Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse








télécharger 232.34 Kb.
titreLes pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse
page1/7
date de publication29.04.2018
taille232.34 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7


Raymond Delavigne texte n° 12

LES PRETRES (CURES, VICAIRES ET CHAPELAINS…) A VILLEVEQUE


(y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires)

Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse :
Les annonces au prône du dimanche

Sur un titre de propriété, concernant 5 morceaux de pré en la Grand’Rivière, à Soucelles, il est fait mention de leur acquisition aux enchères après l’annonce de cette vente au prône de l’église de Villevêque :

« lu et publié par deux dimanches à l’issue de notre messe paroissialele neuf juillet 1786. Signé Gautereau curé de Villevesque controlé à Seiches le douze juillet 1786 par le sieur Peltier qui a reçu 15 sols. » (papiers Beaussier).

La tenue des registres paroissiaux des baptêmes, mariages et sépultures

Ces registres étaient tenus en deux exemplaires, l’un conservé sur place l’autre transmis à l’évéché. Depuis la Révolution, les registres locaux sont conservés en mairie et ceux du diocèse, aux archives départementales.

Les dates extrêmes de ces registres sont :

  • aux archives départementales : 1668 - 1792

  • en mairie de Villevêque : 1616 – 1792 1

Certaines municipalités ont transféré leurs propres registres au service des archives départementales.
Les bénédictions de constructions neuves

Le curé Gautereau bénit la première pierre de la porte marinière. (« Note sur Villevêque dans les archives paroissiales). Date à préciser.

Lorsqu’un couple venait s’installer dans une maison rénovée, il était d’usage de faire appel au prêtre pour la bénir selon un rite défini par le Rituel Angevin.
La supervision des sages-femmes

Le rôle des sages-femmes était aussi de suppléer le curé, en cas d’urgence, dans l’administration du sacrement du baptême. Ce baptême particulier portait alors le nom d’ondoiement et ne dispensait pas d’un véritable baptême ultérieur. C’était en quelque sorte s’assurer que en cas de décès prématuré, l’enfant n’irait pas en enfer mais aux Limbes, annexe enfantine du Paradis..

« L’ondoiement à domicile en présence de deux témoins nécessite en particulier un examen spirituel sérieux des sages-femmes qui, assistant la mère, sont les premières à pouvoir administrer le sacrement.

C’est au curé de la paroisse que revient la tâche de vérifier l’honnêteté, la foi, et l’habileté des matrones à administrer le baptême. Il doit, en outre, leur faire prêter serment de bien s’acquitter de leur charge et d’assurer le salut corporel et spirituel de la mère et de l’enfant : les registres paroissiaux en gardent les traces, tels celui de Villevêque le 12 juillet 1659 pour la réception de trois sages-femmes… »2

1617, Les 27-29 octobre :

 «  prestation de serment par deux sages-femmes entre les mains du curé, de bien et fidèlement s’acquitter de leur charge et vacation ». (A D 49, suppl. Série E, inv. p. 180).

1659, le 12 juin :

« réception par le curé du serment des femmes Fouqueron, La Reyne, Legendre, sages-femmes ».(A D 49, suppl. Série E, p. 181).



Le curé de Villevêque




Le curé de Villevêque était autrefois l’un des 4 officiers de la chambre épiscopale, en tant que ” secrétaire né” de l’évêque. Les autres étaient le curé de Chalonnes, le curé de Morannes, aumônier, le curé de Bauné, aussi aumônier, il tenait l’étrier quand l’évêque montait à cheval.

Le curé était nommé par l’évêque et choisi parmi les personnages de la noblesse. Une pension annuelle était réservée au desservant avec le tiers des prémices et offrandes, le surplus revenait à l’évêque. (A. Ruel).

Par suite de son château qui, pendant des siècles au Moyen Âge, fut la propriété de l’évêque d’Angers, Villevêque eut, à cette époque une place à part dans le diocèse.

Le curé devait, en guise de vassalité, et pour reconnaître la pension annuelle que lui assurait le prélat, présenter, chaque année, une longe de bœuf, 12 pains et 12 pintes de vin

Le curé de Villevêque l’était en même temps de Pellouailles, qui était une église annexe ou “fillette” . Il avait un vicaire résidant à Pellouailles, mais qui ne pouvait pas exercer les fonctions curiales. Cette situation dura jusqu’à la Révolution et ce fut l’occasion de toute une série de procès relatés par ailleurs. (cf mon article dans « Les Cahiers du Baugeois », reprenant le texte d’un ancien curé de Villevêque 3.

"Jusqu'au XIIIe siècle le bourg[de Pellouailles] dépendait de Villevêque, en 1267, (l'évêque] Nicolas Gellent, y établit une paroisse et, en dédommagement, il accorda au curé de Villevêque le droit de choisir, alternativement avec les évêques d'Angers, le titulaire de la nouvelle cure".4

Durant toute une époque les curés ne résidaient pas car ils exerçaient d’autres fonctions et se faisaient représenter par un vicaire « procureur nommé » dans les aveux aux assises de seigneurie..

C’est ce que déclare le curé Tremblier de la Varenne, en 1712, à propos de deux de ses prédécesseurs, René Courtin ou Cartin, chapelain du roi et chanoine de St Martin de Tours en 1521 et Michel Le Sourt chanoine de St Maurice d’Angers en 1573 :

« Ces deux déclarations ci-dessus qui sont les dites uniques qu’on produise sont de deux curés qui n’ont jamais résidés, estant chanoines et mesme l’un d’eux chaplain du Roy qui par conséquent estoient peu informéz de ce qui paroit en leur nom dans ces déclarations, dont la vérité peut paroitre suspecte et ne peut faire de foy en justice ».

Et ce curé ajoute :

« le sieur curé résidant à présent depuis plus de trente et deux ans, [1680] et qui a veu son prédécesseur qui a résidé près de trente,[Jacques Le Loyer] qui sont les seulz curés qui ayent résidé à Villevesque depuis long tems n’ont point eu d’autres connoissances de ces domaines dépendants de la Roche Clérembault que par les adveux rendus aux seigneurs évesques d’Angers ».

(A D 49 G 2809)

L’évêque Henri Arnault lutta contre ces cures absentéistes. Célestin Port cite l’ arrêt célèbre du 9 juin 1654 rendu en Parlement sur la requête de l’évêque d’Angers Henry Arnauld (Paris, Lepetit, in 4 de 68 p.) contre Jean Martineau archiprêtre d’Outre-Maine, curé de Villevêque en 1642 et qui le condamna à résidence. L’évêque Henry Arnauld avait soulevé en effet, dès 1651, la question de la résidence des chanoines du chapitre de la cathédrale, dans les cures dont ils étaient pourvus.

Voir ci-dessous la notice biographique de ce curé.
Liste chronologique des curés de Villevêque


Célestin Port, dans son Dictionnaire... a donné une première liste des curés de Villevêque. La mise à jour de son Dictionnaire ne l'a pas changée. J’ai pu, pour ma part, la compléter sur certains points, grâce à quelques publications modernes. Un certain nombre d’imprécisions, voire d’erreurs, demeure.



1125-1148 Adam et Johanes « sacerdotes de Vico ». ( Non cité par C. Port)

Ce sont, à ce jour, les tous premiers noms conservés par les archives. Ils figurent sur le ” seul feuillet entier qui soit connu” du Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers.

Au XIIe siècle, on observe ainsi que deux curés exerçaient simultanément à Villevêque. Leurs noms sont donnés à deux reprises dans le Cartulaire Noir de la Cathédrale (n° 171, 264), ainsi que le nom antique de Villevêque, Vico, ce que, ni Célestin Port ni les auteurs de la mise à jour de son Dictionnaire... ne signalent. Morannes, qui dépend aussi de l’évêque, est dans le même cas.5

1131 Johanes « presbiter de Vico ». Non cité également par le Dict. de C. Port et sa mise à jour récente. In J. Denais « Monographie de N-D de beaufort en Vallée », cite p. 461 une charte qui fait état de l’existence d’un curé de Villevêque en 1131 en tant que témoin : « …Johannes presbiter de Vico ». Cette charte figur in « Archives d’Anjou, extrait de la première liasse du prieuré de St Gilles » par M. Marchegay.

1262, décès de Pierre de la Graverie. « Petri de Graveria… rectoris eecclesiae memoratae directe ante maius altare » cité en 1336. Il avait son tombeau dans le chœur de l’église (A D 49 G 2820)

1287-1290 …."Johannes, Joannes Aprilis, Avril, April, (dominus), presbyter, procurator de Villa Episcopi". Il est cité à plusieurs reprises dans les comptes de l'évêque Nicolas Géllent.6 , mais il ne figure pas dans la mise à jour du dictionnaire de C. Port

1291 27 mai «…cum Philippo rectore ecclesie de Villa Episcopi » ; sans doute le même que le suivant ? (C. Port : « Livre de Guillaume Le Maire » p. 224 et p. 295).

1292 Philippe de la Cour, de Curie. (Domini Phillipi de Curia, Il avait son tombeau dans le chœur de l’église, in A D 49 G 2820)

Mention en 1336 : « domini Philippi de Curia rectoris…immediati proedecessoris mei [Herbertus Rotarii]… » ;

1304 10 oct. « Herberto Rotarii de Villa Episcopi », Herbert Routier (Herbertus) (C. Port : « Livre de Guillaume Le Maire » p. 384. Il cite à la table par erreur Botarii « Botarii (Hebertus), rector Villae Episcopi »

1317, le 19 avril : Herbert de l’église de Ville-Evesque, dans un acte : réception par Amaury de Craon du serment de féauté prêté par l’évêque Guillaume le Maire au roi Philippe en la chapelle du dit révérend père de Villevesque.. (C. Port : « Livre de Guillaume Le maire », p. 534).

1336, le 18 juin, Testament en latin de Herbert Rontard, (Routier)

« Herbertus Rotarii presbiter indignus rector et servus ecclesiae de Villa Episcopi

25 pages papier (transcription moderne) qui fonde la chapelle de la Sacristie (A D 49 G 2820)

1361 : Philippe du Puiset, de Pusiaco, testament daté de 1372 Par ailleurs Bénédicte Fillion indique que Philippe du Puiset fonde par testament du 13 août 1361 une chapelle dans l'église de Villebernier et commande la réalisation de son portrait peint à l'autel de la Vierge de l'église St-Maimboeuf d'Angers (A D 49, G 701, fol 4).7

1419 Aimery de Coron, de Corrous.

1432 Mic. Lesourd. [un homonyme figure ci-dessous]

1461 - 1468 Robert Cordelle.

1474 à 1491 (décès) Herman de Vienne, doyen de St-Martin d’Angers. (Hermanus de Vienna), médecin du Roi René en 1448. Il est chanoine de l’Eglise d’Angers le 14 novembre 1453. (A D 49, G 278).

1492 - 1498, 31 décembre (décès) Jean (à tort selon .C. Port) Robert Dauvet , chapelain de St-Laud d’Angers. Il eut bien d’autres titres, comme prieur du monastère bénédictin de St-Pierre de Montreuil-Bellay, archidiacre d’Outre-Loire et de Reims, chanoine d’Angers et de N-D d’Aix, de St-Martin et St-Gatien de Tours, chapelain de St-Laud d’Angers. Il avait son épitaphe dans la chapelle des Chevaliers de l’église d’Angers. (Voir sa notice biographique ci-dessous).

1499, le 27 mars, André de Rely frère de l’évêque Jean de Rely, chanoine de la cathédrale, assiste celui-ci lors de son décès à Saumur et recueille son testament. Il est représenté avec l’évêque et saint Paul sur un vitrail de la cathédrale d’Angers8

1502 : «  portrait de l’évêque Jean de Rely, à son tombeau. On y voyait aussi son frère, chanoine de la cathédrale et curé de Villevêque » (Bibliothèque de l ‘évêché. Cérémonial de Lehoreau, t. I p. 501), in « L. De Farcy : « Archives et livres, luminaires et appareils d’éclairage, meubles et ustensiles de la cathédrale d’Angers », 1901.

1516 Pierre de Marry « l’an 1516 Maistre Pierre de Marry estant curé natif de Bourgoingne Messire Jehan Ribourt son vicaire et fermier… » ( A D 49 264 G1) et non Lemarry (C. Port).

1519 : « Monseigneur Mre René Cartin curé de la cure plébaine de Villevesque » (A D 49 G 2809) .

1521, le 10 mai : «  vénérable et discrete personne M[essi]re René Courtin pbre [prêtre] chapelain ordinaire du Roy nostre Sire, chanoine de Saint Martin de Tours, curé recteur de l’églize parroissiale et cure plébaine de St Pierre de Villevesque ».Il est aussi appelé Cartin dans la même pièce. Jean Ribourt prêtre est son procureur fondé. (A D 49 G 2809)

1524 René Cartin.

1543 : Martin Quetier.

1556, 1577 : Michel Lesourd, chanoine de St Maurice, secrétaire de l’évêque.

1573, le 11  mai : « Senssuit la déclaration des choses héritaux que je Michel le Sourt prestre chanoine en l’églize d’Angers et curé de l’églize plébaine de Saint Pierre de Villevesque avoue tenir es fief et seigneurie de la Rocheclérembault et Souvigné ». (A D 49 G 2809).

1577, 20 octobre : Jean Théart, chapelain en l’église d’Angers (Lory, notaire) cf A. Sarazin in Suppl. Dict. C. Port.

1584 démission d’André Boucicault qui résigne le 22 septembre 1584.(A. M.)

1584, 22 sept. Laurent Leroyer : lettres de provision pour la cure, délivrées en cour de Rome, par résignation d'André Boucicault

« Le dit Messire Laurent Leroyer a esté pourvu en cour de Rome par la résignation de Boucicault appelant. Il a présenté sa signature audit seigneur évesque d’Angers lequel luy a baillé ses lettres en forme de visa ». (A D 49 G 2822).

1585 : le 23 novembre, Laurent Le Royer est dit curé depuis trois mois tout au plus. Il a négligé de rendre foy et hommage simple à la seigneurie de la Rocheclérembault et Souvigné. (A D 49 G 2808). Il a pris possession de sa cure le 14 septembre 1585. (A D 49 G 2822).

1594 : Pierre Bridault

1595, le 12 janvier : Me Pierre Bridault curé de Villevesque est demandeur dans un procès avec son seigneur évêque à propos des dîmes qui lui sont dues. (A D 49 G 2822).

1595, le 17 avril : transaction, le curé Bridault proteste contre les prétentions du chapelain de Pellouailles, Michel Rousseau (enquête de nov. 1594).

1602 le 12 décembre : Mre Laurent Lache pbre [prêtre] vicaire et fermier du temporel de la dite cure de Villevesque et Mre Pierre Bridau aussy pbre curé de la dicte cure deffendeur et encore Mre Charles Miron évesque d’Angers évoqué… (A D 49 G 2822).

1616, 1634, le 7 mai décès de Nicolas de Paris docteur en Sorbonne. Il avait dessiné un portrait de lui-même dans un registre paroissial. Il porte un bonnet rond, à côtes, avec un petit pompon et une capeline boutonnée jusqu'au cou. La date de 1616 indique qu'il prit ses fonctions un an plus tôt que l'indique la liste habituellement donnée. (dessin reproduit et transmis par Philippe Léonard).

1620 : « la même querelle recommence entre Simphorien Gauthier titulaire de la chapelle [de Pellouailles]et Nicola de Paris prêtre docteur en théologie de la facult é de paris, curé de Villevesque ». (cure)

1620 le 11janv. : Messire Nicolas de Paris , docteur en théologie de la Faculté de Paris, curé de Villevesque est parrain de Nicolas Davau. (A D 49, Série E, inv. p. 180). Sa sépulture a lieu le 7 mai 1634, à Villevêque. (source id, p. 181).

1622, début décembre, le curé de Villevêque ainsi que ceux de Soucelles et de Seiches assistent à la sépulture de Gédéon seigneur d’Ardannes, en l’église de Corzé. (L. Maucourt, Seiches, p. 237).

1640, le 20 août : « Le 20 d’aoust j’ay sorti du presbitaire, à cause de la maladie d’Urban9 ».(A D 49, suppl. Série E, p.181). « En 1640 la peste était sur la paroisse et le curé en fuite » (C. Port)

1642 : « Noble et Désiré Messire Jehan Martineau, Il est aussi archidiacre d’Outre-Maine. Isabelle Bonnot dit « Outre-Loire » (p. 188). Voir ci-dessous sa notice à propos de ses démêlées avec son évêque Henry Arnault. Il décède en 1656 archidiacre de l’église d’Angers « cy devant curé de Villevesque ». (A D 49 G 2822).

1655 : Pierre Ripoche. Non signalé par le Dictionnaire... de C. Port (Ière et 2ème édition). Voir ci-dessous sa notice qui laisse demeurer une erreur possible ?.

1656 à 1657 Delalande.

1658, mars : Jacques Leloyer docteur en théologie. Il était auparavant curé de St Gemmes d’Andigné –C. port).

1659, le 14 octobre : « parrain de Michel Joullain, vénérable et discret messire Jacques Loyer, docteur, curé de Villevêque », (A D 49, suppl. Série E, p. 181).

1662 : Me Jacques Leloyer pbre [prêtre] curé est inscrit sur le rôle des tailles de la paroisse de Villevêque comme exempt. (A D 49, 5 E 6 231).

1669, le 29 avril : « parrain de Jeanne Séguin, vénérable et discret messire Jacques Le Loyer, docteur en théologie, curé de Villevêque. ». (A D 49, suppl. Série E, p. 181).

1671, le 3 avril : Jacques Leloyer rend aveu du fief de la cure de Villevêque.

1657 à 1679 Jacques Leloyer, docteur en théologie. Voir au chapitre «  Ecoles », la sépulture de Marie Le Loyer, le 21 février 1691. Malade il résigne sa cure vers le milieu de 1678 au profit de Gabriel Le Peletier prêtre du Séminaire. Il recouvre la santé mais Le Peletier refuse de lui rendre sa cure (janvier 1979), lui proposant en échange une pension de 600 livres et le prieuré de Ferrières. Il s’en suit des procédures au cours desquelles la cure est dévolue à Le Royer-Chantepie. (Voir infra sa notice biographique). Il est mort et inhumé à St-Clément-de-la-Place le 24 juin 1681 à 64 ans.

1678 début octobre à 1680 : Lepeltier. « pendant un an à peu près »,.simoniaque10 et encore « près d’un an 1679, M. Leroyer a été curé pendant la même année ».

1680 J.-F. Leroyer de Chantepie, cousin de Lepeltier qui permute avec le suivant, ex curé de Jarzé, à la suite d’un compromis de justice. Voir ci-dessous les détails de cette affaire relatée par Joseph Grandet. Le Peltier et Le Royer étaient cousins germains. Il fit imprimer un factum et fut maintenu dans la cure de Villevêque par décision du Présidial. Il permuta avec le curé de Jarzé, du Tremblier et s’installa à Jarzé en sept. 1681 et mourut à Gouis. (C. Port, à Jarzé).

1680 (ou 1681 ?) au 13 janv. : 1722 (à son décès) Bernard du Tremblier de la Varenne.

1698 : du Tremblier officie à Soucelles. Voir sa biographie ci-dessous.

1715 : Pierre Boullet, curé de St-Barthélémy, « en même temps curé de Villevêque, qui résigne le 23 avril 1723 ». (cf C. Port).

1722, le 14 janvier : « Sépulture de vénérable et discret Bernard Du Tremblier-de-la-Varenne, âgé de 65 ans, curé de cette paroisse, en présence de son frère, chanoine de Saint-Maurice d’Angers, et de ses neveux, Marc-Antoine-François Avril-de-Pignerolle, seigneur du Mesnil-Aménard ». (A D 49, suppl. Série E, p. 183).

1722-inhumé le 22 avril 1753, à 76 ans Pierre Boulet

1728, le 31 janvier : sépulture de Mathurine Cousin femme d’Urbain Gillet fermier de Mgr l’évêque.Mre Urbain Gillet son fils chapelain de la chapelle de la Sacristie de Villevêque. Jacques Garnier diacre demeurant tous deux au dit Villevêque. Boulet signe curé de Villevêque et de Pellouailles sion annexe. (E-C Pellouailles).

1734 : acte du 24 janvier devant maistre urbain Esnault notaire à Foudon : 6 livres de rentes pour être employés au carrelage de l’église » (A D 49 G 2809).

1740, le 27 aoust : : « moy Boullet curé de Villevesque » (A D 49, G 2809).

1752, juin, René Riffault, fils de René Riffault architecte à Angers et d'Anne Mahier, il était ancien vicaire depuis 1743. Voir ses obligations de service divin vis à vis de la seigneurie de la Roche-Clérembault à la partie « Cure ». (A D 49 G 2809).

1753,le 22 avril : « sépulture, sous la croix stationale du cimetière, de vénérable et discret Pierre Boulet, ancien curé de Villevêque, âgé de soixante seize ans ». (A D 49, suppl. Série E, p. 183)

1753, le 10 mai, René Riffault fait une déclaration aux assises du fief de la Roche-Clairambault à propos de la dîme de Corzé. (A D 49 G 2809).

1757, le 30 décembre : « Sépulture de Jean Riffault, entrepreneur de bâtiments, âgé de trente quatre ans ». (A D 49, suppl. Série E, p. 184). Il était de la famille du curé Rifault.

1758, le 30 juillet : « Sépulture de demoiselle Anne Mabyer, âgée de soixante douze ans, veuve de honorable homme René Riffault, architecte à Angers, en présence de René Riffault, curé, son fils ». (A D 49, suppl. Série E, p. 184).

1764 : assises du fief de la cure de Villevêque. (A. M.).

1765 : Mre René Riffault prestre curé, (A D 49 G 2809) ; 1766 : Riffault curé (A D 49, G 2808) ; 1773, Messire René Riffault rend aveu du fief de la cure de Villevêque, « modernisé sur la tenue des assises dudit fief de l'année 1764 et en conformité de l'aveu rendu par Jacques Leloyer le 3 avril 1671 en qualité dudit Villevesque ». (A. M .).

1780 (démission) de René Riffault,

1780 à 1789 (à son décès le 25 juillet) André-Jacques Gautereau, il meurt à 44 ans.

1782, le 17 juin : « Sépulture de René Riffault, ancien curé de Villevêque, âgé de soixante cinq ans ». (A D 49, suppl. Série E, p. 185).

1789,le 25 juillet : « Sépulture de messire André-Jacques Gautereau, curé de Villevêque, âgé de quarante quatre ans, en présence de Chaudet, prêtre de La Roche-Foulque, Blanchain, curé de Soucelles, J. Dillé, curé de Pellouailles etc. ». (A D 49, suppl. Série E, p. 185). N B : J. Dillé n’était pas encore officiellement curé de Pellouailles.

1789 en août à 1791, retour le 30 ou 31 mai 1797 à 1821 juillet, René François Dumesnil, avec une période d’exil en Espagne ( sources contradictoires ?). Il meurt à Ste-Gemmes-sur-Loire où il s’était retiré.

1789,le 28 septembre : lettre écrite de Versailles par Riche au curé de Villevêque concernant la suppression de la gabelle. (A. M.).

1791, le 13 février : « Prestation par le curé Dumesnil du serment « exigé du clergé fonctionnaire » ; mais la teneur est pleine de réserves, qui ne font venir qu »en quatrième lieu, la fidélité à la Nation, à la Loi, au Roi et le maintien «  de la constitution civile et temporelle de cet empire ». (A D 49, suppl. Série E, p. 185).

1791 21 mars à août 1791 Chevreux, élu.

1791 août- An II, 3 germinal (abdication), Jean-Denis Prévost, “curé intrus”. Le 14 juillet 1793 An II, il est en fuite. ( A M, E-C).

1793, juillet à fin mai 1797 : absence de curé à Villevêque. Voir le chapitre Révolution pour connaître les prêtres réfractaires cachés dans le secteur et qui opéraient à Villevêque.

1797, 30 ou 31 mai : retour du curé Dumesnil.

1821, 4 juillet – 30 mai 1857 Etienne  Pionneau, chanoine honoraire. Il signe sur le registre dès le 7 juillet et est nouveau membre de la confrérie des Agonisants de Villevêque.

1857, le 31 mai « jour de la Pentecôte à l’issue des vêpres nous M. le curé de St Serge, Naveau vicaire de Villevêque Eon curé de Corzé soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette pzaroisse le corps de M. Etienne Pionneau curé de Villevêque au milieu d’un concours universel de ses paroissiens présents à la cérémonie ». (cure).

1857 11 juin-1er octobre 1878 (à sa démission) Pierre-René Jouin, chanoine honoraire.

1878 1 octobre – sept. 1907 (à sa démission) Jean-Baptiste Budan.

1907 sept.- sept. 1926 (à sa démission) Georges Hardouin. Meurt en 1927.

1926 5 sept.-11 janv. 1938 (à son décès) Bernard Achille Marie Lasnet. (a 51 ans en 1930)

1938 , 2, 5 mois d’intérim par l’abbé Vandangeon, ancien curé de Bourgneuf-en-Mauges.

1938 16 mars -17 juillet 1947 Raymond Coudray, officier, fait prisonnier le 23 juin 1940, libéré le 10 août 1941 en tant que vétéran de la guerre 1914-18..

1940-1941 intérim de 2 années assuré par Emile Pasquier, professeur à l’externat St-Maurille d'Angers avec l'aide occasionnelle de l'abbé Caffarena,, de Paris.

1947- 1970: Joseph Bonsergent.

1970-1987 : Robert Besnard. Il faisait partie de l’équipe presbytérale de Tiercé.

1987-septembre 2003 : Hubert Jubin. Une réorganisation paroissiale étant intervenue en 1997, il desservait depuis cette date, plusieurs paroisses regroupées dans une nouvelle paroisse appelée St-François-aux-Portes-d’Angers..

2003- Roger Letheuille, curé de la nouvelle paroisse, réside à St-Sylvain-d’Anjou, assisté de Bernard Clémot et Jean Fradin , “prêtres coopérateurs” résidants à Villevêque et Pellouailles.
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconLa paroisse et l'église de Villevêque
«fillette», de Pellouailles, que desservait un vicaire appelé chapelain de Pellouailles; le curé de Villevêque se réservant tous...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconNotre paroisse accueille, en ce mois d’octobre 2012, les reliques...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconParoisse Saint Jean de Montmartre

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconExtraits de la chronique de la paroisse saint-jacques a liege écrite...
«Les hommes viendront à la Grand'Messe; les fidèles chanteront. Ceux qui ont des loisirs viendront à confesse de 2 à 8 heures. Le...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconLes origines de pierre normand. Enfance et jeunesse (1782 1800) 5
«lieutenant du 1er chirurgien du Roi pour la communauté des maîtres en chirurgie de la ville de Vernon en Normandie»; la marraine...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconDe Microsoft SharePoint 2010 pour les professionnels de l’informatique
«en l’état». Les informations et les éléments visuels contenus dans ce document, y compris les url et les autres références à des...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconLa finance socialement responsable (fsr) a de plus en plus la cote...
«La société civile, les mouvements sociaux, les syndicats, les coopératives jouent un rôle important en créant des instruments financiers...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconDans le cadre de son partenariat avec les organisateurs de l’évènement,...
«Organisateur». Dans le cadre de sa collaboration avec les organisateurs, la cci italienne de Lyon est le contact privilégié de l’entreprise...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconLe chateau de villeveque
«outre l’évêché, centre de la baronnie du palais et du fief de la ville, l’évêque possédait des manoirs dans sa baronnie de Chalonnes,...

Les pretres (cures, vicaires et chapelains…) a villeveque (y compris Pellouailles ‘’paroisse fillette’’, pour les vicaires) Le rôle du curé dans la vie civile de la paroisse iconPhilippe Kaczorowski – Patrice Derigny Commissaires Priseurs habilités
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com