Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour








télécharger 231.34 Kb.
titreLe rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour
page1/5
date de publication29.04.2018
taille231.34 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > loi > Rapport
  1   2   3   4   5


Raymond Delavigne Texte n° 15
Le presbytère de Villevêque, bâtiments et terres et l’ancienne seigneurie de la Cure.

Ce document comporte quatre parties:

- le presbytère

  • les inscriptions gravées du jardinier Pierre Seurau au presbytère

  • le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour

  • la seigneurie de la Cure


-1 - Le presbytère
Une étude réalisée en 2003 et commandée en 2002 par la municipalité, est venue apporter de très intéressants compléments, principalement sur l'architecture du bâtiment et sa datation ainsi que les références à plusieurs dossiers conservés aux Archives départementales1

Signalons cependant que si la référence aux inscriptions que j'avais étudiées, a bien été faite, aucune recommandation pour leur protection lors des travaux futurs, n'a été énoncée. De même la présence de sarcophages d'époque mérovingienne, dans la cour ou engagés sous les murs, n'a pas été prise en compte, malgré des articles de presse relatant leur découverte et cités depuis sur Internet.
Protection au titre des Monuments Historiques
Le presbytère a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, en même temps que l’église, par arrêté du 11 février 1992, à la suite d’une étude dont on trouvera les références ci-dessous. A. Sarazin dans son Suppl. au Dict. De C. Port écrit : 2 novembre 1972. Cette protection n’est pas à confondre avec le classement au titre des monuments Historiques qui est une protection beaucoup plus forte et plus contraignante, en contre-partie d’une possibilité de financement de l’Etat, ce qui n’est pas le cas de l’inscription.. Les parties protégées portent dans les deux cas sur l’élévation et les toitures. Elles concernent des éléments des 16e et 18e siècles. Le dossier de recensement au titre des immeubles monuments historiques a pour référence PA 000109412 et la requête 49377, n° de code INSEE de la commune. Cette protection entraîne la consultation et l’accord de l’architecte départemental des bâtiments de France avant tous travaux.

Données historiques recueillies, par ordre chronologique


1585, le 23 novembre
XXIII novembre 1585 23 9bre 1685
René Louet, conseiller du Roy lieutenant particulier au siège présidial d’Angers au premier sergent royal sur ce requis Salut, exposé nous a esté de la partye de Remberd pbe [prêtre] en dieu Messire Guillaume Ruzé Evesque de ce diocèse et M[essir]e Françoys le Boucher fermier général dudict évesché que le temporel fruits et revenuz de la cure de Villevesque est tenu à foy et hommaige simple de la Chastelénye dudict Villevesque dépendant dudict evesché,

Qu’en la dicte cure y a heu muta[ti]on de recteurs et curés Troys moys tout et plus ou environ d’ung appelé M(essi]re Lamothe ? Roy de laquelle il jouist paisiblement et combien qu’il tient ladicte cure et temporel d’icelle à la dicte foy et hommaige dudict exposant à cause de son chasteau de Villevesque toutes foys auroit esté le[dict] pourvu de ladicte cure négligent de fournir à ladicte foy et hommaige v? le[dict] Remberd évesque son seigneur et n’auroit … ?

par offre ou autrement conn.. ? le fief et à  ces causes et pour le[dict] defaust iceulx l[esdicts] exposans fondéz de jouir par main du temporel de ladicte cure par la coustume du pays jusques à ce que le[dict] fief soyt servy et de tout aussy qu’il y a plusieurs qui donnent rantes

et gros de bled à ladicte cure, Mesire Hélye Bellemothe sousfermier de ladicte chastellenye

en l’acquit des dictz exposans qui pouroient faire difficulté délivre baille et delivrera [ ?] les[dicts] bledz fruitz et rantes pour en jouir les prandre et consommés suivant la

2ème page

coustume de ce pays sans avoir sur ce de nous ?ision nonobstant leurs tiltres et adveuz instituatifz ? de ce que dessus pardauvant nous représantéz, Pourquoy et veu les[dicts] tiltres des(dicts] exposans mandons iceux ? permettons de jouir de leurs droictz et prandre et consommer les fruicts de ladicte cure à leur profit ainsi et comme il est requis et comme la

coustume porte et en cas qu’il y ait nouvelle muta[ti]on de recteur et curé en ladicte cure sans qu’il ayt faict ladicte foy et hommaige ny offre suffisant et aultre [ ?] fin mandons à tous les détempteurs desdictes rantes et debteurs de bled à la dicte cure pour l’année pr[ésen]te

les baille et délivre aux[dicts] exposans aux charges de ladicte coustume et au premier sergent sur ce requis les y contraindre et en cas de refus les adjourner [?] pardauvant nous à brief jour pour dire les causes de leurs reffus et se veir [?]condamnés des despens et ?angés et interdictz [?]des dicts exposans si faire ce doibt sinon p ?ainsi que de raison de ce faire et ?…ant donnons pouvoir donné et expédié Angers pardauvant nous… ? sus[dict] le vingt troisiesme novembre mil cinq cens quatre vingtz cinq signé : illisible

Suit une page 3 difficilement lisible :11 lignes signé Bellemotte

(A D 49 2808)

²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²², le 22 septembre
Texte en latin
Resignacio ?

Andreas Boucicault rector parochialis …sancti Petri de Villaepiscopi al.. de Villevesque

Resignare

Laurentius Leroyer pbre

Resignaonem

L Leroyer

Datum Rome apud

Octobris anno

Die XXII septembris 1584

Buisson scriptore

Resignatione

s. Penellus

Expeditionitur per me Strphanus ?melin

La dernière page est en français

« la coppie de la signature de la cure de Villevesques cy dessus a esté colla[ti]onée a son original insinuée ? Messire Laurent Leroyer y dénomé Le dit original contient ung feuille de papier faict au greffe le dixseptiesme jour de septembre l’an mil cinq cens quatre vingt cinq ».

signé illisible

1638 le 20 février [repris]

« Transaction par suite de laquelle une somme de 300 livres est allouée pour réparation devant Nicolas Lecomte notaire royal à Angers, noble et discret Maistre Jean Martineau prestre curé de Villevesque y demeurant d’autrepart et Nicolas Davy notaire à Angers et Isaac Barbereau marchand paroissiens dudit Villevesque procureurs spéciaux ;

Paroissiens manans et habitans de la ditte paroisse par devant Béritault notaire de la cour du pallais d’Angers le 28 novembre dernier

Pour mettre fin au procès intenté au siège de cette ville entre le sieur Martineau demandeur et les dicts paroissiens sur ce que iceluy Martineau demandoit que les dicts paroissiens luy fissent mettre son logis presbytéral, grange pressoir et estables qui en dépendnet en réparation … auroit faict faire procès verbal de monstrée par devant Toizonneau sergent royal le sept octobre aaussy dernier. Ils ont convenu et accordé à la some de 300 livres tournois que les dicts procureurs ont présentement payé en pistolles d’or ou aultre bon payement courant suyvant l’édit du Roy au dict sieur Martineau quy a reçu la dicte somme, s’en est contenté et quitté les dicts paaroissiens…

Et la minutte des présentes

J. Martineau, I Barbereau, Davy, Janvier, Ogeron et nous notaire soussigné Lecomte »

(A D 49 G 2808).

1659 : La communauté des habitants de Villevêque est de nouveau en procès avec le curé pour les réparations à faire au presbytère. “Pour demeurer quittes de leurs réparations” ils transigent devant un notaire royal en abandonnant au curé ne portion de leur communal” (Antoine Follain2.) C’est l’année de l’arrivée du curé Jacques Le Loyer et l’on peut penser qu’il demanda à cette occasion que des travaux soient réalisés. Deux curés venaient de se succéder en quelques années.

Une pièce d'archive témoigne : «  Le sieur Le Loier curé de Villevesque

Maistre Jacques Le Loyer prestre bachelier en théologie curé de Villevesque et son annexe de Pellouaille faisant demande aux paroissiens manants et habitants dudit Villevesque, plusieurs réparations nécessaires à faire au logement du presbitaire dudit lieu, suivant le procès verbal de montrée qui en a été fait, même une somme de 400 livres pour convertir à l'ameublement du sieur curé au dit presbitaire.

Le sieur Martineau ci-devant curé dudit lieu a été meublé par eux lorsqu'il entra en la dite cure ... ont offert qu'il jouisse et dispose d'une petite longère de comune sise en la Coulée de la comune Doule aussi long que contient en longueur le Pré Galery; ». ( A D 49 G 2809).

1765, le 23 mai : Devis de réparation sur la Cure de Villevesque

page 1

« L’an mil sept cent soixante cinq, le jeudy vingtroisiesme jour de may, à la requeste de Me René Riffault prestre curé de la paroisse de Villevesque, et pour l’exécution de l’ordonnance de monsieur le Lieutenant Général de la sénéchaussée et siège présidial d’Angers et tout au ? de la requeste à luy présentée par le dit sieur Riffault, en datte du vingt sept avril dernier dument en forme signée Marmenler ?, et scellée le trois de ce mois au bureau du dit Angers par le sieur Lefaucheux la dite ordonnance rendue sur les conclusions de Monsieur le procureur du Roy aux mêmes sièges, portant que veut de faire droit par expert qui seroit convenu entre le dit sieur Riffault et le dit sieur procureur du Roy sinon qui seroient nommés d’office par le dit sieur Lieutenant Général il seroit fait et dressé procès verbal et devis estimatif des réparations qui sont à faire sur le temporel de la Cure du dit Villevesque, ensemble de l’utilité ou inutillité des bastiments et logements dont la démolission et supression est demandée, auquel procès verbal les habitants et bientenants de la dite paroisse seroient inthimés pour estre si bon leur sembloit présents à touttes les réparations des dits experts, leur faire telles observations et interpellations qu’ils jugeroient convenables, et ensuite faire rédiger par un acte séparé et en forme de délibération leurs avis sur l’utilité aventage ou incommodité des dittes démolissions et supressions à l’effet de quoy les dits habitants et bientenants seroient tenus de s’assembler à la première réquisition et en la manière accoutumée pour nommer deux ou plusieurs d’entre eux les plus capables et expérimentés, à l’effet d’estre présents au nom des dits habitants à touttes les opérations du susdit procès verbal, et pour sur le rapport qu’ils en feroient dans une seconde assemblée estre rédigé acte de l’avis et consentement des dits paroissiens pour le tout fait et communiqué au dit sieur procureur du Roy estre par le dit sieur lieutenant général statué ce qu’il appartiendroit, qu’ensuitte et par de leur après M. le procureur du Roy

page 2

Cette ordonance rendue le dit sieur Riffault curé seroit comparu devant le dit sieur Lieutenant Général le deux de ce mois lequel auroit rendu son jugement contradictoire entre le dit sieur Riffault et le dit procureur du Roy, par lequel jugement Nous Jean Maussion maitre terrassier et entrepreneur de bastiments demeurant au dit Angers rue Boisnet paroisse St Michel du Tertre aurions esté nommé pour seul expert de la part de mon dit sieur le procureur du Roy aux fins du procès verbal dont est question, auroit esté ordonné que nous serions assigné à comparoir devant mon dit sieur le Lieutenant Général à jour et heure précis pour acepter la dite commission et faire le serment au cas ? requis de nous bien et fidèlement comporter en les fonctions d’icelle, en vertu duquel jugement signé sur l’expédition Baret greffier. Scellé au bureau du dit Angers le six de ce dit mois par le dit sieur Faucheux, nous dit Maussion aurions à la requeste du dit sieur Besson huissier audiancier aux dits sièges de la sénéchaussée et présidial d’Angers et par exploit de Riffault en datte du sept aussy controllé esté assigné à comparoir devant mon dit sieur le Lieutenant Général aux sus dits fins le jeudy lors prochain neuf dudit présent mois, et par acte judiciaire du sieur Eneau aussi huissier audiancier du jour précédant le dit sieur Riffault auroit fait inthimer mon dit sieur le procureur du Roy pour y estre présent avec déclaration que faute de comparoir il y seroit proceddé, tant absence que présence, que le dit jour neuf de ce mois mon dit sieur procureur du Roy et Riffault estant comparus devant mon dit sieur le Lieutenant Général il auroit rendu au dit son jugement sur notre comparution personnelle, lors ou laquelle nous dit Maussion aurions déclaré accepter la ditte commission de seul expert et fait le serment au cas  requis, auroit esté ordonné que pour vaquer au dit procès verbal nous nous transporterions ce jour neuf heures de la matinée à la ditte Cure de Villevesque, et pour y estre présenté

Page 3

Les dits sieurs Riffault et procureur du Roy y auroient emporté inthimation volontaire sans qu’il en fut besoin de judiciaire, nous auroit néantmoins esté promis d’y prendre tant en leur absence que présence après qu’il nous auroit esté mis en main l’ordonance et expédition de chacuns des jugements cy devant dattés pour nous y conformer en notre rapport et procès verbal que nous serions tenu faire rédiger par le greffier de l’écritoire du dit siège de la sénéchaussée ou seul commis de qui pour cet effet se transporteroit avec nous sur les lieux et ensuitte l’afirmerions véritable devant mon dit sieur le Lieutenant Général en la manière ordinaire. Le dit second jugement égallement en forme signé sur l’expédition Baret greffier, scellé au dit Angers le unze de ce dit mois par le dit sieur Faucheux pour parvenir auquel procès verbal nous dit Maussion seul expert sommes parti du dit Angers sur les six heures de la matinée avec le sieur François Godin commis au dit siège de la sénéchaussée d’Angers le dit greffier des experts ordinaires au dit siège juridictions tant royales que seigneuriales y resortissantes demeurant au dit Angers ditte rue Boisnet paroisse St Maurille ayant fait le serment au cas requis pour nous rendre en compagnie à la ditte Cure de Villevesque dans la maison de laquelle estant arrivé sur la dite heure de neuf de la ma tinée, y avons trouvé le dit sieur Riffault lequel a requis l’exécution des ordonance et jugements cy devant dattés et qu’en conséquence nous procédions présentement en sa présence à la visitte prisée et estimation des réparations qui peuvent estre actuellement à faire sur chacun des logements de la ditte Cure, auxquelles réparations il vat immédiatement après la confection du présent procès verbal faire travailler sans discontinuation

Page4

ayant pour cet effet depuis un certain laps de temps fait voiturer la majeure partye des matériaux à place de touttes espèces, ainsy qu’il se réserve à nous de faire voir au cours de notre visitte, comme aussi nous a requis de donner notre avis sur l’utilité ou inutillité premièrement d’une estable située sur le jardin qui a dix huit pieds de longueur sur vingt pieds en largeur Secondement d’un apenty de soixante dix huit pieds de longueur sur dix huit pieds de largeur, troisiesmement d’une mansarde de seize pieds de longueur sur dix pieds dix pouces de largeur, quatriesmement d’une boulangerie de quinze pieds huit pouces de longueur sur treize pieds de largeur, cinquiesmement d’une en  ? de trente huit pieds de longueur sur trois pieds de largeur, sixiesmement enfin d’un pavillon de quinze pieds en quarré, sans lesquels six objets qui augmentent considérablement les charges de la ditte Cure par l’entretien des réparations qui y surviennent … ? Le dit sieur curé nous a observé que le surplus des bastiments qui resteroient pour son logement et celuy de ses successeurs seroient bien suffisants à moins que par justice ne soit autrement estimé se soumettant entièrement à sa décision et offrant de faire faire touttes et chacunnes les réparations et réfections sur les bastiments actuellement existants autant qu’il s’y trouvera obligé et ce sans par le dit sieur Riffault préjudicier à tous ses droits et actions dont il fait expresse réserve. En marge Riffault par exploit du, en datte du sept, aussy controllé, approuvé, deux mots rayés nuls.

R. Riffault prestre curé de Villevêque

Ont aussy comparus en personnes les sieurs Vincent Gillet, Bourgevin procureur sindic de la ditte paroisse, Gabriel Rateau-Duplais, André Guy Parage du Pasty maitres chirurgiens et Pierre Rabeau charpentier tous paroissiens et habitants dudit bourg et paroisse de Villevesque procureurs du général des paroissiens de la dite paroisse suivant

Page 5

L’acte d’assemblée et délibération des paroissiens de la susdite paroisse passé devant M ; Nepveu notaire au dit Villevesque le onze de ce mois à l’effet d’assister au procès verbal dont il s’agit. Tous lesquels tant en leurs noms qu’es dits noms ont déclaré recevoir moyen d’empescher qu’il soit par nous Maussion procédé à la visitte et devis estimatif des réparations et réparations qui peuvent estre actuellement à faire, principallement sur le premier et principal corps de bastiment tant à la charge du dit sieur curé qu’à celle des dits sieurs comparants aux dits travaux, nous requérant de faire l’estimation par le présent procès verbal des dittes réparations, sauf à eux à assister à la visitte de celles qui peuvent estre à faire sur les six partyes demandées par le dit sieur curé à suprimer ou a en consentir la fin des présentes la démolition s’il y a lieu à l’effet de quoy il a fait ;;;? expresse réserve et ont tous signés, six mots rayés nuls, nous leurs droits et actions.

Gillet sindic, G. Rataud-Duplais, Parage dupasty, Pierre Rabeau
Après lesquelles comparutions nous Maussion seul expert susdit après avoir d’habondant pris lecture et communication tant des ordonances que jugements cy devant dattés qui nous ont esté mis en main par le dit sieur Riffault curé, avons en sa présence et de celle des sus dits sieurs Parage, Gillet, Rasteau-Duplais et Rabeau vaqué à la visitte prisée et estimation des réparations qui sont à faire sur le dit principal corps de bastiment, avec le dit sieur Godin commis greffier comme s’en suit

Premièrement visitant la grande porte à deux ventaux

Page 6

Servant à l’entrée et l’exploitation de la cour de la Cure, avons remarqué quelle est douze pieds de largeur sur neuf pieds et demy de hauteur que les mairains qui la composent sont hors d’état de servir pourquoy il est nécessaire d’en fournir une autre aussi à deux ventaux à planches de bout de bon bois de chesne de mesme hauteur et largeur, trois barres, deux écharpes attachées avec clous à teste de potiron sur chaque ventail fermant avec un fléau une serrure dusselle ? et un verrouil, au dessus de la porte fournir deux madriers de bois de chesne de huit pieds de grosseur faisant ensemble trente pieds de longueur, refaire le chapeau au dessus avec un larmier en pierre de maçonnerie et mortier de chau et sable valleur douze toises, fournir aux sus dits deux ventaux de portes les deux pivots de fer de dix huit pouces de hauteur trois pouces de grosseur, en faisant refaire les joints de la porte avec ? mortier, pour tout quoy faire et fournir il appartient la somme de soixante dix livres………………70 livres

2 A costé de la grande porte en est une pettite au dessus de laquelle il faut fournir trois pieds de madriers de bois de chesne de six pouces de grosseur, refaire la maçonnerie par dessus à l’estimation de douze toises à mortier de chau et sable pour quoy appartient quatre livres…4 Livres

3 Ensuitte sommes entrés dans le corridor faisant face à la grande porte et examen fait de la porte d’entrée du dit corridor sur la dite cour l’avons trouvée de nulle valleur. Il faut en fournir une au dit planches…de bois de chesne de six pieds de hauteur sur trois pieds de largeur avec emboistures par le haut seullement assemblées à clefs reposer l’ancienne ferrure aux jambages d’icelle porte fournir six tufaux posés à chau et sable. A l’imposte au dessus remettre les panneaux de vitre en plomb neuf contenant vingt et un pieds, et à l’ayre de la place du dit corridor fournir valleur deux cent carreaux de quatre pouces en recherche en place de ceux qui sont de nulle valleur, à la ? croisée du dit corridor fournir la traverse du bas du chassis

page 7

compris cinq toises d’enduit à mortier de chau et sable .

cy …………………………………………………………………………………..60 livres

Ensuitte sommes entrés en un réduit où est le puy et situé à costé de la porte du vestibule sur la rue où nous avons remarqué que le ventail est de nulle valleur qu’il faut fournir ? à planches de bout à bois de chesne de huit pieds cinq pouces de hauteur deux pieds quatre pouces de largeur. Trois barres par derrière attachées avec cloux y reposer l’ancienne ferrure en y fournissant une pettite serrure loquetiere ou a vielle. Au dessus de la carrie du dit puy fournir une pierre ardoisinne de quatre pieds de largeur dix huit pouces de hauteur deux pouces d’épaisseur, refaire le pavage de ? de la place en pierres blocages contenant un tiers de toize en se servant de l’ancienne pierre bonnz à remployer, refaire demye toize de ? ? ? à pierre de maçonnerie et mortier de chau et sable tout quoy appartient la somme de quatorze livres, cy……………………………………………………………………………14 livres

Du dit réduit sommes entrés en un sallon à cheminée ouvrant sur le dit vestibulle ? le jardin à l’ayre .de la place duquel sallon il est nécessaire de fournir un demy quartron de bl.. ? en recherche posés à mortier de chau et sable, et un quart de toize d’enduit autour des murs, à la croisée du dit sallon il faut fournir deux feuilles de contrevent de bois de sapin planches de bout de cinq pieds trois pouces de hauteur sur quatre pieds huit pouces de largeur ensemble deux barres par derrière avec une emboisture au ? une pante de fer de deux pieds trois pouces de longueur, un gond en pierre, pour tout quoy appartient faire et fournir la somme de dix livres, cy………………………………………………………………………10 livres

Ensuitte sommes entrés dans la salle de laquelle examen fait avons remarqué qu’à la porte vitrée donnant sur le parterre il est nécessaire de fournir aux deux jambages six tufaux posés à mortier de chau et sable, y fournir deux feuilles de contrevent de bois de chesne a planche de bout de sept pieds et demy de hauteur quatre pieds deux pouces de largeur ensemble, trois barres à chaque feuilles attachées avec cloux, y reposer l’ancienne ferrure, à l’ayre de la place de la ditte chambre fournir deux cent carreaux en recherche posés à mortier de chau et sable en place de pareille quantité qui sont de nulle valleur, pout tout quoy appartient la somme de vingt deux livres dix sols, cy…………………………………….22 livres 10 sols

Après quoy sommes descendus dans la cave ayant sou ouverture de porte sur la cour, au bas de l’escallier, dans laquelle cave il faut fournir deux vollets à planches de bout de bois de chesne de quatre pieds de hauteur sur dix huit pouces de largeur chacun, y reposer l’ancienne ferrure, à la porte …. ???? de la dite cave il faut fournir une bande de fer de trois pieds de longueur et un gond en pierre pour quoy appartient la somme de neuf livres, cy …9 livres

Au plancher de la mesme cave il y a une poutre de laquelle examen fait avons remarqué quelle est pourye dans ses deux portées de manière qu’elle ne peut subsister dans cet estat pourquoy avons estimé qu’il est nécessaire d’en fournir une . ;;de bout de bois de chesne de vingt pieds de longueur aux œuvres sur quinze et dix sept pouces d’écarissage lequel article qui est de la charge des paroissiens de la dite paroisse nous estimons qu’il appartient à faire et fournir la somme des soixante douze livres, cy………………………………72 livres

Au mesme plancher il est nécessaire de fournir deux cent trente pieds de soliveaux de bois de brin et chesne en place de ceux qui sont défectueux de six pouces de grosseur, refaire la terrasse et carrelage par dessus valleur dix toizes et demy, à l’escallier servant à l’exploitation de la dite cave fournir quatre marches de

Page 9

De pierre d’ardoise posées sur mortier de chau et sable pour tout quoy faire et fournir il appartient la somme de cent dix huit livres, cy………………………………..118 livres

De la dite cave sommes montés dans la chambre au dessus, de la croisée de laquelle examen fait avons remarqué qu’il faut remettre les quatre panneaux des vitres en plomb neuf contenant quarante pieds y fournir douze pièces de verre, à la porte d’icelle chambre le vanail est de nulle valleur il faut en fournir un au dit ? à panneaux de bois de chesne de six pieds de hauteur deux pieds cinq pouces de largeur, y reposer les anciennes ferrures et serrure a l’autre ouverture de porte donnant sur le corridor fournir aussy un vantail à panneaux de cinq pieds et demy de hauteur trois pieds cinq pouces de largeur, reposer aussy l’ancienne ferrure et au lentour des murs de la dite chambre refaire valleur dix toizes d’enduit avec mortier de chau et sable et aux endroits nécessaires pour tout quoy appartient la somme de trente huit livres, cy……………………………………………………………………………….38 livres

Et au moyen qu’il est six heures de relevée sonnées et passées nous nous sommes retirés au dit bourg de Villevesque à l’auberge où pend pour enseigne Chez le sieur Thiot pour passer la nuit et avons remis la continuation du présent procès verbal à demain huit heures de la matinée, en interlignes vestibulle, pour approuvé neufs mots rayés nuls

F. Maussion Godin

Page 10

Et le lendemain vendredy vingt quatriesme jour de may mil sept cent soixante cinq huit heures de la matinée

Nous expert sus dit avec le dit sieur Godin sommes de nouveau transportés à la ditte cure de Villevesque à l’effet de continuer notre visitte où estant y avons procédé en présence du dit sieur Riffault curé, comme s’ensuit, sommes montés le premier plafond de l’escallier des chambres hautes où est une grande ouverture de porte à laquelle il faut fournir le ventail de bois de chesne à panneaux, telle qu’est l’ancienne de 6 pieds quatre pouces de hauteur quatre pieds et demy de largeur, y reposer l’ancienne ferrure et serrure, au dit plafond il faut fournir quartron de carreaux de quatre pouces posés à mortier de chau et sable, pour quoy appartient à faire et fournir la somme de quinze livres, cy……………………………….15 livres

Ensuitte sommes montés le dit escallier jusqu’au second plafond et entrés dans un petit corridor conduisant dans les chambres cy après, à la porte d’entrée duquel corridor il faut fournir un ventail de porte à panneaux de bois de chesne de cinq pieds et demy de hauteur sur trois pieds de largeur, y reposer sa ferrure et serrure, rejoindre les planches de la cloison de l’alcosve, pour quoy appartient la somme de douze livres, cy…………………….12 livres

Après quoy sommes entrés dans la chambre à cheminée à gauche au bout dudit corridor, éclairée par une croisée et une demye croisée, examen fait du carrelage de la dite chambre l’avons trouvé concave, corrompu, usé de vétusté pour la majeure partye, à ce moyen il faut le relever et refaire le carreau de quatre pouces posés à mortier de chau et sable contenant au total huit toizes en se servant cependant de l’ancien carreau bon

Page 11

A remployer, visitant la croisée de la mesme chambre il est nécessaire refaire les deux chassis à verre de bois de chesne de cinq pieds quatre pouces de hauteur sur quatre pieds et demy de largeur, déposer l’ancienne ferrure ainsy que les quatre panneaux de vitre, y fournir cinq pieds de verre, à la dernière croisée sur le jardin fournir aussy le chassis à verre de cinq pieds de hauteur vingt deux pouces de largeur avec la traverse du bas du chassis dormant de deux pieds de longueur six pouces de largeur, reposer l’ancienne ferrure, fournir un contrevent, ? planches de bout de mesme bois de chesne de cinq pieds de longueur deux pieds de largeur , deux barres attachées avec cloux, deux gonds, deux bandes de huit pouces de longueur et un crochet et au petit réduit au bout du dit corridor et sous l’escallier il faut en refaire le carrelage valleur de deux tiers de toize pour tout quoy faire et fournir il appartient la somme de quarante cinq livres, cy …………………………………………………….45 livres

Au plancher supérieur de la ditte chambre fournir une poutre de vingt quatre pieds de longueur sur treize et quinze pouces d’écarissage en place de celle qui est tranchée et de nulle valleur pourquoy appartientcompris les ? et reprises de fractures la sommes de quatre vingt livres à la charge des paroissiens, cy………………………………………………80 livres

Du dit réduit sommes entrés dans un corridor ouvrant sur le dit second plafond d’escallier au carrelage duquel corridor il faut fournir un quartron de carreau de quatre pouces posé à mortier de chau et sable, et deux quartrons à la chambre à costé à main droitte pour quoy appartient la somme de vint quatre sols, cy ………………………………1 livre 4 sols

Après quoy sommes entrés dans une autre chambre au bout du dit corridor, estant à cheminée et éclairée paar deux demies croisées, à la première desquelles du costé du parterre il faut fournir la traverse du bas du chassis à verre de deux pieds de longueur, remettre les panneaux de vitre en plomb neuf, contenant quinze pieds, y fournir deux pièces de verre, à la seconde des dites demies croisées sur la cour fournir aussi la traverse du bas du chassis à verre de deux pieds, remettre le panneau de vitre du mesme chassis en plomb neuf contenant six pieds, à l’ayre de la place de la dite chambre fournir aussy cinquante carreaux en recherche posés à mortier de chau et sable pour tout quoy appartient la somme de sept livres quatorze sols, cy………………………………………..7 livres 14 sols

Page 12
  1   2   3   4   5

similaire:

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconEnjeux et spécificités des relation avec les universités dans les...
«Il n’y a pas de plus grand enjeu pour l’enseignement supérieur que son rapport au territoire et à la territorialité»1, ce propos...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconLa contribution de la Cour de cassation à la construction juridique...
«pouvoir judiciaire européen», pour reprendre la terminologie d’un des membres les plus éminents de la Cour de Luxembourg[2], et...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconAdresse e-mail
«L’habit fait-il le moine?», La cour où l’on «s’harnachoit d’orfaverie» : les commandes de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. (à...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconI oncle Anghel
«œufs rouges», Dimi sortit dans la cour, mettre feu à la moyette et tirer des coups de fusil à blanc. Toute la marmaille le suivit,...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconQuestions reponses a propos des cours d'esh et d'economie approfondie
«toutes choses égales par ailleurs» ? Je rencontre très souvent cette ‘expression' dans des documents d’éco et ne suis pas tellement...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour icon1Conseil Municipal du 29 Février 2008 1Budget primitif 2008
«Cœur de Village» visant le réaménagement et l’embellissement des abords de l’Eglise, des rues Basse-cour et Jules Guillot et du...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconLe rapport M. Gilles carrez
«quelle est la légitimité d’un régime fiscal dont le seul intérêt est de permettre d’éviter l’impôt ?» (71). Sans adhérer pleinement...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconLe rapport M. Gilles carrez
«quelle est la légitimité d’un régime fiscal dont le seul intérêt est de permettre d’éviter l’impôt ?» (71). Sans adhérer pleinement...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...

Le rapport adressé à M. Sarasin à propos des sarcophages découverts dans la cour iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com