Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface








télécharger 263.8 Kb.
titreDu même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface
page6/33
date de publication03.07.2017
taille263.8 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33

XIX


Voyant le cas, Milord, qui avait déjà ramassé un sauvageon noueux, se mit aussi à exécuter une manœuvre. Pendant que les ailes étaient engagées, il poussa droit au centre, qu’il culbuta au moyen d’un moulinet très nourri ; puis, revenant sur les ailes, il les attaqua chacune de flanc avec le sauvageon, leur en caressant les reins durant trois quarts d’heure d’horloge. Il rebroussa ensuite sur le Maire qui cherchait ses dents parmi le gazon, et, l’ayant dépouillé de son habit de maire, il s’en revêtit et le laissa en chemise sur le pré ; après quoi il s’éloigna.

La force armée, voyant l’habit s’éloigner, se livra à des mouvements inquiets, comme font les hirondelles en cage au temps des migrations, et se trouvant dégagée par suite de ces mouvements, elle suivit l’habit, et reprit sa discipline.

XX


Cependant Milady, que nous avons laissée à l’hôtellerie du Lion-d’Or, ne voyant pas arriver Milord, en éprouvait une extrême inquiétude. Au cinquième jour, ayant eu un pressentiment, elle se décida à aller à sa rencontre sur le mulet que le docteur Festus avait laissé dans l’écurie. Elle dit donc à l’hôte de lui donner un fort picotin d’avoine, et de le tenir prêt pour le lendemain, vers six heures du matin.

Vers cinq heures, l’Hôte était dans la cuisine, épluchant une cuisse d’ail de Provence. Quand elle fut épluchée, il alla l’insérer proprement au coin d’où était sortie la mouche bovine, ayant éprouvé, durant une longue pratique, que ce procédé donnait aux bêtes chevalines un feu et une vigueur que l’avoine ne leur donnait certainement pas. Seulement, pour ne pas contester avec les préjugés des gens, il leur portait en compte l’avoine, comme tout autre hôte, ne voulant se particulariser en rien.

À six heures Milady enfourcha. L’Hôte tenait à deux mains le mulet, qui manifestait une étonnante disposition au saut et à la pétarade (défaut qu’il tenait de sa mère). À peine l’eût-il lâché, qu’il fit trente-six bonds, douze écarts et huit ruades, et l’Hôte cria à Milady : Ce n’est rien, bonne dame, c’est l’avoine qui le rend gai ; allez toujours, la bête ne veut pas vous rien faire ! Alors le mulet galopa pendant sept heures d’horloge, faisant quatre lieues à l’heure, jusqu’à ce que, arrivé à l’endroit où nous avons laissé le Maire, il s’arrêta par le fait de la cuisse d’ail qui venait de tomber.

XXI


Milady voyant un homme en chemise le prit d’abord pour son voleur ; ensuite elle le prit pour un homme en chemise, ce qui lui fit baisser les yeux ; enfin elle le prit pour le Maire, ce qui lui fit faire un éclat de rire très pénible pour celui-ci, qui avait l’air extrêmement déchu et mortifié.

Mais, pendant que Milady riait, il venait au Maire une détestable pensée, qui se parait à ses yeux des couleurs séduisantes de la justice et du devoir. Pressé par ses devoirs administratifs, il se figurait avec angoisse l’état affreux de sa commune, depuis quatre jours privée de maire ; et considérant d’autre part que sa dignité lui défendait de s’y présenter en chemise, l’idée d’y rentrer déguisé sous les habits de Milady lui souriait infiniment. À la fin, fortement sollicité, il saisit le sauvageon noueux, imita de son mieux le moulinet de Milord, abattit Milady, et la dépouilla, tout en l’assurant qu’en tout ceci il n’agissait que par des motifs respectables, en vue seulement du bien public, et sans aucune intention de lui déplaire ou de lui faire le moindre mal. Après quoi il s’habilla et reprit le chemin de sa commune en méditant trois procès-verbaux, deux ordres du jour et cinq battues, soit contre Milord, soit contre la force armée.

Livre deuxième


Où le docteur Festus continue son grand voyage d’instruction. – Mort de Pierre Lantara, et comme quoi le docteur entre dans la meule de foin de George Luçon, où il est en butte à un dilemme captieux et insoluble. – Comment l’Habit, après avoir commandé la Force-Armée, passe de dos en dos, et finit par rester sur celui du docteur. – Comment fut fondée la grande fourmilière du roc de Mortaise. – Comment la Force armée perd sa discipline. – Comment le Maire fit une apostrophe qui ne réussit pas. – Le grand rêve normal du Maire. – Milady retrouve ses habits et poursuit dans la direction de l’ouest.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   33

similaire:

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDu même auteur, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLa Bibliothèque électronique du Québec
Bon, me dis-je, s’il a faim, mon oncle, qui est le plus impatient des hommes, va pousser des cris de détresse

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLittérature québécoise Volume 553 : version 0 Du même auteur, à la...
«dédaignant d’être le lierre parasite, Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul»

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconBibliothèque du baron de wismes, Bibliothèque Jean pageot et divers bibliophiles

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«J’ai vu les mœurs de mon temps, et j’ai publié ces lettres.» Ne puis-je pas vous dire, à l’imitation de ce grand écrivain : J’étudie...

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque

Du même auteur, à la Bibliothèque : Nouvelles genevoises La bibliothèque de mon oncle Voyages et aventures du docteur Festus Préface iconDe la même auteure, à la Bibliothèque








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com