Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface








télécharger 263.8 Kb.
titreDu même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface
page5/33
date de publication03.07.2017
taille263.8 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33

XIV


Le dîner dura deux heures d’horloge, et la sieste autant, ce qui, avec les précédents, donna aux malfaiteurs vingt-cinq heures d’horloge pour se reconnaître un peu. Après quoi, le Maire, revêtant son habit de fonctions, fit appeler la force armée pour aviser aux mesures.

La force armée se composait de Georges Blême, dit La Mèche, fils de Louis Blême, quand vivait, garde-champêtre et taupier de la commune, mort pour avoir guetté une taupe durant huit jours et sept nuits dans un chemin creux.

Plus de Joseph Rouget, dit l’Amorce, fils de Gamaliel Rouget, quand vivait, marguillier de la commune, et mort pour avoir voulu, pendant que son fils sonnait l’angelus, regarder de trop près au batail de la grand-cloche.

C’était tout. On les avait équipés de neuf à la Saint-Martin ; à savoir : d’un fusil à baïonnette, et d’un pompon. La giberne pour l’autre année.

XV


Ayant avisé aux mesures, le Maire se mit à leur tête pour faire une battue dans le bois. Toutefois, observant qu’ils manqueraient d’ensemble par défaut d’accord, il leur fit marquer le pas pendant trois heures et demie d’horloge, en disant : gauche, droite ; droite, gauche, ce qui les faisait trébucher.

Remarquant cela, le Maire se fâcha, prétendant qu’ils gâtaient la manœuvre en voulant faire à leur tête ; il leur rappela que le soldat doit être passif, ne pas écouter sa propre voix, et n’obéir qu’à celle de ses supérieurs. Après quoi il recommença en disant : droite, gauche ; gauche, droite, ce qui les fit encore trébucher.

Alors le Maire les prévint qu’il n’écouterait plus que les inspirations de sa conscience, dictées par le texte de la loi, et qu’il y aurait huit heures d’arrêts pour le premier, comme aussi pour le second qui trébucherait. Après quoi il commanda : fixe ! puis : gauche, droite ; droite, gauche, et Blême et Rouget tombèrent ensemble sur le nez. Le Maire leur intima huit heures d’arrêts à chacun.

XVI


Cependant, Milord, qui avait passé sur le continent pour rejoindre Milady, n’était plus qu’à une journée de l’hôtellerie du Lion-d’Or, lorsqu’il rencontra un homme à qui il dit : Do you speak english ?

L’homme fit signe à son camarade qui était dans le bois, et celui-ci s’étant approché, Milord lui dit : Do you speak english ? Sur quoi les deux hommes se regardèrent mutuellement, et Milord les regardait tous les deux.

Pour sortir de cette situation, qui devenait à chaque minute plus monotone, le premier des deux hommes (C’était Jean Baune, le repris de justice) fit un signe à l’autre, et tous deux ensemble saisirent tout-à-coup Milord, chacun par un bras. Aussitôt celui-ci, par présence d’esprit, piqua des deux, et le cheval partit au grand galop ; de façon que Milord, retenu par les deux malfaiteurs, tomba par terre. Aussitôt ils le dépouillèrent, ne lui laissant que sa chemise.

XVII


Jean Baune rattrapa le cheval de Milord qui s’était mis à paître dans un pré de luzerne, et l’ayant ramené dans la forêt, ils se mirent à continuer leur route, après avoir chargé sur le cheval la malle de Milady.

Le docteur Festus dormait toujours dans la malle ; mais son rêve avait encore subi de notables modifications. Au moment où on l’avait déposé dans le bois, il avait vu l’anneau rester fixe, Pythagore partir par la tangente, et les sept mille trois cent quarante-neuf Néoplatoniciens tomber sur le derrière. Mais lorsqu’on l’eut chargé sur le cheval de Milord, qui allait l’amble, il rêva délicieusement que, porté sur une galère liburnienne à cinq rangs de rames, il descendait le Cydnus aux pieds de Cléopâtre, à qui il formulait un binome d’amour, au son de quarante-huit basses et un flageolet. Un abyssin lui chassait les mouches avec une queue de phénix parfumée de nard d’Assyrie, et quatre Corybantes lui chatouillaient la plante des pieds avec un triangle isocèle ; en sorte qu’il éprouvait les plus délicates sensations.

XVIII


Au bout de huit heures d’arrêts, le Maire avait repris sa battue dans le bois à la tête de la force armée, et il avait marché au pas de charge pendant sept heures d’horloge, lorsqu’il aperçut Milord en chemise, assis sur une fourmilière. Certain, d’après son procès-verbal, que le voleur devait être en chemise, il s’occupa aussitôt des dispositions d’attaque.

Il donna ordre à l’aile gauche (c’était Rouget), de faire un grand contour pour prendre Milord en flanc droit ; et à l’aile droite (c’était Blême), de faire un grand contour pour prendre Milord en flanc gauche : lui-même devait former le centre, et se porter en droite ligne sur le voleur.

Après avoir combiné cette manœuvre, le Maire s’essuya le front ; puis, sûr de son affaire, il commanda : Marche !

Les deux ailes partirent ; mais Rouget ayant pris le contour trop petit, se trouva en arrière de Milord, tandis que Blême l’ayant pris trop grand se trouva à vingt pas de Milord, qui lui cria : Do you speak english ?

Le Maire, voyant sa manœuvre compromise, sans bien comprendre pourquoi, rappela les ailes à son centre ; puis, s’étant replié pour prendre du terrain, il se plaça derrière la force armée, à qui il commanda une charge à la baïonnette.

Milord ne comprenant pas d’abord l’intention de ces gens, leur cria : Do you speak english ? mais il ne lui fut fait aucune réponse ; en sorte que jugeant l’intention hostile décidément, il se plaça derrière un gros mélèze. Aussitôt le Maire dirigea sur le mélèze, en disant : Ferme ! et les troupes, pleines d’ardeur, poussèrent droit à l’arbre, dans le bois duquel elles s’enferrèrent de neuf pouces trois lignes et un douzième, et restèrent prises, quoique chargeant toujours.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33

similaire:

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLa Bibliothèque électronique du Québec
Bon, me dis-je, s’il a faim, mon oncle, qui est le plus impatient des hommes, va pousser des cris de détresse

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLittérature québécoise Volume 553 : version 0 Du même auteur, à la...
«dédaignant d’être le lierre parasite, Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul»

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconBibliothèque du baron de wismes, Bibliothèque Jean pageot et divers bibliophiles

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«J’ai vu les mœurs de mon temps, et j’ai publié ces lettres.» Ne puis-je pas vous dire, à l’imitation de ce grand écrivain : J’étudie...

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com