mproton le/lproton 10-27/10-31 10-10/10-10
On a ainsi le coefficient de résistance des solides σ vaut environ 105 fois moins que les forces électriques internes. Il s’agit là de covalence relative qui montre que tout notre bel univers tient en lui-même macroscopiquement par les électrons et leur covalence relative.
Le facteur 105 pourrait valoir la racine carrée de 9 109 (coefficient toujours constant de l’électrostatique). Il me semble que l’on peut l’appliquer à la chimie et l’électricité et remarquer qu’il est impossible d’exactement en science d’arriver à 10 V /105 soit 0.1 mV sans observer un bruit solide ou métallique supérieur à cette valeur de laboratoire qui pourrait alors devenir mythique.
  1. Les 3 planchers de Kit en se dirigeant vers le petit


Partant du réel ou grand, on remarque un plancher de mécanique qui englobe tout. Après cela, on arrive au plancher des atomes par la chimie et le tableau de Mendeleïev. Et pour clore cette étude étagée, on arrive aux éléments physiques de base que sont le proton, le neutron et l’électron qui fabriquent le dernier plancher que gouverne l’électricité interne.

1   ...   41   42   43   44   45   46   47   48   49

similaire:

Petit atlas de science moderne iconPetit atlas de science moderne

Petit atlas de science moderne iconPetit atlas de science moderne

Petit atlas de science moderne iconEt construction de l'unité européenne
«Si la science n'a pas de patrie, l'homme de science en a une» témoigne du poids de l'environnement socio-politique sur les comportements...

Petit atlas de science moderne iconChapitre 1: generalites sur le concept informatique
«informatique» et «ordinatique» qui désigne science de l’ordinateur, et le mot fut choisi par l'Académie française en 1967 pour désigner...

Petit atlas de science moderne iconAtlas cycles Atlas cycles

Petit atlas de science moderne iconCartes géographiques atlas

Petit atlas de science moderne iconDistribution domestique petit agricole petit tertiaire

Petit atlas de science moderne iconInstruction. Et si l’
«lot quotidien»; on se situe alors dans une période dite post-moderne / hyper-moderne. IL y a omniprésence de la modernité dans la...

Petit atlas de science moderne iconHistoire du cirque «moderne» au cirque «contemporain»
...

Petit atlas de science moderne icon1907-2007, hommage à Eugène Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction
«Façonner la cité et construire l’avenir de l’Homme», Dominique Claudius-Petit 10








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com