Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1








titreFiches révisions podologie Pathologies Question n°1
page56/63
date de publication03.02.2018
taille0.9 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   52   53   54   55   56   57   58   59   ...   63

LES OSTEOCHONDROSES DU PIED



1 DEFINITION


Ces pathologies osseuses sont définies sur la présence d’une lésion histologique : une nécrose osseuse.

Ce phénomène nécrotique est réversible par une réparation osseuse qui aboutie, en général à une restitution intégrale, c’est d’ailleurs cette phase de réparation qui va entraîner une fragilité osseuse d’où des risques de déformations osseuses surtout pour les os qui participent à des articulations portantes.

Dans certains cas, la zone nécrosée va se dissocier de l’os sain : c’est la séquestration et la nécrose deviennent irréversible.

Ce phénomène d’ostéonécrose peut survenir lors d’infections mais quand il ne s’agit pas de cette étiologie, se sont des ostéonécroses aseptiques. Quand ces phénomènes surviennent pendant l’enfance, pendant la croissance, il s’agit d’ostéonécroses aseptiques que l’on identifie sous le nom d’ostéodystrophie de croissance.

2 LES OSTEODYSTROPHIES DE CROISSANCE


ces pathologies surviennent pendant l’enfance ou l’adolescence, à des âges différents selon la pathologie, pendant cette période il existe d’importants remaniements osseux avec présence de noyaux d’ossifications et de cartilage de conjugaison. Ces 2 structures sont très fragiles en particulier devant l’ischémie, ces risques sont majorés par des microtraumatismes répétés dans la plupart des cas, dans la pratique sportive, ce dernier argument explique la fréquence supérieure chez l’homme de l’atteinte.

on peut distinguer 2 grands types d’ostéodystrophies : l’ostéodystrophie majeure et les ostéodystrophies mineures dont les plus célèbres sont aux pieds.

les osteodystrophies majeures :

ces pathologies peuvent entraîner des conséquences lourdes surtout des arthroses et d’autre part le tableau clinique peut-être intense pendant l’évolution de la maladie.

LES OSTEODYSTROPHIES MINEURES :

La localisation la plus concernée est le pied et ensuite le genou.

Les localisations aux pieds st les suivantes :

  • 2éme tête métatarsien ou MALADIE DE FREIBERG (maladie de KOHLER).

  • Scaphoïdite tarsien ou MALADIE DE KOHLER-MARCHET.

  • Calcanéus ou MALADIE DE SEVERE.

  • Sésamoïdes ou MALADIE DE RENANDER.


La maladie de FREIBERG

S'il s'agit bien d'une ostéonécrose aseptique.

Cette pathologie survient chez le gd enfant et l'ado (10-18 ans).

La pathologie semble présenter une prédominance légèrement féminine peut être car parmi les activités sportives en cause, la danse joue un rôle important.

Svt cette pathologie est en plus favorisée par une insuffisance du 1ér méta.

Il apparaît des dlrs de l'av. p. soit diffuse soit très localisées au niveau de la 2éme tête métatarsienne

Il peut s'y ajouter une tuméfaction locale.

Radio : on retrouve successivement :

  • Au début un pseudo élargissement de l'interligne articulaire.

  • Aspect inhomogène de la tête méta ou alternance de zones condensées et de zones déminéralisées.

  • Déformations de la tête méta. qui s'aplatit et s'élargisse.

  • Eventuellement dans les années qui suivent, apparition de signes d'arthrose (pincement de l'interligne, condensation sous chondrale, ostéophytes).

Sur le plan thérapeutique il faut réduire l'activité sportive en cause.

On peut également préconiser une O.P. visant à réduire la surcharge sur la 2éme tête et à soulager la douleur.

Au stade d'arthrose secondaire c'est à nouveau la semelle qui peut améliorer la marche et éventuellement traitement médical par AINS et infiltration de corticoïdes.


La scaphoïdite tarsienne : ostéonécrose de l’os naviculaire

Ostéonécrose aseptique qui survient entre 5 et 15 ans. Prés dominance chez l'homme en rapport avec certains sports en particulier le Foot.

Cette pathologie est favorisée par des troubles statiques du pied.

Les signes st les suivants :

  • Douleur élective, au niveau du scaphoïde tarsien.

  • A la palpation, douleur provoquée élective.

  • Gène à la marche relative et surtout à l'activité sportive.

Radio : Aspect inhomogène du scaphoïde tarsien.

Ensuite déformation avec aplatissement antéro-postérieur et même aspect de lentille biconcave.

En fin d'évolution, densification homogène du scaphoïde.

Ces déformations peuvent retentir sur les articulations de voisinage avec possibilité d'arthrose.

Le ttt nécessite d'abord la réduction de l'activité sportive.

On peut y associer une semelle en fonction du trouble statique favorisant la scaphoïdite tarsienne.

Au stade d'arthrose, la semelle est également nécessaire.
L'apophysite postérieure du calcanéus : (SEVERE)

Cette ostéonécrose aseptique touche la tubérosité post. du calcanéus d'ou une talalgie avec un point douloureux électif.

Cette pathologie touche le jeune enfant et le gd enfant (7-12 ans).

L'atteinte est le plus souvent bilatéral.

Le signe d'appel est une talalgie mécanique à la marche et à la pratique sportive. Il faut immédiatement rechercher l'existence d'un point douloureux électif sur la tubérosité post. du calcanéus.

Radio. : S'impose et retrouve le diagnostic.

Aspect moucheté du noyau d'ossification avec irrégularité de l'espace claire séparant l'apophyse du reste du corps du calcanéus.

Ensuite densification du noyau d'ossification.

La complication possible est une déformation du calcanéus avec un talon bossu entraînant des conflit avec la chaussure.

Le traitement est basé sur la restriction d'activité et sur une semelle pour éviter l'appui sur la zone douloureuse.

On pratique également des infiltrations de corticoïdes et parfois des AINS et antalgiques st nécessaire.
Ostéodystrophie sésamoïdienne : (RENANDER).

C'est une nécrose du sésamoïde responsable de métatarsalgie avec douleur élective au niveau sésamoïdien. Cette pathologie touche l'enfant autour de 10 ans et parfois l'adulte jeune.

Cette atteinte est favorisé par des trauma locaux ou microtraumatismes au cours d'activité sportive.

C'est une métatarsalgie mécanique qui impose sur ce terrain une palpation sésamoïdienne et une radio qui retrouve un aspect inhomogène puis morcelé et enfin condensé.

Il peut s'en suivre une déformation sésamoïdienne.

Le traitement est basé sur l'O.P. et éventuellement des infiltrations de corticoïdes.

Il existe dans ostéodystrophies mineures au niveau du genou :

  • L'ostéodystrophie de la rotule.

  • L'ostéodystrophie du noyau secondaire de la rotule (maladie de SINDING-LARSEN).

  • L'apophysite tibiale antérieure (maladie d'OSGOOD-SCHLATTER).
1   ...   52   53   54   55   56   57   58   59   ...   63

similaire:

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 icon14. 10. 03 Digestif / Dr Van…/ pathologies hépatiques / 1

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconInformations / revisions

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches types de textes

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconTextes des fiches historiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches ressources sur le theme

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconLa chanson française : Textes et fiches pédagogiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconAnnexe 6 : fiches-actions mobilisees par le gal

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconQuestion N°1 Quel diagnostic a été posé par les médecins qui ont...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com