Education / formation le projet des Socialistes








télécharger 1.04 Mb.
titreEducation / formation le projet des Socialistes
page2/22
date de publication28.03.2017
taille1.04 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

L’Education dans la société : face à l’immuable et au changeant



Pour essayer d’adapter l’éducation aux données de la société, il faut répondre à une question intellectuellement très difficile, que je vais schématiser : qu’est-ce qui est immuable et qu’est-ce qui est changeant dans le monde, dans les sociétés, voire dans l’être humain ?

J’ai retenu pour ma réflexion trois éléments permanents. Tout d’abord, la tension entre l’universel et le singulier. Nous devons essayer d’aspirer à l’universel, de le comprendre, mais, en même temps, la singularité permet à la fois une meilleure connaissance de soi-même et garantit une certaine autonomie. Il est très difficile, dans l’éducation, dont le but est quand même d’aider des jeunes ou des moins jeunes à se construire, de jouer avec cette tension extrêmement complexe.

Il existe aussi une tension entre la tradition et la modernité. C’est, je crois, un élément essentiel sur lequel se disputent beaucoup les pédagogues et les spécialistes de l’éducation. Et comme je n’ai pas des citations très fortes ou très impressionnantes à vous donner, je prendrai un penseur connu, Maurice Chevalier, qui chantait avant-guerre : « C’est peut-être moins bien, mais c’est nouveau. Et si c’est nouveau, c’est rigolo ». Vous remarquerez combien de fois ce mot « nouveau » apparaît dans le langage politique ou chez ceux qui veulent réformer, transformer, révolutionner l’éducation ou le reste. Or, la tradition est très importante, et il est arrivé dans notre société, durant ces 50 dernières années, que la nouveauté en vienne à occulter carrément ce qui, dans la tradition, est important, touche à la dignité et en caractère unique de chaque personne humaine.

Enfin, on relève une tension entre le spirituel, pris au sens laïc du terme, et le matériel ; le matériel, c’est le côté utilitaire de l’éducation, mais l’éducation ne se ramène pas à celà, comme vous le savez très bien.

Parmi les éléments du changement, on peut en prendre en compte trois, que je soumets à votre réflexion.

Tout d’abord, la tension entre le global et le local est sans doute un élément essentiel du malaise contemporain, de la crise identitaire. Les dirigeants résonnent global, s’adressent, à travers les médias, à la population, et celle-ci continue à se concentrer ou à s’attacher au local parce que, dans un monde aussi bouleversant, avec tant d’images et tant d’informations qui arrivent chaque jour, on a besoin de retrouver ses racines. Or, comment aujourd’hui expliquer, permettre à un adolescent, puis à un adulte de pouvoir faire la part des deux, sans tomber, d’un côté, dans le repli sur soi, dans la défense acharnée de ce qui est autour de vous et, d’un autre côté, en se gardant de fuir dans une sorte d’évasion irénique vers le global ?

Il y a aussi, c’est ce que l’on connaît le mieux aujourd’hui, la grande mutation géopolitique et technologique en cours. L’impact de la globalisation, la nouvelle révolution industrielle des techniques et de la manière de faire, je pense qu’Alain Touraine vous en parlera, amènent un certain bouleversement des contenus professionnels (pas de tous, il reste des métiers égaux à eux-mêmes), entraîne une exigence accrue de mobilité et de connaissances, et enfin une meilleure maîtrise des aptitudes. C’est là où l’on trouve le bon usage des nouvelles technologies de l’information qui permet l’accès aux données, l’autocontrôle et la mémorisation au profit des autres.

Ceci étant dit, et cela pourra vous surprendre, je n’aime pas beaucoup le terme de société de la connaissance, car il faut bien distinguer connaissance et aptitude. A mon humble avis, depuis que l’homme est homme, la connaissance est un impératif essentiel. Il suffit de se souvenir des métiers des ouvriers ou des artisans d’avant-guerre, pour se rendre compte qu’il y avait, dans le contenu de ces métiers, une connaissance exceptionnelle, non pas simplement de la matière ou de la façon de la transformer, mais aussi de l’environnement professionnel. Développons les aptitudes pour pouvoir se servir des nouvelles technologies de l’information. Mais de là à chanter les mérites d’une société inédite, celle de la connaissance !

La troisième dimension concerne les risques de rupture du lien social et de l’individualisme dominant. L’école reste, de ce point de vue, une formidable école de sociabilité, et il faut absolument que cela perdure. Notre modèle social est en question ; il y a, pourquoi le contester, un désenchantement démocratique. C’est pourquoi je crois que l’éducation doit également former des acteurs de la société, surmonter la crise d’identité et redonner un sentiment d’appartenance fort à la collectivité.

C’est beaucoup demander à l’éducation, je le reconnais, que de traiter à la fois de ces dimensions universelles, mais aussi de s’adapter à la nouveauté. On ne peut pas tout demander à l’éducation.

Il me semble que toutes ces dimensions de l’éducation sont extrêmement importantes. A partir de là, la réflexion que nous avons menée à l’UNESCO, dans une commission internationale, a débouché sur les quatre piliers de l’éducation.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

Education / formation le projet des Socialistes iconLe Groupe Nemetschek Structural Annonce les Gagnants des Prix 2013 Inspirations in Engineering
«exceptionnelle» du breeam] pour la performance environnementale et son engagement pour le bim. Réaliser la durabilité la plus grande...

Education / formation le projet des Socialistes iconFaculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation

Education / formation le projet des Socialistes iconSalle Mozart «Allemagne / Brésil»
«Réseau Ambition Réussite à l’école» en partenariat avec la Ville de Toulon (Service Education et Projet Educatif Local), l’Education...

Education / formation le projet des Socialistes iconAdresse professionnelle
«istihqaq» délivrée par la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation – formation

Education / formation le projet des Socialistes iconNotes relatives au tableau 2 : Programmation et bilan d’une année...
«Projet» fédérateur. Cette fiche-classe constituera une des traces du Parcours d’éducation artistique et culturelle, à côté de l’outil...

Education / formation le projet des Socialistes iconL’ensam education ecrit par: Chaymae
«Habitat, Architecture et Urbanisation des Territoires»; La formation du desa dure deux années

Education / formation le projet des Socialistes icon1. 1 : éducation de Galilée, formation humaniste

Education / formation le projet des Socialistes iconMinistere de l’education nationale et de la formation professionnelle

Education / formation le projet des Socialistes iconBibliographie Sommaire
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...

Education / formation le projet des Socialistes iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com