Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ?








télécharger 48.19 Kb.
titreComment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ?
date de publication23.10.2016
taille48.19 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ?

Introduction :

Afin d’apporter des éléments de réponse à notre sujet de cherche, notre problématique se focalisera sur les déchets organiques au sein du secteur de l’Horeca.

Dans un premier temps, dans la partie état des lieux, nous présenterons le secteur, ses chiffres et quantité de déchets alimentaires qu’il produit. Ensuite, nous analyserons ces déchets et proposerons des mesures de prévention contre le gaspillage alimentaire. Apres cela, nous présenterons les différentes méthodes de valorisation de ces déchets et leurs avantages économiques et environnementaux.

Dans la partie chaine logistique, nous analyserons la gestion des déchets organiques dans le secteur de l’Horeca et introduirons de ce fait le projet pilote mené à cet effet. Par la suite, nous analyserons le processus de collecte des déchets organiques dans le secteur de l’Horeca.

Enfin, nous effectuerons une analyse d’empreinte carbone CO2 des déchets organiques dans ce secteur.

2.       Etat des lieux

b.      Technique : le secteur de l’Horeca :
b.1 Le secteur de l’Horeca :

En Belgique, le secteur de l’Horeca fait référence à une série d’activités liés à l hôtellerie (hôtels et autres hébergements de courte durée ; terrains de camping et villages de vacances) mais aussi à la restauration de type rapide et traditionnel , les cafés, les cantines et les traiteurs. Au niveau national, la majorité de ces établissements sont de petites structures avec en moyenne 5 salariés.

En revanche, dans région de Bruxelles Capitale, en moyenne, les établissements sont de plus grande taille et compte plus de salariés qu’au niveau national. Ainsi, la part des établissements de grande taille belges est la plus élevée au sein de la capitale (90%) (Bruxelles Environnement1, 2012)

Dans la région de Bruxelles Capitale, la restauration représente une grande majorité ; environ 70% du secteur avec 4857 établissements (cafés et restaurants). Aussi, le secteur de l’Horeca est représenté par l’hôtellerie qui compte 15 302 chambres offertes par ce secteur (IBSA, 2013)

b.2 Les déchets organiques dans le secteur de l’Horeca dans la région de Bruxelles Capitale :

La première analyse porte sur la proportion des déchets organiques parmi les différents types de déchets dans la région de Bruxelles Capitale dans le secteur de l’Horeca.

En effet, la production de déchets du secteur Horeca représente 40 000 tonnes par an, ce qui fait 5.6 tonnes de déchets en moyenne par établissement par an.

On peut donc extrapoler ces données en estimant 40 000 tonnes  de déchets pour l'ensemble du secteur Horeca par an, dont la part organique est de 60 % ce qui produit 24 000 tonnes de déchets organiques en une année, soit 461,5 tonnes de déchets organiques par semaine (Bruxelles Environnemen1, 2012).

b.3 La catégorisation des déchets organiques

Au sein du secteur de la restauration, les déchets organiques sont des déchets alimentaires. Le terme déchets organiques ou déchets alimentaires peut dès lors être utilisé. Au niveau des déchets alimentaires, le WRAP distingue trois catégories de déchets, les deux premières constituent le gaspillage alimentaire : (Bruxelles Environnemen2, 2012).

capture d’écran 2013-12-23 à 12.42.07.png

b.4 Le gaspillage alimentaire et mesures de prévention

Ainsi, les déchets évitables et les déchets potentiellement évitables constituent le gaspillage alimentaire, Pour l’éviter et diminuer le nombre de déchets alimentaires, certaines mesures sont préconisées à cet effet.

De façon générale, il n’y a pas assez de prise de conscience par rapport au gaspillage d’aliments. Pour changer les mœurs et essayer de créer et faire ressentir cette prise de conscience, il faut organiser des campagnes de sensibilisation tel que la semaine du gaspillage alimentaire au niveau de l’Horeca à l’initiative des communes de Bruxelles. En effet, cette campagne de sensibilisation va pouvoir apporter des informations quantifiées par rapport au gaspillage d’aliments.

Pour diminuer la portion de déchets provenant de nourriture qui n’est pas mangé dans les assiettes des consommateurs, il faut proposer une portion de flexibilité et de management, augmenter la communication concernant les besoins des consommateurs.

Pour les restaurants à buffet, leurs quantités de déchets organiques est nettement plus élevés que les restaurants “A la carte”. Il est donc recommandé de ne pas dépasser 2h comme temps d’exposition de la nourriture. Aussi, il faudrait présenter la quantité du buffet selon la demande ; en garnissant le buffet progressivement et éviter de présenter trop de nourriture en même temps.

Pour les restaurant salade bars, au lieu de payer un prix fixe pour la salade, il est recommandé de payer ce que le consommateur prend comme quantité; paiement au poids. Cela va engendrer moins de déchets de salade du coté du consommateur (CO2logic, 2013).

b.5 La valorisation des déchets organiques de l’Horeca

Le traitement des déchets organiques dans le secteur de l’Horeca se réfère aux trois méthodes suivantes: L’incinération, le compostage ou la biométhanisation. L’incinération fait référence au traitement thermique des déchets dans une usine d’incinération.

Le compostage et le système de biométhanisation sont les deux principaux processus de valorisation des déchets organiques qui permettent de produire, selon les procédés utilisés, de l’énergie renouvelable et des fertilisants naturels sous la forme de compost.

Le compostage désigne le traitement biologique (anaérobique ou aérobique) des matières biodégradables aboutissant à l'obtention d'un produit réutilisable.

La biométhanisation permet la réduction des gaz à effet de serre (méthane, gaz carbonique). Les fertilisants naturels retournent au sol et enrichissent le secteur de l’agriculture.

En compostant les déchets organiques, il y a une diminution du poids des tout venant d'environ un tiers. Ainsi, le compostage est d’une part, un gain de temps ; car on évite de transporter les déchets et les incinérer avec les tout venant, et d’autre part, un gain en déchets riches en eau et donc une réduction des émissions de CO2. Ainsi, le résultat est l’obtention un engrais 100% naturel et gratuit.

En ce qui concerne la biométhanisation, les avantages économiques et environnementaux sont nombreux. En premier lieu, ce système offre une diversité des voies de valorisation : électricité, chaleur, biométhane (injection ou carburant) qui peuvent répondre à la spécificité de chaque territoire et contexte industriel. Aussi, il se caractérise par une production continue assurant la disponibilité de la ressource énergétique sous condition d’une filière d’approvisionnement en substrat mature. Le système de bio méthanisation peut facilement être stocké. En effet, couplé à une source renouvelable intermittente, le biogaz apparait comme l’une des solutions pertinentes permettant l’intégration d’énergies renouvelables sur le réseau électrique (Facts and Figures, 2012) .

En ce qui concerne la proportion des déchets organiques valorisés dans le secteur de l’Horeca à Bruxelles, l’étude Keukenschoon de l'OVAM recense, pour son échantillon, que la fraction compostable représente environ 1/3 (en sacs) à la moitié (en containers) de matière compostable, et un second tiers non compostable mais organique (4 % pour les containers) et dont l'origine est les restes de repas d'une part, et les déchets de préparation d'autre part et qui comptabilise environ 60 % de déchets organiques (Bruxelles Environnemen1, 2012).

3.       Proposition de gestion

b.      Chaîne logistique

  1. Collecte

La gestion des déchets organiques dans le secteur de l’Horeca :

Dans la Région de Bruxelles Capitale, le tri sélectif des déchets organiques n’est pas obligatoire et il n’existe pas de collecte séparée organisée par la Région ni de filière de collecte et de traitement des déchets organiques. Ainsi, la quasi totalité des déchets organiques sont mélangés aux déchets tout venant et subissent le même traitement ; l’incinération. Seul un nombre minime d'établissements de l’Horeca trie sélectivement les déchets organiques,

Ceci est du à plusieurs facteurs, le manque de place pour assurer un service spécifique pour les déchets organiques ; la faible fréquence d’enlèvement et le prix élevé relatif à l’enlèvement de ce type de déchet (Be-Organic 1, 2013).

Le projet pilote

La législation européenne impose que d’ici 2020, 50% des déchets ménagers soient valorisés. Afin d’atteindre cet objectif et de tester le tri des déchets organiques au sein de la population Bruxelloise, notamment auprès des établissements de l’Horeca, deux communes de la capitale; Evere et Etterbeek ont choisi de réaliser un projet pilote qui fut lancé le 2 septembre. La participation y est volontairement. Cette opération, étendue sur une période d’une année, a pour principale but d'évaluer la quantité et la qualité de ces déchets afin d’étendre l’opération sur l’ensemble de la région de Bruxelles. De plus, les résultats permettront la construction d'un centre de traitement spécialement conçus pour ce type de déchets et adapté à la réalité bruxelloise. (Bruxelles Propreté, 2013)

La collecte des déchets organiques dans le secteur de l’Horeca :

Le processus de la collecte comporte des éléments spécifiques qu’on doit préciser ;le type de support utilisé, le mode d’évacuation, la fréquence d’enlèvement et les agents d’enlèvement.

Afin de faciliter la collecte et le tri des déchets organiques, un sac de couleur brun est utilisé pour différencier ces déchets des autres types qui sont ; le blanc pour le tout venant, le bleue pour le PMC et le jaune pour le papier/carton.

La fréquence d’enlèvement est de deux fois par semaine ; le mardi et le jeudi pour les deux communes. Les déchets organiques sont ainsi évacués via un conteneur et emmené au centre de biométhanisation en dehors de la Région de Bruxelles-Capitale, à l’unité IVVO à Ypres, en Flandre Occidentale.

L’agent de collecte de ces déchets est le même pour les autres types de déchets ; Bruxelles Propreté. L’avantage pour les établissements Horeca qui ont un contrat d’enlèvement avec Bruxelles-Propreté est une réduction de leur facture en fonction de la qualité de leur tri (Be-Organic 2, 2013).

Empreinte CO2 des déchets organiques de l’Horeca.

Pour l’empreinte carbone des déchets organiques, pour une quantité 24 000 tonnes de déchets organiques par an, en utilisant le facteur d’émission 0.253 kgCO2e/kg, on obtient en moyenne une émission co2 de 6072 t co2 pour tous établissements Horeca par an dans la région de Bruxelles Capitale. En d’autre termes, chaque établissement, pour une quantité 5,6 tonnes de déchets organiques, émet 1,42 t co2 par an.

Afin de mettre en évidence l’émission de CO2 par les déchets organiques, une comparaison est illustrée dans la figure ci-dessous (Les données ont été saisies d’après l’étude de Bruxelles Environnement 2, 2013, voir annexe) On remarque donc que les déchets organiques des établissements de l’Horeca représente la plus grande proportion avec 5060 tCO2 eq par an.

Figure 1 : Comparaison des émissions des déchets dans la région de Bruxelles Capitale dans le secteur de l’Horeca (tCO2 eq)

Conclusion :

En conclusion, les déchets organiques dans le secteur de l’Horeca sont majoritairement présents dans l’ensemble des déchets organiques provenant de tous secteurs confondus. Des mesures de prévention pour réduire ces déchets doivent être introduits, mais cela dépendra du comportement et intention des établissements Horeca.

Références :




  • Be-Organic 2(2013) Quels sont les avantages de la collecte des déchets organiques ? ; En attendant le projet bruxellois, où iront nos déchets ?; Comment traiter les déchets organiques ? {En Ligne}. Accessible à partir de http://www.be-organic.be/faq/ {Consulté le 10 décembre 2013}







  • Bruxelles Propreté (2013) Le tri des déchets organiques : appel aux volontaires ! {En Ligne}. Accessible à partir de https://www.arp-gan.be/fr/actualite/le-tri-des-dechets-organiques-appel-aux-volontaires {Consulté le 10 decembre 2013}



  • CO2logic (2013) Entretien avec M.Tanguy De Monceau et M.Herman Noppen, 25 Novembre 2013.





  • IBSA (2013) Entreprises : nombre, créations et faillites, Economie {En Ligne}. Accessible à partir de http://www.ibsa.irisnet.be/themes/economie#.UpDy4KooCio {Consulté le 23 novembre 2013}

Bibliographie



Annexe :

capture d’écran 2013-12-26 à 13.19.44.png




similaire:

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconRapport rédigé par
«L’offre de logement public pour personnes handicapées en Région de Bruxelles-Capitale»

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconRapport annuel du service D. M. A. (Déchets Ménagers et Assimilés) exercice 2005

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconDes îles de déchets ? Parcours pédagogique
«Des îles de déchets ?» : l’émission va peut-être porter sur les déchets laissés par les touristes qui partent en vacances dans certaines...

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconGestion de déchets dans la communauté de Jericoacoara, Ceará

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? icon«des maisons organiques de peter vetsch»
«des maisons organiques». IL crée en 1996, les «9 maisons» à Dietikon en Suisses

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconRachid kander : Urbaniste dans la ville de Clermont-Ferrand, capitale de la région Auvergne

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconBruxelles est la capitale de la Belgique

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconLes abattoirs et marchés de Cureghem : un espace public majeur au...

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconLes abattoirs et marchés de cureghem : un espace public majeur au...

Comment repenser la gestion des déchets organiques ménagers et Horeca dans la Région Bruxelles-capitale ? iconJournée d’étude «jeunes chercheurs»
«normes». Comment sont-elles pensées ? En fonction de quelles représentations des territoires par les institutions ? Comment sont-elles...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com