Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta








télécharger 32.27 Kb.
titreOrganisé le 1er février 2007 au Café le gambetta
date de publication10.06.2018
taille32.27 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
DÉBAT SUR LA SANTÉ
Organisé le 1er février 2007 au Café LE GAMBETTA
COMPTE - RENDU


Organisé à l’initiative des responsables niçois du Mouvement des Républicains et Citoyens, le débat était co-animé par Ladislas Polski representant le MRC et Pierre Gibelin representant le PS.Il a reuni au café Le Gambetta, Place du Général De Gaulle, à NICE, une trentaine de membres des deux partis.

Les responsables du M.R.C., dans une déclaration liminaire, expriment leur satisfaction de mener une campagne commune avec le P.S., et de joindre leurs efforts aux nôtres pour faire gagner la gauche en 2007.

Le Dr Ladislas POLSKI précise que, bien que « la santé » ne constitue pas un des thèmes de débat participatif expressément prévu par Ségolène ROYAL, les membres de son mouvement avaient estimé que le thème de la Santé constituait un des éléments du débat sur « Les Insécurités » et avait sa place dans notre réflexion. En effet, la Santé doit être considérée comme un des piliers du système républicain, et la Gauche doit défendre, au travers de son programme, le principe d’une santé égalitaire et solidaire.

Le Professeur Pierre GIBELIN, membre du Bureau Fédéral du P.S., déplore, comme Ladislas POLSKI, que les grands débats prévus par notre candidate, n’aient pas intégré la santé : il remercie nos camarades de l’ « astuce » consistant à relier la Santé aux problèmes d’Insécurité. Cette interprétation va nous permettre de débattre des questions concernant la Santé qui préoccupent tout à la fois le monde médical et l’ensemble des citoyens.
Le débat s’articulera autour de trois thèmes de réflexion :
I – Les inégalités

II – L’organisation du système de santé en France : médecine de Ville et Hôpital

III – Le financement : quelles propositions alternatives peuvent-elles être formulées ?
I – Les inégalités de santé :

Elles sont multiples et bien connues et donnent lieu à un débat animé. Chacun sait que l’espérance de vie d’un ouvrier et celle d’un cadre sont très différentes : l’écart entre l’ouvrier et le cadre est évalué, suivant la profession de l’ouvrier, entre six et dix ans.
Les efforts de prévention sont inégalement répartis, alors qu’ils revêtent une importance considérable.

Les bénéficiaires de la « Couverture Médicale Universelle » sont trop souvent exclus du système de santé, certains médecins de ville leur refusant l’accès de leur cabinet.
S’ajoutent des inégalités géographiques : la densité médicale est très variable suivant que l’on est en ville ou à la campagne, suivant que l’on vit au Nord et à l’Est de la France ou bien au Sud.
Une intervenante rappelle ,en outre que beaucoup de médecins ne veulent plus se rendre dans certains quartiers, en raison des risques d’insécurité.

La conséquence est que certains personnes ne se soignent plus, négligent de consulter, même si elles sont atteintes de maladies graves (sida par exemple), et que de nombreuses femmes résidant dans ces quartiers ne se font plus suivre en cas de grossesse !
De même, les hôpitaux locaux, qui tendent à disparaître, sont très inégalement répartis sur le territoire, et la qualité – et la nature – des soins qu’ils dispensent varie considérablement d’un hôpital à l’autre et pose le problème de l’accés aux soins de proximité .
Il est donc evident que si en théorie, tous les citoyens peuvent avoir accès aux soins, dans la pratique, les inégalités sont considérables.
Le débat s’engage sur les problèmes de la Prévention.

Une professionnelle de santé estime que la prévention devrait être faite dans les Écoles. Or il n’existe pas d’infirmières dans les écoles primaires, et certains enfants fréquentant ces écoles ne voient jamais un médecin.
S’agissant de la Médecine du Travail, il faut donner davantage de pouvoirs au médecin de prévention dans les entreprises.

Les participants s’accordent à dire qu’il convient de mener une réflexion approfondie sur « la Médecine et le monde du Travail ». La médecine du travail doit être développée et la prise en charge des patients doit être étendue.

Il faut savoir que la médecine du travail n’est pas indépendante : le chef d’entreprise est maître chez lui, pour cela, comme pour le reste.Ceci pose le problème jamais resolu d’une veritable indépendance du médecin du travail

Dans les petites entreprises, un des problèmes essentiels de la médecine du travail est celui de l’absence d’un suivi satisfaisant.
Nathalie AUDIN souligne que le gouvernement RAFFARIN a ramené à une visite tous les deux ans l’intervention du médecin du Travail, au lieu d’une visite chaque année, comme cela était la règle auparavant. C’est l’employeur qui prend en charge cette intervention du Médecin du Travail ; et il est indéniable que la Médecine du Travail joue un rôle primordial en matière de santé publique. Il ne faut pas oublier que ce sont ses services qui ont révélé le problème de l’amiante.
Une intervenante souligne que, lui semble-t-il, les médecins - qu’ils soient médecins de ville ou médecins hospitaliers - n’ont qu’une vue très partielle des problèmes de santé, et au surplus, ne sont pratiquement jamais consultés par les politiques. Elle fait observer qu’une bonne politique de santé devrait lier la prévention et les soins. Un des participants demande si, dans cette perspective le retour à l’implantation de dispensaires dans les quartiers populaires ne serait pas une solution souhaitable.En fait Pierre Gibelin precise qu’il est preferable de parler de maison de santé qui serait un lieu de prise en charge pluridisciplinaire. De même, on peut s’interroger sur l’intérêt du carnet médical qui avait été mis en place, il y a quelques années, mais a été abandonné.
Par ailleurs il ajoute que le l système hospitalier doit de décentraliser et se rapprocherdes usagers de la santé en particulier dans les quartiers populaires en créant des centres médicaux où soient alliés le « préventif » ET les soins.
Enfin, il est nécessaire de rappeler que la droite s’est d’ores et déjà emparée du thème de la santé, mais à sa manière. Et Pierre Gibelin insiste sur la nécessité, pour nous, hommes de gauche, et pour notre candidate, de réfléchir à des solutions qui ne peuvent s’inscrire que dans le cadre d’une politique sociale, et d’une politique sociale de gauche. C’est ainsi que, dans sa relation avec le malade, le médecin doit pouvoir prendre le temps de lui expliquer les causes de sa maladie, de lui faire analyser les symptômes, de lui faire comprendre ce qu’il ressent et pourquoi, de lui faire prendre conscience des précautions qu’il doit observer et de suivre voire d’adapter son traitement. L’objectif du médecin doit être de responsabiliser le malade, par une démarche citoyenne.C’est le but de l’éducation thérapeutique pilier des réseaux de santé dont on parlera plus loin. Bien sûr, une telle démarche implique que le soignant consacre beaucoup de temps à son patient et partage son « pouvoir » avec d’autres acteurs de santé.
II – L’architecture du système de soins
Le système de soins s’articule autour de deux pôles :

  1. la médecine de Ville à laquelle on attribue un rôle de pivot,

  2. l’hôpital public dont la finalité est de prendre en charge TOUS les patients avec en plus pour les CHU une fonction d’enseignement et de recherche.

Pour que le système fonctionne efficacement, il est indispensable d’établir des ponts entre la Médecine de Ville et l’Hôpital.

Il convient donc de réfléchir et de proposer des solutions à la territorialisation.
Le Professeur GIBELIN s’attache à faire comprendre à l’auditoire ce qu’est la « médecine en réseau ».

Le réseau « ville – hôpital » a pour finalité première d’assurer le maintien du malade à son domicile. Pour parvenir à ce résultat, il faut qu’un lien se crée entre l’Hôpital et le Médecin de Ville. Le système, qu’il est important de professionnaliser, est particulièrement bien adapté pour la prise en charge des maladies chroniques. Le gouvernement a suspendu actuellement la création de nouveaux réseaux….les trouvant non rentable. Pourtant, nous précise le Professeur GIBELIN, le réseau est une structure officielle : le médecin et le malade concluent un « contrat », dans lequel le médecin prend un certain nombre d’engagements. Ce contrat garantit au malade qu’il aura les soins les meilleurs possible. L’ensemble du personnel soignant s’engage à assurer la prise en charge pluri-disciplinaire du patient avec évaluation des résultats.
Une participante fait observer qu’il faut associer, dans la réalisation des soins, tous les acteurs de santé, du médecin à l’infirmière, au kinésithérapeute et à l’aide soignante. Il lui est répondu que c’est là, justement, la base même du « réseau ».
Le Docteur POLSKI souhaite que soit abordé le problème de la « politique » de l’hôpital, telle qu’elle est conçue par les actuels acteurs politiques. Il insiste sur la distinction à opérer entre une politique de droite et une politique de gauche en la matière. La politique actuelle veut conduire à une égalité entre l’hôpital public et clinique privée sur le plan financier, en introduisantà lhopital une tarification en fonction de l’activité.

Pierre GIBELIN explique le contenu de la réforme « hôpital 2007 » . Elle constitue une remise en cause du système hospitalier français.

Il explique la distinction entre tarification à l’acte, telle qu’elle est pratiquée dans le privé, et dotation globale, qui constitue le système actuellement pratiqué dans le public. La réforme envisagée aura pour effet d’introduire la tarification à l’activité dans le secteur public, ce qui obligera, comme c’est déjà le cas pour ceux du privé, de favoriser les hospitalisations « rentables ». On s’éloigne ainsi de la notion d’intérêt général, pour se rapprocher de la notion de rentabilité, ce qui est totalement contraire aux objectifs d’une politique de gauche.
Un second aspect de cette réforme est également inquiétant. L’hôpital doit être divisé en « pôles », regroupant plusieurs spécialités, sans lien particulier entre elles. Chaque pôle dispose de son budget propre qu’il va être chargé de gérer. L’objectif d’une telle organisation en « pôles » sera, à n’en pas douter une mutualisation des personnels, qui seront affectés à un pôle et non plus à un service, et pourront ainsi être utilisés indifféremment dans un service ou dans un autre. De même, il y aura mutualisation du matériel. Le chef de pôle, qui devra « utiliser au mieux » le budget qui lui est alloué, sera tenté de pratiquer exclusivement des actes qui rapportent….Interrogé sur le devenir d’un pôle qui s’avèrerait déficitaire, un conseiller du Ministre de la Santé a précisé « Il peut être amené à fermer ». Rien de bien rassurant pour des militants de gauche !!
Le problème de l’hôpital psychiatrique a également été évoqué, pour souligner l’état de vétusté et de délabrement des services psychiatriques de l’hôpital public, qui montre le désintérêt des acteurs politiques pour les problèmes de santé mentale. Le même abandon coupable se rencontre dans le mépris de la prise en charge de la santé dans les prisons. Les réactions de la Droite sur ce sujet sont particulièrement rétrogrades.
III – Le financement de la protection sociale
Le système du financement de la protection sociale qui a prévalu jusqu’à une date récente est issu du « Conseil National de la Résistance ». Depuis qu’elle est aux affaires, la Droite s’emploie sans cesse à attaquer la notion de financement collectif, qui a présidé à la mise en place de la Sécurité Sociale.
La Gauche doit impérativement privilégier tout ce qui conduit à développer la notion de solidarité, et notre candidate, Ségolène ROYAL, doit, dans sa campagne, proposer et promouvoir des mesures qui s’inscrivent résolument dans le cadre d’une politique de Gauche. 

La droite multiplie ses critiques et ses attaques sur ce qu’elle dénomme « les charges sociales », alors qu’il ne devrait être question que de « cotisations sociales ». L’expression « charges sociales » devrait être bannie, car elle suggère un poids pour les entreprises, - alors qu’elle est aussi, en partie, acquittée par les salariés eux-mêmes – et exclut la notion essentielle qui a présidé à l’instauration de la Sécurité Sociale, et qui est la notion de solidarité.

La Gauche doit avoir le courage politique de défendre avec vigueur notre Sécurité Sociale, et de ne pas hésiter à revenir sur les exonérations de toutes sortes qui ont été accordées au patronat et qui metteen deficit celle-ci.
On a, au cours de ces dernières années, laissé le champ libre aux idéaux de la Droite. Il faut, dans la campagne à mener, ne pas craindre d’en revenir à un discours résolument de Gauche …
Le Docteur POLSKI évoque la politique du médicament.

Un participant souligne que le prix des médicaments génériques, dont la prescription est recommandée, a fortement augmenté. Le Docteur précise, dans sa réponse, que leur prix reste inférieur, en moyenne, de 15% à celui d’un médicament normal.

Là encore, la Gauche doit promouvoir une politique du médicament de nature à en faire baisser le prix. Pierre GIBELIN rappelle que les Laboratoires Pharmaceutiques font « leurs choux gras » sur le fait que le médicament est remboursé… Il serait, en conséquence, légitime que les Laboratoires fassent un effort et participent au financement de la Sécurité Sociale.

X X
X

En conclusion, il est apparu à l’ensemble des participants que, en matière de santé, les différences fondamentales entre une politique de gauche et une politique de droite doivent être relevées et soulignées. Parce que la santé est un domaine qui implique la solidarité, et non la charité, parce que sans volonté d’aller vers l’égalité de l’ensemble des citoyens on sombre dans la plus monstrueuse des inégalités, parce que les défis sont incroyables (vieillissement de la population, découvertes scientifiques, enjeux économiques), la santé doit être au cœur du programme de Ségolène ROYAL.

L’ultralibéralisme prôné par Nicolas SARKOZY ne peut, par essence même, dans ce domaine comme dans d’autres, apporter de solution humaniste.
Propos recueillis par Annie PIETRI (P.S.)

Pierre GIBELIN

Secretaire fédéral à la politique de la ville

Délégué à la santé




similaire:

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconCommunPressemitteilung Continental Automotive, acteur majeur de la...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconLieu Café «le bon pêcheur», à l’angle de la rue des Prêcheurs et...
«le bon pêcheur», à l’angle de la rue des Prêcheurs et de la rue Pierre Lescot – Paris 1er

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconParcours pédagogique
«le café la nuit». Aujourd’hui, on peut voir la place et le café qui l’a inspiré (IL porte son nom) et cela permet de mieux comprendre...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconRobert Bonnell : Le symbolisme initiatique selon Dante
«Dante le grand initié» (Editions Dervy, 2002) et d’un film sur l’Enfer de Dante. Sa conférence du 3 février 2005 était présentée...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconAnimations fevrier 2006 – janvier 2007
«cinéma et société». Thème du débat : le travail rend-t-il malade ? Débat avec Michèle Darroman, Syndicat cgt et

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconCompte rendu Séance du 1er février 2010
«Le Malade Imaginaire» à l’association Collectif Théâtre lila pour un montant de 2 008,75 €, et sur un contrat de spectacle le 29...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconRapport moral 2007 / 2008
«Loi 1901», son bureau est composé de 6 membres, assisté d’un Conseil d’Administration de 16 membres (mandat de 2 ans). Les réunions...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconLes mutualisations police-gendarmerie nationales Etat d’avancement...
«multiplicateur de force», les nouveaux systèmes devront être conçus de façon cohérente, pour favoriser l'interaction entre les deux...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconExpositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours,...

Organisé le 1er février 2007 au Café le gambetta iconDu 18 janvier au 23 février 2007, la galerie Art & Essai de l’université...
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com