Mémoires géographiques








télécharger 3.01 Mb.
titreMémoires géographiques
page69/69
date de publication24.12.2016
taille3.01 Mb.
typeMémoires
ar.21-bal.com > loi > Mémoires
1   ...   61   62   63   64   65   66   67   68   69


1 [Non repris en mode texte : Catalogue d'une partie des latitudes observées et des longitudes qui résultent des mesures géométriques dont on s'est servi pour dresser la carte de la Chine faite par les missionnaires de la Compagnie de Jésus, suivant les ordres de l'empereur Cang-hi.

Le site du PôLiB contient ici (choisir 'pagination') le catalogue ci-dessus, de même d'ailleurs que l'ensemble du volume en mode image, et donc l'ensemble des cartes publiées, aisément consultables et téléchargeables (choisir 'index iconographique') : Carte en 12 feuilles de la Tartarie chinoise — Carte du royaume de Corée — Carte des pays traversés par le capitaine Beerings — Carte en 9 feuilles du Tibet.]

1 [c.a. Consulter/télécharger les cartes du quatrième volume sur le site du PôLiB.]

1 Ce Tribunal est le premier des six tribunaux souverains. Il propose, il casse les officiers qui gouvernent le peuple, &c.

1 On la peut voir gravée dans le premier tome.

1 Koue en chinois & kouron en mantcheou signifient royaume.

1 Nous écrivons Kan, mais les Tartares prononcent tous Han : ou plutôt ils tiennent comme le milieu entre la lettre K & la lettre H.

2 Ly & tchang.

1 Quelques Tartares prononcent Onihol.

1 Ce Kajou sou étant selon l'histoire chinoise, le tai tsou, ou aïeul du premier empereur des Yuen, doit être l'aïeul de Coblai, qu'elle nomme aussi Che tsou selon la coutume.

1 En réduisant les lunes chinoises à nos mois.

1 Les Chinois nomment aussi le pays Lasa, Lamatisan.

1 A la Chine on en voit quelques communautés.

1 Prince régulo.

1 Kiou kieou signifie l'oncle maternel.

1 Ce lieu s'appelle Halatsin.

1 Quei hoa tchin en chinois, & en la langue des Tartares d'ouest Houhou hotun.

1 Commencement de l'empire de Kalka.

1 Cong est la première dignité de l'empire après celle des régulos & revient à celle de nos ducs & pairs.

1 Lympha yuen.

1 Ta gin signifie grand officier, ou envoyé de l'empereur. Ta signifie grand, & gin, homme.

1 Cette cérémonie s'appelle Lou miao, c'est-à-dire, entrer dans le lieu où l'on doit demeurer.

1 C’est ainsi que s'appelle cette cérémonie faite au nom de l'empereur.

1 Hiosseë, ce sont ceux du Tribunal des colao, qui sont immédiatement au-dessous des colao.

1 L'édifice pris en général s'appelle palais. Le lieu où se fait la cérémonie est une grande salle.

1 Souan pan est un instrument fait de gros grains de chapelet enfilés dans une petite broche de bois, dans laquelle ces grains coulent aisément, & dont les Chinois se servent pour faire leurs comptes, à peu près comme nous faisons les nôtres avec des jetons, ce qu'ils font avec une promptitude admirable.

1 Je dis les cendres ; car la coutume des Tartares est de brûler les corps & d'en conserver les os & les cendres ; quoiqu'il y ait à présent plusieurs Tartares qui ne les brûlent point, personne ne manque de le faire, lorsque ce sont des gens morts à la guerre ou en voyage hors de la Chine, & les Chinois mêmes en usent quelquefois ainsi.

1 Sept fuen chinois font huit lignes du pied de Paris.

1 Elle est à présent beaucoup plus peuplée.

2 Il est à présent beaucoup plus grand & très peuplé.

1 Il y en a à présent un nombre beaucoup plus grand.

1 Un tan est une mesure qui contient plus de cent livres de riz.

1 Tribunal de la Milice.

1 Dix pieds chinois sont un tchang.

1 Principaux officiers envoyés de l'empereur.

1 Prince du premier ordre.

1 Ils disent Kao li koue ; koue signifie royaume.

2 Solho kouron, disent les Tartares ; kouron signifie royaume.

1 Tribunal des Rits.

1 Chang ou Yng est la seconde famille impériale de la Chine.

1 C'est ainsi que des géographes chinois appellent une partie du pays habité par les Tartares Mantcheoux, mais ce nom est inconnu aux Tartares. Voyez ce qui en a été dit dans les observations géographiques.

2 Un li vaut 360 pas géométriques, 10 lys font une lieue.

3 Sous la dynastie de la famille des Kao, qui a longtemps régné en Corée.

1 Souvent il arrive que les Chinois donnent le même nom au roi, au royaume, & aux habitants : par exemple, on nomme indifféremment Fou yu les peuples de ce nom, & leur royaume, quelquefois aussi ils marquent le roi par le même nom ; il y en a des exemples, quoiqu'ils soient rares.

1 Une autre histoire porte, que Kao lien, roi de Kao li se rendit maître de la Corée, & prit Pinjam, où il établit sa cour, sous le même Yong kia ; qu'il poussa même ses conquêtes jusqu'a la rivière de Leao, & s'empara de la partie du Leao tong, qui est à l'orient de cette rivière, qui se nomme proprement Leao tong, ou orient du Leao ; que Tam tai tçong le recouvra, & que la partie du Leao long, nommée Leao si, ou occident du Leao, fut souvent infectée des courses des Kaoli. A ce compte Kao tchao & Kao lien seraient le même.

1 L'auteur chinois ne dit point ce que c’est que molitchi, qui est un terme coréen. Le sens fait juger que cette charge était quelque chose d'approchant de nos anciens maires du palais.

1 Les Niutché s'appelaient anciennement Souchin, c'est-à-dire, du temps de Vou vang, & auparavant sous les Han, ils prirent le nom de Yieou. Sous les Ouei, celui de Ukii. Sous les Souy, ils furent nommés Moko. Sous les Tang postérieurs, ils commencèrent à avoir le nom de Niutching. Les Song changèrent la lettre de tching en celle de tché, parce que tching était le nom d'un empereur tartare de la dynastie des Leao. Au reste ce n’est pas à dire que ces différents noms aient été communs à tous les peuples qui habitaient ce vaste espace de terre, qui est compris entre les fleuves Hoen tong kiang, Helong kiang, la Corée, & la mer Orientale, comme il est aujourd'hui parmi les Chinois ; c'étaient apparemment les noms que se donnaient les peuples dominants dans cette contrée. C’est ainsi qu'ils se peuvent aujourd'hui appeler Mantcheoux, quoique dans le sens propre ce nom ne convienne qu'à une nation peu nombreuse de ce pays-là. C’est ainsi pareillement que les Moko, qui y établirent un puissant État, lui donnèrent le nom de Pohai, & furent créés rois par Tui tsong, empereur de la dynastie des Tang. Les Leao les subjuguèrent aussitôt. Enfin les noms de pays, de ville & de monarchie changent à la Chine & dans la Tartarie orientale au gré des princes. Ainsi on ne doit pas être surpris, si les habitants du même pays se trouvent avoir des noms si différents.

Le Helong kiang, ou bien Oulong kiang, est nommé par les Mantcheoux, Saghalien oula, & par les Moscovites Amour, ou Yamour. Les Chinois ont traduit le mot de Saghalien par he & ou ; car he en langue vulgaire, & ou en langue savante, signifie noir, & long signifie dragon. Ils donnent l'intendance des eaux aux dragons ; de sorte que Ou long kiang signifie le fleuve du dragon noir.

Il est à remarquer que l'm final doit se prononcer à l'espagnole & à la portugaise, comme nous prononçons l'n final dans ces mots pain, vin. L'n final doit se prononcer comme s'il était double, ou qu'il suivît un é muet, c'est-à-dire, comme nous prononçons une, mine.

1 Ping sieou est son nom de famille ; Kij son nom propre.

1 Chan tching, est apparemment Meaco.

2 Ce kouan pé était un nom d'office. Un autre auteur, en parlant du roi du Japon qui se nommait Tien tching vang, c'est-à-dire, le céleste vrai roi, dit qu'il ne gouvernait point, & que tout était entre les mains des ministres & du kouan pé.

3 Un autre auteur dit que le trajet de cette île à la Corée, n'est que d'un ou de deux jours de bon vent.

4 Le détail de cette guerre est tiré d'une Histoire complète de la dynastie des Ming, qui est sûre.

1 King lio est un visiteur extraordinaire, qui a pouvoir de vie & de mort sur le peuple & sur les soldats, & une intendance générale sur toutes les affaires, de quelque nature qu'elles soient.

1 Le mot de chi s'ajoute au nom de famille des femmes. Min chi, par exemple, veut dire de la famille de Min ; Tchang chi, de la famille de Tchang. Cela se pratique aussi à l'égard des hommes en certaines occasions.

1 On ajoute chan, qui signifie montagne, aux noms propres des montagnes, de même que kiang, qui signifie fleuve, aux noms des fleuves. On peut le retrancher, si l'on veut ; mais les Chinois ne le prononcent presque jamais sans y joindre le nom appellatif.

1 [c.a. : on a déjà signalé que les cartes du volume IV étaient disponibles ici.]

1   ...   61   62   63   64   65   66   67   68   69

similaire:

Mémoires géographiques iconCartes géographiques

Mémoires géographiques iconCartes géographiques atlas

Mémoires géographiques iconThème 4 : Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne

Mémoires géographiques iconExceptionnel recueil de dessins d’Edouard detaille documents du xivème...

Mémoires géographiques iconComité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels...

Mémoires géographiques iconMémoires, à paraître

Mémoires géographiques iconMémoires mortes

Mémoires géographiques iconAdresses mémoires

Mémoires géographiques iconTD2 : Mémoires et disques

Mémoires géographiques iconMÉmoires sur la chine








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com