De la même auteure, à la Bibliothèque








télécharger 389.25 Kb.
titreDe la même auteure, à la Bibliothèque
page1/24
date de publication11.06.2018
taille389.25 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24


George Sand

Leone Leoni



BeQ


Leone Leoni
par
George Sand

(Aurore Dupin)


La Bibliothèque électronique du Québec

Collection À tous les vents

Volume 153 : version 1.01

De la même auteure, à la Bibliothèque :




La Comtesse de Rudolstadt

Consuelo

Le meunier d’Angibault

Horace

La dernière Aldini

Le secrétaire intime

Les maîtres mosaïstes

Voyage dans le cristal

Indiana

Valentine

Les dames vertes

Lelia

La mare au diable

La petite Fadette

Simon

François le Champi

Teverino

Lucrezia Floriani

Le château des Désertes

Les maîtres sonneurs

Francia

Pauline, suivi de Metella

La marquise, suivi de Lavinia et Mattea

Les ailes de courage

Légendes rustiques

Un hiver à Majorque

Journal d’un voyageur pendant la guerre

Nanon

Leone Leoni

Le roman Leone Leoni a paru pour la première fois en avril 1834 dans la Revue des Deux Mondes.

1


Nous étions à Venise. Le froid et la pluie avaient chassé les promeneurs et les masques de la place et des quais. La nuit était sombre et silencieuse. On n’entendait au loin que la voix monotone de l’Adriatique se brisant sur les îlots, et de temps en temps les cris des hommes de quart de la frégate qui garde l’entrée du canal Saint-Georges s’entrecroisant avec les réponses de la goélette de surveillance. C’était un beau soir de carnaval dans l’intérieur des palais et des théâtres ; mais au-dehors tout était morne, et les réverbères se reflétaient sur les dalles humides, où retentissait de loin en loin le pas précipité d’un masque attardé, enveloppé dans son manteau.

Nous étions tous deux seuls dans une des salles de l’ancien palais Nasi, situé sur le quai des Esclavons, et converti aujourd’hui en auberge, la meilleure de Venise. Quelques bougies éparses sur les tables et la lueur du foyer éclairaient faiblement cette pièce immense, et l’oscillation de la flamme semblait faire mouvoir les divinités allégoriques peintes à fresque sur le plafond. Juliette était souffrante, elle avait refusé de sortir. Étendue sur un sofa et roulée à demi dans son manteau d’hermine, elle semblait plongée dans un léger sommeil, et je marchais sans bruit sur le tapis en fumant des cigarettes de Serraglio.

Nous connaissons, dans mon pays, un certain état de l’âme qui est, je crois, particulier aux Espagnols. C’est une sorte de quiétude grave qui n’exclut pas, comme chez les peuples tudesques et dans les cafés de l’Orient, le travail de la pensée. Notre intelligence ne s’engourdit pas durant ces extases où l’on nous voit plongés. Lorsque nous marchons méthodiquement, en fumant nos cigares, pendant des heures entières, sur le même carré de mosaïque, sans nous en écarter d’une ligne, c’est alors que s’opère le plus facilement chez nous ce qu’on pourrait appeler la digestion de l’esprit ; les grandes résolutions se forment en de semblables moments, et les passions soulevées s’apaisent pour enfanter des actions énergiques. Jamais un Espagnol n’est plus calme que lorsqu’il couve quelque projet ou sinistre ou sublime. Quant à moi, je digérais alors mon projet ; mais il n’avait rien d’héroïque ni d’effrayant. Quand j’eus fait environ soixante fois le tour de la chambre et fumé une douzaine de cigarettes, mon parti fut pris. Je m’arrêtai auprès du sofa, et, sans m’inquiéter du sommeil de ma jeune compagne :

– Juliette, lui dis-je, voulez-vous être ma femme ?

Elle ouvrit les yeux et me regarda sans répondre. Je crus qu’elle ne m’avait pas entendu, et je réitérai ma demande.

– J’ai fort bien entendu, répondit-elle d’un ton d’indifférence, et elle se tut de nouveau.

Je crus que ma demande lui avait déplu, et j’en conçus une colère et une douleur épouvantables ; mais, par respect pour la gravité espagnole, je n’en témoignai rien, et je me remis à marcher autour de la chambre.

Au septième tour, Juliette m’arrêta en me disant :

– À quoi bon ?

Je fis encore trois tours de chambre, puis je jetai mon cigare ; et, tirant une chaise, je m’assis auprès d’elle.

– Votre position dans le monde, lui dis-je, doit vous faire souffrir ?

– Je sais, répondit-elle en soulevant sa tête ravissante et en fixant sur moi ses yeux bleus où l’apathie semblait toujours combattre la tristesse, oui, je sais, mon cher Aleo, que je suis flétrie dans le monde d’une désignation ineffaçable : fille entretenue.

– Nous l’effacerons, Juliette ; mon nom purifiera le vôtre.

– Orgueil des grands ! reprit-elle avec un soupir.

Puis se tournant tout à coup vers moi, et saisissant ma main, qu’elle porta malgré moi à ses lèvres :

– En vérité ! ajouta-t-elle, vous m’épouseriez, Bustamente ? Ô mon Dieu ! mon Dieu ! quelle comparaison vous me faites faire !

– Que voulez-vous dire, ma chère enfant ? lui demandai-je.

Elle ne me répondit pas et fondit en larmes.

Ces larmes, dont je ne comprenais que trop bien la cause, me firent beaucoup de mal. Mais je renfermai l’espèce de fureur qu’elles m’inspiraient, et je revins m’asseoir auprès d’elle.

– Pauvre Juliette, lui dis-je, cette blessure saignera donc toujours !

– Vous m’avez permis de pleurer, répondit-elle ; c’est la première de nos conventions.

– Pleure, ma pauvre affligée, lui dis-je, ensuite écoute et réponds-moi.

Elle essuya ses larmes et mit sa main dans la mienne.

– Juliette, lui dis-je, lorsque vous vous traitez de fille entretenue, vous êtes une folle. Qu’importent l’opinion et les paroles grossières de quelques sots ? Vous êtes mon amie, ma compagne, ma maîtresse...

– Hélas ! oui, dit-elle, je suis ta maîtresse, Aleo, et c’est là ce qui me déshonore ; je devrais être morte plutôt que de léguer à un noble cœur comme le tien la possession d’un cœur à demi éteint.

– Nous en ranimerons peu à peu les cendres, ma Juliette ; laisse-moi espérer qu’elles cachent encore une étincelle que je puis trouver.

– Oui, oui, je l’espère, je le veux ! dit-elle vivement. Je serai donc ta femme ? Mais pourquoi ? t’en aimerai-je mieux ? te croiras-tu plus sûr de moi ?

– Je te saurai plus heureuse, et j’en serai plus heureux.

– Plus heureuse ! Vous vous trompez, je suis avec vous aussi heureuse que possible ; comment le titre de dona Bustamente pourrait-il me rendre plus heureuse ?

– Il vous mettrait à couvert des insolents dédains du monde.

– Le monde ! dit Juliette ; vous voulez dire vos amis. Qu’est-ce que le monde ? Je ne l’ai jamais su. J’ai traversé la vie et fait le tour de la terre sans réussir à apercevoir ce que vous appelez le monde.

– Je sais que tu as vécu jusqu’ici comme la fille enchantée dans son globe de cristal, et pourtant je t’ai vue jadis verser des larmes amères sur la déplorable situation que tu avais alors. Je me suis promis de t’offrir mon rang et mon nom aussitôt que ton affection me serait assurée.

– Vous ne m’avez pas comprise, don Aleo, si vous avez cru que la honte me faisait pleurer. Il n’y avait pas de place dans mon âme pour la honte ; il y avait assez d’autres douleurs pour la remplir et pour la rendre insensible à tout ce qui venait du dehors. S’il m’eût aimée toujours, j’aurais été heureuse, eussé-je été couverte d’infamie aux yeux de ce que vous appelez le monde.

Il me fut impossible de réprimer un frémissement de colère ; je me levai pour marcher dans la chambre, Juliette me retint.

– Pardonne-moi, me dit-elle d’une voix émue, pardonne-moi le mal que je te fais. Il est au-dessus de mes forces de ne jamais parler de cela.

– Eh bien ! Juliette, lui répondis-je en étouffant un soupir douloureux, parles-en donc si cela doit te soulager ! Mais est-il possible que tu ne puisses parvenir à l’oublier, quand tout ce qui t’environne tend à te faire concevoir une autre vie, un autre bonheur, un autre amour !

– Tout ce qui m’environne ! dit Juliette avec agitation. Ne sommes-nous pas à Venise ?

Elle se leva et s’approcha de la fenêtre ; sa jupe de taffetas blanc formait mille plis autour de sa ceinture délicate. Ses cheveux bruns s’échappaient des grandes épingles d’or ciselé qui ne les retenaient plus qu’à demi, et baignaient son dos d’un flot de soie parfumée. Elle était si belle avec ses joues à peine colorées et son sourire moitié tendre, moitié amer, que j’oubliai ce qu’elle disait, et je m’approchai pour la serrer dans mes bras. Mais elle venait d’entrouvrir les rideaux de la fenêtre, et regardant à travers la vitre, où commençait à briller le rayon humide de la lune :

– Ô Venise ! que tu es changée ! s’écria-t-elle ; que je t’ai vue belle autrefois, et que tu me sembles aujourd’hui déserte et désolée !

– Que dites-vous, Juliette, m’écriai-je à mon tour ; vous étiez déjà venue à Venise ? Pourquoi ne me l’avez-vous pas dit ?

– Je croyais que vous aviez le désir de voir cette belle ville, et je savais qu’un mot vous aurait empêché d’y venir. Pourquoi vous aurais-je fait changer de résolution ?

– Oui ! j’en aurais changé, répondis-je en frappant du pied. Eussions-nous été à l’entrée de cette ville maudite, j’aurais fait virer la barque vers une rive que ce souvenir n’eût pas souillée ; je vous y aurais conduite, je vous y aurais portée à la nage, s’il eût fallu choisir entre un pareil trajet et la maison que voici, où peut-être vous retrouvez à chaque pas une trace brûlante de son passage ! Mais, dites-moi donc, Juliette, où je pourrai me réfugier avec vous contre le passé ? Nommez-moi donc une ville, enseignez-moi donc un coin de l’Italie où cet aventurier ne vous ait pas traînée ?

J’étais pâle et tremblant de colère ; Juliette se retourna lentement, me regarda avec froideur, et reportant les yeux vers la fenêtre :

– Venise, dit-elle, nous t’avons aimée autrefois, et aujourd’hui je ne te revois pas sans émotion ; car il te chérissait, il t’invoquait partout dans ses voyages, il t’appelait sa chère patrie ; car c’est toi qui fus le berceau de sa noble maison, et un de tes palais porte encore le même nom que lui.

– Par la mort et par l’éternité ! dis-je à Juliette en baissant la voix, nous quitterons demain cette chère patrie !

– Vous pourrez quitter demain et Venise et Juliette, me répondit-elle avec un sang-froid glacial ; mais pour moi je ne reçois d’ordre de personne, et je quitterai Venise quand il me plaira.

– Je crois vous comprendre, mademoiselle, dis-je avec indignation : Leoni est à Venise.

Juliette fut frappée d’une commotion électrique.

– Qu’est-ce que tu dis ? Leoni est à Venise ? s’écria-t-elle dans une sorte de délire, en se jetant dans mes bras ; répète ce que tu as dit, répète son nom, que j’entende au moins encore une fois son nom !

Elle fondit en larmes, et, suffoquée par ses sanglots, elle perdit presque connaissance. Je la portai sur le sofa, et, sans songer à lui donner d’autre secours, je me remis à marcher sur la bordure du tapis. Alors ma fureur s’apaisa comme la mer quand le sirocco replie ses ailes. Une douleur amère succéda à mon emportement, et je me pris à pleurer comme une femme.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconLittérature québécoise Volume 553 : version 0 Du même auteur, à la...
«dédaignant d’être le lierre parasite, Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul»

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com