Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538)








télécharger 76.11 Kb.
titrePériode Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538)
date de publication30.06.2017
taille76.11 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Civilisation Japonaise

Chronologie du Japon
(source : http://objectif-japon.forumculture.net)

Période Yamato (250 à 710)

Période Kofun (250 à 538)


-405 : adoption du système d'écriture chinois
période Asuka (538 à 710)
-538 ou 552 : arrivée du bouddhisme
-552 : première ambassade coréenne au Japon
-562 : défaite du Japon en Corée
-586 : le Japon est frappé par la peste.
-587 : fondation du Hôryû-ji
-600 : Création de la première ambassade chinoise au Japon.
-603 : Shotoku jette les bases de la hiérarchie de la société japonaise avec le kan i juni kai (les douze échelons de la hiérarchie des fonctionnaires)
-604 : Shotoku Taichi rédige une Constitution en 17 points kempo jushichi jo
-607 : première ambassade japonaise en Chine.
-645 : mort du chef du clan Soga ; le clan Nakatomi prend le pouvoir; réforme de Taika.
-701 : promulgation du code de l'ère Taihô
-708 : une monnaie japonaise en cuivre est créée.
-713 : les noms de lieux doivent être écrits en kanjis pour faire disparaître la topographie aïnoue et favoriser l'unification ethnique du pays.

Époque de Nara (710 à 784)

-710 : Nara devient la capitale
-712 : rédaction du Kojiki, livre fondamental de la religion Shinto
-720 : rédaction du Nihon Shoki
-733 : famine
-737 : épidémie de variole
-784 : la capitale est déplacée à Nagaoka

Époque de Heian (794 à 1185)

-794 : Kammu déplace la capitale à Heian (future Kyōto)
-799 : introduction de la culture du coton au Japon.
-805 : Saichô, de retour de Chine fonde la secte du Tendai sur le mont Hiei
-815 : les chinois introduisent le thé au Japon.
-861 : le calendrier chinois est adopté.
-894 : Sugawara no Michizane décide la fin des relations avec la Chine.
10eme siècle, apparition du yamato-e et des kanas
-939-940 : révolte de Taira no Masakado, c'est la première manifestation de l'existence d'une classe guerrière
-1086 : début du régime des "empereurs retirés" (Insei) avec Shirakawa
-1175 : la secte bouddhiste Jodo est introduite au Japon.
-1180 : Début de la guerre de Gempei
Époque féodale (Chûsei)

Avant l'époque de Muromachi Époque de Kamakura (1185 à 1333)

-1185 : victoire du clan Minamoto sur le clan Taira à la bataille de Dan-no-ura et fin de la guerre de Gempei
-1191 : la secte Zen est introduite au Japon.
-1192 : la capitale est transférée à Kamakura ; premier bakufu : séparation du pouvoir de l'empereur (dirigeant spirituel) et du shogun (dictateur militaire, dirigeant politique), Minamoto no Yoritomo
-1274 : première tentative des mongols d'envahir le Japon.
-1275 : fondation de la secte Ji.
-1281 : deuxième tentative des mongols d'envahir le Japon. (suivie de la construction du genkobori)
-1302 : un grand incendie se déclare dans la ville de Kamakura, faisant plus de 500 morts
-1331 : rébellion Genko

Restauration de Kemmu (1333 à 1336) : première restauration impériale, l'empereur Go-daigo dirige le pays

-1335 : rébellion Nakasendai, sous l'impulsion de Tokiyuki Hojo, pour tenter de restaurer le shogounat ; la rébellion est écrasée par Ashikaga Takauji qui prend le contrôle de Kamakura et s'autoproclame shogun

Époque de Muromachi (1336 à 1573)

-1336 : bataille de la rivière Minato, Ashikaga Takauji, prend Kyōto et installe l'empereur Kōmyō ; il y a donc deux cours impériales (période des Cours du Nord et du Sud, Nanboku-chō)
-1338 : Ashikaga Takauji restaure le shogounat ; c'est le premier des shoguns Ashikaga
-1378 : le shogunat Ashikaga s'établit dans le quartier Muromachi à Kyôto
-1392 : le shogun Ashikaga Yoshimitsu réunit les cours du Nord et du Sud et supprime le pouvoir des daimyō régionaux
-1428 : la mort du shogun Ashikaga Yoshimochi pose un problème de succession
-1438 : guerre de Eikyo, le shogun Ashikaga Yoshinori vainc Ashikaga Mochiuji
-1441 : guerre de Kakitsu, Ashikaga Yoshinori est assassiné par Akamatsu Mitsusuke
-1467 à 1477 : guerre d'Ōnin ; début de la période Sengoku
-1542 : premier contact avec les Européens : navire du Portugais Fernão Mendes Pinto
-1543 : arrivée de François Xavier
-1562 : les commerçants étrangers peuvent s'installer à Nagasaki
-1565 : les Jésuites sont chassés de Kyōto.
-1571 : le port de Nagasaki est ouvert pour commercer avec l'Europe.

Époque Azuchi Momoyama (1573 à 1600)

-1573 : effondrement du shogunat des Ashikaga
-1575 : Bataille de Nagashino, l'armée de Tokugawa Ieyasu et de Oda Nobunaga vainc l'armée de Takeda Katsuyori (le fils de Takeda Shingen)
-1579 : soumission de la province d'Iga, abritant de nombreux clans ninja, par les troupes de Oda Nobunaga ; de nombreuses familles sont décimées, les survivants vont se réfugier chez d'autres daimyō voisins, dont Tokugawa Ieyasu -1582 : Oda Nobunaga, alors qu'il se rend en renfort de Toyotomi Hideyoshi, est assiégé au Honnô-ji, un temple de Kyōto, et se fait seppuku
-1582-1598 :Toyotomi Hideyoshi régent du Japon
-1587 : persécutions sur les chrétiens
-1590 : Toyotomi Hideyoshi achève d'unifier le Japon
-1592-1598 : occupation de la Corée
-1600 : bataille de Sekigahara ; elle établit la domination du clan Tokugawa sur les autres clans et ouvre sur une ère de paix
Époque pré-moderne (Kinsei) : Époque d'Edo (1600 à 1868)

-1603 : Tokugawa Ieyasu reçoit le titre de shogun
-1609 : les hollandais établissent un comptoir commercial sur l'île d'Hirado.
-1612 : le servage est officiellement aboli par décret, il subsistera cependant.
-1613 : le premier comptoir commercial anglais au Japon est crée à Hirado.
-1614 : premières persécutions antichrétiennes.
-1622 : persécutions antichrétiennes
-1624 : les Espagnols interdits dans l'archipel nippon.
-1636 : un décret interdit aux japonais d'immigrer.
-1637 : révolte de catholiques japonais près de Nagasaki (révolte de Shimabara).
-1639 : expulsion des Portugais. Seuls les Hollandais peuvent rester à Nagasaki.
-1640 : une délégation portugaise qui venait demander au Japon des accords commerciaux est exécutée.
-1641-1642 : famine
-1651 : grand incendie d'Edo (30000 victimes)
-1716-1745 : le Shogun Tokugawa Yoshimune fait des réformes.
-1720 : une autorisation d'importer des ouvrages occidentaux sans rapport avec le christianisme est décidée.
-1755 : famine
-1763 : famine
-1782 : la grande famine
-1787 : famine
-1837 : révolte d'Ōsaka
-8 juillet 1853 : arrivée des 4 vaisseaux noirs du Commodore Perry
-février 1854 : le Comodore Perry revient avec plus de bateaux.
-31 mars 1854 : traité de Kanagawa
-29 juillet 1858 : traité de navigation avec les États-Unis
-1855 : tremblement de terre à Tōkyō
-1856 : un consul américain s'installe à Shimoda.
-3 août 1860 : traité avec le Portugal
-1865 : naissance de Kiichiro Hiranuma
-1862 : première ambassade japonaise en Europe
-septembre 1868 : Tōkyō devient la capitale à la place de Kyōto

Yayoi jidai 弥生時代 (-300/300)

Le néolithique japonais


L’époque Yayoi tient son nom d’un site près de Tôkyô (en 1884 par le Docteur Arisaka Shôzô) où l’on a retrouvé un nouveau type de poteries, plus évoluées, plus fines, avec des motifs différents de ceux de celles de Jômon.
La principale différence entre ces deux périodes est l’arrivée de l’agriculture avec en plus l’apparition du tissage du chanvre et de la soie.

Exemple de poterie Yayoi

Les fossiles humains de cette période présentent des caractéristiques morphologiques différentes des Jômon : ils sont plus grands (3 cm en moyenne) et ont un visage plus plat. Deux possibilités sont à l’étude actuellement : ou les peuples ont rapidement "muté" au fil du temps ou une forte immigration de la population est arrivée du continent.
La deuxième explication est la plus plausible, et elle expliquerait l’apparition subite de l’agriculture. En effet, la riziculture se répand au Japon vers –300. De plus, les Chinois, proche voisins du Japon, possèdent cette technique depuis –5000. Il ne faut pas loin de 5000 ans à l’agriculture pour passer de Shanghai au Kyûshû (pays de Nu), distante seulement de 300 kilomètres, en passant par la Corée et en remontant ensuite le Japon vers le nord.
Ajoutons aussi que la riziculture irriguée, telle qu’elle apparaît début Yayoi, est un type d’agriculture extrêmement complexe : elle nécessite une forte organisation, la création de canaux, digues, vannes, etc... Le riz doit pousser « les pieds dans l’eau et la tête au soleil ».
Les Japonais pratiquent aussi le repiquage, qui est une technique assez élaborée de sélection artificielle.
Ce progrès technique primordial révolutionne l’alimentation. Les hommes de Yayoi apprennent à faire fermenter le riz ce qui leur donne le fameux saké, particulièrement utilisé à cette époques pour des fins rituelles.

Cependant, les Japonais ne connaissent toujours pas l’élevage, et continuent à chasser.

Un autre progrès majeur est l’importation du fer et du bronze. Contrairement aux civilisations de référence (Europe, Moyen-Orient) pour lesquelles les progrès apparaissent à des périodes successives (poteries élevage et agriculture vers –8000, bronze vers –7000, fer plus tard encore, etc...) ; au Japon, tout arrive en même temps (sauf l’élevage).
On y trouva des objets en bronze et fer, mais leur utilisation est limitée. Pour tout ce qui est outils et instruments, le bois reste la matière préférée des hommes du Yayoi. Il semblerait que les objets en fer et bronze aient eu un rôle rituel (shinto).
D'autres objets sont découverts comme des épées sans fonction militaire, et surtout des dôtaku, clochettes sans battant en bronze, d'origine coréene, ayant sûrement été utilisées dans un culte de fertilité... Après "l’arrivée" de l’agriculture, du fer et du bronze, on ne verra plus de grands progrès apparaître avant des années...


Kofun jidai 古墳時代 (300/710)

La période des tertres anciens

Durant cette période historique, le tout premier royaume nippon : le Yamato apparait. Il fut le prémisse d’une nouvelle civilisation : le Japon.   
La période Kofun est surtout marquée par l'apparition des premières sépultures, elle n’est pas synonyme de progrès matériels, comme Yayoi, mais plutôt de transformations politiques et économiques.

L’apparition de la riziculture irriguée pendant Yayoi créé une rupture fondamentale dans la culture japonaise. Kofun ou plus présicément "le kofun" est une tombe qui est composée d'un tas de terre. Il est important de préciser qu’on n’élève pas de kofun pour tout le monde.

C’est donc le signe d’une différenciation sociale qui s’opère à cette époque. On trouve majoritairement "les kofuns" dans le Kinai (centre du Japon).
Les plus anciens datent de l’an 300 environ. Le plus grand "kofun" serait celui de l’empereur Nintoku. La main d’œuvre pour un tel kofun est importante. On a retrouvé autour des kofun des haniwa, sorte de statuettes cylindriques qui servaient au départ à retenir la terre autour du kofun.

Ces statuettes ont fini par évoluer, des haniwa anthropomorphes, en forme d’animaux, ou d’objets, ont permis aux scientifiques de connaître mieux les mœurs de l’époque.
On peut établir un rapport entre l’apparition de la riziculture et l’apparition des kofuns.
La riziculture est en effet une technique si complexe, qu’elle nécessite des superviseurs, coordinateurs, et surtout des gardiens, protecteurs...
Tout le village doit s'organiser autour de la culture, sa survie y dépend car le "riz" est plus qu'un aliment, c'est un mode de vie
En 562, Le Japon perd la guerre de Corée et restitue les possessions japonaises coréennes (province de Mimana).

Asuka jidai 飛鳥時代 (593 - 710)En 538,

d’après les historiens, le bouddhisme arrive au Japon par le continent.

Cela ouvre le Japon vers ses pays voisins, et tout particulièrement ses échanges commerciaux et culturels ce qui leur apportera l’écriture, la médecine mais aussi le Taoïsme et le Confucianisme…
Le régent Shotoku Taishi (572 - 621) s'inspire des chinois pour rédiger en 604 la première constitution du Japon.
En 645, Nakatomi no Kamatari installe au pouvoir (jusqu'au 12e siècle) le clan Fujiwara.
Par la suite, l'Empereur Kotoku applique la réforme Taika qui met en place une hiérarchie inspirée du continent. Les terres sont rachetées par le gouvernement puis redistribuées de manière impartiale aux paysans.


Une pierre datant d'Asuka

Taika jidai 大化 時代 (645 - 650) - le pouvoir pour une tête tranchée
国の政治の先行きを心配した中臣鎌足は中大兄皇子に蘇我氏打倒の策を相談する。645年6月12日,雨の飛鳥板蓋宮では皇極天皇が三韓(高句麗・百済・新 羅)からの使者と会い,貢ぎ物を受け取ることになっていた。この席に蘇我入鹿もいた。儀式が始まってまもなくして,柱のかげに隠れていた中臣鎌足や中大兄 皇子は一気に蘇我入鹿に斬りつける。「わたしにどんな罪があるというのだ。」と叫んで入鹿は息絶えた。中大兄皇子は皇極天皇に「入鹿は大王一族を滅ぼそう と企てていた。」と説明し,すぐさま甘樫丘の蘇我氏邸を包囲するが,入鹿の父蝦夷は館に火を放ち自害したため,ここに蘇我氏は滅んだ。この事件を乙巳の変 (いっしのへん)という。
年号を「大化」と改め、皇極天皇の弟軽皇子が孝徳天皇となって飛鳥で即位し,中大兄皇子が皇太子となって政治を行った。645年12月には飛鳥から難波長 柄豊碕宮(なにわながらとよさきのみや)に遷都した。その後、646年1月「改新の詔」を出し、中央集権国家を目指した。

NAKATOMI NO KAMATARI (中臣鎌足) est le chef de la famille NAKATOMI. Il consulte le fils de l'Impératrice KOUGYOKU (皇極) NAKANO OOE NO OOJI (中大兄皇子) pour trouver un moyen pour abattre la famille la plus importante du Japon, la famille SOGA (蘇我). Ayant été désignée par les ancêtres de l'Impératrice, cette famille a trop gagné ; en puissance et a une très grosse influence sur la politique du pays. La famille NAKATOMI, pour le "bien" de son pays, veut renverser cette famille.

Le 12 juin 645, l’Impératrice KOUGYOKU(皇極) rencontre des messagers venus de la Corée (composée en trois pays : le KOUKURI 高句麗, le KUDARA ? 334;済, et le SHIRAGI 新羅) dans son palais à ASUKA ITABUKINO MIYA (飛鳥板蓋宮).  Le puissant SOGA NO IRUKA(蘇我入鹿) assiste bien évidemment à cette rencontre... Durant la cérémonie d'accueil, NAKATOMI NO KAMATARI et NAKANO OOE NO OOJI sont cachés derrière un pilier. Au moment voulu, ils se jetèrent sur SOGA NO IRUK A et lui tranchèrent la tête. Avant de rendre son dernier souffle, IRUKA se mit à crier "Je n’ai pas fait de faute, je suis innocent !!".

Après l'attaque NAKANO OOE NO OOJI expliqua à l’Impératrice : « IRUKA a tenté de renverser la famille impériale.» (pure mensonge, évidemment). Tout de suite après, il encercla avec son armée la résidence des SOGA. Le père d'IRUKA, EMISHI (蝦夷) ayant compris la situation, brûla la maison et se suicida. La famille SOGA n'existe plus. Cette affaire est plus connu sous le nom : "l'affaire d'ISSHI" (乙巳). Après cette agression, l’Impératrice KOUGYOKU abdiqua.  Son frère KARU NO OOJI (軽皇子) monta sur le trône à ASUKA (飛鳥). L'ère TAIKA (大化) commence... NAKANO OOE NO OOJI, fut désigné prince héritier et tient maintenant, les rênes du pays.

En décembre 645, l'Empereur transféra la capitale de ASUKA au palais de NANIWA NAGARA TOYOSAKINOMIYA (難波長柄豊碕宮) dans la ville NANIWA (難波). En janvier 646, il promulgua la loi de la réforme (KAISHIN NO MIKOTONORI 改新の詔) qui vise à centraliser la nation.


Nara jidai 奈良時代 (710/784)

L’influence chinoise

Le Grand Bouddha "Daibutsu" Vairocana (16,2 mètres de haut)

Cette période est marquée principalement par le transfert la capitale par l’impératrice Genmei à Heijô-kyô (l’actuel Nara) ainsi que le dernier règne d’une femme [Shotoku : règne de 764 à 770].
La société est complètement transformée pour reprendre en partie celui de la Chine.
Pour renforcer le pouvoir central, des impôts sont crées, en 723 une première politique d’incitation au défrichement pour plus rentabiliser les terres… Le Japon se modernise.


En 712, Le Kojiki "Récit des Choses Anciennes" est écrite en trois volumes, c’est la plus ancienne chronique du Japon. Il raconte la fondation mythique du Pays du Soleil Levant et l'histoire de la lignée impériale depuis l'empereur Jimmu.

Le Japon est de plus en plus influencé par la Chine, ce qui rend bien sûr le Bouddhisme de plus en plus populaire…
Mais avec les années, les japonais voient d’un mauvais œil cette trop grande influence chinoise et commence à modifier leur système dernièrement emprunté (agriculture, religion, architecture…) pour l’adapter et l’améliorer selon leur culture…


Heian jidai 平安時代 (794/1185)

La fin des influences chinoises

Nara étant trop influencé par le Bouddhisme et après de nombreuses rivalités entre les nobles et les religieux, l’Empereur Kammu (781-806) décide de quitter Nara pour Heian-jidai (= Kyoto "capitale de la Paix et de la Tranquillité").
En se déplaçant sur Kyoto en 794, l’Empereur lance une nouvelle période…


Le Kimono typique de la période Heian pour femme, "le Junihitoe" (12 kimonos superposés)
A cette époque, la culture japonaise s’épanouis et se raffine tout en s’éloignant de plus en plus de ses influences chinoises. Le commerce avec la Chine se restreint à son minimum, seul le gouvernement de Dazaifu (Kyushu) continua malgré tout à négocier avec le continent.
Il fallut attendre jusqu’au milieu du XIIe siècle pour que le commerce avec les Song du Sud fût officiellement rétabli au temps de Taira no Kiyomori. Mais, avant cette réouverture, de nombreux pirates chinois (provinces orientales de la Chine "Toi no zoku") ravagèrent de nombreuses fois les côtes japonaises. En 1019, les chefs du Dazaifu refluèrent définitivement ces bandits.

Durant cette période, l’insécurité dans les provinces et grandissant faute d’un pouvoir militaire centralisé, les conflits entres clans commencèrent à prendre de plus en plus d’importance, malgré la grandeur de plus en plus flagrante du clan Fujiwara… L’Empereur a de moins en moins de pouvoir dans ses régions…

Au milieu du 12ème siècle le clan des Taira décidèrent de prendre le pouvoir dans la capitale…

L’époque Kamakura (1185/1333)

Cette période de guerre, de complots, de crises politiques entre les clans, va voir l’arrivée du Shôgun au pouvoir.
Minamoto no Yoritomo [
源頼朝] (1147-1199) va prendre le pouvoir à Heian-Kyô (Kyôto) après avoir vaincu la puissant armée de feu Taira no Kiyomori (1118-1181) en 1185. Il prendra le titre de "tai Shôgun" en 1192. L’ère des Shôgun commence.

Kamakura devient la capitale en 1180. Ce village de pêcheurs est situé à 550 Km au nord de Heian-Kyô, qui reste la capitale officielle. Cette région à l'écart du Japon n'avait jamais accueilli le pouvoir jusqu'alors. C'est à la fin du XIIe siècle que Heian-Kyô prend le nom de Kyôto (capitale des capitales). Kamakura, suffisamment éloignée de la capitale impériale, ne subit pas son influence. Le gouvernement de Kamakura est indépendant de Kyôto.

Minamoto no Yoritomo gère le  pouvoir politique et administratif de l'Etat, l’Empereur n’est plus le dirigeant du pays. A sa mort, la famille de sa femme, les Hojo, se font les tuteurs de ses descendant qu’ils "éliminent" pour désigner par eux même les Shôgun successifs. Ils deviennent les Régents (shikken) du gouvernement appelé : le Bakufu (gouvernement sous la tente).
Le système féodo-vassalique est mis en place, le rapport seigneur-vassal se précise avec l'arrivée des guerriers qui bouleversent la culture japonaise.

De 1266 à 1272, les Mongols annoncent au Japon leurs désirs d'annexion. Les Hôjô rejètent les propositions des ambassadeurs. Kubilai Khan (Empereur Mongol vivant à Peking) tente une première fois d'envahir le Japon en 1274. Les Mongols, passant par la Corée,  à 900 navires et 2500 guerriers, débarquent à Ky& ;uci rc;shû. Des techniques de combat collectif évoluées et l'utilisation d'explosifs (teppô) leur apporte une supériorité absolue sur les Japonais. Mais alors que les Japonais sont au plus mal, une tempête importante repousse les Mongols. Ce n'est que partie remise pour Kubilay Khan. Le Bakufu, prévoyant, fait construire des fortifications à Kyûshû, et sollicite beaucoup ses vassaux. Les richesses communes sont mises à contribution.


L’époque Muromachi

La restauration de Kemmu dure de 1333 à 1336. L'idéologie de Go-daigo ne plait pas à ceux qui l'ont mené au pouvoir, et surtout à Ashikaga Takauji. Le problème est que l'Empereur Go-daigo est un homme tourné vers le passé, alors que les guerriers veulent un nouveau Bakufu dont ils seraient les maîtres. On assiste à un véritable désordre idéologique.
Ashikaga Takauji se révolte ouvertement, et chasse Go-daigo en 1336. Ce dernier, exilé, réinstalle sa cour à Yoshino (à 10 km de Nara). Dans le même temps Ashikaga place à la cour de Kyôto l'empereur Kômujô.

Armure typique de samouraï à l'époque Muromachi

Il y a donc une cour au Sud, à Yoshino, où règne Go-daigo, et une cour au Nord, à Kyôto, où règne Kômujô. Les deux Empereurs sont de la même lignée, mais sont rivaux. Cette période où le Japon compte deux cours dure de 1336 à 1392. Elle inaugure un siècle de guerres civiles où, littéralement, "tous les coups sont permis". Cette guerre fait l'affaire des Ashikaga.

En 1338 Taka.uji se fait décerner le titre de Sei i Taishôgun par Kômujô. C'est le début du shôgunat des Ashikaga.

En 1543 un événement va bouleverser le Japon, des naufragés portugais vont s'échouer au Sud-Est du Kyushu. En 1584, les Espagnols débarqueront intentionnellement dans l'archipel. Puis ce sont, vers 1600, des Hollandais et des Anglais qui s'échoueront à leur tour....

Ce bouleversement, va apporter trois grands changements :

1/ Militaire,  les portugais amenèrent avec eux des arquebuses et des mousquets, technologie inconnue des Japonais de l'époque.
Les militaires japonais vont très vite comprendre comment les copier et les produira en grand nombre... L'art militaire va en être bouleversé.

2/ Religieux, en 1549, François-Xavier, un jésuite, arrive dans l’archipel. pour apporter la "bonne parole" ensuite, arrivera des missionnaires dominicains et franciscains... Cette nouvelle religion a du succès et s'étend de façon surprenante dans tout le pays... (A la fin du XVIe on dénombra environ 300 000 chrétiens.)

3/ Commercial, les portugais développent très rapidement le commerce qui par la suite s'étendra a de nombreux pays européens...

L’époque Azuchi Momoyama
L’apogée des trois guerriers


Oda Nobunaga 織田 信長 (1534-1582)
Il est né le 23 juin 1534 en OWARI (尾張) dans la région actuelle de Nagoya.
Troisième fils de NOBUHIDE ODA (織田信秀), sa mère étant une épouse légitime, il est devenu l’héritier de ODA.
Oda Nobunaga est appelé « L’homme déraisonnable».  Ce surnom lui a été donné car son accoutrement était totalement contraire à l'étiquette de l'époque. Il mettait un Kimono aux manches trop courtes, portait une simple corde pour ceinture et il avait adopté une coiffure burlesque en forme de chasen....

En 1548, il se maria avec la princesse NOU (濃姫) qui était la fille de DOUSAN SAITOU (斎藤道三).

En 1551, devenu chef de famille, il réunit sa province en un seul bloc où il y devint le maître. En 1560, il gagna la bataille de OKEHAZAMA (桶狭間 actuelle de Nagoya) et élargi son influence.  Après avoir pacifié MINO (美濃 actuelle de Gifu), il monte à Kyoto et il nomma YOSHIAKI ASHIKAGA (足利義昭) comme shogun pantin pour que ODA puisse agir librement.

Un chasen Fort de son nouveau pouvoir "virtuel", il se rendit à SAKAI (ville se situant dans Osaka).  Il prit la ville, et conquit les régions voisines en un rien de temps. Il est le précurseur de l'unification de tout le pays.

En 1570, il défia l’armée alliée de ASAI (浅井) et ASAKURA (朝倉) qui s’opposèrent à lui durant la bataille de ANAGAWA (姉川). Il brûla ensuite ENRYAKUJI (延暦寺 le temple de ENRYAKU) qui avait aidé l’armée alliée. Il tua non seulement les moines, mais aussi les femmes et les enfants... Il exécuta tous les habitants du temple.

Après cette affaire, il acquit une mauvaise réputation, et les gens se mirent à l’appeler : MAOU (魔王  le roi démon).

En 1573, il expulsa le Shogun YOSHIAKI que NOBUNAGA avait nommé et révoqua son gouvernement, le MUROMACHI-BAKUFU (室町幕府).

En 1575, il s'unit à IEYASU TOKUGAWA (徳川家康) pour détruire la cavalerie de TAKEDA (武田) renommée comme étant la plus forte au Japon.  Menée par KATSUYORI TAKEDA (武田勝頼),  elle ne résista pas à la force des armées de ODA et de son vassal ASHIGARU (足軽).  Il utilisa avec brio la nouvelle arme amenée par les étrangers : les armes à feu.

En 1576, il fit bâtir le château d'AZUCHI (安土) dans la région OUMI (近江)

[l'actuel département de SIGA] (滋賀). Il s'y installa et en fit son quartier général.

Il décida d'abroger l'utilisation des laissez-passer qui était obligatoire pour se déplacer dans les provinces. Il abrogea les taxes pour la création de nouveaux commerces et celles sur les produits pour le peuple...  Il voulait développer le commerce et les échanges.

En 1580, il défit définitivement l'armée du Temple d'ISHIYAMA-HONGAN (石山本願寺) qui résistait à son pouvoir depuis plus de dix ans. Toujours dans la même année, il se lança avec son armée à la conquête du CHUGOKU (中国) qui avait pour seigneur : MOURI (毛利).

Le 2 juin 1582, durant le trajet vers le CHUGOKU, il reçut par ses arrières, l'attaque surprise de MITSUHIDE AKECHI (明智光秀 l'un de ses fidèles généraux). Lors d'un bref séjour au temple de HONNOU (本能寺), il lutta énergiquement et se battit lui-même avec un arc et des flèches… Finalement, il mit le feu au temple et se fit seppuku. Il mourra dans les flammes, son corps ne fut  jamais retrouvé...

NOBUNAGA ODA était un brillant général et en même temps, un homme politique de qualité. Il était clairvoyant et voulait dominer son univers. Il suivait les préceptes du Confucianisme.

Son bilan fut extraordinaire :

- Il encouragea le Christianisme pour concurrencer l'influence des temples qui avaient

un grand pouvoir militaire.
- Il favorisa aussi la construction de nombreuses églises occidentales partout au

Japon.
- Il créa une armée professionnelle et laissa les paysans travailler leurs terres.  Auparavant, les paysans prenaient les armes et rejoignaient l'armée.
- Il créa et développa une armée de réserve.
- Il utilisa systématiquement durant les batailles les armes à feu, ce qui bouleversa toutes les techniques militaires de l'époque.
- Il nomma ses proches selon leurs talents et non en raison de leurs origines sociales.  Par exemple, il nomma le paysan HIDEYOSHI HASHIBA (羽柴秀吉) qui devint par la suite, HIDEYOSHI TOYOTOMI, un de ses généraux.
- Il eut aussi pour ami, un africain qui accompagnait le missionnaire italien Alessandro Valignano. Il suivait NOBUNAGA avec sa cours dans tous ses voyages, il le nomma : YASUKE (彌介).
Toyotomi Hideyoshi 豊臣 秀吉 (1537-1598)
Homme de guerre au destin exceptionnel, il vécu pendant les ères de MUROMACHI (桃山時代 1333 – 1573) et de MOMOYAMA (室町時代 1573 – 1600). Le terme MOMOYAMA (la colline au pêcheur) vient du lieu où il fit construire son dernier château.  Il craignait plus l’oubli que la mort ! Il fit rédiger son histoire de son vivant.  Tenant à ce qu’on se rappelle de lui en termes favorables, elle se terminait en 1592 : c’est le Tenshôki. De condition modeste à son origine, il a étendu son pouvoir absolu sur l’ensemble du Japon (日本) qu’il a unifié et tenté de pacifier.

Toyotomi Hideyoshi est  né dans le village de Nakamura, le «village du milieu » en OWARI, (尾張) dans région actuelle de Nagoya. Il était le fils d’un ashigaru (« pied léger » = fantassin de base légèrement équipé) qui était au service d’Oda NOBUHIDE, père de NOBUNAGA. Son nom d’enfant était HIYOSHIMARU. Sa première rencontre avec le jeune IEYASU a eu lieu sur le pont de YANAGI lorsqu’il a quitté sa famille pour aller à OKAZKI (province voisine) pour voir le château des TOKUGAWA.

Vers 1551, il s’engage sous les ordres d’un vassal de YOSHIMOTO à HAMAMATSU en Tôtomi (actuelle Shizuka) : Matsushita YUKITSUNA. Celui-ci rejoignit les rangs de l’armée d’Oda NOBUNAGA (信長). Satisfait de son travail, il  fut l’un de ses lieutenants. Il se distingua par son génie militaire et mena les batailles à la place de NOBUNAGA (Ômi, Himeyama, Takamaysu, Tottori…).

En 1573, il reçoit le patronyme d’HASHIBA. C’est la même année qu’il gagna sa 1ère grande bataille contre NAGAMASA.  Il reçut en cadeau le domaine du vaincu dans la province d’Ômi.

En juin 1582, alors que TOYOTOMI faisait campagne dans l’ouest, NOBUNAGA avait investi les possessions des TAKADA et s’apprêtait à rejoindre son lieutenant. Il fit halte dans le temple d’HONNÔ-JI. Le 21 juin, son vassal AKECHI MITSUHIDE, en profita pour se révolter contre lui et l’obligea à se faire Seppuku dans le temple en flamme. TOYOTOMI, rentré d’urgence du Chûgoku (中国), tua MITSUHIDE lors de la bataille de YAMASAKI après lui avoir infligé une lourde défaite.

La popularité d’HIDEYOSHI s’accrut mais la disparition de NOBUNAGA créa une rivalité entre ses deux plus grands seconds : HIDEYOSHI et IEYASU.

En 1583, il entra en concurrence avec les autres lieutenants de NOBUNAGA dans la lutte pour le pouvoir. Il vainquit d’abord SHIBATA KATSUIE.

En 1584, il affronta les troupes coalisées du fils de NOBUNAGA et d’IEYASU à KOMKI et celles de NAGAKUTE. Enfin ce fut le tour des moines guerriers de NEGORO.  IEYASU, en fin politicien, préféra s’arrêter là et reconnu HIDEYOSHI comme maître.
En 1584, il fut nommé ministre des affaires suprêmes et la cour impériale lui donna le nom d’HIDEYOSHI.

En 1587, il mena une campagne militaire victorieuse dans le KYÛSHÛ (= sud du JAPON) contre le puissant daimyô de SATSUNA (partie du KAGOSHIMA actuel).  La même année, il interdit le Christianisme et expulsa les missionnaires tout en confisquant  le port florissant de NAGASAKI. À son retour dans la capitale, il renforça le pouvoir des bushis en prohibant les armes chez les paysans (le katana-kari 刀狩) et en réalisant des inspections cadastrales avec des mesures du sol. Les fondations du Bafuku (gouvernement militaire) et des Han (fiefs des daimyô) étaient posées. Seul le Kantô (régions de l’est) lui résistait encore : celui-ci fut soumit en 1590. L’unification du pays était achevée.

En 1592, il céda la place à son fils adoptif, HIDETSUGU et prit le titre de Taikô (titre honorifique donné à un kampaku retiré mais qui sert quand même à diriger le successeur que l’on met en place).

Les deux tentatives d'envahissement de la Corée en 1592 et en 1597 échouèrent et son projet d’envahir la Chine ne verra jamais le jour.

En 1593 naquit son second fils HIDEYORI. Il accusa HIDETSUGU de trahison pour donner le pouvoir à HIDEYORI. Sentant sa fin proche et ayant peur pour la vie du jeune enfant, il confia l’avenir de son héritier exclusif à cinq de ses grands conseillers dont IEYASU (c’est le gotairô 五大老).

Il mourut en 1598 dans son château de FUSHIMI.

Tokugawa Ieyasu 徳川 家康 (1543-1616)
Il est né le 31 janvier 1543 au château de OKAZAKI (岡崎) dans la région de MIKAWA (三河- région actuelle de Okazaki). Son père est le Seigneur HIROTADA MATSUDAIRA (松平広忠) qui le chef de la famille des MATSUDAIRA (8ème génération) et sa mère est la fille de TADAMASA MIZUNO (水野忠正) [qui est aussi un Seigneur de province], elle s’appelle ODAI (於大) . Durant son enfance, il se fit appeler TAKECHIYO (竹千代).

A cette époque-là, la famille MATSUDAIRA, était dans une situation très critique. La région de MIKAWA se situait entre les régions d'OWARI [尾張

  • actuelle Nagoya, gouvernée par le Seigneur NOBUHIDE ODA (織田信బ 8;)] et celle de SURUGA [駿河

  • - actuelle Shizuoka, gouvernée par le Seigneur YOSHIMOTO IMAGAWA (今川義元)].  Cette famille a essayé par maintes manœuvres politiques  de convaincre la province du milieu d’envahir la région opposée.

    Son père s'allia avec la famille des IMAGAWA, pour anéantir la puissante famille rivale, les ODA. Alors, en 1548, TAKECHIYO, pour preuve de leur alliance se présenta comme otage au château de SUNPU (駿府). Mais, durant le trajet, il fut enlevé par le Seigneur du château de TAWARA (田原), YASUMITSU TODA (戸田康光) (région près d'OWARI). TODA l’amena à son allié, le Seigneur NOBUHIDE ODA.

    En 1555, YOSHIMOTO IMAGAWA échangea NOBUHIRO ODA (織田信広, le grand frère de NOBUNAGA) contre TAKECHIYO.  Après être retourné sous l'emprise des YOSHIMOTO, TAKECHIYO y célébra sa majorité et changea son prénom en "JIRO SABURO MOTONOBU (次郎三郎元信)". En 1557, il se maria avec TUKIYAMADONO (築山殿), la fille adoptive de YOSHIMOTO. En 1559, son premier fils vint au monde. Il le nomma NOBUYASU (信康). Il en profita de l’événement pour changer son prénom en "MOTOYASU (元康)".

    En 1560, NOBUNAGA bâtît son ancien allié et beau-père YOSHIMOTO à la bataille de OKEHAZAMA (桶狭間).

    Sa vie en otage aura duré 12 ans.

    En 1563, trois années après son retour au château de OKAZAKI il rechangea une nouvelle fois son prénom en  "IEYASU (家康)" [*1].

    En 1566, il prit le nom de TOKUGAWA et devint le Seigneur de MIKAWA avec la permission de l’Empereur. 

    En 1570, il combattit les Seigneurs ASAI (浅井) et ASAKURA (朝倉) avec l'aide de NOBUNAGA à la bataille de ANEGAWA. Il renouvela cette alliance avec NOBUNAGA en battant KATSUYORI TAKEDA (武田勝頼) en 1575.

    En 1584, il combattit en première ligne avec l’armée de HIDEYOSHI HASHIBA (羽柴秀吉 qui devint par la suite, TOYOTOMI) contre des seigneurs récalcitrants.

    Après 6 années de guerre, il s’installa dans le château d'EDO (江戸 - l'actuel Tokyo) dans la région du KANTO (関東).

    En 1598, après la mort d'HIDEYOSHI TOYOTOMI, il sortit du château d'EDO pour affronter la "coalition de l'ouest"  [MITSUNARI ISHIDA(石田三成) et etc.] qui se termina par la fameuse bataille de SEKIGAHARA (関ヶ原)  en 1600.

    Après cette victoire, il se nomma SEIITAISHOUGUN (征夷大将軍 = shôgun) et ouvrit son shogounat à EDO en février 1603.  Il monta un gouvernement autocratique et s'attribua tous les pouvoirs.
    IEYASU a établi les bases du pouvoir en 1614.  Il affronta la famille de TOYOTOMI qui se fortifia à OSAKA (大坂 pas 大阪). « OOSAKA NO JIN (大坂の陣) ». Il gagna les deux batailles d’été et d’hiver.

    Après ces derniers affrontements, TOKUGAWA régnât en maître absolu sur tout le Japon. Ce fut la fin des guerres civiles qui ravageaient le pays depuis plus de 30 ans...  Le 1er Juin 1616, il mourut à l’âge de soixante-quinze d’un cancer de l’estomac au château de SUNPU.  (Le bruit court qu'il est mort d'intoxication alimentaire après avoir mangé des tempura à la daurade.) En ce temps-là, une telle longévité était surprenante.  Il faisait toujours attention à sa santé.

    Après sa mort, le 3ême shogun IEMITSU (家光) qui respectait énormément IEYASU lui  édifia un magnifique temple, le NIKKO-TÔSHÔGÛ (日光東照宮).

    IEYASU laissa aux japonais un dicton qui rentra dans la postérité :  "La colère est l’ennemie" 「怒 (いか)りは敵と思え」.





L'époque d'Edo (江戸時代, Edo jidai)

désigne une des 14 subdivisions traditionnelles de l'histoire du Japon.
Cette période débute vers 1600, avec la prise de pouvoir de Tokugawa Ieyasu et se termine vers 1868, avec la restauration Meiji. Elle est dominée par le shogunat des Tokugawa dont Edo (ancien nom de Tōkyō) est la capitale.

Cette époque se caractérise notamment par une fermeture du pays sur lui-même. Le Japon ne conserve que quelques liens diplomatiques avec la Corée. Seules la Chine et la Hollande ont le privilège d'entretenir des relations commerciales avec lui. Les européens ne sont pas admis sur le sol japonais, sous peine de mort. Les échanges maritimes se font par le port de Dejima, une petite île au large de Nagasaki. Par cette ouverture, les élites japonaises s'imprègneront des connaissances scientifiques occidentales (les « études hollandaises »), seuls écrits à ne pas être censurés par le pouvoir shogunal.

L'époque prend fin en 1868 avec la restauration du pouvoir impérial par le quinzième et dernier shogun, Tokugawa Yoshinobu.

similaire:

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconCM2 Période 1 Sciences Pour le maitre Qu’est-ce qu’un volcan ? Répartition sur la période

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconCM1b histoire des Arts et Arts Visuels Par période Période 1
«actuelle» à la manière des frères Limbourg et fabriquer un calendrier complet avec les œuvres de la classe

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) icon2ème jour : marrakech / casablanca (250 km)

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) icon2ème jour : marrakech / casablanca (250 km)

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconDimanche 31 octobre à 14h15 (n°250 à 420)

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) icon250- arnault, A. V. Vie politique et militaire de Napoléon

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconA 9 h 30 : Vente non cataloguée en lots et à l’unité (environ 250 numéros)

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconCommuniqué de presse fronius String Control 250/30 dcd df

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconRÉgionalisme ligérien documentation varia 1 228 250 398 450

Période Yamato (250 à 710) Période Kofun (250 à 538) iconImportante collection sur l'ancienne Indochine regroupant 1 250 cartes...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com