La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif








télécharger 8.24 Kb.
titreLa Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif
date de publication07.07.2017
taille8.24 Kb.
typeDocumentos
La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif
« Le vrai art, il est toujours là où on ne l'attend pas. Là où personne ne pense à lui ni ne prononce son nom. »

-Jean Dubuffet, L’art brut préféré aux arts culturels, 1949
En se promenant dans le quartier historiquement artistique de la butte Montmartre, le flâneur, le perdu, le touriste ou le parisien, a peut être des chances de se retrouver face à un ancien marché, une halle de style Baltard (de l’architecte Victor Baltard, sous le Second Empire). Surprenante vision au coin d’une rue parisienne comme les autres. Le curieux qui franchit la porte de la halle sera encore plus surpris. Pas à pas il découvre un autre monde. De surpris, il passe à choqué. Il se retourne. Enchanté. Un pas de plus. Riant aux éclats. Des émotions fortes qui changent d’un coup d’œil à l’autre : il est entré dans l’antre de l’art « outsider » et n’en sortira pas indemne.

C’est que la Halle Saint Pierre est un musée, mais pas un musée comme on les connaît : elle ne se contente pas d’exposer des œuvres d’artistes connus appartenant au passé, non, elle met sous les yeux du visiteur un monde de création vivant et visionnaire.

Au cœur du projet de ce lieu culturel et historique : l’art brut.
L’art brut (ou l’art outsider pour les anglo-saxons) a été théorisé par Dubuffet qui décrit cette forme d’art comme individuelle, sauvage, radicalement différente de tout modèle connu, qui suit uniquement ce que Kandinsky appelle le « principe de nécessité intérieure » (Du spirituel dans l’art).

« Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. » (Dubuffet).

Bien que l’art ne puisse pas être purement brut et vierge de tout conditionnement culturel, l’art brut veut échapper à toute démarche esthétisante et savante. C’est la qualité intrinsèque de la production qui en fait une œuvre d’art, qui naît de la tension entre la pulsion dionysiaque et la nécessité apollinienne, de mise en forme, de la création. Cette vision de l’art est inspirée de La naissance de la tragédie de Nietzsche, mais également de Freud pour qui il y a une frontière mouvante entre les impulsions primitives de l’homme et leur domestication par la culture.
Ces œuvres d’art brut inattendues sont comme une claque pour le visiteur : elles traitent de pulsions, de mort, de folie, des aspects primitifs et originels de l’homme, de la dimension mystique de l’univers et prennent des formes étonnantes, parfois choquantes et repoussantes, mais toujours troublantes.


Kissing, Alex Grey, 1983
Cette forme d’art n’ayant pas de contours fixes et se renouvelant perpétuellement, la Halle Saint Pierre présente des expositions temporaires. La première, « Art brut et Compagnie, la face cachée de l’art contemporain », en 1995, eut un retentissement formidable dans un milieu artistique et culturel peu habitué à ces formes d’art « outsider ».
En ce moment, c’est l’exposition « HEY! modern art & pop culture / ACT III », jusqu’au 13 mars 2016, qui présente 62 artistes « outsider » et de rue internationaux. Le visiteur y trouvera par exemple des œuvres de Gabriel Grun, Ed Hardy, Joël Negri ou encore Alain Bourbonnais. Tous les artistes ont leur propre univers, et tous sont complexes et particuliers. Ce qui fait d’eux des artistes « outsider » est la résistance par l’imaginaire aux normes, à la catégorisation des formes, aux impératifs et à l’esthétisation de l’art. C’est un art underground, marginal et alternatif que la Halle Saint Pierre fait découvrir à travers ces expositions.
« Ils [les artistes « outsider »] portent en eux cette chose primaire, rare, et à chaque fois plus nécessaire: la capacité de s'étonner.»

-Mario Chichorro, artiste


Alain Bourbonnais

similaire:

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconLe protagoniste qui jouait tous les rôles. À partir d’Eschyle
«Miracles»), Adam de la Halle met en scène, avec Le Jeu de la Feuillée (1276) un univers entièrement profane[8]

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconRégine Capy Abbatiale Saint-Pierre Saint-Paul de Beaulieu-sur-Dordogne

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconReprésentation artistique de saint Jean-Baptiste

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconLandes (17) église Saint-Pierre

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconL’importance de la pierre de Saint-Maximin dans la construction de Paris

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconNote d’intention pierre Soulages (né en 1919) est, au monde, un des...

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconLe Point/nevers art Isabel Michel : des toiles aux vitraux
«L’ange de Saint-Pierre», où l’éternité est suggérée et les lignes renvoient à l’architecture millénaire du site

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconLa paroisse d’Ambarès était beaucoup plus grande qu’aujourd’hui lorsqu’elle...

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif icon5 – Naissance de la ville de Saint-Denis
«Montjoie saint Denis» devient la devise du royaume de France, qui se place ainsi sous la protection du saint titulaire du royaume...

La Halle Saint Pierre : un univers artistique marginal et alternatif iconA la Gloire du Grand Architecte de l’Univers
«Le parfum que vous faites là, vous n'en ferez pas pour vous-mêmes de même composition. IL sera saint pour toi, réservé à Yahvé…»...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com