Rapport Final








télécharger 444.36 Kb.
titreRapport Final
page8/18
date de publication23.03.2017
taille444.36 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

Les architectures de migration vers la ToIP


La téléphonie sur IP est assez mature aujourd’hui pour proposer aux entreprises une large palette de produits et services possibles. Il s’agit pour ces entreprises de savoir comment effectuer ces migrations. En effet, les solutions de voix sur IP sont multiples et changent selon la taille des entreprises et leur secteur d’activité.
  1. La ToIP dans une TPE


Les TPE désignent les petites entreprises d’un ou deux employés, travaillant dans un petit environnement logistique (un ordinateur et téléphone par individu). L’utilisation d’un adaptateur permettant de transformer un téléphone analogique en téléphone IP, ce qui permet de connecter un téléphone analogique et un IP-phone entre eux.

En effet, vu la taille de l’entreprise, il n’y a aucun intérêt à installer un IPBX (Asterisk par exemple) pour gérer des communications entre un ou deux téléphones analogiques et un IP phone, ou softphone. Un adaptateur est muni d’une prise :

  • RJ11 à raccorder au téléphone analogique

  • RJ45 à raccorder au réseau de VoIP.



Figure 12 : Mise en place de l’Adaptateur ATA-286

En général, ce type de solution est très peu utilisée, et peut revenir coûteuse dans une certaine mesure, car il faut associer un adaptateur à un poste analogique. Dans cette configuration, l’utilisateur n’a pas besoin d’avoir des compétences techniques en réseau, il lui suffit d’acheter son adaptateur et de le brancher pour bénéficier de la « ToIP ».

Pour des entités un peu plus grandes (10 à 20 personnes), il serait tout de même nécessaire de proposer des équipements plus évolués et plus performants. Notamment le remplacement de certaines cartes (ex :Digium X100P) par une autre pouvant accueillir et gérer plus d’appels de différentes natures, (ex : E100P). Une micro entreprise n’est pas en mesure de négocier des prix très attractifs avec son opérateur téléphonique traditionnel du fait de sa petite taille.

En effet, un opérateur national pourrait effectivement revoir ses prix vers l’international si l’entreprise génère beaucoup de trafic ce qui est rarement le cas lorsqu’elle est une TPE. Il est donc impératif pour les TPE de souscrire à une solution ToIP pour la réduction des coûts qui sera certainement significative. Pour les TPE situées hors de France, il est recommandé d’effectuer une recherche approfondie des services offerts par les différents fournisseurs ToIP. La première étape consisterait à se renseigner auprès des fournisseurs présents dans le même pays que l’entreprise. L’objectif pour une TPE qui souhaite migrer vers la ToIP consiste à faire le point sur les destinations de ses appels. En effet, selon la destination de la plupart de ses appels, la recherche d'un fournisseur VoIP s’orientera de manière différente. Il est également primordial de faire une estimation du nombre d’heures d’appels effectuées dans le mois afin de mesurer si le coût de l’abonnement est rentabilisé ou s’il serait plus judicieux d’opter pour une solution ToIP sans abonnement.
  1. La ToIP dans une PME


Il existe deux solutions possibles recommandées pour les petites et moyennes entreprises qui souhaitent migrer vers la Voix sur IP :

  • L IPBX (ou PABX distribué)

  • Le PABX virtuel (ou PABX centralisé ou IP Centrex)

La différence entre ces deux solutions de voix sur IP ne réside pas dans les fonctionnalités qui sont en fin de compte, les mêmes. Cette différence réside uniquement sur le lieu ou est hébergée la solution (équipement et logiciels) c’est-à-dire que l’entreprise peut souhaiter héberger la solution IPBX dans ses locaux ou bien laisser le soin de l’hébergement du matériel par le fournisseur de service lui même.

  • Adopter une solution distribuée

Dans ce cas de figure, l’entreprise dispose d’une solution PABX complète (équipements et logiciels) au sein de ses locaux. Le logiciel le plus utilisé actuellement est le logiciel Asterisk (sur Linux). Ce logiciel étant celui que nous utilisons dans le cadre de notre projet. Il est donc possible d’utiliser Asterisk comme « proxy server » au sein d’une agence et en tant qu’IPBX entre sites distants d’une même entreprise (protocole IAX).

L’entreprise dispose avec une telle solution, des fonctionnalités propres aux PABX traditionnels pour un coût beaucoup moins élevé. En effet, les PABX basés sur Internet (IPBX) sont beaucoup moins chers que les traditionnels PABX utilisés jusqu’à présent dans la plupart des entreprises. Si la PME opte pour une telle solution, c’est elle qui devra assurer la maintenance du PABX ce qui n’est pas le cas si elle opte pour une solution centralisée ou virtuelle.

  • Adopter une solution virtuelle (IPcentrex)

La solution IPBX virtuelle (centralisée) est de plus en plus utilisée par les entreprises qui souhaitent bénéficier d’un système PABX moins coûteux que le PABX traditionnel mais dont ils n’ont pas à assurer la maintenance. L’IP centrex se différencie des solutions PABX traditionnels sur plusieurs points :

  • Délégation de l’aspect technique : dans cette configuration, l’entreprise ne s’occupe que de l’exploitation, tandis que l’opérateur ToIP prend en charge l’installation et la maintenance notamment du service IPBX.

  • Délégation des équipements : Il ne nécessite plus de disposer d’un PABX dans les locaux de l’entreprise. C’est le fournisseur ToIP qui héberge le central téléphonique dans ses propres locaux.

  • Gestion des appels : Il permet une meilleure gestion des appels au sein d’une entreprise. En effet, les opérateurs ToIP offrent souvent une trace claire des communications. Il est possible de prévenir ou empêcher les abus en limitant les appels depuis un poste spécifique au sein d’une entreprise.

  • Location des services : Bénéficier d’une solution IPcentrex ne nécessite pas l’achat du matériel. Les opérateurs ToIP proposent de louer ce service.

  • Solution évolutive : Il est une solution évolutive qui s’adapte parfaitement aux besoins de l’entreprise. En effet, une solution IPcentrex a moins de limites en terme de capacité, que les PABX traditionnels.
  1. La ToIP dans une Grande Entreprise (GE)


Deux solutions sont particulièrement recommandées pour les grandes entreprises :

  • Serveur de type SER (protocole SIP)

La première solution consisterait en l’implémentation d’un serveur SIP de type SER (SIP Express Router) au sein des locaux de cette entreprise. Une telle technologie est assez mature pour pouvoir être utilisée par les entreprises multi-sites.

En effet, elle est utilisée par un grand nombre d’opérateurs de ToIP qui servent une communauté de plusieurs milliers, voir dizaines de milliers de personnes à travers le monde. Ces personnes peuvent communiquer gratuitement les unes avec les autres via un softphone ou un téléphone IP. Les utilisateurs au sein d’une grande entreprise pourraient donc communiquer gratuitement. L’entreprise devrait alors créer son propre domaine SIP et associer à ce domaine SIP, des comptes SIP. Un compte SIP correspond à un compte utilisateur où autrement dit, un numéro de téléphone SIP.

Ces numéros de téléphone dit ‘numéros SIP’ ne peuvent être contactés depuis un téléphone fixe ou mobile directement. En effet, les numéros SIP au sein d’une entreprise ne sont visibles qu’à l’intérieur de cette entreprise. Autrement dit, seuls les numéros SIP associés au domaine de l’entreprise peuvent joindre directement les autres numéros SIP appartenant au même domaine.

Les équipements nécessaires à l’implémentation complète d’une solution de voix sur IP basée sur un serveur SIP sont : un serveur SIP, des gateways et des adaptateurs ATA en plus des équipements traditionnels au sein d’un réseau informatique dans une entreprise.

  • Serveur Asterisk (protocoles IAX et SIP)

La seconde solution consisterait en l’adoption de serveurs Asterisk implémentés sur chaque branche de l’entreprise. L’adoption d’Asterisk au sein d’une entreprise permet d’avoir des fonctionnalités qui diffèrent des serveurs SIP et l’intégration d’une telle solution ToIP ne s’effectuerait pas de la même manière que la solution décrite précédemment.

En effet, Asterisk est basé sur le protocole IAX (même si il supporte aussi le protocole SIP ou H323). En effet, la limite du protocole SIP réside dans sa difficulté à s’intégrer au sein de réseaux disposant d’un NAT. De plus, une solution Asterisk ferait office de PABX au sein d’une entreprise. En effet, Asterisk offre toutes les fonctionnalités d’un PABX classique. Asterisk est considéré comme le PABX nouvelle génération, basé sur IP (Internet) dont le coût d’installation et d’exploitation est moins élevé que le coût d’un PABX traditionnel.

Comme nous l’avons dit précédemment, la solution est d’utiliser Asterisk comme « proxy server » au sein d’une agence et en tant qu’IPBX entre sites distants d’une même entreprise (protocole IAX). Cette implémentation permet de s’affranchir du problème de translation d’adresse.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

similaire:

Rapport Final iconRapport Final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport Final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final

Rapport Final iconRapport final Septembre 2009








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com