Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque»








télécharger 139.75 Kb.
titreRecherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque»
page6/8
date de publication25.12.2016
taille139.75 Kb.
typeRecherche
ar.21-bal.com > loi > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8

1784/85 : rencontre attestée de Haydn et Mozart à Vienne. 

 

1783/85 : Mozart dédie 6 quatuors à cordes à Haydn (K. 387, 421, 428, 458, 464, 465 « Les dissonances »). 

 

1785 : adhésion de Haydn à une loge maçonnique à l’imitation de Mozart. 

 

1787 : rencontre furtive entre Mozart-Beethoven à Vienne. On parle de rencontre furtive car on ne sait pas exactement quand ni où ni à quelle occasion ils se sont rencontrés, mais on sait qu’ils se sont croisés. 

 

1790 : Dernière rencontre entre Haydn et Mozart à Vienne, où l’on donne des représentations des Noces de Figaroet Cosi Fan Tutte

 

1792/94 : Haydn donne des leçons à Beethoven. Quand Haydn repart pour Londres en 1794, il met Beethoven dans les mains du théoricien et contrapuntiste Albrechtsberger, l’un des plus grands de l’époque. 

 

  

2) Un territoire européen : cartographie politique. 

  

La Querelle des Bouffons marque le règne de Louis XV, grande querelle de l’opéra, style Français contre style Italien. 

 

Marie-Thérèse d’Autriche, Joseph II et Leopold II sont appelés les ‘despotes éclairés’.  

 

 

Une Europe une et multiple. 

 

Les lumières constituent la principale contribution de l’Europe à l’Histoire des civilisations mais elles n’auraient pu voir le jour sans l’existence de l’espace européen, à la fois un et multiple. 

 

   « Il n’y a plus aujourd’hui de français, d’allemands, d’espagnols, d’anglais même quoiqu’on en dise : il n’y a que des européens ». J-J Rousseau, 1771, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée. 

 

   « L’Europe est le plus morcelé des continents » disait David Hume (philosophe, économiste, historien écossais, 1711-1776), c’est en cela que réside sa nouvelle unité et c’est pour cela qu’elle a pu engendrer les Lumières. 

 

  

 

Carte n°1 : l’Europe vers 1740. 

 

Notion d’Etat-Nation.  

 

Carte n°2 : 

 

En Allemagne, un vrai compositeur est un compositeur d’église. 

 

Ecoute : Suite n°2 pour orchestre BWV 1067 en si mineur, 1721, Cöthen / J-S Bach. 

 

La suite est une forme musicale, une succession de danses instrumentales codées ou libres / Même tonalité, basé sur le contraste. Ici : Ouverture/Rondeau/Sarabande/Bourrée I/Bourrée II/ Polonaise-Double/Menuet/Badinerie.  

 

  

 

OUVERTURE : 

 

Forme ternaire (lent – vif – lent) et de rythme binaire 4/4. Influence française, italienne et germanique. 

 

A : Grave, rythme pointé, homophonie, verticalité, ornementation. 

 

B : Allegro, style fugué, solo de flûte, ritournelle (« refrain-couplet »), style concertant. Quelque chose de l’esprit du concerto : soliste contre tutti. Aspect jubilatoire instrumental du concerto. C’est un clin d’œil à l’Italie. 

 

A : Grave. 

 

Avec cette ouverture, il fait une référence à la France. Dans cette forme, il va insérer des techniques baroques, d’où les trois influences retrouvées. 

 

  

 

2.1) Un équilibre européen précaire : 1715-1740. 

 

  

 

Ecoute : « Te Deum d’Utrecht » HWV 278, 1713 

 

Haendel est installé à Londres de manière définitive depuis un an. Hymne chrétien, titre abrégé de l’expression latine ‘Te Deum Laudamus’ (Dieu, nous te louons). Alternance de chœurs et de parties solistes. 

 

11 mouvements / succession de chœurs et de solistes : 4 voix, 5 voix, 7 voix.  

 

Chœur introductif Adagio/Allegro 

 

  

 

2.2) Le despotisme éclairé. 

 

  

 

Mouvement politique qui s’étend de 1740 à 1790 et qui établit le pouvoir souverain sur les bases de la raison et dudroit naturel pour le bonheur des sujets. Il appartient à des princes éduqués de conduire leur peuple vers le progrès.  

 

La notion de contrat entre le Prince et ses sujets voit le jour. 

 

Denis Diderot (1713-1784), « Autorité politique », volume 1 de l’Encyclopédie. 

 

L’Etat doit être réformé en profondeur et reste très centralisé. Lien avec l’absolutisme, régime transitoire mais néanmoins ambiguë.  

 

Les principaux despotes éclairés : 

 

Frédéric II de Prusse (1712-1786), lien avec Carl Philippe Emmanuel Bach. Ce compositeur, fils de Bach, a inventé le style ‘sensible’. Des styles de transition, ce ne sont plus du Baroque mais pas encore du Classique. Ces gens essayent de trouver une unité en mélangeant l’ancien et le moderne. 

 

Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780) 

 

Joseph II d’Autriche (1741-1790), lien avec Mozart. 

 

Catherine II (1729-1796) 

 

Là, on a un art de commande. 

 

Ecoute : Carl Philippe Emmanuel Bach (1714-1788), Sonate Wurtenbergeoise n°5 en Mib Majeur, 1743.  

 

On a la sensation qu’on ne sait pas où on va, on voit que c’est une forme qui est hybride. Rien n’est complètement abouti, comparé à Haydn, Mozart.  

 

Ecoute : du second mouvement adagio. Un côté plus élégiaque. L’écriture est plus ancienne, mais la respiration élargit la phrase.  

 

  

 

III) De nouveaux horizons culturels. 

 

3.1) Le triomphe des Lumières. 

 

  

 

Marquis de Condorcet (1743-1794) est un philosophe, un mathématicien et politologue français. 

 

L’esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain (1795) : Raison – Tolérance – Humanité. Il veut préciser les missions du philosophe. La visée des Lumières était une visée d’universalité. Les missions : répandre la vérité, poursuivre les préjugés et détruire les erreurs populaires.  

 

  

 

Le mot Lumières définit métaphoriquement le mouvement culturel et philosophique qui a dominé en Europe et particulièrement en France au XVIIIe. 

 

En anglais, sous le nom d’Enlightenment. Il va un peu plus préromantique. 

 

En allemand, sous le nom d’Aufklärung. Mouvement plus intellectuel, il théorise plus. 

 

En italien, sous le nom d’Illuminismo. Très précoce mais moins intellectuel, beaucoup plus dans une satyre du quotidien. 

 

  

 

Dans la plupart des langues européennes, une même métaphore est utilisée pour désigner la culture au XVIIIe : la lumière (symbole franc-maçon de l’opposition entre les Lumières et les Ténèbres, symbole de l’initiation vers la connaissance). 

 

L’esthétique de l’imitation : l’idée, c’est que l’art est là pour imiter la nature, et la fin du XVIIIe est l’apogée de ce mouvement là. Mozart est imprégné de cette opposition Lumières/Ténèbres des franc-maçon. Mozart joue avec ça dans toutes ces pièces : Majeur/mineur. 

 

La Flûte enchantée (1791) 

 

Composée l’année de sa mort, c’est presque un conte pour enfants. Il fonctionne avec plein d’opposition binaire. 

 

Un couple de jeunes amoureux, Tamino et Pamina. C’est l’initiation à la vie de Tamino. On peut le lire à plein de niveau : un conte mais aussi une leçon de vie. 

 

Mozart métaphorise musicalement ce jeu entre ombre et lumière et le prend à contre-pied : symbolique des voix de deux des personnages principaux de l’opéra.  

 

Ecoute : Sarastro : Basse profonde, représente la Sagesse. 

 

Reine de la nuit : Soprano colorature, représente le Mal & les préjugés.  

 

  

 

L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. 

 

Encyclopédie française, éditée de 1751-1772, sous la direction de Diderot et D’Alembert (17 volumes de texte et 11 de planches, environ 160 auteurs). 

 

A l’origine, l’Encyclopédie ne devait être que la traduction en français de la Cyclopœdia d’Ephraïm Chambers(1728). 

 

L’influence de leurs écrits a été déterminante dans les grands évènements de la fin du XVIIIe : 

 

- la déclaration des droits de l’homme des Etats-Unis d’Amérique, 1776. 

 

- l’apparition de la tolérance religieuse (1781, Joseph II, despote éclairé). 

 

- la destruction de l’ancienne société d’ordre par la Révolution Française, 1789. 

 

- l’abolition du servage (1861). 

 

  

 

La question des Lumières était mise, par exemple, au programme de la Société Berlinoise des Lumières donnant lieu à des discussions et de la revue de J.E. Biester, qui comptait parmi ses membres Mendelssohn, Humboldt, s’en fit l’écho (Berlinische Monatsschniff).  

 

Moses Mendelssohn (1729-1786) écrit en 1784, dans « Que signifie éclairer ? » 

 

« Les lumières semblent en revanche se rapporter davantage au théorique à une connaissance rationnelle (partie objective) et à un savoir-faire (partie subjective) permettant une réflexion raisonnable sur les choses de la vie humaine en fonction de leur importance et de leur influence sur la destination de l’homme ». 

 

Emmanuel Kant (1724-1804), décembre 1784, dans « Qu’est-ce que les lumières ? » 

 

Les lumières, c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable.  

 

  

 

Les Lumières sont une époque d’aboutissement, de récapitulation, de synthèse – et non d’innovation radicale. 

 

René Descartes (1596 à La Haye en Touraine et mort à Stockholm, le 11 février 1650) est un mathématicien, physicien et philosophe français. 

 

1637 – Discours de la méthode ; en opposition avec la scolastique. 

 

John Locke (Wrington, Somerset, 29 août 1632 – Oates, Essex, 28 octobre 1704) est un philosophe anglais, l’un des premiers er des plus importants penseurs de l’Enlightenment.  

 

1690 – Essai sur l’entendement humain. Représentant de l’empirisme, du pragmatisme : toute connaissance vient de l’expérience. 

 

Les Lumières, c’est aussi un métissage de pleins d’autres influences philosophiques

 

Les lumières ne sont pas uniquement une période de mutation mais reposent aussi sur les périodes passées.  

 

Cette période va en fait tenter d’allier la raison et l’expression des sentiments. Conscience de soi très importante, notamment chez Descartes. 

 

  

 

L’influence de l’Angleterre sur les lumières françaises et allemandes du XVIIIe est indéniable. 

 

  

 

« L’enlèvement au sérail » K.384 (Die Entführung aus dem Serail) est un singspiel en trois actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en allemand de Johann Gottlieb Stephanie (1741-1800 Vienne) d’après la pièce de Christoph Friederich Bretzner (1780). Il fut créé au  Burgtheater de Vienne le 16 Juillet 1782. C’est l’opéra de Mozart le plus populaire jusqu’à ce qu’il meurt.  

 

Le singspiel est une commande de Joseph II. Il veut qu’il crée un petit opéra populaire de langue Allemande. C’est un opéra politique. Les formes de la culture ont un poids politique important. Elles transmettent des valeurs. L’art a été l’objet de censure et d’idéologie.  

 

Le singspiel émane du drame littéraire, on entend donc des dialogues parlés. 

 

Cet opéra avait 2 grands admirateurs : Goethe et Weber. 

 

C’est un opéra en 3 actes et 22 numéros. 

 

  

 

Ici, Mozart parle de la tolérance, de la bienveillance du despote. Ce Pacha symbolise Joseph II.  

 

  

 

Ecoute de l’ouverture + Aria de Belmonte : 

 

Ce n’est pas un poème symphonique, ni un morceau symphonique clos sur lui-même, ni une évocation d’une atmosphère orientale ou exotique. Berlioz n’avait que mépris pour cette ouverture. 

 

  

 

Ouverture en 3 sections : 

 

  

 

- Turquerie (Mib Maj.), Presto : 

 

L’ouverture comporte certains passages (passages brusques du majeur au mineur, thèmes cours et sautillants, flûte piccolo, grosse caisse, cymbales et triangle), mais il s’agit d’une turquerie de convention. 

 

- Partie médiane : andante : 

 

En ut mineur nous fait entendre la première aria que chantera Belmonte dès le lever du rideau. 

 

- Turquerie : 

 

Libération. 

 

C’est une forme d’aria avec reprise.  

 

Blondine a peut-être dans son rôle deux des airs (n°8 & n°12) les plus ravissants de l’opéra, ils évitent pourtant avec soin tout ce qui, dans le livret aurait pu inspirer un véritable caractère. Il y a un emploi très conventionnel de soubrette. 

 

Simplicité technique hormis quelques notes de colorature dans son premier air n°8 (Ecoute). 

 

  

 

Paroles de l’air n°8 : Refrain (berceur) / Couplets (traits piquants, fins, voix monte en flèche jusqu’au mi : cime de la voix) / Refrain. 

 

Ensuite, Osmin & Blondine : dialogue parlé. 

 

« Le pacha par-ci, le pacha par-là ! Les femmes ne sont pas des marchandises qu’on offre ! Je suis anglaise, née pour la liberté, et je défie quiconque veut me contraindre ». 

 

« Les jeunes filles ne sont pas des marchandises à vendre ! Je suis une anglaise, née pour la liberté en dépit de quiconque voudrait me contraindre ». 

 

« Je suis une Anglaise née pour la liberté… un cœur né ainsi dans la liberté ne se laisse jamais traiter en esclave et, quand bien même il a perdu sa liberté, il ne conserve encore l’orgueil et se rit de l’univers ». 

 

On n’est plus sur les reprises. Le refrain reste très conventionnel mais les couplets sont plus riches, plus virtuoses, avec un ambitus beaucoup plus grand ! 

 

  

 

Typologie des voix chez Mozart : 

 

Le soprano héroïque : Constanze, Reine de la nuit. 

 

Second soprano (second rôle, dans l’ombre de l’héroïne) : Suzanne. 

 

Soprano désincarné : Pamina. 

 

Ténor amoureux : Ferrando & Tamino, Pédrillo. 

 

Les valets (baryton le plus souvent mais acquièrent une profondeur) : Leporello, Figaro. 

 

Les descendants du capitan/basse bouffe : Osmin, Almaviva, Don Giovanni. 

 

Les basses nobles : Sarastro, Commandeur. 

 

  

 

1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconArcangelo corelli (1653-1713)
«baroque» est appliqué au départ à l’architecture, la peinture et de façon générale à l’art du xviie siècle, opposé à celui de la...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconÉcole d’architecture de Versailles / Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
«Les structures du paysage classique dans l’espace métropolitain», J. P. Pranlas-Descourt (dir.), Territoires partagés, Paris, Pavillon...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconL’art baroque et classique

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconLa Renaissance s'est inspirée de l'Antiquité pour inventer une civilisation...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconLa tragédie au xviième siècle : l’exemple de
Baroque : Une musique baroque est celle dont l'harmonie est confuse, chargée de modulations et dissonances, le chant dur et peu naturel,...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconAinsi, le classicisme est une esthétique à la recherche d’un idéal...
«classicus» signifie qui est de premier rang, qui appartient à la classe supérieure des citoyens. L’adjectif «classique» commence...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» icon1. L’enseignement de la géométrie en questions Intérêt de la géométrie
«facilité» de la didactique de la géométrie a-t-elle conduit les professeurs à de graves méprises dans d’autres domaines?

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconLa peinture d’Henri Martin mélange des éléments traditionnels et...

Recherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre et imitation de l’antiquité. Versailles: mélange d’une architecture classique avec des éléments du baroque. Les termes tels que «baroque» iconInsertar como portada dibujo 49- flauta barroca
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com