Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1








titreFiches révisions podologie Pathologies Question n°1
page15/63
date de publication03.02.2018
taille0.9 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   ...   63

Diagnostic Etiologique


Cette pathologie touche surtout les jeunes recrues de l'armée et les sportifs. Cependant tout sujet remplissant les conditions requises par la définition peut être touché.

surmenage fctionnel (intensificat° de l'entraînement, nv sport, changement de matériel…)

micro-traumatismes répétés

chaussant mal adapté (semellage trop fin, chaussures lourdes)

activité physique intense, accrue ou inadaptée

les troubles statiques peuvent favoriser la survenue de la fracture de fatigue


Diagnostic Positif


Antécédents récents d'une activité ou d'efforts physiques intenses inhabituels et répétés

Douleur exquise et diffuse déclenchée dès la mise en charge et accentuée à la marche. Elle est calmée par le repos et peut être bilatérale

Aspect pseudo-inflammatoire

Douleur élective à la pression directe et accrue à la pression bi digitale transversale

  • Au niveau du calca

On retrouve une localisation élective au niveau des tubercules postérieurs et du thalamus.

Cette localisation est favorisée par la course.

  • Au niveau des métatarsiens

L'atteint se retrouve au niveau du 1/3 distal du clavier médian et au niveau de la styloïde du V.

Cette localisation est favorisée par la marche, la danse, la course de fond et la station debout prolongée.

  • Au niveau des sésamoïdes

Les deux peuvent être touchés, cependant se type de fracture résulte de micro-trauma répétés, où s'associent des contraintes verticales en compression et des contraintes horizontales par la pression en dorsiflexion.

Les images radio sont toujours retardées de 3 à 6 semaines. Elles sont inconstantes et peuvent même manquer au cours de l'évolution. Dans le cas où la radio serait normale ou douteuse, une scinti osseuse permet de confirmer le diagnostic. SIGNE PATHOGNOMONIQUE = on retrouve alors une hyper fixation intense perpendiculaire aux travées osseuses. Si la fixation n'a pas cet aspect singulier, on fera une tomodensitométrie, au mieux une IRM qui donnent les seules images précoces.

L'évolution radio se fait en 4 étapes:

  • Stade 1: os apparemment intègre

  • Stade 2: survenue d'une apparition périostée fusiforme

  • Stade 3: existance d'une densification périostée et d'une ostéolyse diaphysaire

  • Stade 4: le cal s'intègre au cortex

Diagnostic Différentiel:

Ce diagnostic se pose, chez le sujet âgé de plus de 50 ans avec une éventuelle fracture par insuffisance osseuse dont la symptomatologie clinique, radiologique et scintigraphique est tout à fait comparable à celle d'une fracture de fatigue. Le contexte clinique, en particulier les antécédents de fracture ostéoporotiques, peuvent aider au diagnostic, de même que la densitométrie osseuse qui objective la fragilité osseuse. En pathologie sportive, une tendinopathie d'insertion ou une algo peut évoquer une fracture de fatigue. Dans ces cas difficiles, afin d'éviter l'interruption trop prolongée de l'entraînement et pour guider le traitement, le scanner et l'IRM peuvent être utiles.

    • Quelque soit la localisation

      • Fracture traumatique vraie

Elle n'a pas de localisation élective, et le trait de fracture est visible immédiatement à la radio. De plus on retrouve souvent la présence d'un œdème, d'échymose, ou d'une fracture ouverte.

      • Ostéïte

La radio permet de visualiser le délabrement osseux, et il s'y associe une plaie ou une septicémie

      • Ostéosarcome, ostéome-ostéoïde

La scintigraphie permet de les différencier, mais ils n'ont pas de localisation élective.

    • Talalgies inflammatoires

      • Rhumatisme pso

      • PSR Recherche du marqueur HLA B27

      • FLR

Le diag diff se fait surtout sur la radio et sur les atteintes associées

      • PR

Le terrain et les atteintes sont souvent différents, mais cette patho rentre dans les fecteurs favorisants

      • CCA

La différence est radiologique

      • Rhumatisme à hydroxy apatite

La différence est radiologique

      • Sinus du tarse

La différence est clinique sur la présence des signes de souffrance neurologique

    • Syndrome algiques des métatarsiens

      • Maladie de Freiberg (ostéonécrose aseptique de la tête)

On retrouve un paroxisme nocturne de la douleur qui n'existe pas dans la fracture de fatigue

      • Syndrome de Morton

La différence est clinique sur la présence des signes de souffrance neurologique

      • Subluxation de la MTPII

Il y a présence les signes d'instabilité de l'articulation

    • Sésamoïdites

      • Rénander (ostéonécrose aseptique de la tête)
1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   ...   63

similaire:

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 icon14. 10. 03 Digestif / Dr Van…/ pathologies hépatiques / 1

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconInformations / revisions

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches types de textes

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconTextes des fiches historiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches ressources sur le theme

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconLa chanson française : Textes et fiches pédagogiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconAnnexe 6 : fiches-actions mobilisees par le gal

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconQuestion N°1 Quel diagnostic a été posé par les médecins qui ont...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com