Cxiv michele le Sage








télécharger 0.87 Mb.
titreCxiv michele le Sage
page12/40
date de publication25.03.2017
taille0.87 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   40

L’armée de la sainte foi


Le 16 mars, à peu près à la même heure où Championnet sortait de Naples, appuyé au bras de Salvato, le cardinal Ruffo, en passant dans la petite commune de Borgia, rencontra une députation de la ville de Catanzaro, qui venait au-devant de lui.

Elle se composait du chef de la rota (du tribunal), don Vicenzo Petroli, du cavalier don Antonio Perricioli, de l’avocat Saverio Ladari, de don Antonio Greco et de don Alessandro Nava.

Saverio Ladari, en sa qualité d’avocat, prit la parole, et, contre les habitudes du barreau, exposa au cardinal, dans toute leur simplicité et toute leur clarté, les faits suivants :

Que, quoique les royalistes eussent tué, mis en fuite ou arrêté à peu près tous ceux qui étaient soupçonnés d’appartenir au parti républicain, la ville de Catanzaro, dans sa désolation, ne cessait de nager dans la plus horrible anarchie, au milieu des meurtres, des pillages et des vengeances privées.

En conséquence, au nom de tout ce qui restait d’honnêtes gens à Catanzaro, le cardinal était prié de venir le plus tôt possible au secours de la malheureuse ville.

Il fallait que la situation fût bien grave pour que les royalistes demandassent des secours contre les gens de leur propre parti.

Il est vrai que quelques-uns des membres de la députation que Catanzaro avait envoyée au cardinal, avaient fait partie des comités démocratiques, et, entre autres, le chef de la rota, Vicenzo Petroli, qui ayant été du gouvernement provisoire, était un de ceux qui avaient mis à prix la tête du cardinal et celle du conseiller De Fiore.

Le cardinal fit semblant de ne rien savoir de tout cela : ce qui lui importait, à lui, c’était que les villes lui ouvrissent leurs portes, quels que fussent ceux qui les lui ouvraient. En conséquence, pour apporter au mal le plus prompt remède possible, il demanda qui était chef du peuple à Catanzaro.

On lui répondit que c’était un certain don François De Giglio.

Il demanda une plume, de l’encre, et, sans descendre de son cheval, écrivit sur son genou :

Don François De Giglio,

La guerre comme vous la faites est bonne contre les jacobins obstinés qui se font tuer ou prendre les armes à la main, et non contre ceux qui ont été contraints par la menace ou la violence de se réunir aux rebelles, surtout si ces derniers se repentent et s’en remettent à la clémence du roi : à plus forte raison cette guerre n’a-t-elle point d’excuse contre les citoyens pacifiques.

En conséquence, je vous ordonne, et sous votre propre responsabilité, de faire immédiatement cesser les meurtres, le pillage et toute voie de fait.

Cet ordre fut immédiatement envoyé à Catanzaro, sous la protection d’une escorte de cavalerie.

Puis, accompagné de la députation, le cardinal reprit, vers Catanzaro, sa marche un instant interrompue.

L’avant-garde, arrivée au fleuve Corace, l’antique Crotalus, fut forcée, faute de ponts, de passer en char et à la nage. Pendant ce temps, le cardinal, qui n’oubliait pas les études d’archéologie faites par lui à Rome, s’écarta du chemin pour aller visiter les ruines d’un temple grec.

Ces ruines, que l’on voit encore aujourd’hui, et que l’auteur de ce livre a visitées en suivant la même route que le cardinal Ruffo, sont celles d’un temple de Cérès, à une heure duquel sont les ruines d’Amphissum, où mourut Cassiodore, premier consul et ministre de Théodoric, roi des Goths. Cassiodore avait vécu près de cent ans, et passa de ce monde à l’autre dans une petite retraite qui domine toute la contrée, et où il écrivit son dernier livre du Traité de l’âme.

Le cardinal passa le Corace après tout le monde et s’arrêta à la marine de Catanzaro, riante plage, semée de riches villas où les familles nobles ont l’habitude de passer la saison d’hiver.

La plage de Catanzaro n’offrant au cardinal aucun abri pour loger sa troupe, et les pluies d’hiver commençant à venir avec cette abondance particulière à la Calabre, il décida d’envoyer une partie de son armée au blocus de Cotrone, où la garnison royale avait pris du service sous les républicains, où s’étaient réunis tous les patriotes fugitifs de la province, et où avaient débarqué, sur un bâtiment venu d’Égypte, trente-deux officiers subalternes d’artillerie, un colonel et un chirurgien français.

Le cardinal détacha donc de son armée deux mille hommes de troupes régulières, et spécialement les compagnies des capitaines Joseph Spadea et Giovanni Celia. À ces deux compagnies il en adjoignit une troisième, de ligne, avec deux canons et un obusier. Toute l’expédition fut mise sous les ordres du lieutenant-colonel Perez de Vera. Il y adjoignit comme officier parlementaire le capitaine Dandano de Marcedusa. Enfin, un bandit de la pire espèce, mais qui connaissait parfaitement le pays, où il exerçait depuis vingt ans le métier de voleur de grand chemin, fut chargé des importantes fonctions de guide de l’armée.

Ce bandit, nommé Pansanera, était célèbre par dix ou douze meurtres.

Le jour de l’arrivée du cardinal à la plage de Catanzaro, il se jeta à ses pieds et sollicita de lui la faveur d’être entendu en confession.

Le cardinal comprit que ce n’était point un pénitent ordinaire qui lui venait ainsi le fusil à l’épaule et la cartouchière aux reins, le poignard et les pistolets à la ceinture.

Il descendit de cheval, s’écarta de la route et alla s’asseoir au pied d’un arbre.

Le bandit s’agenouilla et déroula, avec les marques du plus profond repentir, la longue série de ses crimes.

Mais le cardinal n’avait point le choix des instruments qu’il employait. Celui-là pouvait lui être utile. Il se contenta de l’assurance de son repentir, et, sans s’informer si ce repentir était bien sincère, il lui donna l’absolution. Le cardinal était pressé d’utiliser au profit du roi les connaissances topographiques que don Alonzo Pansanera avait acquises en manœuvrant contre la société.

L’occasion ne tarda point à s’offrir, et, comme nous l’avons dit, Pansanera fut nommé guide de la colonne expéditionnaire.

La colonne se mit en route, et le cardinal resta derrière elle pour réorganiser l’armée et organiser la réaction.

Au bout de trois jours, il se mit à son tour en marche ; mais, comme il fallait faire trois étapes en suivant le rivage de la mer, et sans passer par aucun lieu habité, le cardinal chargea son commissaire aux vivres, don Gaetano Peruccioli, de réunir un certain nombre de voitures chargées de pains, de biscuits, de jambons, de fromage et de farine, puis, ses ordres exécutés, de se mettre en marche sur Cotrone.

À la fin de la première journée, on arriva sur les bords du fleuve Trocchia, qui se trouvait gonflé par les pluies et par la fonte des neiges.

Pendant le passage, qui s’effectua avec une grande difficulté, et en conséquence avec un grand désordre, le commissaire des vivres et les vivres disparurent, avec toute l’administration.

On le voit, don Alonzo Pansanera n’eut pas mieux fait que Gaetano Peruccioli.

Nommé de la veille, il n’avait pas perdu de temps pour poser la première pierre de l’édifice de sa fortune1.

Ce fut dans la nuit seulement, et lorsque l’armée s’arrêta pour bivouaquer, que la disparition de Peruccioli se fit connaître par la complète absence des vivres.

On ne mangea point cette nuit-là.

Le lendemain, par bonheur, après deux lieues de marche, on trouva un magasin plein d’excellente farine et des bandes de porcs à moitié sauvages, telles qu’on en rencontre à chaque pas dans la Calabre. Cette double manne fut la bienvenue au désert et immédiatement convertie en soupe au lard. Le cardinal en mangea comme les autres, quoique ce fût un samedi, c’est-à-dire jour maigre. Mais, en sa qualité de haut dignitaire de l’Église, il avait pour lui des pouvoirs qu’il étendit à toute l’armée.

L’armée sanfédiste put donc sans remords manger sa soupe au lard, et la trouver excellente. Le cardinal fut de l’avis de l’armée.

Une chose qui n’étonna pas moins le cardinal que la disparition du commissaire des vivres Peruccioli, fut l’apparition du marquis Taccone, chargé, par ordre du général Acton, de suivre l’armée de la sainte foi comme trésorier et venant la joindre à cet effet.

Le cardinal était justement dans le magasin aux farines lorsqu’on lui annonça le marquis Taccone. Son Excellence arrivait dans un mauvais moment : le cardinal était de mauvaise humeur, n’ayant pas mangé depuis la veille à midi.

Il crut que le marquis Taccone lui rapportait les cinq cent mille ducats qu’il n’avait pas pu se procurer à Messine, ou plutôt il fit semblant de le croire. Le cardinal était un homme trop expérimenté pour commettre de pareilles erreurs.

Il était assis à une table, et, sur un escabeau que l’on avait trouvé à grand-peine, il expédiait des ordres.

– Ah ! vous voilà, marquis, dit-il avant même que celui-ci eût franchi la porte. En effet, j’ai reçu avis de Sa Majesté que vous aviez retrouvé les cinq cent mille ducats et que vous me les rapportiez.

– Moi ? dit Taccone étonné. Il faut que Sa Majesté ait été induite en erreur.

– Eh bien, alors, demanda le cardinal, que venez-vous faire ici ? À moins, cependant, que vous ne veniez comme volontaire ?

– Je viens envoyé par le capitaine général Acton, Votre Éminence.

– À quel titre ?

– À titre de trésorier de l’armée.

Le cardinal éclata de rire.

– Est-ce que vous croyez, lui demanda-t-il, que j’ai cinq cent mille ducats à vous donner pour compléter le million ?

– Je vois avec douleur, dit le marquis Taccone, que Votre Excellence me soupçonne d’infidélité.

– Vous vous trompez, marquis. Mon Éminence vous accuse de vol, et, jusqu’à ce que vous m’ayez donné la preuve du contraire, j’affirmerai l’accusation.

– Monseigneur, dit Taccone en tirant un portefeuille de sa poche, je vais avoir l’honneur de vous prouver que cette somme et beaucoup d’autres ont été employées à divers usages par ordre de monseigneur le capitaine général Acton.

Et, s’approchant du cardinal, il ouvrit son portefeuille.

Le cardinal y plongea son œil perçant, et, voyant une foule de papiers qui lui parurent non seulement de la plus haute importance, mais encore de la plus grande curiosité, il allongea la main, prit le portefeuille, et, hélant la sentinelle de garde à sa porte :

– Appelez deux de vos camarades, dit-il ; qu’ils prennent monsieur au collet, qu’ils le conduisent à un quart de lieue d’ici et qu’ils le laissent sur la grande route. Si monsieur fait mine de revenir, tirez sur lui comme sur un chien, attendu que j’estime un chien bien au-delà d’un voleur.

Puis, au marquis Taccone, tout abasourdi de l’accueil :

– Ne vous inquiétez point de vos papiers, dit-il ; j’en ferai prendre fidèle copie, je les ferai numéroter avec soin et je les enverrai au roi. Retournez donc à Palerme ; vos papiers y seront aussitôt que vous.

Et, pour prouver au marquis Taccone qu’il lui disait la vérité, le cardinal commença la revue de ses papiers avant même que le marquis fût sorti de la chambre.

Le cardinal, en mettant la main sur le portefeuille du marquis Taccone, avait fait une véritable trouvaille. Mais, comme nous n’avons pas eu ce portefeuille sous les yeux, nous nous contenterons de répéter à cette occasion ce que dit Dominico Sacchinelli, historien de l’illustre Porporato :

À la vue de ces papiers, qui avaient tous rapport à des dépenses secrètes, écrit-il, le cardinal put se convaincre que le plus grand ennemi du roi était Acton. C’est pourquoi, emporté par son zèle, il écrivit au roi, en lui envoyant tous les papiers de Taccone, dont il avait eu la précaution de conserver un double :

Sire, la présence du général Acton à Palerme compromet la sûreté de Votre Majesté et de la famille royale...

Sacchinelli, à qui nous empruntons ce fait et qui, après avoir été le secrétaire du cardinal, est devenu son historien, ne put surprendre au passage autre chose que la phrase que nous guillemetons, la lettre du cardinal au roi étant écrite tout entière de sa main et n’étant restée qu’un instant sous ses yeux, tant le cardinal avait hâte de l’envoyer au roi.

Mais ce que nous pouvons dire en toute connaissance de cause, c’est que les cinq cent mille ducats ne se retrouvèrent jamais.

À la nouvelle de la disparition du commissaire des vivres Peruccioli, le cardinal n’avait pas jugé à propos de traverser le fleuve gonflé par la pluie.

Pendant que l’on amasserait les vivres nécessaires à l’expédition, l’eau baisserait.

Et, en effet, le 23 mars au matin, le fleuve étant devenu guéable, et une quantité suffisante de vivres ayant été amassée, le cardinal ordonna de se remettre en route, lança le premier son cheval dans l’eau, et, quoiqu’il en eût jusqu’à la ceinture, il traversa le fleuve heureusement.

Toute l’armée le suivit.

Trois hommes seulement furent entraînés par le courant et sauvés par des mariniers du Pizzo.

Au moment où le cardinal mettait le pied sur la rive opposée, il lui arriva un messager courant à toute bride et tout souillé de boue, qui lui annonçait que la ville de Cotrone avait été prise la veille 22 mars.

Cette nouvelle fut reçue aux cris de « Vive le roi ! vive la religion ! »

Le cardinal poursuivit son chemin à marches forcées, et, passant par Cutro, il arriva le 25 mars, seconde fête de Pâques, en vue de Cotrone.

La ville fumait en plusieurs endroits et dénotait des restes d’incendie.

Le cardinal, en s’approchant, entendit des coups de feu, des cris, des clameurs qui lui indiquèrent que sa présence était urgente.

Il mit son cheval au galop ; mais à peine avait-il franchi la porte de la ville, qu’il s’arrêta épouvanté ; les rues étaient jonchées de morts ; les maisons, saccagées, n’avaient plus ni portes ni fenêtres ; quelques-unes, comme nous l’avons dit, brûlaient.

Arrêtons-nous un instant sur Cotrone, dont la destruction fut un des plus douloureux épisodes de cette guerre inexpiable.

Cotrone, sur le nom de laquelle vingt-cinq siècles ont passé et ont, voilà tout, changé une lettre de place, est l’ancienne Crotone, rivale de Sybaris. Elle fut la capitale d’une des plus anciennes républiques de la Grande Grèce, dans le Bruttium. La pureté de ses mœurs, la sagesse de ses institutions dues à Pythagore, qui y fonda une école, la fit l’ennemie de Sybaris. Elle donna naissance à plusieurs athlètes célèbres, et, entre autres, au fameux Milon, qui, comme M. Martin du Nord et M. Mathieu de la Drôme, fit, non pas du département, mais de la ville où il était né, un appendice à son nom. C’était lui qui, serrant sa tête avec une corde, la faisait éclater en enflant ses tempes ; c’était lui qui portait un bœuf autour du Cirque au pas gymnastique, et, après l’avoir porté, l’assommait d’un coup de poing et le mangeait dans la journée. Le célèbre médecin Démocède, qui vivait à la cour de Polycrate de Samos, ce tyran trop heureux, qui retrouvait dans le ventre des poissons les anneaux qu’il jetait à la mer, était de Crotone, et encore cet Alcméon, disciple d’Amyntas, qui fit un livre sur la nature de l’âme, qui écrivit sur la médecine et qui, le premier, ouvrit des porcs et des singes pour se rendre compte de la conformation du corps humain.

Cotrone fut dévastée par Pyrrhus, prise par Annibal, et reprise par les Romains, qui y envoyèrent une colonie.

À l’époque où nous sommes arrivé de notre récit, Cotrone n’était plus qu’une espèce de bourg, qui n’en avait pas moins conservé le nom de son aïeule. Elle avait un petit port, un château sur la mer, des restes de fortifications et de murailles qui la faisaient compter au rang des places fortes.

Comme les républicains y étaient en majorité, la garnison royale, au moment où éclata la révolution, fut forcée de pactiser avec eux. Son commandant, Fogliar, avait été destitué et arrêté comme royaliste, et à sa place avait été nommé le capitaine Ducarne, qui était en prison comme suspect de patriotisme. Par un chassé-croisé assez ordinaire dans ces sortes de circonstances, Fogliar, qu’il avait remplacé à son poste, l’avait remplacé dans son cachot.

En outre, à cette garnison, sur laquelle il ne fallait pas trop compter, on devait ajouter tous les patriotes fuyant devant Ruffo et De Cesari, qui s’étaient réunis à Cotrone et renfermés dans ses murs, ainsi que trente-deux Français venant, comme nous l’avons dit, d’Égypte.

Ces trente-deux Français étaient la vraie force résistante de la ville, et la preuve, c’est que, sur trente-deux, quinze se firent tuer.

Les deux mille hommes envoyés par le cardinal contre Cotrone firent sur la route la boule de neige. Tous les paysans qui, aux environs de Cotrone et de Catanzaro, purent prendre un fusil, prirent ce fusil et se réunirent à l’expédition. En outre, sans tenir compte de l’armée sanfédiste, une masse d’individus armés, de ceux-là qui se réunissent en toute occasion et dans tous les temps, se tenait aux environs de Cotrone, attendant le moment de faire un coup, et, en attendant, coupant, pour faire quelque chose, les communications de la ville avec les villages et occupant les meilleures positions.

Dans la matinée du jeudi saint, le 21 mars, le capitaine parlementaire Dardano fut expédié à Cotrone par le chef de l’expédition royaliste. Les Cotronais le reçurent les yeux bandés. Il montra alors ses lettres de créance signées du cardinal ; mais peut-être y manquait-il quelque formalité d’étiquette ; car le capitaine Dardano fut pris, jeté en prison, soumis à une commission militaire et condamné à mort, comme brigandant contre la République. Peut-être le verbe brigander n’est-il point français ; mais, à coup sûr, il est napolitain, et l’on nous permettra de le franciser, vu le grand usage que nous aurons à en faire.

Les sanfédistes, voyant que leur parlementaire ne revenait point, et qu’ils ne recevaient aucune réponse à la sommation qu’ils avaient faite à la ville de se rendre, résolurent de ne pas perdre un instant, afin de délivrer le capitaine Dardano, s’il était encore vivant, et de le venger s’il était mort. En conséquence, ils recoururent à leur guide Pansanera, se groupèrent autour de lui, lui adjoignirent, pour plus grande sûreté, un homme du pays, et, conduits par eux, s’avancèrent, pendant une nuit obscure, jusque sous les murs de la ville, où, du côté du Nord, ils occupèrent une position avantageuse.

Ils profitèrent de l’obscurité, toujours pour faire arriver et mettre en batterie au milieu d’eux leur petite artillerie, et, montrant seulement les deux compagnies de ligne, ils cachèrent les volontaires, c’est-à-dire une masse de trois ou quatre mille hommes, dans les plis du terrain, ne s’inquiétant de la pluie qui tombait à torrents que pour leur recommander de mettre à l’abri leurs cartouchières et la batterie de leurs fusils.

Ils demeurèrent là toute la nuit du vendredi saint, et, au point du jour, le chef de l’expédition, le colonel-lieutenant Perez, envoya, en manière de défi, dans la place quelques obus et quelques grenades.

Au bruit que firent en éclatant ces projectiles, à la vue des deux compagnies de ligne qui se tenaient debout et découvertes, les Crotonais crurent que le cardinal, dont ils connaissaient la marche, était sous leurs murs avec une armée régulière.

On savait que la forteresse, en mauvais état, ne pouvait opposer qu’une médiocre résistance. Un conseil de guerre fut, en conséquence, réuni chez le lieutenant-colonel français, lequel déclara hautement et clairement qu’il n’y avait que deux partis à prendre, et ajouta qu’en sa qualité d’étranger il se réunirait à la majorité.

Ces deux partis étaient :

Ou d’accepter les propositions que le cardinal avait fait faire par son parlementaire Dardano, et, dans ce cas, il fallait à l’instant même mettre en liberté le parlementaire ;

Ou de faire une vigoureuse sortie et de chasser les brigands, de prendre place immédiatement sur les remparts et d’attendre derrière eux, en faisant une défense désespérée, l’armée française, qui, disait-on, était en marche vers la Calabre.

Ce dernier avis avait été adopté. Le lieutenant-colonel français s’y rangea, et tout se prépara pour la sortie, de la réussite ou de l’insuccès de laquelle allait dépendre le salut ou la chute de la ville.

En conséquence, ce même jour du vendredi saint, dès neuf heures du matin, tambour battant, mèche allumée, les républicains sortirent de la ville. Les royalistes, de leur côté, ne présentant qu’un front étroit et dissimulant les trois quarts de leurs forces, les laissèrent accomplir une fausse manœuvre, à l’aide de laquelle les républicains croyaient les envelopper.

Mais à peine, de part et d’autre, le feu de l’artillerie eut-il commencé, que les masses cachées, qui avaient réglé leur plan de bataille, d’après les conseils de Pansanera, se levèrent à droite et à gauche, laissant au centre, pour faire tête aux républicains, les deux compagnies de ligne et l’artillerie ; puis, favorisées pas l’inclinaison même du terrain, les deux ailes se rabattirent au pas de course sur le flanc des républicains, et, à demi-portée de fusil, firent, à droite et à gauche, une décharge qui, grâce à l’adresse des tireurs, eut un terrible résultat.

Les patriotes virent au premier coup d’œil l’embuscade dans laquelle ils étaient tombés, et, comme il n’y avait d’autre parti à prendre que de se faire tuer sur place et d’abandonner, par conséquent, la ville à l’ennemi, ou de faire une prompte retraite et de chercher à réparer, derrière les murs, le désastre que l’on venait d’éprouver, ils s’arrêtèrent à la retraite, et l’ordre en fut donné. Mais, enveloppés comme ils l’étaient, les patriotes ne purent opérer cette retraite que dans le plus grand désordre et hâtivement, abandonnant leur artillerie, poursuivis de si près, que, Pansanera et sept ou huit de ses hommes étant arrivés en même temps que les fuyards à la porte de la ville, ils empêchèrent, avec le feu qu’ils firent, que ces derniers ne levassent le pont derrière eux, de manière que les républicains, ne pouvant refermer la porte par laquelle ils étaient rentrés, et les sanfédistes s’étant rendus maîtres de cette porte, ils furent obligés d’abandonner la ville et de se renfermer dans la citadelle.

La porte restée ouverte et sans défense, chacun s’y précipita, déchargeant son arme sur ce qu’il rencontrait, hommes, femmes, enfants, animaux même, et répandant de tous côtés la terreur ; mais, dès qu’un peu d’ordre put être établi dans l’agression, les forces isolées se réunirent et se combinèrent contre la forteresse.

Les assaillants commencèrent par s’emparer de toutes les maisons environnant le château, et, de toutes les fenêtres, le feu commença contre lui.

Mais, tandis que cette fusillade s’échangeait entre les troupes régulières et les défenseurs du château, les deux compagnies de troupes de ligne entraient dans la ville, mettaient leur artillerie en position et faisaient feu à leur tour.

Or, le hasard voulut qu’un obus coupât la lance du drapeau républicain et renversât la bannière aux trois couleurs napolitaines qui avait été élevée sur le château. À cette vue, l’ancienne garnison royale, qui, à contrecœur, s’était réunie aux patriotes, crut que c’était pour elle un avis du ciel de redevenir royaliste, et tourna immédiatement ses armes contre les républicains et les Français : elle abaissa le pont-levis et ouvrit les portes.

Les deux compagnies de ligne entrèrent aussitôt dans le château, et les Français, réduits à dix-sept, furent, avec les patriotes, enfermés dans le même château où ils étaient venus chercher un asile.

Le parlementaire Dardano, condamné à mort, mais qui n’avait pas subi sa peine, fut mis en liberté.

De ce moment, la ville de Cotrone avait été abandonnée à toutes les horreurs d’une ville prise d’assaut, c’est-à-dire au meurtre, au pillage, au viol et à l’incendie.

Le cardinal arrivait au moment où, repue de sang, d’or, de vin, de luxure, son armée accordait à la malheureuse ville expirante la trêve de la lassitude.

CXXVI



1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   40

similaire:

Cxiv michele le Sage iconLa grande mosquée de Guangzhou est également connue sous le nom de...
«souvenez-vous du sage» (une mosquée à la mémoire du Prophète), et est aussi populairement appelée la mosquée Guangta, qui signifie...

Cxiv michele le Sage iconRome et l’architecture fasciste
Nous rêvons d’une Italie romaine, c’est-à-dire sage, forte, disciplinée et impériale.”

Cxiv michele le Sage iconE tiens à remercier l’ensemble des personnes qui m’ont aidé dans...

Cxiv michele le Sage iconAnimations fevrier 2006 – janvier 2007
«cinéma et société». Thème du débat : le travail rend-t-il malade ? Débat avec Michèle Darroman, Syndicat cgt et

Cxiv michele le Sage iconMichele Sabatino nasce IL 26 giugno 1967 a Castellammare di Stabia...

Cxiv michele le Sage iconSur les pistes de la chouette d’or
«Ouverture» = trouver Eu. «Sans protester» = passe torrents = passons tertre. «Alpha romain» = l'ami pharaon. «Sage, Vérité, Devin»...

Cxiv michele le Sage iconSur les pistes de la chouette d’or
«Ouverture» = trouver Eu. «Sans protester» = passe torrents = passons tertre. «Alpha romain» = l'ami pharaon. «Sage, Vérité, Devin»...

Cxiv michele le Sage iconSur les pistes de la chouette d’or
«Ouverture» = trouver Eu. «Sans protester» = passe torrents = passons tertre. «Alpha romain» = l'ami pharaon. «Sage, Vérité, Devin»...

Cxiv michele le Sage iconEssai de François-Éric valentin à propos de la performance de Michèle...
«Chemin, Personne ne témoigne pour le témoin», avec une installation lumière tout à fait spécifique demandée par un peintre à un...

Cxiv michele le Sage iconExtrait des «Parchemins Essentiels Pour Comprendre Notre Monde a l’Attention des Jeunes Gens»
«Parchemins Essentiels Pour Comprendre Notre Monde a l’Attention des Jeunes Gens» du Professeur et Erudit Rezo le Sage








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com