Marc Levy a publié huit romans








télécharger 1.22 Mb.
titreMarc Levy a publié huit romans
page10/13
date de publication08.06.2018
taille1.22 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13
Fu Man Chu avait eu beau réaliser l’une de ses plus belles cascades, ce soir Morphée avait gagné le combat.
*
Penchée sur la vasque, Onega recueillit l’eau au creux de ses mains. Elle frictionna son visage et releva la tête, regardant son image dans la glace. Elle laissa ses mains glisser sur ses joues, rehaussa ses pommettes et souligna du doigt une petite ride au pourtour de ses yeux. Du bout de l’index, elle suivit le contour de sa bouche, descendit le long de sa gorge et tira sur son cou, se forçant à sourire. Elle éteignit la lumière.

Quelqu’un grattait à la porte du petit studio ; Onega traversa la pièce unique qui faisait office de chambre et de salon, vérifia que la chaîne de sécurité était passée dans son fourreau, et ouvrit. Paul voulait juste s’assurer que tout allait bien. Tant qu’on est pas mort, lui répondit Onega, rien n’est vraiment grave. Elle le fit entrer, et quand elle referma la porte le sourire qui se dessinait sur ses lèvres ne ressemblait en rien à celui qui s’effaçait déjà dans la buée imprimer sur le miroir de la salle de bains.
*
Une infirmière entra dans la chambre 307 du Memorial Hospital, elle prit la tension d’Arthur et ressortit. Les premières lueurs du jour entraient par la fenêtre qui donnait sur le jardin.
*
Lauren s’étira de tout son long. Les yeux encore engourdis de sommeil, elle attrapa son oreiller et le serra dans ses bras. Elle regarda le petit réveil, repoussa sa couette et roula sur le côté. Kali grimpa sur le lit et vint se blottir contre elle. Robert ouvrit les yeux et les referma aussitôt. Lauren avança la main vers l’épaule de son ami, elle retint son geste et se tourna vers la fenêtre. La lumière dorée qui filtrait par les persiennes annonçait une belle journée.

Elle s’assit sur le rebord du lit et réalisa seulement alors qu’elle n’était pas de garde.

Elle quitta la chambre, passa derrière le coin cuisine, appuya sur le bouton de la bouilloire électrique et attendit que l’eau frémisse.

Sa main glissa vers le téléphone. Elle regarda la pendule du four et se ravisa. Il n’était pas encore huit heures, Betty ne serait pas à son poste.

Une heure plus tard, elle courait en petites foulées, le long des allées de la marina. Kali trottinait derrière elle, la langue pantelante.

Lauren suivit du regard deux ambulances qui passaient toutes sirènes hurlantes. Elle prit le portable qui pendait à son cou, Betty décrocha.

Le personnels des urgences avait été informé de la sanction prise à son encontre. L’ensemble du service avait voulu faire circuler une pétition exigeant sa réincorporation immédiate, mais l’infirmière en chef, qui connaissait bien Fernstein, les en avait dissuadés. Tout en continuant sa course, Lauren ne put s’empêcher de sourire, touchée que sa présence au sein de l’équipe ne soit pas aussi anonyme qu’elle l’imaginait. Alors que l’infirmière en chef se répandait en anecdotes, elle en profita pour lui demander des nouvelles discrètes du patient de la chambre 307. Betty s’interrompit.

– Il ne t’as pas causé assez d’ennuis comme ça ?

– Betty !

– Comme tu voudras. Je n’ai pas encore eu de raison de monter dans les étages, mais je t’appellerai dès que j’ai du neuf. C’est assez calme ce matin, et toi, comment vas-tu ?

– Je réapprends à faire des choses totalement inutiles.

– Comme quoi ?

– Ce matin, je me suis maquillée pendant dix bonnes minutes.

– Et alors ? demanda Betty, brûlant de curiosité.

– Je me suis démaquillée juste après !

Betty rangeait une pile de dossiers dans le casier des internes, le combiné coincé entre la nuque et la joue.

– Tu verras, quinze jours de repos te feront reprendre goût aux petits plaisirs de la vie.

Lauren s’arrêta à la hauteur de la buvette pour acheter une bouteille d’eau minérale, qu’elle vida presque d’un trait.

– Souhaite-le-moi, une matinée à na rien faire me rend déjà dingue, je me suis mêlée aux joggers en priant le ciel pour qu’il y ait au moins une petite foulure autour de moi.

Betty lui promit de la rappeler dès qu’elle aurait des informations, deux ambulanciers venaient d’arriver devant le sas des urgences. Lauren raccrocha. Le pied posé sur un banc, renouant le lacet de sa chaussure, elle se demanda si c’était vraiment par conscience professionnelle qu’elle se souciait à ce point de la santé d’un homme, qu’hier elle ne connaissait pas encore.
*
Paul prit les clés de sa voiture et quitta son bureau. Il informa Maureen qu’il serait en rendez-vous tout l’après-midi, il ferait tout son possible pour repasser en fin de journée. Une demi-heure plus tard, il entrait dans le hall du San Francisco Memorial Hospital et montait quatre à quatre la volée de marches jusqu’au premier étage, trois à trois jusqu’au second et une à une jusqu’au troisième, se jurant en avançant dans le couloir qu’il retournerait à la salle de gym dès le week-end. Il croisa Nancy qui sortait d’une chambre, lui fit un baisemain et poursuivit son chemin, la laissant stupéfaite au milieu du couloir. Il entra dans la chambre et s’approcha du lit.

Il fit semblant de régler le débit de la perfusion, prit le poignet d’Arthur et regarda sa montre pour relever son pouls.

– Tire la langue, pour voir, dit-il goguenard.

– Je peux savoir à quoi tu joues ? demanda Arthur.

– Voler des ambulances, kidnapper des gens dans le coma, maintenant j’ai pris un vrai coup de main. Mais tu as raté le meilleur, tu aurais dû me voir en blouse verte, avec mon masque et mon calot sur la tête. L’élégance absolue !

Arthur se redressa dans son lit.

– Tu as vraiment assisté à l’intervention ?

– Franchement, on fait tout un plat de la médecine, mais chirurgien ou architecte, tout ça c’est du pareil au même, c’est une question de travail en équipe ! Ils manquaient de personnel, j’étais là, je n’allais pas rester sans rien faire, alors j’ai aidé.

– Et Lauren ?

– Elle est impressionnante. Elle anesthésie, elle coupe, elle recoud, elle réanime, et avec quel tempérament ! C’est un plaisir de bosser avec elle.

Le visage d’Arthur s’assombrit.

– Qu’est-ce qu’il y a maintenant ? questionna Paul.

– Il y a qu’elle va avoir des ennuis à cause de moi !

– Oui, eh bien vous êtes quittes ! C’est quand même fascinant, le seul auquel vous ne pensez jamais quand vous organisez vos soirées débiles, c’est moi !

– Et toi tu n’as pas eu d’ennuis ?

Paul toussota et souleva une paupière d’Arthur.

– Tu as bonne mine ! dit-il sur un ton emprunté de médecin.

– Comment t’en es-tu sorti ? insista Arthur.

– Je me suis comporté comme une merde si tu veux tout savoir. Quand la police est arrivée aux portes du bloc, je me suis caché sous la table d’opération, c’est pour ça que j’ai dû assister à toute l’intervention. Cela dit, en décomptant les périodes où j’étais dans les pommes, j’ai quand même dû participer cinq bonnes minutes. C’est à elle que tu dois d’avoir la vie sauve, moi je n’y suis pas pou grand-chose.

Nancy entra dans la chambre. Elle vérifia la tension d’Arthur et lui demanda s’il voulait essayer de se lever et de marcher. Paul se proposa de l’aider.

Ils firent quelques pas jusqu’au bout du couloir. Arthur se sentait bien, il avait retrouvé son équilibre et il eut même envie de poursuivre la promenade. Dans l’allée du jardin de l’hôpital, il pria Paul de lui rendre deux services…

Paul repartit dès qu’Arthur fut couché. En chemin, il s’arrêta chez un fleuriste d’Union Street.

Il y fit composer un bouquet de pivoines blanches, et glissa la carte qu’Arthur lui avait confiée dans l’enveloppe. Les fleurs seraient livrées avant la soirée. Puis il redescendit vers la marina et se gara devant un vidéoclub. Vers dix-neuf heures, il sonna à l’interphone de Rose Morrisson, il lui donna des nouvelles d’Arthur et le dernier épisode des aventures de Fu Man Chu.
*
Lauren était allongée sur le tapis, plongée dans sa thèse. Sa mère, installée sur le canapé du salon, feuilletait les pages d’un magazine.

De temps à autre, elle relevait les yeux de sa lecture pour regarder sa fille.

– Qu’est-ce qui t’as pris de faire une chose pareille ? demanda-t-elle en jetant son journal sur la table basse.

Lauren reporta quelques notes sur un cahier à spirale, sans répondre.

– Tu aurais pu ruiner ta carrière, toutes ces années de travail perdues au nom de quoi ? argua sa mère.

Tu as bien perdu toutes ces années avec ton mariage. Et tu n’as pas sauvé la vie de papa, que je sache ?

La mère de Lauren se leva.

– Je vais promener Kali, dit-elle sèchement en décrochant son trench-coat du porte-manteau.

Et elle quitta l’appartement en claquant la porte.

– Au revoir, murmura Lauren en suivant d’une oreille les pas qui s’éloignaient.

Mme Kline croisa un coursier au bas de l’escalier. Il portait un énorme bouquet de pivoines blanches et cherchait l’appartement de Lauren Kline.

– Je suis Mme Kline, dit-elle, en prenant la petite enveloppe accrochée au papier de cellophane.

Il n’avait qu’à laisser les fleurs dans le hall, elle les récupérerait à son retour. Elle lui donna un pourboire et le jeune homme s’en alla.

En descendant la rue, elle souleva le rabat de la petite enveloppe.

Deux mots étaient rédigés sur la carte de correspondance : « Vous revoir », ils étaient signés « Arthur ».

Mme Kline froissa la carte et l’abandonna au fond de la poche de son imperméable.

Dans le quartier il n’y avait qu’un seul square qui acceptait les animaux. Si le destin avait ses raisons, l’homme sans imagination les trouverait toujours imparfaites. Mme Kline s’assit sur un banc ; à côté d’elle, la vieille dame qui lisait son journal eut envie de faire sa connaissance.

Dans l’enclos réservé aux chiens, Kali grimpait sur un Jack Russell qui se reposait à l’ombre douce d’un tilleul.

– Vous n’avez pas l’air d’aller bien, dit la vieille dame.

Mme Kline sursauta.

– Simplement songeuse, répondit la mère de Lauren. Nos chiens ont l’air de bien s’entendre…

– Pablo a toujours été attiré par les grandes perches ; je vais quand même lui relire le manuel, j’ai l’impression qu’ils sont à l’envers. Qu’est-ce qui vous préoccupe ?

– Rien !

– Si vous avez besoin de vous confier, je suis la personne idéale, je suis sourde comme un pot !

Mme Kline regarda Rose ? qui n’avait pas quitté sa lecture.

– Vous avez des enfants ? dit-elle d’une voix abandonnée.

Miss Morrisson fit signe que non.

– Alors vous ne pourrez pas comprendre.

– Mais j’ai aimé des hommes qui en avaient !

– Cela n’a rien à voir.

– Ce que ça peut m’agacer ! protesta Rose. Les gens qui ont des enfants regardent ceux qui n’en ont pas comme s’ils appartenaient à une autre planète. Aimer un homme est aussi compliqué que d’élever des gamins !

– Je ne partage pas tout à fait votre point de vue.

– Et vous êtes toujours mariée ?

Mme Kline regarda sa main, le temps avait effacé la marque de son alliance.

– Alors quels sont ces soucis que vous cause votre fille ?

– Comment savez-vous qu’il ne s’agit pas d’un garçon ?

– Une chance sur deux !

– Je crois que j’ai fait quelque chose de mal, murmura la mère de Lauren.

La vieille dame replia son journal et écouta attentivement ce que Mme Kline avait tant besoin d’avouer.

– C’est moche le coup des fleurs ! Et pourquoi redoutez-vous tant qu’elle revoie ce jeune homme ?

– Parce qu’il risque de réveiller un passé qui peut nous faire du tort à toutes les deux.

La vieille dame replongea dans son quotidien, le temps de réfléchir, et le reposa sur le banc.

– Je ne sais pas de quoi vous parlez, mais on ne protège personne à l’abri d’un mensonge.

– Je suis désolée, dit Mme Kline, je vous parle de chose que vous ne pouvez pas comprendre.

Rose Morrisson avait tout le temps de comprendre. La mère de Lauren hésita, mais après tout, quel risque courait-elle de se confier à une inconnue ? L’envie de chasser sa solitude fut la plus forte, elle se rassit et raconta l’histoire d’un homme qui avait enlevé une jeune femme pour la sauver, alors que sa propre mère avait renoncé.

– Votre jeune homme n’aurait pas un grand-père célibataire, par hasard ?

– Quand il m’a rendu les clés de l’appartement, je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.

– Et il a disparu, comme cela ?

– Disons que nous l’avons un peu aidé.

– Nous ?

– Un neurochirurgien réputé s’est chargé de lui expliquer à quel point la santé de ma fille était fragile. Il a su trouver mille raisons de le convaincre de s’éloigner d’elle.

– Alors devant tant d’évidences, cet homme s’est effacé ?

La mère de Lauren soupira.

– Oui.

– Je croyais qu’il en avait plus que ça ! reprit la vieille dame. Remarquez, quand ils sont fous d’amour, ils perdent beaucoup de leurs capacités ! Et ce que disait ce professeur était sincère ?

– Sincère sûrement, vrai, je n’en sais trop rien. Lauren a récupéré très vite, en quelques mois elle était à nouveau elle-même.

– Vous pensez qu’il est trop tard maintenant pour parler à votre fille ?

– Je me pose cette question tous les jours, et je n’arrive pas à imaginer sa réaction.

– J’ai vu pas mal de vies gâchées par des secrets de famille. Je n’ai pas eu la chance d’avoir d’enfants, et en dépit de ce que je vous disais tout à l’heure pour me donner une contenance, vous ne savez pas à quel point cela me manque. Mais j’aimais trop souvent pour m’en croire capable, enfin, c’était mon excuse pour ne pas regarder mon égoïsme en face. Je comprends vos réticences, même si je suis convaincue que vous avez tort. L’amour est fait de tolérance, c’est ce qui lui donne sa force.

– J’aimerais tellement que vous ayez raison.

– On quitte un homme, on croit l’oublier… jusqu’à ce qu’un souvenir nous rappelle à lui, alors comment imaginer se défaire de l’amour que nous portons à nos parents. On perd un temps fou à ne pas leur dire qu’on les aime, pour finir par se rendre compte après leur mort, comme ils nous manquent.

La vieille dame se pencha vers Mme Kline.

– Si ce jeune homme a sauvé votre fille , vous lui êtes redevable. Allez donc le trouver.

Et Rose replongea dans la lecture de son journal. Mme Kline attendit quelques instants, elle salua sa voisine de banc, appela Kali et s’éloigna dans l’allée du parc.

En rentrant, elle récupéra le bouquet de fleurs au pied des marches. L’appartement était désert. Elle arrangea les pivoines dans un vase qu’elle posa sur la table du salon et referma la porte derrière elle.
*
Les jours de la semaine s’écoulaient avec la régularité d’un métronome. Tous les matins, Lauren allait faire une longue promenade sous les arbres du Presidio. Il lui arrivait de marcher jusqu’à la plage qui bordait le versant pacifique. Elle s’installait alors sur le sable et plongeait dans sa thèse qu’elle retrouvait chaque soir.

L’inspecteur Pilguez avait fini par s’adapter aux horaires de Nathalia. Chaque jour, à midi, ils partageaient un repas où se rencontraient leurs appétits, celui d’un petit déjeuner pour l’une, d’un déjeuner pour l’autre.

Au milieu d’une journée entrecoupée de réunions avec le bureau d’études et de visites de chantier, Paul retrouvait Onega qui l’attendait sur un banc au bout d’une jetée, face à la baie.

Miss Morrisson emmenait Pablo profiter des beaux après-midi d’été dans le petit parc situé près de chez elle. Il lui arrivait de croiser Mme Kline et reconnut un jour Lauren au chien qui suivait ses pas. Ce jeudi de grand soleil, elle fut tenter de l’aborder mais renonça finalement à distraire la jeune femme de sa lecture. Quand Lauren quitta l’allée centrale, elle la suivit d’un regard amusé.

Chaque début de soirée, George Pilguez déposait Nathalia devant le commissariat.

Juste avant de retrouver Onega pour dîner, Paul rendait visite à son ami ; il lui présentait esquisses et projets qu’Arthur corrigeait d’un trait de crayon ou amendait quelques annotations sur les choix de coloris et de matériaux.

Ce vendredi Fernstein se félicita de l’état de santé de son patient. Il lui ferait passer un scanner de contrôle dès qu’il y aurait un créneau de libre, et si, comme il en était convaincu, tout était normal, il signerait son bon de sortie. Plus rien ne justifiait qu’il occupe un lit d’hôpital. Ensuite, il faudrait être raisonnable quelque temps, mais la vie ne tarderait pas à reprendre son cours normal. Arthur le remercia de tous les soins qu’il lui avait apportés.
*
Paul était parti depuis longtemps, les couloirs ne résonnaient déjà plus des pas tumultueux de la journée, l’hôpital avait revêtu son habit de nuit. Arthur alluma le téléviseur perché sur une tablette en face de son lit. Il ouvrit le tiroir de sa table de nuit et prit son téléphone portable. Le regard perdu dans ses pensées, il fit dérouler les noms du répertoire et renonça à déranger son meilleur ami. Le téléphone lui échappa lentement de la main et roula sur les draps, sa tête glissa sur l’oreiller.
La porte s’entrebâilla, une interne entra dans la chambre. Elle se dirigea aussitôt au pied du lit et consulta le dossier médical. Arthur les yeux et la regarda, silencieux, elle semblait concentrée.

– Un problème ? dit-il.

– Non, répondit Lauren en relevant la tête.

– Que faites-vous ici ? demanda-t-il, stupéfait.

– Ne parlez pas si fort, chuchota Lauren.

– Pourquoi parler à voix basse ?

– J’ai mes raisons.

– Et elles sont secrètes ?

– Oui !

– Alors ? il faut que je vous avoue, même à voix basse, que je suis content de vous voir.

– Moi aussi, enfin, je veux dire que je suis contente que vous alliez mieux. Je suis vraiment désolée de ne pas avoir diagnostiqué cette hémorragie au premier examen.

– Vous n’avez aucune raison de vous en vouloir. Je crois que je ne vous ai pas beaucoup facilité la tâche, dit Arthur.

– Vous étiez si pressé de partir !

– L’obsession du travail, un jour ça me tuera !

– Vous êtes architecte, c’est ça ?

– C’est ça !

– C’est un métier très pointu, beaucoup de mathématiques !

– Oui, enfin comme en médecine à la fac, et puis après on laisse les autres faires les maths pour vous.

– Les autres ?

– Les calculs de portances, de résistances, tout ça c’est surtout le boulot des ingénieurs !

– Et que font les architectes pendant que les ingénieurs bossent ?

– Ils rêvent !

– Et vous rêvez à quoi ?

Arthur regarda longuement Lauren, il sourit et pointa du doigt l’angle de la chambre.

– Avancez jusqu’à la fenêtre.

– Pour quoi faire ? s’étonna Lauren.

– Un petit voyage.

– Un petit voyage à la fenêtre ?

– Non, un petit voyage depuis la fenêtre !

Elle obéit, un sourire presque moqueur au coin des lèvres.

– Et maintenant ?

– Ouvrez-la !

– Quoi ?

– La fenêtre !

Et Lauren fit exactement ce qu’Arthur lui avait demandé.

– Que voyez-vous ? demanda-t-il en chuchotant toujours.

– Un arbre, répondit-elle.

– Décrivez-le-moi.

– Comment ça ?

– Il est grand ?

– Il est haut comme deux étages, mais il a de grandes feuilles vertes.

– Alors fermez les yeux.

Lauren se prit au jeu et la voix d’Arthur la rejoignit dans une obscurité improvisée.

– Les branches sont immobiles, à cette heure de la journée, les vents de la mer ne sont pas encore levés. Approchez-vous du tronc, les cigales se cachent souvent dans les recoins d’écorces. Au pied de l’arbre s’étend un tapis d’épines de pin. Elles sont roussies par le soleil. Maintenant, regardez tout autour de vous. Vous êtes dans un grand jardin, il est parsemé de larges bandes de terre ocres plantées de quelques pins parasols. A votre gauche vous en verrez des argentés, à votre droite des séquoias, devant des grenadiers et un peu plus loin des caroubiers qui semblent couler jusqu’à l’océan. Empruntez le petit escalier de pierre qui borde le chemin. Les marches sont irrégulières, mais ne craignez rien, la pente est douce. Regardez sur votre droite, vous devinez les restes d’une roseraie, maintenant ? Arrêtez-vous en bas, et regardez devant vous.

Et Arthur inventait un univers, fait juste de mots ; Lauren vit la maison aux volets clos qu’il lui décrivait. Elle avança vers le perron, grimpa les marches et s’arrêta sous la véranda.

En contrebas, l’océan semblait vouloir briser les rochers, les vagues charriaient des amas d’algues mariées à des entrelacs d’épines. Le vent soufflait dans ses cheveux, elle eut presque envie de les repousser en arrière.

Elle contourna la maison, et suivit à la lettre les instructions d’Arthur qui la guidait pas à pas dans son pays imaginaire.

Sa main effleurait la façade, à la recherche d’une petite cale, au bas d’un volet.

Elle fit comme il disait et la retira du bout des doigts.

Le panneau de bois s’ouvrit et elle crut même l’entendre grincer sur ses gonds. Elle souleva la fenêtre à guillotine en déboîtant légèrement le châssis sui accepta de coulisser sur ses cordeaux.

– Ne vous arrêtez pas dans cette pièce, elle est trop sombre, traversez-la, vous arriverez dans le couloir.

Elle avançait à pas lents, derrière les murs, chaque pièce paraissait contenir un secret. Elle entra dans la cuisine. Sur la table, il y avait une vieille cafetière italienne, on y faisait un excellent café, et devant elle, une cuisinière comme on en trouvait autrefois dans les vieilles demeures.

– Elle fonctionne avec du bois ? demanda Lauren.

– Si vous le voulez, vous trouverez même des bûches, à l’abri d’un appentis juste au-dehors, en passant par derrière.

– Je veux rester dans la maison et continuer à la visiter, murmura-t-elle.

– Alors ressortez de la cuisine. Ouvrez la porte, juste en face.

Elle entra dans le salon. Un long piano dormait dans l’obscurité du lieu. Elle alluma la lumière et s’approcha assez près pour s’asseoir sur le tabouret.

– Je ne sais pas jouer.

– C’est un instrument particulier, rapporté d’un lointain pays ; si vous pensez très fort à une mélodie que vous aimez, il vous la jouera, mais uniquement si vous posez vos mains sur son clavier.

Lauren se concentra de toutes ses forces, et la partition du « Clair de lune » de Werther envahit sa tête.

Elle avait l’impression que quelqu’un jouait à côté d’elle, et plus elle se laissait entraîner dans le songe, plus la musique était profonde et présente. Elle visita ainsi chaque endroit, grimpant jusqu’à l’étage, allant de chambre en chambre ; et petit à petit, les mots qui décrivaient la maison se transformaient en une multitude de détails qui inventaient une vie tout autour d’elle. Elle retourna dans la seule pièce qu’elle n’avait pas encore visitée.

Elle entra dans le petit bureau, regarda le lit et frissonna, elle ouvrit les yeux et la maison s’évanouit.

– Je crois que je l’ai perdue, dit-elle.

– Ce n’est pas grave, maintenant elle est à vous, vous pourrez y retourner quand vous voudrez, il vous suffira d’y penser.

– Je ne pourrais pas recommencer toute seule, je ne suis pas très douée pour les mondes imaginaires.

– Vous avez tort de ne pas vous faire confiance. Je trouve que pour une première fois vous vous êtes plutôt bien débrouillée.

– Alors c’est ça votre métier. Vous fermez les yeux et vous imaginez des lieux ?

– Non, j’imagine la vie qu’il y aura à l’intérieur, et c’est elle qui me suggère le reste.

– C’est une drôle de façon de travailler.

– C’est plutôt une façon drôle de travailler.

– Il faut que je vous laisse, les infirmières ne vont pas tarder à faire leur ronde.

– Vous reviendrez ?

– Si je le peux.

Elle se dirigea vers la porte de la chambre et se retourna juste avant de sortir.

– Merci pour cette visite, c’était bien, j’ai aimé ce moment.

– Moi aussi.

– Elle existe cette maison ?

– Tout à l’heure, vous l’avez vue ?

– Comme si j’y étais !

– Alors si elle existe dans votre imagination c’est qu’elle est vraie.

– Vous avez une étrange façon de penser.

– A force de fermer les yeux sur ce qui les entoure, certains sont devenus aveugles sans même le savoir. Je me suis contenté d’apprendre à voir même dans le noir.

– Je connais un hibou qui aurait bien besoin de vos conseils.

– Celui qui était dans votre blouse l’autre soir ?

– Vous vous souvenez ?

– Je n’ai pas eu l’occasion de fréquenter beaucoup de médecins, mais il est difficile d’en oublié un qui vous examine avec une peluche dans la poche.

– Il a peur du jour et son grand-père m’a demandé de le guérir.

– Il faudrait lui trouver une paire de lunette de soleil pour enfant, j’en possédais une quand j’étais petit, c’est incroyable ce que l’on peut voir au travers.

– Comme quoi ?

– Des rêves, faits de pays imaginaires.

– Merci du conseil.

– Mais attention, quand vous aurez guéri votre hibou, dites-lui bien qu’il suffit de cesser de croire une seule seconde pour que le rêve se brise en mille morceaux.

– Je le lui dirai, comptez sur moi. Reposez-vous, maintenant.

Et Lauren sortie de la chambre.

Un clair de lune entrait par les persiennes. Arthur repoussa ses draps, et se rendit à le fenêtre. Il resta là, appuyé au rebord, à regarder les arbres du jardin, immobiles.

Il n’avait aucune envie de suivre le conseil de son ami. Depuis trop longtemps il se nourrissait de patience, et rien n’avait pu le détacher du souvenir de cette femme, ni le temps ni les voyages peuplés d’autres regards. Bientôt il sortirait d’ici.

14.


Le week-end s’annonçait beau, pas un nuage ne venait troubler l’horizon. Tout était calme, comme si la ville se réveillait d’une nuit d’été trop courtes. Pieds nus, les cheveux en batailles, vêtue d’un vieux pull-over qu’elle portait comme une robe légère, Lauren travaillait à son bureau, reprenant ses recherches là où elle les avait laissés la veille.

Elle continua jusqu’au milieu de la matinée, guettant l’heure du courrier. Elle attendait un ouvrage scientifique commandé depuis deux jours, elle le trouverait peut-être enfin dans sa boîte aux lettres. Elle traversa le salon, ouvrit la porte de son appartement et sursauta en poussant un cri.

– Je suis désolé, je ne voulais pas vous faire peur, dit Arthur, les mains croisées dans le dos. J’ai eu votre adresse grâce à Betty.

– Qu’est-ce que vous faites là ? demanda Lauren en tirant sur son pull.

– Je n’en sais trop rien moi-même.

– Ils n’auraient jamais dû vous laisser sortir, c’est beaucoup trop tôt, dit-elle en bafouillant.

– Je vous avoue que je ne leur ai pas vraiment donné le choix… Vous me laissez entrer quand même ?

Elle lui céda le passage et lui proposa de s’installer dans le salon.

– J’arrive tout de suite ! lança-t-elle en s’enfuyant vers la salle de bains.

« J’ai l’air d’un Gremlins ! » se dit-elle en essayant de remettre de l’ordre dans ses cheveux. Elle se précipita dans le dressing et commença à se battre avec les cintres.

– Tout va bien ? demanda Arthur, étonné du bruit qui émanait de la penderie.

– Vous voulez un café ? cria Lauren qui cherchait désespérément ce qu’elle allait bien pouvoir mettre.

Elle regarda de plus près un sweater et le jeta par terre, le chemisier blanc n’allait pas non plus, il virevolta en l’air, une petite robe ne tarda pas à le rejoindre. Seconde après seconde, un amas de vêtements s’empilait derrière elle.

Arthur avança au milieu du salon, il regarda tout autour de lui. Dieu que ce lieu lui était familier. Les étagères d’une bibliothèque en bois clair pliaient sous les ouvrages, elles finiraient par céder si Lauren complétait sa collection d’encyclopédies médicales. Arthur sourit quand il vit qu’elle avait installé son bureau exactement là où il avait mis jadis sa table d’architecte.

A travers les portes entrouvertes, il devinait la chambre à coucher et le lit qui faisait face à la baie.

Il entendit Lauren toussoter dan son dos et se retourna. Elle portait un jean et un tee-shirt blanc.

– Ce café, avec lait et sucre, sans lait et avec sucre ou sans sucre et avec lait ? demanda-t-elle.

– Comme vous voudrez ! répondit Arthur.

Elle passa derrière le comptoir de la cuisine, l’eau fuyait du robinet, elle se mit à jaillir à grand jet.

– Je crois que j’ai un problème, dit-elle en tentant de contenir l’inondation entre ces mains.

Arthur lui indiqua aussitôt la vanne d’arrêt général dans le petit placard situé juste à côté d’elle. Lauren se précipita pour la fermer. Le visage éclaboussé, elle regarda fixement Arthur.

– Comment le saviez-vous ?

– Je suis architecte !

– C’est un métier qui permet de voir au travers des murs ?

– La plomberie d’une maison est moins complexe que celle du corps humain, mais nous aussi, nous avons nos petits trucs pour arrêter les hémorragies. Vous avez des outils ?

Lauren sécha son visage avec une serviette en papier et ouvrit un tiroir. Elle sortit un vieux tournevis, une clé à molette et un marteau.

Elle posa les outils sur le comptoir, l’air désolé.

– On devrait quand même pouvoir opérer, dit Arthur.

– Je ne crois pas être qualifiée pour ça !

– C’est une intervention moins compliquée que ce que vous faites au bloc opératoire. Vous avez un joint neuf ?

– Non !

– Regardez dans l’armoire à fusibles, je ne sais pas pourquoi, mais on en trouve toujours un ou deux qui traînent au-dessus du compteur électrique ?

Arthur lui montra du doigt le petit coffrage juste à côté de la porte d’entrée.

– Ca c’est le disjoncteur, dit Lauren.

– C’est là que ça se trouve, dit Arthur d’un ton amusé.

Lauren se campa devant lui.

– Eh bien, puisque les placards de ma maison n’ont aucun secret pour vous, allez chercher ces joints vous-même, ça nous fera gagner du temps !

Arthur se dirigea vers l’entrée. Il avança la main vers le coffrage et se ravisa.

– Qu’est-ce que vous avez, demanda Lauren.

– Mes mains sont encore malhabiles, murmura Arthur, visiblement embarrassé.

Lauren s’avança vers lui.

– Ce n’est pas grave, dit-elle d’une voix rassurante ; Soyez patient, vous n’aurez pas de séquelles, mais il faut un peu de temps pour récupérer, c’est la nature qui veut ça.

– Pour la réparation, je peux quand même vous guider si vous voulez ? dit Arthur.

– J’avais d’autres projets ce matin que de soigner un robinet. Mon voisin est un bricoleur de génie, c’est lui qui m’a presque tout installé ici, il sera ravi de s’en occuper.

– C’est lui qui a eu l’idée de mettre la bibliothèque contre cette fenêtre ?

– Pourquoi, il ne fallait pas ?

– Si, si, dit Arthur en retournant dans le salon.

– Ca, c’est un « si, si » qui veut dire exactement le contraire !

– Non ? pas du tout ! insista Arthur.

– Qu’est-ce que vous mentez mal !

Il invita Lauren à s’installer sur le canapé.

– Retournez-vous dit Arthur.

Lauren s’exécuta, ne comprenant pas bien où il voulait en venir.

– Vous voyez, si ces étagères n’occultait pas la fenêtre vous auriez une très jolie vue d’ici.

– J’aurais une très jolie vue, mais dans mon dos ! En général, je m’assieds à l’endroit sur mon canapé !

– C’est pour cela qu’il serait plus judicieux de le retourner ; honnêtement, la porte d’entrée ce n’est pas ce qu’il y a de plus beau, non ?

Lauren se leva, posa ses mains sur ses hanches et le dévisagea.

– Je n’y avais jamais prêtée attention. Vous êtes venu chez moi à l’improviste en sortant de l’hôpital pour refaire la décoration ?

– Je suis désolé, dit Arthur en baissant la tête.

– Non, c’est moi qui suis désolée, reprit Lauren d’une voix calme. Je m’emporte un peu facilement ces temps-ci. Je vous prépare ce café ?

– Vous n’avez plus d’eau !

Lauren ouvrit le réfrigérateur.

– Je n’ai même pas un jus de fruit à vous offrir.

– Alors, je vous emmène petit déjeuner ?

Elle lui demanda juste de l’attendre le temps qu’elle descende chercher son courrier. Dès qu’il l’entendit s’éloigner dans le couloir, Arthur fut pris de l’envie irrésistible de renouer avec ce lieu qu’il avait habité. Il entra dans la chambre à coucher et s’approcha du lit. Le souvenir d’un matin d’été ressurgit comme évadés des pages d’un livre tombé d’une bibliothèque. Il aurait voulu que le temps remonte à ce jour où il la regardait dormir.

Il effleura la couverture du bout des doigts, l’écheveau de laine se souleva lentement sous sa main. Il passa dans la salle de bains et regarda les flacons posés près de la vasque. Un lait, un parfum, quelques rares produits de maquillage. Une idée lui traversa l’esprit, il jeta un coup d’œil au-dehors et se décida à assouvir un très vieux rêve. Il entra à l’intérieur de la penderie attenante et referma la porte derrière lui.

Caché entre les cintres, il regardait les vêtements au sol, ceux encore accrochés et tentait d’imaginer Lauren, dans l’une ou l’autre des tenues. Il aurait voulu rester là, attendre qu’elle le trouve. Peut-être que la mémoire lui reviendrait, elle hésiterait, juste un instant, se souviendrait des mots qu’ils se disaient. Alors, il la prendrait au creux de ses bras, et l’embrasserait comme avant, ou plutôt d’un baiser différent. Plus rien ni personne ne pourrait la lui enlever. C’était idiot, s’il restait là, elle commencerait par avoir peur. Qui n’aurait pas peur de quelqu’un qui se cache dans le placard de votre salle de bains ?

Il fallait sortir d’ici avant qu’elle ne revienne ; un court instant encore, qui pourrait lui en vouloir ? Qu’elle remonte l’escalier lentement, quelques secondes volées au bonheur d’être au milieu d’elle.

– Arthur ?

– J’arrive.

Il s’excusa d’être entré dans la salle de bains sans autorisation, il avait voulu se laver les mains.

– Il n’y a pas d’eau !

– Je m’en suis souvenu en ouvrant le robinet ! dit-il confus. Votre livre est arrivé ?

– Oui, je range ce pavé dans la bibliothèque et on y va ? Je meurs de faim.

En passant devant la cuisine, Arthur regarda la gamelle de Kali.

C’est l’écuelle de ma chienne, elle est chez maman.

Lauren prit ses clés sur le comptoir et ils quittèrent l’appartement.

La rue était inondée de soleil. Arthur eut envie de prendre Lauren par le bras.

– Où voulez-vous aller ? demanda-t-il en croisant ses mains dans son dos.

Elle était affamée et hésitait, par pure féminité, à lui avouer qu’elle rêvait d’un hamburger. Arthur la rassura, c’était beau une femme qui avait de l’appétit.

– Et puis à New York, c’est déjà l’heure du déjeuner, et à Sydney, celle du dîner ! ajouta-t-elle, radieuse.

– C’est une façon de voir les choses, dit Arthur en marchant à son côté.

– Interne, on finit par manger n’importe quoi à n’importe qu’elle heure.

Elle l’entraîna jusqu’à Ghirardelli Square, ils longèrent les quais et s’engagèrent sur une jetée ; perchée sur des pilotis, la salle de restaurant du Simbad était ouverte nuit et jour. L’hôtesse d’accueil les installa à une table, elle tendit un menu à Lauren et disparut. Arthur n’avait pas faim, il renonça à lire la carte que Lauren lui tendait.

Un serveur se présenta quelques instants plus tard, il nota la commande de Lauren et s’en retourna vers les cuisines.

– Vous ne mangez vraiment rien ?

– J’ai été nourri toute la semaine à coups de perfusions, et je crois que mon estomac a rétréci. Mais j’adore vous regarder manger.

– Il faudra quand même vous réalimenter !

Le serveur déposa une énorme assiette de pancakes sur la table.

– Pourquoi êtes-vous venu chez moi ce matin ?

– Pour réparer une fuite d’eau.

– Sérieusement !

– Pour vous remercier de m’avoir sauvé la vie je crois.

Lauren reposa la fourchette qu’elle tenait dans sa main.

– Parce que j’en avais envie, avoua Arthur.

Elle le regarda, attentive, et arrosa son plat de sirop d’érable.

– Je n’ai fait que mon métier, dit-elle à voix basse.

Je ne suis pas sûr qu’anesthésier un de vos collègues et voler une ambulance soit votre lot quotidien.

– L’ambulance, c’était une idée de votre meilleur ami.

Je m’en doutais un peu.

Le serveur revint vers la table demander à Lauren si elle avait besoin de quelque chose.

– Non, pourquoi ? dit Lauren.

– Je croyais que vous m’aviez appelé, répondit le garçon d’un ton hautain.

Lauren le regarda s’éloigner, elle haussa les épaules et reprit sa conversation.

– Votre ami m’a dit que vous vous étiez connus au pensionnat.

– Maman est morte quand j’avais dix ans, nous étions très proches.

– C’est courageux, la plupart des gens ne prononcent jamais ce mot, ils disent « parti » ou encore « quitté ».

– Quitter ou partir sont des actions volontaires.

– Vous avez grandi seul ?

– La solitude peut être une forme de compagnie. Et vous ? Vos parents ?

– Ma mère seulement, depuis mon accident nos relations sont plutôt tendues, elle est un peu trop présente.

– L’accident ?

– Un tonneau en voiture, j’ai été éjectée, laissée pour morte, mais l’acharnement d’un de mes professeurs m’a ramenée à la vie après quelques mois de coma.

– Vous n’avez gardé aucun souvenir de cette période ?

– Je me souviens des dernières minutes avant l’impact, après il y a un trou de onze mois dans ma vie.

– Personne n’a jamais réussi à se souvenir de ce qui se passe pendant ces moments-là ? demanda Arthur la voix chargée d’espoir.

Lauren sourit, elle regarda le chariot à dessert rangé non loin d’elle.

– Pendant qu’on est dans le coma ? C’est impossible ! reprit-elle. C’est le monde de l’inconscience, il ne se passe rien.

– Pourtant la vie continue tout autour, non ?

– Ca vous intéresse vraiment ? Vous n’êtes pas obligé d’être poli, vous savez.

Arthur promit que sa curiosité était sincère. Lauren lui expliqua qu’il y avait bien des théories à ce sujet, et peu de certitudes. Les patients avaient-ils une perception de ce qui les entourait ? D’un point de vue médical, elle n’y croyait pas beaucoup.

– Vous avez dit d’un point de vue médical ? Pourquoi cette distinction ?

– Parce que j’ai vécu la chose de l’intérieur.

– Et vous en avez tiré des conclusions différentes ?

Lauren hésita à répondre, elle montra le chariot de dessert au serveur qui s’empressa d’accourir à sa table. Elle choisit un mousse au chocolat pour elle, et comme Arthur ne demandait rien, elle commanda un éclair au chocolat pour lui.

– Et deux assiettes desserts pour Miss, dit le garçon en servant les assiettes.

– Je fais parfois des rêves étranges qui ressemblent à des fragments de mémoire, comme des sensations qui me reviennent, mais je sais aussi que le cerveau est capable de transformer en souvenirs ce qu’on lui a raconté.

– Et que vous a-t-on dit ?

– Rien de particulier, la présence de ma mère, tous les jours, celle de Betty, une infirmière qui travaille dans mon service et d’autres choses sans réelle importance.

– Comme ?

– Mon réveil, mais nous avons assez parlé de tout ça, il faut que vous goûtiez à ces desserts !

– Ne m’en veillez pas mais je suis allergique au chocolat.

– Vous ne voulez rien d’autre ? Vous n’avez ni bu ni mangé.

– Je comprends votre mère, elle doit être un peu excessive dans ses comportements, mais ce n’est que de l’amour.

– Elle vous adorerait si elle vous entendait.

– Je sais, c’est un de mes grands défauts.

– Lequel ?

– Je suis le genre d’homme dont les belles-mères se souviennent, mais pas toujours leur fille.

– Et de belles-mères comme vous dites, il y en a eu beaucoup ? demanda Lauren en prenant une grande cuillère de mousse au chocolat.

Arthur la regarda amusé ; elle avait un trait de chocolat au-dessus de la lèvre. Il avança la main, comme pour effacer la flèche de l’arc de Cupidon, mais il n’osa pas.

Derrière son comptoir, un barman regardait leur table, intrigué.

– Je suis célibataire.

– J’ai du mal à vous croire.

– Et vous ? reprit Arthur.

Lauren chercha ses mots avant de répondre.

– J’ai quelqu’un dans ma vie, nous ne vivons pas vraiment ensemble, enfin il est là. C’est parfois comme cela, les sentiments s’éteignent. Vous êtes célibataire depuis longtemps ?

– Assez longtemps, oui.

– Là, je ne vous crois plus du tout.

– Qu’est-ce qui vous semble impossible ?

– Qu’un type comme vous reste seul.

– Je ne suis pas seul !

– Ah, vous voyez !

– On peut aimer quelqu’un et être célibataire ! Il suffit que le sentiment ne soit pas réciproque, ou que la personne ne soit pas libre.

– Et on peut rester fidèle à quelqu’un tout ce temps ?

– Si ce quelqu’un est la femme de votre vie, cela vaut la peine d’attendre, non ?

– Donc vous n’êtes pas célibataire.

– Pas dans mon cœur.

Lauren prit une grande gorgée de son café et grimaça. Le liquide était froid. Arthur aurait voulu lui en commander un autre mais elle le devança et montra au serveur la cafetière posée sur la plaque chauffante d’une desserte.

– Miss voudra une ou deux tasses ? demanda le serveur, un sourire ironique aux lèvres.

– Vous avez un problème ? réplique Lauren.

– Moi, pas du tout, dit le garçon en repartant vers son office.

– Vous croyez qu’il est énervé parce que vous n’avez rien pris ? demanda-t-elle à Arthur.

– C’était bon ? répondit-il.

– Affreux, dit Lauren en riant.

– Alors pourquoi avez-vous choisi cet endroit ? répliqua Arthur en la rejoignant dans son rire.

– J’aime sentir le souffle de la mer, mesurer sa tension, son humeur

Le rire d’Arthur se mut en un sourire chargé de mélancolie, il y avait de la tristesse dans ses yeux, des étoiles de chagrin avec un goût de sel.

–Qu’est-ce que vous avez ? questionna Lauren.

–Rien, juste un souvenir.

Lauren fit signe au serveur de lui porter l’addition.

–Elle a de la chance, dit-elle en reprenant une gorgée de café.

–Qui ça ?

–.Celle que vous attendez depuis longtemps.

– Vraiment ? demanda Arthur.

– Oui, vraiment ! Qu’est-ce qui vous a séparés ?

– Problème de compatibilité !

– Vous ne vous entendiez plus ?

– Si, très bien. Nous partagions des fous rires, des envies. Nous nous étions même juré de rédiger un jour une liste des choses heureuses à faire, elle appelait ça la
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Marc Levy a publié huit romans iconEst née à Paris en 1965. Depuis 1999, elle a publié huit récits aux éditions Verticales, dont

Marc Levy a publié huit romans iconIx le manuscrit (suite)
«Création et rédemption» comprend les romans suivants : Le docteur mystérieux et La fille du marquis. Ces deux romans sont ici présentés...

Marc Levy a publié huit romans iconI une ville du Berri
«Création et rédemption» comprend les romans suivants : Le docteur mystérieux et La fille du marquis. Ces deux romans sont ici présentés...

Marc Levy a publié huit romans iconLittérature gréco-latine antique, on donne depuis le 19 e siècle le nom de «romans»
«romans» à un petit nombre d’œuvres en prose, dont la plus ancienne est de la fin du 1er s de notre ère, et la plus récente peut-être...

Marc Levy a publié huit romans iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«J’ai vu les mœurs de mon temps, et j’ai publié ces lettres.» Ne puis-je pas vous dire, à l’imitation de ce grand écrivain : J’étudie...

Marc Levy a publié huit romans iconLa course autour du monde en équipage, avec escales
«Espoirs» ont été effectuées dans différents pays depuis décembre 2004. A chaque séquence, cinq marins ont été retenus pour une sélection...

Marc Levy a publié huit romans iconRapport moral : présenté par l’évêque
«oral» que nous présentera notre évêque, Mgr Marc qui remercie les recteurs des paroisses qui ont, presque tous, envoyé leur rapport...

Marc Levy a publié huit romans iconBibliographie : La Famille Foulque ( 2007)
«trois chats» en 1990 qui connait un grand succès et est bientôt publié en Allemagne et au Etats- unis. «Le sourire du loup», publié...

Marc Levy a publié huit romans iconRomans, nouvelles, biographies et témoignages

Marc Levy a publié huit romans iconLittérature, mythes, romans, contes








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com