Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross»








télécharger 244.9 Kb.
titreBibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross»
page1/6
date de publication09.07.2017
taille244.9 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > loi > Bibliographie
  1   2   3   4   5   6
DIMANCHE 14 JUIN 2009 à 14h30
Souvenirs historiques du XXe siècle

ART CONTEMPORAIN
Succession du docteur B

24 tableaux exceptionnels

acquis entre 1950 et 1965 à la Galerie Jacques Dubourg

et restés jusqu’à ce jour dans sa collection

ARTS DECORATIFS du XXe siècle

Prouvé - Royere - Perriand - Giacometti…
Experts :

Michel MAKET

Tél. : 33 (0)1 42 25 89 33 - mmaket@club-internet.fr

lots 1, 3 à 23

René MILLET Expertise

Tél. : 33 (0)1 44 51 05 90 - expert@rmillet.net

lots 1 et 2

Emmanuel Legrand

Tél. : 33 (0)6 61 73 51 10 - legrand.emmanuel@neuf.fr

lots 24 à 78 et 83 à 237

Thierry BODIN

Tél. : 33 (0)1 45 48 25 31 - lesautographes@wanadoo.fr

lots 79 à 81

EXPOSITIONS PUBLIQUES

A FONTAINEBLEAU

Vendredi 12 Juin 2009 : 14h à 18h00

Samedi 13 Juin 2009 : 10h à 18h00

Dimanche 14 Juin 2009 : 10h à 12h00
Catalogue en ligne sur notre site : www.osenat.com

1 Henri Edmond CROSS

(Douai 1856 – Saint-Clair 1910)

Barque à voiles sur la Giudecca ou Venise, Marine, 1903-1905

Sur sa toile d’origine

56,5 x 73 cm

Signé en bas à gauche Henri Edmond Cross

Porte une étiquette sur le châssis n°22773/ HE Cross / Barques s/ la Giudecca/ EEOO

Porte une ancienne étiquette de la Galerie Druet 1831 (24) / H. E. Cross / Barque à voile Giudecca

Porte une inscription sur le châssis Barques à voiles sur la Giudecca

300 000 / 400 000 €

450 000 / 550 000 $
Provenance :

Vente E. Descaves, Paris, Hôtel Drouot, 28 mars 1919, (Me Desvouges) n°7, reproduit ;

Collection M. François ;

Galerie Bernheim-Jeune ;

Collection M. Bonabeau ;

Acquis à la Galerie Lorenceau.
Expositions :

Très probablement Salon des Indépendants, Paris, 1904, n°601 (Canal de la Giudecca) ;

Henri Edmond Cross, Paris, Galerie Druet, 21 mars - 8 avril 1905, n°24 (Barque à voiles sur le canal de la Giudecca).
Bibliographie :

F. Feneon, « Les carnets de Henri Edmond Cross », Bulletin de la Vie Artistique, 15 octobre 1922, p.470 ;

A.Fontainas et L.Vauxcelles, Histoire générale de l’art français de la Révolution à nos jours, Paris, 1922, tome 1, p.242, reproduit ;

I. Compin, Henri Edmond Cross, Paris, 1964, n°123, reproduit p. 222.
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 28 février 1955 accompagne l'œuvre

Pendant l'été 1903, Cross part pour Venise, il rapporte de nombreux dessins et aquarelles de ce premier voyage en Italie. Les toiles qu'il réalise ensuite dans son atelier de Saint-Clair seront exposées en 1904 au Salon des Indépendants et à la Libre Esthétique.

Séduit par Venise, l'artiste abandonne sa peinture méthodique et raisonnée pour libérer sa créativité, pour exalter la nature dans « un art de synthèse et d’imagination » selon Maurice Denis. Lors de son exposition personnelle à la Galerie Druet en 1905, Cross présente trente toiles dont dix de Venise et trente aquarelles. Dans sa préface du catalogue, son ami Émile Verhaeren souligne cette évolution vers un art de plus en plus lyrique. L’événement est un succès, presque toutes les œuvres exposées sont vendues, « Tous les Venise sont partis » (lettre de Cross à Signac du 2 avril 1905).


2 Maurice de VLAMINCK

(Paris 1876 - Rueil-la-Gadelière 1958)

Voiliers au pont de Chatou, 1908

Huile sur toile

Signé en bas à gauche Vlaminck

55 x 65 cm

150 000 / 200 000 €

200 000 / 300 000 $
Provenance :

Acquis à la Galerie d’art moderne, Paris, 1951.
Exposition :

Vlaminck 1909 – 1914, Paris, Galerie de l’art moderne, 1951.
Bibliographie :

J. Bouret, « Vlaminck vert et noir », Arts, 6 avril 1951.

Libre de toute formation académique,Vlaminck commence à peindre vers 1893, mais ses premières œuvres connues se situent vers 1900. C’est à cette date qu’il rencontre André Derain demeurant à Chatou, lieu très prisé des impressionnistes et qui deviendra un des centres de l’activité des Fauves. Entre Derain et Vlaminck nait une profonde amitié. Les deux artistes partagent le même atelier près du Pont de Chatou, menant conjointement leurs recherches. Vlaminck ne quittera plus les bords de Seine.

Si le thème du Pont de Chatou est un sujet que Vlaminck retiendra à plusieurs reprises (une quinzaine de vues sont à ce jour répertoriées) pendant sa période Fauve, celui de la voile n’apparaitra chez lui qu’en 1906 et deviendra un sujet de prédilection. C’est à partir de l’hiver 1906 que l’artiste s’éloigne progressivement de la couleur après en avoir poussé l’intensité jusqu’au paroxysme. Ce changement stylistique coïncide avec l’organisation en 1907, de deux rétrospectives de l’œuvre de Cézanne au Salon des Indépendants au printemps et au Salon d’Automne, marquant ainsi dans son œuvre, le passage à la période Cézannienne qui se poursuivra jusqu’en 1914. Le cadrage très serré de notre tableau met l’accent sur deux des trois voutes du pont de Chatou côté Rueil. Le pont, très présent, structure la composition par une forte ligne horizontale interrompue par la verticalité et la luminosité de la voile. La palette assagie et les volumes prononcés s’inscrivent dans la nouvelle orientation stylistique du peintre. Avec la leçon du Maître d’Aix, il développa une voie réellement propre, divergente du cubisme adopté par son ami Derain, tendant vers une simplicité dans l’ordonnance de la mise en page et une observation attentive des volumes.

Comme l’écrivit, Guillaume Apollinaire, ami de l’artiste, dans l’exposition Vlaminck à la Galerie Druet en 1910 : « sa vision est large, puissante ; sa facture sobre et intensive laisse aux lignes toute leur liberté, aux volumes tout leur relief, aux couleurs toute leur clarté, toute leur beauté »

3 Alfred MANESSIER

(Saint-Ouen, Somme 1911- Orléans 1993)

Le torrent II, 1958

Huile sur toile

Signée et datée en bas à droite, titrée sur le châssis

81 x 100 cm

25 000 / 35 000 €

35 000 / 50 000 $
Bibliographie :

Manessier en Provence, Musée Cantini, Marseille, 27 juin -

28 septembre 2008, p.39, une photographie de Willy Maywald représente l'artiste dans son atelier de la rue de Vaugirard à Paris, le tableau est visible au premier plan à droite
Exposition :

Manessier Haute-Provence 1958-1959, Galerie de France, Paris,

26 novembre - 31 décembre 1959, décrit dans la liste des œuvres exposées
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 26 septembre 1960 accompagne l'œuvre


4 André LANSKOY

(Moscou 1902 - Paris 1976)

Sans titre, circa 1950

Huile sur toile

Signée en bas à droite, inscriptions au dos du châssis : étiquette des douanes de Belgique et du Luxembourg, un n°2192 au crayon bleu et un cachet circulaire DB au dos de la toile

65 x 81 cm

30 000 / 50 000 €

40 000 / 70 000 $
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 7 juin 1960 accompagne l'œuvre

Monsieur André Schœller nous a aimablement confirmé l’authenticité de cette œuvre

Longtemps intéressé par l’œuvre de Klee et de Kandinsky il essaie dès 1937 de se dégager de la représentation de l’objet et réalise ses premières œuvres semi-abstraites.

Dans ces toiles abstraites, la matière et la couleur dominent. « Le rythme, les proportions, les limites des formes et leur organisation » maintiennent l’ordre, les blancs renforcent savamment la luminosité des œuvres et donnent une profondeur veloutée à la peinture.

« Toutes les formes et toutes les couleurs existent dans le monde ; on ne peut trouver que de nouveaux rapports ». André Lanskoy.

En 1950, Leo Castelli organise l’exposition Young Painters in the U.S. and France à la galerie Sidney Janis à New-York et présente Lanskoy aux côtés de Dubuffet, Gorky, Kline, de Kooning, Matta, Pollock, Soulages et de Staël.

Ces trois peintures ont probablement appartenu au collectionneur et mécène belge Gustave van Geluwe

(1881-1962).

5 André LANSKOY

(Moscou 1902 - Paris 1976)

Sans titre, circa 1950

Huile sur toile

Signée en bas à droite, inscriptions au dos : étiquette des douanes de Belgique et du Luxembourg, un n°2193 au crayon bleu et un cachet circulaire DB au dos de la toile

116,5 x 73 cm

50 000 / 70 000 €

70 000 / 100 000 $
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 20 juin 1962 accompagne l'œuvre

Monsieur André Schœller nous a aimablement confirmé l’authenticité de cette œuvre


6 André LANSKOY

(Moscou 1902 - Paris 1976)

Composition, circa 1950

Huile sur toile

Signée en bas à droite, inscriptions au dos: étiquette des douanes de Belgique et du Luxembourg, un n°2194 au crayon bleu et un cachet circulaire DB au dos de la toile, étiquette d'un transporteur de Bruxelles pour l'exposition L'art français dans les collections belges, propriétaire M. Van Geluwe Bruxelles, étiquette Van Geluwe avec un n°329

81 x 100 cm

45 000 / 55 000 €

60 000 / 75 000 $

Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 7 juin 1960 accompagne l'œuvre

Monsieur André Schœller nous a aimablement confirmé l’authenticité de cette œuvre

8 Sam FRANCIS

(San-Mateo, Californie 1923 - Santa Monica, Californie 1994)

Blue X, 1960

Tempera sur papier (légères traces d'insolation)

Signé et daté au dos, trace d'un n°65 en bas à droite

49,5 x 65 cm

15 000 / 20 000 €

20 000 / 30 000 $
Expositions :

Sam Francis, Moderna Museet, Stockholm, 1960, décrit sous le n°75

Sam Francis œuvres récentes, Galerie Jacques Dubourg, Paris,

9-30 juin 1961, décrit et reproduit
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 8 mai 1961 accompagne l'œuvre

Un certificat de la Fondation Sam Francis sera remis à l’acquéreur
Sam Francis exposa de 1957 jusqu’à sa mort à la galerie Jean Fournier, dont il fut un des fidèles avec Joan Mitchell. Blue X illustre parfaitement les goûts du marchand, comme l’indique Yves Michaud dans La couleur toujours recommencée, Hommage à Jean Fournier, marchand à Paris (1922-2006) : « Jean Fournier recherchait une composition inintentionnelle, mais pas pour autant géométrique, ni conceptuelle, ni calculée ou préméditée… En fait, Jean fournier aimait

et défendait une peinture de la couleur immatérielle et

de la lumière, mobile et flottante, prête à envahir l’environnement… ».

9 Sam FRANCIS

(San-Mateo, Californie 1923 - Santa Monica, Californie 1994)

Sans titre, 1958

Tempera sur papier

Signé et daté au dos, en bas à gauche : 3.10/cis

106 x 74,5 cm

40 000 / 50 000 €

55 000 / 70 000 $
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 22 mars 1961 accompagne l'œuvre

Un certificat de la Fondation Sam Francis sera remis à l’acquéreur

Engagé dans l’US Air Force en 1943, il est victime d’un grave accident d’avion qui le laissera alité pendant quatre ans. Après avoir étudié l’Art à l’université de Californie, il s’installe à Paris en 1950 grâce à une bourse versée par l’armée américaine. Sa première exposition personnelle a lieu à la Galerie du Dragon à Paris en 1952. Lors d’un voyage à New-york en 1954, il rencontre Joan Mitchell. Il la retrouve à Paris en 1955 et lui présente Jean-Paul Riopelle.

La première exposition muséale importante pour Sam Fancis a lieu à la Kunsthalle de Berne en 1955 : sept œuvres de l’artiste y sont présentées aux côtés de celles, entre autres, de Mathieu et de Riopelle.

En 1956, sa première exposition personnelle à New-York chez Martha Jackson est un succès concrétisé par l’achat d’une toile par le Solomon R. Guggenheim Museum. Sa rencontre avec Jean Fournier par l’intermédiaire de Jean_Paul Riopelle marque le début d’une longue et fructueuse relation. Une exposition se tient à Tokyo où ses toiles côtoient celles de Mathieu, Riopelle et Tobey. Sam Francis voyage autour du monde entre 1957 et 1958.

10 Sam FRANCIS

(San-Mateo, Californie 1923 - Santa Monica, Californie 1994)

Sans titre, 1959

Tempera sur papier

Signé et daté au dos

78,5 x 58 cm

30 000 / 40 000 €

41 000 / 55 000 $

Un certificat de la Fondation Sam Francis sera remis à l’acquéreur
L’improvisation de couleurs primaires, bleu, jaune et rouge éclatantes en tension sur les bords de la feuille des années 1956 à 1959 est ainsi illustrée par Irving Sandler dans son livre Peintres et Sculpteurs des Années 50 : « Les amas de cellules de dimensions et de formes plus variées qui projettent des éclaboussures et des coulures suggèrent des îles multicolores, flottant sur une mer immaculée ».

11 Sam FRANCIS

(San-Mateo, Californie 1923 - Santa Monica, Californie 1994)

Blue IV, 1960

Tempera sur papier

Signé et daté au dos de la feuille

105,5 x 74,5 cm

30 000 / 40 000 €

40 000 / 55 000 $
Expositions :

Sam Francis, Moderna Museet, Stockholm, 1960, décrit sous le n°69

Sam Francis œuvres récentes, Galerie Jacques Dubourg, Paris, 9-30 juin 1961, décrit et reproduit
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 8 mai 1961 accompagne l'œuvre

Un certificat de la Fondation Sam Francis sera remis à l’acquéreur

Un changement des plus important dans son art, sans doute pour échapper à la monotonie, va intervenir avec la période des Blue Balls (1960-1961). Sam Francis fait exploser des formes bleues sur fond blanc déclinées à la tempera et à l’huile pour les plus grands formats. Le bleu flotte avec plus de transparence et de légèreté sur la feuille, il occupe l’espace comme un nuage. Blue IV et Blue X sont tous deux reproduits au catalogue de l’exposition à la galerie Jacques Dubourg en 1961 avec deux peintures et 11 autres œuvres tempera.

12 Nicolas de STAËL

(Saint-Petersbourg 1914 - Antibes 1955)

Nature morte au marteau, 1954

Huile sur toile

Signée en bas à gauche, un n°212 au dos du châssis

46 x 61 cm

300 000 / 400 000 €

400 000 / 550 000 $
Bibliographie :

Nicolas de Staël, Jacques Dubourg, Françoise de Staël, Édition Le Temps, Paris, 1968, décrit et reproduit sous le n°837, p.337

Nicolas de Staël catalogue raisonné de l'œuvre peint, Françoise de Staël, Éditions Ides et Calendes, Neuchatel, 1997, décrit et reproduit sous le n°884, p.558
Ancienne provenance :

Galerie Jacques Dubourg, Paris
Un certificat de Monsieur Jacques Dubourg en date du 28 avril 1955 accompagne l'œuvre


« Nicolas de Staël poursuivait ses nouvelles recherches. Les innombrables natures mortes, les paysages qu’il peint alors apparaissent comme autant d’exercices où le peintre tente d’appréhender au travers d’un style tout traditionnel les objets pour les situer dans l’espace avec autant de force qu’auparavant. Mais cette véhémence naît maintenant de la transparence, troisième dimension du tableau où s’organisent les ponctuations rythmées de l’ombre et de la lumière. Staël utilise les éléments les plus conventionnels de la nature morte, la diagonale du couteau, la plage lumineuse de la palette, les jeux mélodieux de bouteilles pour traduire, comme par le clair-obscur de ses paysages, le mystère et l’angoisse. »

Germain Viatte
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconRecherche du temps perdu : la médiation ruskinienne, par Henri Lema...

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconBibliographie Ce document, la bibliographie détaillée et les données...

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconCarnets de voyage : du livre d'artiste au journal de bord en ligne
«Il faut aller voir»et a lieu chaque année à Clermont-Ferrand, on peut y rencontrer des carnettistes et voyageurs, mais aussi, au...

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconSolution 1 «Oracle»
«Giovannini barriers to cross-border clearing and settlement». La plateforme T2S vise à être à l’état de l’art

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconArchitecture de communication pour les applications multimedia interactives...
«cross ‐ layer» qui permet alors d'améliorer de façon significative la réactivité du système. Afin de faciliter l'intégration et...

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconBibliographie Bibliographie relative à la ville de Casablanca
«Variations spatiales du privé et du public à travers les exemples de Ben M'sik et de Hay Moulay Rachid à Casablanca»

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconLycée des Métiers «Les Côtes de Villebon» 3, rue Henri Etlin 9 2 3 6 0 meudon la foret

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconLa peinture d’Henri Martin mélange des éléments traditionnels et...

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconAvec Zola à Médan
«Construction à la tournure féodale, écrit Edmond de Goncourt, qui semble bâtie dans un carré de choux.»

Bibliographie : F. Feneon, «Les carnets de Henri Edmond Cross» iconFour Seasons Hotels and Resorts annonce l'ouverture d'un nouvel hôtel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com