Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus








télécharger 466.55 Kb.
titreRapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus
page15/19
date de publication13.07.2017
taille466.55 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19

1.19Traiter globalement le problème des friches en centralités



Selon une récente étude de la Fédération PROCOS62, dans le centre des villes, le taux de vacance (magasins inexploités pour une durée indéterminée) est de 8,5 % en 2014 contre 7,5 % en 2013 et 7,2 % en 2012.
La loi ACTPE prévoit, pour éviter la dégradation des locaux commerciaux visibles depuis la rue, que le règlement de publicité extérieure peut définir des zones où tout occupant de tels locaux ou, à défaut d’occupant, leur propriétaire, doit veiller à ce que leur aspect extérieur ne porte pas atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants. 22 centres-villes en 2014 contre 44 en 2013 bénéficient d’une situation favorable (taux inférieur à 5 %).
Mais ces chiffres recouvrent de fortes disparités selon la taille des villes. La vacance touche davantage les petites et moyennes (8,7 % voire 10 % dans 45 villes) alors que les grandes agglomérations (plus de 500 000 habitants) résistent mieux avec un taux de 6,8 %.
Bien sûr des affectations temporaires sont toujours possibles, comme à Vienne en Autriche63 où des locaux inoccupés sont mis à disposition de jeunes entrepreneurs qui veulent se lancer et bénéficient d’une implantation provisoire dans ces  « rues pépinières » ; les bailleurs louent à la ville qui reloue à des prix modiques (2 euros le mètre carré). Mais cette solution d’attente ne résout pas à terme le problème.
Pour la CCI Paris Ile-de-France, le problème de la perte de vitesse de certaines villes petites et moyennes ne peut être résolu que par la mise en œuvre concomitante de plusieurs leviers d’action portant sur toutes les fonctions urbaines, dont nombre d’entre eux sont relatés dans le présent rapport, afin que les villes en difficulté ne soient pas laissées pour compte du retour de la croissance.
PROPOSITION N° 18

Définir une politique de lutte contre les friches adaptée à chaque territoire et taille de magasin non exploité

Permettre l’installation de magasins éphémères ou pop’up stores pour combler l’espace vacant dans l’attente d’un repreneur

Etudier la possibilité de créer une structure dédiée à la restructuration des friches commerciales, par exemple en élargissant les missions de l’EPARECA

Inciter au programme mixte sur les friches recréant des polarités urbaines.


  1. Diversifier les outils de financement





    1. Tirer au mieux parti des appels à projet du FISAC



Instauré à l’origine pour préserver l’activité artisanale ou commerciale de proximité, le FISAC a été un outil essentiel d’accompagnement des évolutions des secteurs du commerce, de l’artisanat et des services visant, en priorité, à préserver ou à développer un tissu d’entreprises de proximité. Son montant s’est aujourd’hui considérablement réduit passant de 71,5 millions en 2005 à 17 millions en 2015 et 15 millions en 2016.
Son champ d’intervention a lui aussi subi des coupes drastiques. Transformé en appel à projet par la loi ACTPE64, il a été recentré autour :


  • d’opérations collectives visant à maintenir ou améliorer le tissu des entreprises commerciales, artisanales et de services dans les groupements de communes rurales, les centres-villes ainsi que les quartiers des communes de plus de 3 000 habitants. Elles sont encadrées dans de strictes limites : le secteur géographique concerné doit être fragilisé par l'évolution démographique ou par une situation économique particulièrement difficile ; le chiffre d'affaires du secteur est inférieur à un million d’euros ; la surface de vente des entreprises à vocation alimentaire ne peut excéder 400 m2 ;

  • d’opérations individuelles limitées aux communes de moins de 3 000 habitants.


Un appel à projet a été lancé en juin 2015 avec comme priorités la modernisation, la création et l’attractivité des derniers commerces et des commerces multiservices en zones rurales ; la modernisation et diversification des stations-service assurant le maillage du territoire et dont la gestion relève d’un exploitant indépendant ou d’une commune ; l’accessibilité des commerces à tous les publics.
La subvention ne peut excéder 30 % des dépenses de fonctionnement, 20 % des dépenses d'investissement, porté à 30 % pour les aménagements destinés à faciliter l'accessibilité aux personnes en situation de handicap, sous réserves de plafonds de 400.000 euros pour les opérations collectives et 100.000 euros pour les individuelles.
Les CCI ont un rôle majeur d’accompagnement des appels à projets et y prendront toute leur part. Les dossiers d’accessibilité des commerces doivent être la priorité afin de mettre en œuvre les agendas d’accessibilité d’une durée de trois ans.
PROPOSITION N° 19

Prioriser les dossiers de mise en accessibilité des commerces pendant les trois années à venir

1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19

similaire:

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconSyndicat Mixte du Pays Marennes Oléron
«Politiques régionales»), Monsieur Antoine lamblin (chargé de mission culture), Monsieur Jean-Claude mercier (directeur), Monsieur...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconPremière partie Les cannibales blancs I
«Monsieur» Louche – Assassinat. – Évasion. – En pirogue. – Un complice. – Ce que le noir avait mis au bout de la ligne. – Quatuor...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconMonsieur Toufik bouallaga monsieur le Maire
«Exceptionnellement, avant l’ouverture proprement dite de ce Conseil Municipal, j’ai une demande particulière de notre collègue Wolking...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconReprésenté par Monsieur Yves dassonville, Préfet de la Région Martinique

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconAdresse Nom et code de
«gestion» 96 et «transaction» 160 délivrées par la Préfecture Pontoise, bénéficiant d’une garantie financière 12801P, représentée...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus icon1 Jean-Jacques-François le barbier dit Le Barbier l’Ainé (Rouen 1738 – ris 1826)

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconM. le Sous-Préfet, représenté par Monsieur Joland
«Rayol-Canadel sur mer» ! je n’oublie pas les Pramousquiérains toujours plus nombreux

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconCompte rendu 3ème
«rapport d’appel d’offre» se sont réunis à la mairie le vendredi 16 Octobre à 19h30, L’architecte dumet, monsieur le Maire et les...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconTitre I : regles generales communes a toutes les zones
«agglomération» par arrêté de Monsieur le Maire de Briançon. Cette zone de publicité restreinte comporte six secteurs dénommés

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconMonsieur le Préfet








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com