Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité








télécharger 87.48 Kb.
titreLes responsabilités de l’association Deux types de responsabilité
page1/6
date de publication23.03.2017
taille87.48 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6

Associations : risques et assurances




Fiche pratique , 17/10/2011

A l’occasion de leurs activités, les associations sont exposées à des risques divers, le plus souvent sous-évalués, voire non envisagés, qui peuvent engager la responsabilité du groupement, celle des dirigeants ou des adhérents. L’évaluation des risques des associations et la mise au point de contrats d’assurance adaptés constituent donc des étapes essentielles.

assurance association | responsabilité civile

Sommaire


  • L’évaluation des risques

  • Les responsabilités de l’association

  • L’assurance de responsabilité de l’association

  • L’assurance des locaux de l’association

  • L’assurance automobile des véhicules utilisés par l’association

  • L’assurance des personnes liées à l’association

  • L’assurance de protection juridique

  • L’assurance de la responsabilité civile des mandataires sociaux

  • L’assurance des risques spéciaux de l’association

  • La gestion des assurances de l’association

L’évaluation des risques


L’évaluation des risques requiert une démarche simple et méthodique.

 

  • Inventorier les risques auxquels l’association est exposée :

    • définir les responsabilités et les obligations qui pèsent sur l’association ;

    • dénombrer les différents acteurs liés aux activités de l’association (dirigeants, bénévoles, salariés…) ;

    • recenser les équipements utilisés (locaux, matériels, instruments, véhicules…), qu’ils soient la propriété de l’association ou en location ;

    • envisager les différents événements qui peuvent perturber l’activité de l’association (incendie, accident…).

  • Etablir une politique de prévention visant à restreindre ou à écarter les risques potentiels et à limiter le plus possible les effets et le coût d’un sinistre.

  •  Prévoir les moyens de financer les risques : 

    • conserver ceux dont les conséquences peuvent être couvertes par l’association (autoassurance) ;

    • transférer les autres à l’assureur.

 

Haut de page

Les responsabilités de l’association

Deux types de responsabilité


 

Les responsabilités d'une association sont les mêmes que celles de toute autre personne physique ou morale. Autrement dit, elle doit, d'une part, réparer les dommages qu'elle peut causer à des tiers et est, d'autre part, passible de poursuites pénales en cas d'infraction. On distingue la responsabilité civile de la responsabilité pénale.

 

La responsabilité civile

 

On parle de responsabilité civile lorsqu’il y a obligation de réparer un dommage causé à autrui. Elle est délictuelle quand le dommage a été causé indépendamment de tout contrat ou contractuelle lorsque le dommage résulte de l'inexécution, ou du retard dans l'exécution, d'un contrat.

 

La responsabilité pénale

 

L’objet de la responsabilité pénale n’est pas la réparation d’un dommage, mais l’application d’une sanction lorsqu’il y a violation d’une loi ou d’un règlement et que celle-ci constitue une infraction. L'infraction peut être commise intentionnellement ou non. Les peines applicables aux délits et crimes sont définies dans le Code pénal.

 

 

La responsabilité de l’association en tant que personne morale


 

L’association est considérée comme une personne morale et, à ce titre, sa responsabilité peut être mise en cause sur le plan civil et pénal.

 

La responsabilité civile

 

Le nombre et la qualité des personnes qui peuvent engager la responsabilité civile d'une association sont très divers : administrateurs, dirigeants, salariés, préposés, membres, bénévoles, non-membres, usagers, personnes dont elle a la charge (cas des associations d'action éducative).

 

La responsabilité est dite contractuelle quand un usager non membre (transport, spectacles gratuits ou payants…) a passé un contrat, fût-il tacite, avec l'association.

La responsabilité contractuelle de l'association peut également être engagée à l'égard de ses membres dans le cas, par exemple, où celle-ci ne respecterait pas ses obligations statutaires.

 

L'association a, dans tous les cas, une obligation générale de sécurité.

Selon que l'usager garde une certaine autonomie ou non, l'association aura :

  • une obligation de moyens, et c'est à la victime qu'il appartiendra alors de prouver une faute, une négligence ou une imprudence d’un organisateur ou d’un adhérent ;

  • voire une obligation de résultat, par exemple lorsque la victime a joué un rôle passif (intoxication alimentaire suite à un repas préparé par l’association).

 

Enfin, il y a exonération totale ou partielle de cette responsabilité en cas de force majeure, du fait d'un tiers ou du fait de la victime. La responsabilité est dite délictuelle lorsque le dommage est indépendant de tout lien contractuel entre l’association et la victime.

 

La responsabilité pénale

 

Les personnes morales peuvent être reconnues responsables pénalement, dans les cas prévus par la loi ou le règlement, des infractions commises, pour leur compte, par leurs organes ou représentants. Cette responsabilité n’exclut pas celle des personnes physiques, auteurs ou complices des mêmes faits.

 

Les associations qui sont pénalement reconnues responsables d'un crime ou d'un délit sont passibles de peines d'amendes, mais également d'autres peines énumérées par l'article 131-39 du Code pénal, et notamment la dissolution, le placement, pour une durée de cinq ans au plus, sous surveillance judiciaire, l’interdiction d’exercer ou la fermeture définitive.

Les conséquences de la responsabilité pénale ne peuvent faire l’objet d’une assurance (la loi interdit aux assureurs de rembourser les amendes). Néanmoins, les conséquences civiles d’une faute ayant fait l’objet d’une condamnation au pénal peuvent être garanties si le contrat le prévoit.

 

La responsabilité des dirigeants


 

Il faut entendre par dirigeants les responsables membres du conseil d'administration ou de l'instance dirigeante de l'association, mais aussi, le cas échéant, les personnes qui, dans les faits, dirigent l'association (dirigeants de fait). Les dirigeants d’une association sont des mandataires dont la responsabilité personnelle peut se trouver engagée tant sur le plan civil que pénal.

Dès lors, le dirigeant peut se trouver dans l’obligation de réparer les conséquences pécuniaires sur son propre patrimoine.

 

 

La responsabilité civile

 

A l'égard de l'association

La responsabilité des dirigeants d'une association peut être recherchée devant les tribunaux, pour les fautes commises dans leur gestion, sous réserve que ces fautes aient causé un dommage à l'association, et que cette dernière en demande réparation.

 

A l'égard des membres ou des tiers

Les dirigeants ne sont responsables que des fautes personnelles commises indépendamment de leurs fonctions ; c’est le cas notamment lorsqu’ils sortent de l’objet social de l’association ou de leurs attributions.

 

En cas de cessation de paiement

Tous les dirigeants de droit ou de fait de l'association peuvent être sanctionnés lorsqu'il peut leur être reproché des fautes ayant concouru à la mise en redressement ou en liquidation judiciaire de l'association. Les sanctions applicables sont notamment le comblement de passif, la faillite personnelle, l'interdiction de gérer.

 

La responsabilité pénale

Le fait que l’association puisse être poursuivie en tant que personne morale n’exclut pas la possibilité de rechercher la responsabilité personnelle des dirigeants en leur qualité de personnes physiques. Les dirigeants peuvent donc être personnellement mis en cause, notamment pour des infractions de droit commun (abus de confiance, publicité mensongère…), des infractions en matière fiscale et sociale et des infractions propres aux associations (loi de 1901, législation relative aux associations et groupements sportifs…).

 

Haut de page
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconModele de statuts types des societes a responsabilite limitee dont...
«société à responsabilité limitée» ou des initiales : «sarl» et de l’énonciation du capital social

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconAssociation Française pour le Développement
«De Sèvres à La Havane», tant IL est vrai que, pour peu qu’on oublie la période des vacances, IL se situe à mi-chemin de deux manifestations...

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconI où la «North Polar Practical Association» lance un document à travers les deux mondes
Ainsi, monsieur Maston, vous prétendez que jamais femme n’eût été capable de faire progresser les sciences mathématiques ou expérimentales...

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconClarifier le rôle et les responsabilités de chacun

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconL’écriture d’une copie relève d’un ensemble de normes typographiques...
«La responsabilité devant l’autre est au fondement de la pensée de Lévinas, “le paradoxe de cette responsabilité consiste en ce que...

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconPrincipales responsabilités

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconIl est des noms qui résonnent par association … quand on entend Braque...

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconPropriétés, Responsabilités et Modifications

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité icon1. introduction 1organisation structurelle et responsabilites

Les responsabilités de l’association Deux types de responsabilité iconDes virus, des bactéries, des parasites ou des éléments inertes
«non spécifiques». Ceux-ci peuvent reconnaître si l’antigène est de type bactérien ou viral mais seront incapables de distinguer...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com