Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer








télécharger 291.54 Kb.
titreInstruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer
page3/4
date de publication24.03.2017
taille291.54 Kb.
typeInstruction
ar.21-bal.com > loi > Instruction
1   2   3   4

ANNEXE 2
Critères d’admissibilite des malades alzheimer ou apparentés

en vue de l’ouverture

d’un pôle d’activités et des soins adaptés (PASA) dans un

établissement d’hergement pour personnes agées (EHPAD)

Ces critères ne sont que des critères d’admissibilité.
L’admission dans ces unités est une autre démarche qui consiste à élaborer un projet de vie entre une personne, sa famille ou ses proches et une équipe soignante, après avis du médecin coordonnateur et sous la responsabilité administrative d’un directeur d’établissement

Le NPI-ES est validé par le médecin coordonnateur de l’EHPAD ou le médecin de l’USLD après une réflexion menée dans le cadre d’une équipe soignante pluridisciplinaire

L’EHPAD dispose d’une file active d’au moins 20 malades éligibles parmi les résidents hébergés.

Sont éligibles à un PASA les malades :


  • Ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée (critères DSM IV ou NINCDS-ADRDA).




  • Et des troubles du comportement modérés mesurés par un score strictement supérieur à 3, à au moins un des items de l’échelle NPI-ES (inventaire neuropsychiatrique-version équipe soignante).




  • Et des troubles du comportement qui :

    • altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents,

    • et dont l’ampleur est mesurée par l’échelle de retentissement du NPI-ES entre 2 et 4,

    • et qui interviennent selon une fréquence d’au moins une fois par semaine lors du mois précédent.




  • Et n’ayant pas de syndrome confusionnel (défini par la Haute autorité de santé - HAS : « Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l’agitation » - Mai 2009)




  • Et mobiles, c'est-à-dire capables de se déplacer seul, y compris en fauteuil roulant.




  • Et ne remplissant pas les critères d’admissibilité en UHR.

ANNEXE 3 NPI-ES
INVENTAIRE NEUROPSYCHIATRIQUE

NPI/ES

Nom: Age: Date de l’évaluation:

Fonction de la personne interviewée:

Type de relation avec le patient :

(Très proche/ prodigue des soins quotidiens; proche/ s’occupe souvent du patient; pas très proche/ donne seulement le traitement ou n’a que peu d’interactions avec le patient)
NA = question inadaptée (non applicable) F x G = Fréquence x Gravité



Items

NA

Absent

Fréquence

Gravité

F x G

Retentissement

Agitation/Agressivité



















Dépression/dysphorie



















Apathie/Indifférence



















INVENTAIRE NEUROPSYCHIATRIQUE

Version pour Equipe Soignante

NPI-ES

Instructions

BUT

Le but de l’Inventaire Neuropsychiatrique (NPI) est de recueillir des informations sur la présence de troubles du comportement chez des patients souffrant de démence. Le NPI version pour équipe soignante (NPI-ES) a été développé pour évaluer des patients vivant en institution. Le NPI-ES peut être utilisé par un évaluateur externe qui va s’entretenir avec un membre de l’équipe (par exemple, dans le cadre d’une recherche ou d’une évaluation externe) mais peut aussi être utilisé directement par un membre de l’équipe soignante. Comme dans le NPI, 10 domaines comportementaux et 2 variables neurovégétatives sont pris en compte dans le NPI-ES.
L’INTERVIEW DU NPI-ES

Le NPI-ES se base sur les réponses d’un membre de l’équipe soignante impliquée dans le prise en charge du patient. L’entretien ou l’évaluation est conduit de préférence en l’absence du patient afin de faciliter une discussion ouverte sur des comportements qui pourraient êtres difficiles à décrire en sa présence. Lorsque vous présentez l’interview NPI-ES au soignant, insistez sur les points suivants:
Le but de l’interview

Les cotations de fréquence, gravité et retentissement sur les activités professionnelles

Les réponses se rapportent à des comportements qui ont étés présents durant la semaine passée ou pendant des autres périodes bien définis (par exemple depuis 1 mois ou depuis la dernière évaluation)
Les réponses doivent être brèves et peuvent être formulées par “ oui ” ou “ non ”.
Il est important de:

- Déterminer le temps passé par le soignant auprès du patient. Quel poste occupe le soignant; s’occupe-t-il toujours du patient ou seulement occasionnellement; quel est son rôle auprès du patient; comment évalue-t-il la fiabilité des informations qu’il donne en réponse aux question du NPI-ES?

- Recueillir les traitements médicamenteux pris régulièrement par le patient
QUESTIONS DE SELECTION
La question de sélection est posée pour déterminer si le changement de comportement est présent ou absent. Si la réponse à la question de sélection est négative, marquez “ NON ” et passez au domaine suivant. Si la réponse à la question de sélection est positive ou si vous avez des doutes sur la réponse donnée par le soignant ou encore s’il y a discordance entre la réponse du soignant et des données dont vous avez connaissance (ex : le soignant répond NON à la question de sélection sur l’euphorie mais le patient apparaît euphorique au clinicien), il faut marquer “ OUI ” et poser les sous questions.
SOUS-QUESTIONS

Quand la réponse à la question de sélection est “ OUI ”, il faut alors poser les sous questions. Dans certains cas, le soignant répond positivement à la question de sélection et donne une réponse négative à toutes les sous questions. Si cela se produit, demandez au soignant de préciser pourquoi il a répondu“ OUI ” à la question de sélection. S’il donne alors des informations pertinentes pour le domaine comportemental mais en des termes différents, le comportement doit alors être coté en gravité et en fréquence. Si la réponse “ OUI ” de départ est une erreur, et qu’aucune réponse aux sous questions ne confirme l’existence du comportement, il faut modifier la réponse à la question de sélection en “ NON ”.

NON APPLICABLE

Une ou plusieurs questions peuvent être inadaptées chez des patients très sévèrement atteints ou dans des situations particulières. Par exemple, les patients grabataires peuvent avoir des hallucinations mais pas de comportements moteurs aberrants. Si le clinicien ou le soignant pense que les questions ne sont pas appropriées, le domaine concerné doit être coté “ NA ” (Non Applicable dans le coin supérieur droit de chaque feuille), et aucune autre donnée n’est enregistrée pour ce domaine. De même, si le clinicien pense que les réponses données sont invalides (ex : le soignant ne paraît pas comprendre une série de questions), il faut également coter “ NA ”.

FREQUENCE

Pour déterminer la fréquence, posez la question suivante :

« Avec quelle fréquence ces problèmes se produisent (définissez le trouble en décrivant les comportements répertoriés dans les sous questions). Diriez-vous qu’ils se produisent moins d’une fois par semaine, environ une fois par semaine, plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours, ou tous les jours ? »”.
1. Quelquefois : moins d’une fois par semaine

2. Assez souvent : environ une fois par semaine

3. Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours

4. Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps
GRAVITE

Pour déterminer la gravité, posez la question suivante :
Quelle est la gravité de ces problèmes de comportement. A quel point sont-ils perturbants ou handicapants pour le patient? Diriez-vous qu’ils sont légers, moyens ou importants?
1. Léger : changements peu perturbants pour le patient

2. Moyen : changements plus perturbants pour le patient mais sensibles à l’intervention du soignant

3. Important : changements très perturbants et insensibles à l’intervention du soignant
Le score du domaine est déterminé comme suit :

Score du domaine = fréquence x gravité
RETENTISSEMENT

Une fois que chaque domaine a été exploré et que le soignant a coté la fréquence et la gravité, vous devez aborder la question relative au : Retentissement (perturbation) sur les occupations professionnelles du soignant. Pour se faire, demander au soignant si le comportement dont il vient de parler augmente sa charge de travail, lui coûte des efforts, du temps et le perturbe sur le plan émotionnel ou psychologique. Le soignant doit coter sa propre perturbation sur une échelle en 5 points:
0. pas du tout

1. perturbation minimum: presque aucun changement dans les activités de routine.

2. Légèrement: quelques changements dans les activités de routine mais peu de modifications dans la gestion du temps de travail.

3. Modérément: désorganise les activités de routine et nécessite des modifications dans la gestion du temps de travail.

4. assez sévèrement: désorganise, affecte l’équipe soignante et les autres patients, représente une infraction majeure dans la gestion du temps de travail.

5. très sévèrement ou extrêmement: très désorganisant, source d’angoisse majeure pour l’équipe soignante et les autres patients, prend du temps habituellement consacré aux autres patients ou à d’autres activités.
AGITATION / AGRESSIVITÉ (NA)

“ Y a t il des périodes pendant lesquelles le patient/la patiente refuse l’aide des autres ? Est-il difficile de l’amener à faire ce qu’on lui demande ? Est-il/elle bruyant et refuse-t-il/elle de coopérer? Le patient/la patiente essaye-t-il/elle de blesser ou de frapper les autres?”
NON Passez à la section suivante OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





oui

Non

1. Le patient/la patiente est-il/elle agacé(e) par les personnes qui essayent de s’occuper de lui/d’elle ou s’oppose-t-il/elle à certaines activités comme prendre un bain ou changer de vêtements ?







2. Le patient/la patiente est-il/elle buté(e), exige-t-il/elle que tout soit fait à sa manière ?







3. Le patient/la patiente est-il/elle peu coopératif(ve) et refuse-t-il/elle l’aide qu’on lui

apporte ?







4. Le patient/la patiente a-t-il/elle d’autres comportements qui font qu’il n’est pas facile

de l’amener à faire ce qu’on lui demande?






5. Le patient/la patiente crie-t-il/elle, est-il/elle bruyant ou jure-t-il/elle avec colère ?





6. Le patient/la patiente fait-il/elle claquer les portes, donne-t-il/elle des coups de pieds dans les meubles ou lance-t-il/elle des objets ?







7. Le patient/la patiente essaie-t-il/elle de frapper les autres ou de leur faire du mal ?







8. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’une autre façon son agressivité ou son agitation ?








Commentaires:

Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette agitation
FREQUENCE


Quelquefois :

moins d’une fois par semaine

1

Assez souvent :

environ une fois par semaine

2

Fréquemment :

plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours

3

Très fréquemment :

tous les jours ou pratiquement tout le temps

4


GRAVITE


Léger:

ce comportement est perturbant pour le patient/la patiente mais il est possible de le contrôler par l’intervention du soignant

1

Moyen:

ce comportement est perturbant pour le patient/la patiente et il est difficile à contrôler.

2

Important:

l’agitation est très stressante ou perturbante pour le patient/la patiente et est très difficile voire impossible à contrôler. Il est possible que le patient/la patiente se blesse lui-même et l’administration de médicaments est souvent nécessaire

3
1   2   3   4

similaire:

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconCompte rendu Séance du 1er février 2010
«Le Malade Imaginaire» à l’association Collectif Théâtre lila pour un montant de 2 008,75 €, et sur un contrat de spectacle le 29...

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconDécembre 2010 à janvier 2011

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconEtre élève en établissement médico-social : une gageure ?
«Les textes de 2009 marquent une étape importante qui a été appuyée par la loi pour la refondation de l’école de juillet 2013, laquelle...

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconCommission Professionnelle Consultative
«accompagnement social et médico social», (à la place d’accompagnement social), appellation que le groupe souhaite voir appliquée...

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconRésultats de la vente du lundi 25 janvier 2010

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconCdil : Revue de presse de janvier 2010

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconVente du 31 janvier 2010 marseille moa

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconFormation : Qualification au titre de Maître de Conférences 2010...

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconCirculaire relative au service intégré de l’accueil et de l’orientation du 8 avril 2010
«porte» d’entrée dans les dispositifs d’hébergement et de logement transitoire

Instruction ministérielle dgas/2C/dhos/dss/2010/06 du 7 janvier 2010 relative à l’application du volet médico-social du plan Alzheimer iconRecherche année 2009/2010 Titre du stage
«Flux des (trans-)gènes et impact sur la biodiversité» ‘gmbioImpact’ (2007-2010)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com