Rapport Final








télécharger 444.36 Kb.
titreRapport Final
page4/18
date de publication23.03.2017
taille444.36 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > loi > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

La téléphonie sur IP (ToIp)

  1. Architecture d’un réseau ToIp


Depuis une dizaine d’années, les entreprises et les opérateurs adoptent de plus en plus les standards de l’internet pour leurs réseaux informatiques de données, dont le protocole de communication (l’IP). C’est pourquoi une voix (signal audio analogique) est numérisée par un codage via des codecs, donc celle-ci devient des données, qui vont pouvoir ensuite être envoyées par paquets sur le réseau internet (IP) : ce processus est appelé VoIP (Voice over Internet Protocol).La transformation des fréquences vocales en une suite de 0 et de 1 doit, en principe épargner des ressources dans le réseau et, en groupant les appels de même direction dans des canaux utilisant l’IP (sur Internet ou sur canaux réservés en dehors d’Internet), la mise en paquets devrait être efficace et économique.

Cette méthode est donc très intéressante pour les entreprises car elles peuvent fusionner le réseau téléphonique avec le réseau IP déjà existant, ce qui n’engendre aucun frais supplémentaire dans l’infrastructure. De plus, la transmission des paquets pourrait atteindre des débits très importants.

Pour assurer toutes les connexions, tout appel en VoIP (filaire ou radio) doit pouvoir atteindre un abonné quelconque (VoIP ou non), de type filaire ou radio. Voici un schéma topologique d’un réseau de téléphonie sur IP. Il est toujours composé de terminaux (ici, ce sont des téléphones IP), d’un serveur de communication et de passerelle vers les autres réseaux.



Figure 5 : Exemple de schéma topologique d’un réseau sur IP

Le premier exemple illustré est l’appel intra-site (à l’intérieur d’un même réseau IP).L’appel (depuis un IP phone) passe par l’IPBX, qui joue le rôle d’un routeur, puis est dirigé vers le poste du numéro appelé.

Le second exemple est un appel depuis un téléphone IP vers un autre du réseau IP. L’appel passe par l’IPBX du réseau puis par le réseau Internet. Ensuite, il va sur l’IPBX du réseau IP demandé et enfin sur le poste du numéro appelé.

Le dernier exemple est l’appel depuis le téléphone IP vers un téléphone classique du RTPC. Il passe par l’IPBX du réseau d’origine, par le réseau Internet puis par la passerelle (interface entre le réseau IP et le réseau commuté), ce qui nous amène dans le réseau de téléphone classique. Enfin, il arrive au poste du numéro demandé. La passerelle (GateWay) sert de lien entre le réseau IP et le réseau commuté de téléphonie classique (RTPC). En effet, la passerelle convertit les signaux analogiques en signaux numériques (paquets IP) pour pouvoir transmettre les infos dans un sens ou dans l’autre (IP vers RTPC).

L’IPBX (Internet Private Branch eXchange) a pour rôle de serveur de communication car il utilise ses protocoles (généralement H323, SIP ou MGCP) pour gérer les passerelles, il fait en sorte que les appels arrivent bien à destination. C’est le GateKeeper de la passerelle, sa partie logicielle.
  1. Le modèle OSI


Ainsi, le modèle en couches OSI a été créé pour pouvoir se retrouver dans les différents protocoles existant et de pouvoir en changer, c’est ce qu’on appelle la hiérarchisation.



Figure 6 : Le Modèle OSI
  1. La Couche Physique


Elle s’occupe de la bonne transmission des bits sur un canal de communication et des caractéristiques physiques du réseau (types de câble, connecteurs, …). L’unité d’information est le bit.
  1. La Couche Liaison de Données


Elle a un rôle de « liant » car elle va transformer les données de la couche physique en liaison pour la couche réseau. Son rôle est la détection et la correction d’erreurs qui sont survenues sur la couche physique. L’unité d’information de cette couche est la trame.
  1. La Couche Réseau


Cette couche gère le sous-réseau, l’interconnexion des réseaux et le routage des paquets de données. Elle traite aussi de l’adressage, du contrôle de flux et de l’optimisation des flux d’un réseau à un autre. L’unité d’information de cette couche est le paquet.
  1. La Couche Transport


Cette couche gère le bon acheminement des messages complets au destinataire en établissant des règles de transmission (protocole). En effet, elle prend les messages de la couche session pour les découper en parties (paquets) plus petites si besoin et les envoie dans le réseau. Cela en s’assurant que ceux-ci parviennent de l’autre côté. Puis elle réassemble les parties du message à la réception de celles-ci.

C’est une des couches les plus importantes car elle s’occupe aussi de l’optimisation des ressources du réseau, du relâchement des connexions sur le réseau, du contrôle des flux et surtout fournit le service de base à l’utilisateur (processus de connexion avec les contraintes qui lui sont liées). L’unité d’information est le message.
  1. La Couche Session


Elle organise et synchronise les échanges entre tâches distantes. Elle établit les sessions entre les noeuds du réseau. Elle insère des points de reprise dans le flot de données de manière à pouvoir reprendre le dialogue après une panne.
  1. La couche Présentation


Cette couche s’occupe de la représentation des informations donc la syntaxe et la sémantique des données transmises. Elle peut coder l’information de départ, les compresser et les crypter.
  1. La Couche Application


C’est le point de contact entre l’utilisateur et le réseau.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

similaire:

Rapport Final iconRapport Final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport Final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final Septembre 2009








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com