Thèse de docteur en Pharmacie








télécharger 2.88 Mb.
titreThèse de docteur en Pharmacie
page16/37
date de publication21.01.2020
taille2.88 Mb.
typeThèse
ar.21-bal.com > loi > Thèse
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   37
Figure 5 : Fax de Bertrand de Broc au Docteur Chauve (17)



        1. Historique : (2, 3, 98)


La plus ancienne volonté écrite de venir en aide aux marins en péril remonte sans doute au XIIème siècle. La jeune Aliénor d’Aquitaine, quelque peu délaissée par le roi, se réfugiait souvent dans l’Ile d’Oléron, qu’elle affectionnait particulièrement et où elle venait chercher la solitude dont elle avait besoin pour se consoler des humiliations dont elle était l’objet dans la terre de France.
Au cours d’un de ses séjours, elle décida de tenter de mettre fin à un usage barbare depuis longtemps établi sur la côte d’Oléron et qui consistait, au lieu de leur porter secours, à achever le travail de la mer en tuant les naufragés rescapés et en s’appropriant les cargaisons récupérées. Elle fit rédiger le fameux code nautique connu sous le nom de Rôles ou Jugements d’Oléron (1152), qui était un recueil de droit maritime fixant les usages maritimes de l’océan.
Le secours en mer existe donc depuis longtemps, mais a toujours été une affaire de solidarité entre marins, ceux-ci s’accommodant de la précarité de leur situation vis à vis de la sécurité. Puis, peu à peu, de nombreux organismes se sont investis dans l’assistance aux marins :


  • En 1946, ouverture du centre de télécommunication radio-maritime à longue distance (ondes décamétriques – BLU) à Saint-Lys permettant de mettre en relation tout marin, quelle que soit sa position en mer, avec la terre. Ce sera le début des demandes d’avis médical auprès d’un médecin de l’Hôpital Purpan de Toulouse.

  • A partir de 1976, mise en place du régulateur au SAMU de Toulouse, médecin présent 24h sur 24 vers qui sont centralisés les appels des navires.

  • L’instruction Interministérielle du 29 avril 1983 définit « l’organisation opérationnelle de l’aide médicale en mer » en France qui coordonne l’action des quatre intervenants principaux et reconnaît pour la première fois le principe d’une consultation radio-médicale maritime assurée depuis le SAMU de Toulouse, qui devient centre de consultations Médicales Maritimes (CCMM).

  • En 1992, la Directive Européenne 92/29/CEE du Conseil généraliste le principe de la consultation radio-médicale en Europe et stipule que désormais chaque Etat membre doit se doter d’un centre pouvant assurer en permanence et gratuitement, un service de radio-consultations Médicales Maritimes.

  • L’arrêté du 10 mai 1995 reconnaît le CCMM comme le Centre de Consultations télémédicales Maritimes (tel que défini par la Directive Européenne de 92) dont le service est permanent et gratuit, et les médecins régulièrement formés aux spécificités du milieu maritime.




        1. Les acteurs : (3, 15)


L’organisation des soins en mer fera appel à 4 intervenants principaux : le CCMM, les CROSS, les SCMM, et les COM.



          1. Le CCMM (Centre de Consultation Médicale Maritime):

Basé à Toulouse, il assure une veille médicale 24h/24 et est chargé de la consultation médicale à distance émanent du monde entier. Il propose les éventuelles évacuations. Tous les médecins du centre sont des urgentistes.


          1. Les CROSS : Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage

Ils assurent une veille opérationnelle 24h/24 et sont chargés, dans leur zone de responsabilité, de la coordination de l’ensemble des moyens publics et privés pour des tâches de services publics (recherche, sauvetage, surveillance de la navigation maritime, des pêches et des pollutions marines). Ils contrôlent les zones côtières sous la responsabilité Française, de la frontière belge à la frontière italienne, y compris la Corse.
Ils sont divisés en cinq centres régionaux permanents qui couvrent chacun une zone spécifique, complémentaire entre elle à savoir, Gris-Nez, Jobourg, Corsen, Etel, La Garde. Ils sont complétés pendant la saison estivale par trois sous-CROSS temporaires : Soulac, Agde, Corse.
En cas de nécessité, ils peuvent faire appels à d’importants moyens navals, aériens et terrestres relevant de divers organisme :

  • la Marine Nationale avec ses vedettes, navires, avion à long rayon d’action ( Breguets Atlantique), hélicoptères (« Super Frelon »),

  • l’armée de l’air avec ses hélicoptères type « Pumas »,

  • la Gendarmerie Nationale avec ses vedettes, hélicoptères légers type « Alouette III », ses brigades terrestres, les patrouilleurs de la Gendarmerie Maritime,

  • la Protection Civile (hélicoptères légers), les pompiers (zodiacs, brigades), la Police Nationale,

  • les Douanes (vedettes, aéronefs),

  • la S.N.S.M. (Société Nationale de Sauvetage en Mer), composée de bénévoles et volontaires, répartie en station tout le long du littoral français, équipée de canots tout temps, vedettes, canots pneumatiques,

  • les particuliers (navires de commerce, de pêche et de plaisance) qui ont l’obligation, lorsqu’ils sont sur « zone » de participer aux opérations de sauvetage.


Les CROSS ont effectué 14681 interventions sur les navires de plaisance entre 2002 et 2007 ! Ces interventions se dénombrent toujours de manière plus importante au fil des années : 4688 en 2007 contre 4187 en 2006 et 4037 en 2005. La voile aura entrainé 26 décès au cours de l’année 2007.


          1. Les SCMM : SAMU de Coordination Médicale Maritime : SCMM

Ils siègent dans l’enceinte des SAMU terrestres. Leur spécificité est liée en général à leur localisation (Brest, Le Havre, Bordeaux…) et de l’activité souvent maritime des SMUR dont ils ont la régulation en charge Ils assurent eux aussi une veille permanente, et sont chargés de fournir les équipes médicales d’intervention.


          1. Le COM : Centre Opérationnel de la Marine

Le quatrième organisme est le Centre Opérationnel de la Marine (COM). Il fournit, à la demande des CROSS, des moyens maritimes ou aériens de la Marine nécessaire à l’exécution de la mission de sauvetage.
Dans le cas ou le navire qui demande assistance au CCMM est en dehors des eaux territoriales françaises, celui ci contacte son homologue étranger de la zone concernée. Les relais entre le CROSS Gris- Nez qui est plus spécialisé dans l’organisation matériel de l’évacuation sanitaire, et le MRCC étrangers seront adaptés et coordonnés selon cet avis.


      1. Pour la course au large : (155)


Une autre organisation est proposée. Le médecin de la course doit être tenu au courant en cas de problème médical à bord et d’intervention ou de conseils donnés par un autre médecin que lui. Il peut comme le CCMM donner des conseils et il assure une veille sanitaire.

Le skipper reste cependant maître à bord et peut choisir d’avoir d’autres contacts comme son médecin qui le suit habituellement à terre ou encore son équipe technique.

En cas d’urgence médicale, la direction de la course contacte directement le MRCC de la zone de navigation pour organiser l’évacuation du blessé. Le sauvetage et l’assistance en mer sont alors régis par les conventions internationales en vigueur.

Les communications avec le skipper entre le MRCC et le TMAS sont alors interconnectées. Mais pour des rasions de langue, la discussion est souvent plus aisée avec le CCMM de Toulouse.


      1. Les moyens de communication : (2, 3, 47, 98, 99, 183, 184, 185)


Tout plaisancier peut demander une consultation médicale au C.C.M.M de Toulouse. Le plus souvent, il transmettra un message radio V.H.F. demandant « consultation médicale » précédé du message d’urgence « Pan-pan » si le cas lui paraît grave (prononcé panne). Il sera alors en contact avec le médecin de garde. Celui-ci analyse les informations transmises, guide le plaisancier dans l’examen, fait un diagnostic et prescrit un traitement à partir des médicaments embarqués. Il communique également les indications pour faire un pansement, une immobilisation, une piqûre….

Il est donc important de connaître les différents moyens de communication pour obtenir des conseils avisés.


  • Le téléphone portable ou GSM (Global System for Mobil commnications) :

C’est un outil de communication universel et incontournable aujourd’hui. Cependant sa portée étant faible, il ne sera donc utilisé qu’à proximité des côtes



  • La VHF (Very High Frequency):

Elle assure les fonctions minimales des appels de détresse, d’urgence et de sécurité, ainsi que les appels de routine et de réception, en ondes numériques. Elles ont une portée de l’ordre de 15 à 20 miles de bateau à bateau et 30 à 40 miles vers une station côtière. Avec la VHF traditionnelle, les navigateurs devaient communiquer oralement les détails d’une situation d’urgence sur le canal 16.

Les nouvelles générations de VHF sont équipées du système de sécurité ASN (Appel Selectif Numérique) encore appelé DSC (Digital Selective Call). Celui-ci permet aux navigateurs d’envoyer de façon instantanée et sélective des messages d’urgence et de détresse mais aussi des appels de routine de navire à navire et de navire à terre. L’ASN assure aussi une veille automatique des appels de détresse sur le canal 70 afin d’alerter par une alarme sonore et d’informer sur la position, l’identification du bateau ainsi que la nature de la situation d’urgence, tous les navires et toutes les stations côtières équipés du même système. Pour profiter au maximum des avantages du système automatisé, la radio VHF/ASN doit être raccordé à une antenne GPS et programmée avec un n°MMSI (identification du service mobile maritime) unique à 9 chiffres qui est attribué par l’agence nationale des fréquences, pour identifier un navire.Elle n’est pas obligatoire à bord des navires de plaisance pratiquant une navigation hauturière. Cependant, dans ce cas de figure, la présence de trois fusées parachute sera alors requise à bord comme moyen de communication de remplacement…


  • la Bande Latérale Unique ou BLU

Le skipper peut avoir recours également à la BLU en ondes moyennes par la fréquence 2182 KHz en demandant le CCMM à l’opérateur. Ce système est voué à disparaître au profit des systèmes satellites plus récents. Il permet en théorie des communications mondiales gratuites. Il est nécessaire de passer par l’intermédiaire d’une station terrestre qui établit le contact entre l’appelant et le CCMM.

  • L’IRRIDIUM

L’IRRIDIUM est un système privé de communication aux Etats-Unis fonctionnant grâce à une constellation de satellites gérés depuis peu par Boeing et l’armée américaine. Cette technologie permet des communications mondiales en phonie, fax et données numériques grâce à un téléphone mobile d’un type particulier : il suffit de composer son code personnel et le numéro du correspondant peut être mis en relation directe. Malgré un investissement de base supérieur d’un tiers à une installation B.L.U. et un coût de communication encore élevé, l’Iridium s’implante de manière croissante en plaisance du fait de son encombrement réduit et de sa faible consommation électrique. De plus, l’Irridium n’affiche aucune zone d’ombre et permet l’accès Internet bas débit.
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   37

similaire:

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse de docteur en Pharmacie

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse Présentée à la Faculté de Pharmacie de Montpellier

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse présentée pour l’obtention du grade de Docteur

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le...
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne méritait pas d’être...

Thèse de docteur en Pharmacie iconAvis d’Appel Public à la Concurrence – construction d’une pharmacie provisoire

Thèse de docteur en Pharmacie iconLicenciée ès-Sciences; Docteur ès-Lettres

Thèse de docteur en Pharmacie iconUne femme va dans une pharmacie, achète pour 2500F de produits amaigrissants....

Thèse de docteur en Pharmacie icon8-10, square du Docteur Blanche. 75016 Paris

Thèse de docteur en Pharmacie iconAccord-cadre mono-attributaire
«L’intégration au sein des lignes de conditionnement, d’un système de sérialisation et d’agrégation des médicaments au profit de...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com