Petit atlas de science moderne








titrePetit atlas de science moderne
page11/32
date de publication01.07.2017
taille0.6 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   32

6)La pluie comme évacuation des nuages


Comme expliqué ci-dessus lorsque la concentration en humidité associé à la taille des gouttes et aux éléments déclencheurs, provoque la création de gouttes dont la vitesse naturelle relative est plus importante que la vitesse relative d’élévation et le mouvement brownien :
vlim =  (2 * g * S * Réq * eau / ( 1 + cx ) / air / S)
vélévation =%=  2 * (h g –R T)
vbrownien est déterminé quant à lui en fonction de la température (agitation moléculaire en translation avec Boltzmann) et des coefficients de diffusion
De cette manière les nuages se désagrègent petit à petit ou d’un seul coup rapidement et le ciel bleu succède à un ciel nuageux par diminution de l’humidité de l’atmosphère.
On peut remarquer, d’un avion, que généralement les nuages ne dépassent pas un certain plafond (8000 m normalement) qui correspond à la terminaison à 0.25 bar de la séparation entre les constitution stable solide et vapeur inférieure à 10°C. Les courbes thermodynamiques varient peut-être selon la latitude et je n’ai su obtenir que des approches qui sont en Europe relativement bien corrélées à première vue. En conséquence au delà de la limite thermodynamique, la vapeur H2O ne s’élève pas plus haut et seuls subsistent les gaz oxygène et azote pour la haute atmosphère.

7)Les déserts zones d’absorption rapides de l’eau


Dans les zones où un désert existe, la majorité du sol est constitué de sable. De ce fait lorsque de la pluie tombe sur ce sol, elle est rapidement absorbée par le sol et n’est donc plus utilisable. Il s’agit alors de récupérer cet eau lorsqu’elle tombe ou alors vivre près des oasis où celle-ci se concentre. Dans ces endroits la vie est difficile car il existe peu de verdure qui permet de recycler le CO2 (voir ci-après).

8)Les marées et la lune


L’influence newtonienne de la lune sur les mers et les océans provoquent les marées qui atteignent des extrema aux équinoxes, soient en mars et septembre. Les marées sont un phénomène très stable harmonique. La fréquence le la lune est de 1 par jour et la fréquence des marées complètes est de 2 par jour. Une tentative d’explication en physique quantique de grands ensembles est de considérer qu’il y a masquage partiel de la force de gravité newtonienne par les masses d’eau voisine qui sont alors la captation de ces forces de gravités. En toute logique, la marée la plus basse se voit alors lorsque la lune est à 45 °au-dessus de l’horizon de référence choisie et la marée la plus haute se voit lorsque la lune est à 45 ° de l’horizon exactement opposé à la référence.


7.Une approche des communications à travers l’atmosphère




1)Les ondes lumineuses


Les ondes lumineuses sont ce que l’on appelle généralement la lumière, fût-elle d’origine naturelle soleil, d’origine artificielles lampes, où déduite par réflexion lune, miroir. Je considère les ondes lumineuses comprennent en plus le rayonnement ultraviolet et le rayonnement infrarouge, tout deux invisibles.
Ces ondes sont approchées par la loi de Planck décrite ci-avant. On associe à ces ondes une vitesse de 2.997929 108 m/s. Par mesure terrestre, on a remarqué et supposé que cette vitesse est constante d’où viennent de très longues théories sur l’espace-temps.
En physique, on associe justement cette énergie pure à des photons de masse à l’arrêt nulle et de fréquence  (Hz). Energétiquement, on lui associe un flux en W/m2 . On réparti ensuite les différentes franges selon la répartition approchée suivante(2 1011 2 1014  3 1015  5 1016)

IR VIS UV

Par la suite, on peut associer le candela à ces formules mais il faut le quantifier techniquement.
On peut modéliser la transmission de ces ondes à travers l’atmosphère, on détermine les différents paramètres suivants :

  1. l’absorption (selon mesures globales des restes de diffraction ou approche de la pollution et des particules d’eau solide des nuages)(%W/m2 // W/m2 //km)

  2. diffraction directe visuelle (vision floue ou brouillard) (%W/m2 // W/m2 //km)

  3. diffraction indirecte visuelle (vue des nuages par satellite et sur terre)(%W/m2 // W/m2 //km)

  4. émission d’infrarouge par effet de température (mesurable par capteurs)(W/m2/rad/km3)

  5. diffusions particulières (visible dans le ciel) )(%W/m2 // W/m2 //km)


Une attention toute particulière a été menée précédemment sur le filtrage UV par O3 qui reste cependant, selon mon intuition, moins risqué en altitude que par une lampe UV déréglée vers le sens des UVA et UVB non limités.

1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   32

similaire:

Petit atlas de science moderne iconPetit atlas de science moderne

Petit atlas de science moderne iconPetit atlas de science moderne

Petit atlas de science moderne iconEt construction de l'unité européenne
«Si la science n'a pas de patrie, l'homme de science en a une» témoigne du poids de l'environnement socio-politique sur les comportements...

Petit atlas de science moderne iconChapitre 1: generalites sur le concept informatique
«informatique» et «ordinatique» qui désigne science de l’ordinateur, et le mot fut choisi par l'Académie française en 1967 pour désigner...

Petit atlas de science moderne iconAtlas cycles Atlas cycles

Petit atlas de science moderne iconCartes géographiques atlas

Petit atlas de science moderne iconDistribution domestique petit agricole petit tertiaire

Petit atlas de science moderne iconInstruction. Et si l’
«lot quotidien»; on se situe alors dans une période dite post-moderne / hyper-moderne. IL y a omniprésence de la modernité dans la...

Petit atlas de science moderne iconHistoire du cirque «moderne» au cirque «contemporain»
...

Petit atlas de science moderne icon1907-2007, hommage à Eugène Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction
«Façonner la cité et construire l’avenir de l’Homme», Dominique Claudius-Petit 10








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com