Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1








titreFiches révisions podologie Pathologies Question n°1
page60/63
date de publication03.02.2018
taille0.9 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   55   56   57   58   59   60   61   62   63



IV LE TRAITEMENT


Il a 2 aspects:


  • ttt symptomatique: il dépend de l'importance et de la localisation des troubles.

Dans les formes graves, c'est:

  • assistance respiratoire.

  • réhydratation et équilibration.

  • soins de nursing.

  • contrôle ou assistance des fonctions sphinctériennes.


Des ttts locaux st svt nécessaires:

  • pour éviter les attitudes vicieuses: MK.

  • pour faciliter la marche: MK et PP.

  • pour la manipulation: MK et ergothérapeute.




  • ttt étiologique:

  • hémiplégie vasculaire: ds ts les cas, ttt anti-œdémateux cérébral.

Le ttt sera ensuite différent selon les formes hémorragiques ou ischémiques.

  • hémiplégie tumorale: le ttt est théoriquement l'exérèse chirurgicale.

Ds certains cas, le geste est impossible techniquement et on utilise alors la radiothérapie voire la chimiothérapie.

  • hémiplégie traumatique: c'est l'évacuation de l'hématome par un geste local associé à un ttt anti-œdémateux cérébral.

Quelque soit le ttt étiologique, il faudra toujours une rééducation même si l'hémiplégie est modérée.

question n° 81

LE PIED AU COURS DE LA POLIOMYELITE




C’est une infection virale et ce virus présente un tropisme neurologique.

Ce tropisme se fait par les méninges et surtout par le moelle épinière au niveau de ses cornes antérieures : cette maladie est d’ailleurs appelée la poliomyélite antérieure.

Cette atteinte entraîne un tableau moteur pur de type périphérique.

L’atteinte paralytique n’est pas systématique dans la maladie et le poliomyélite peut donc prendre de nombreux aspects cliniques.


i generalites


Cette maladie se transmet par épidémie sur le model du péril fécal.

Cette pathologie a considérablement régressé dans les pays riches grâce à l’hygiène collective et la vaccination des enfants.

le diagnostique de la maladie est à suspecter sur un contexte épidémique, dans les pays en voie de développement…

dans les pays riches, la présence de troubles neurologiques périphériques non expliqués, va conduire à des examens biologiques avec recherche de virus dans les matières fécales et le lcr et à une sérologie.


ii signes cliniques


C’est d’abord une forme inapparente sans symptômes apparent.

Il peut s’agir :

 d’un tableau pseudo-grippal avec céphalées, fièvre, myalgies, arthralgies, troubles digestifs

 d’une méningite avec un syndrome méningé modéré

 d’un tableau de paralysie flasque avec perte des réflexes et amyotrophie, cette atteinte paralytique est très variable car la maladie peut toucher n’importe quel étage de la moelle épinière et sur un seul étage ou poly-étagée.

Ce phénomène de diversité de la paralysie est encore augmenté par le fait que certains muscles sont commandés un seul nerf et d’autres par plusieurs nerfs.

Cette paralysie s’installe en quelques jours et ensuite régresse en plusieurs semaines et laisse souvent des séquelles motrices.

A l’inverse, au cours de la paralysie des phénomènes de rétractions et d’amyotrophies peuvent s’installer définitivement.

Le tableau paralytique peut avoir des aspects divers soit dans le cadre d’une atteinte dominante au pied ou d’une paralysie du membre inférieur.

Les principaux aspects cliniques sont :

le pied creux antérieur :

il est du à une paralysie des fléchisseurs des orteils, de l’hallux et des interosseux ; ce qui favorise les éléments extenseurs d’où une mise en hyperextension de la 1° phalange et abaissement de la tête des métatarsiens.

Il s’installe alors des phénomènes de rétractions aponévrotiques qui fixent les déformations de l’avant-pied.

Ces troubles vont entraîner des conséquences sur les parties moles de la région concernée.

 le pied talus (talus creux) :

la paralysie porte essentiellement sur le triceps sural d’où une verticalisation du calcanéus.

Comme la paralysie tricipitale est accompagnée d’une paralysie des éléments extenseurs, il se produit une chute de l’avant-pied d’où un pied talus creux qui va se pérenniser par des rétractions aponévrotiques.

 le pied équin :

la paralysie porte sur les extenseurs alors que le triceps est intacte d’où l’acquisition d’un équin.

les extenseurs récupèrent très lentement alors que les rétractions sont très rapides, l’équin se fixe donc malgré une récupération motrice.

L’équin va entraîner des conséquences sur les têtes métatarsiennes et sur le genou.

 le pied valgus paralytique :

la paralysie porte sur les muscles tibiaux et les muscles antagonistes qui attirent le pied en valgus.

Dans ce cas, la récupération de la paralysie est absente ou très discrète.

 le pied ballant :

il résulte d’une paralysie totale des muscles de la jambe.

Le pied oscille et la malade pour marcher lance le pied avec un appui plantaire global.

L’évolution conduit vers une valgisation et d’autre part, les rétractions conduisent en fin d’évolution à un équin avec des griffes d’orteils et à ce stade la marche devient très pénible.

iii principes thérapeutiques

Il est essentiellement préventif : hygiène collective, traitement des eaux, contrôle des déjections humaines (conduits) et hygiène individuelle car la maladie peut être manuportée.

Vaccination systématique dès les premiers mois de vie (3° mois) avec rappels et chez l’adulte le vaccin est souvent ancien avec risques de contracter la maladie.

Le traitement curatif est symptomatique : fièvres…car il n’existe pas d’antiviraux polio.

Pour la paralysie il faut favoriser la régression et diminuer le risque de rétraction par la rééducation fonctionnelle et par des petits moyens pour un pied cerceau et cousin de mobilisation rigide pour éviter l’équin.

Malgré ces traitements il peut s’installer des séquelles qui vont nécessiter des appareillages plus ou moins lourds : op, releveurs, chaussures orthopédiques, fauteuil roulant …

Pour le pied polio :

 la kiné pour éviter les rétractions et majorer la récupération

 la podologie pour les pieds séquellaires

 la pédicurie pour les problèmes liés aux griffes…

 la podo-orthèsie pour les formes majeurs

QUESTION N° 82

La polynevrite ethylique




DEFINITION

C'est une patho neurologique périphérique tronculaire qui est caractérisée par une atteinte de plusieurs troncs nerveux de façon synchrone et de façon bilatéral et symétrique.

La polynévrite éthylique est une polynévrite toxique qui est une complication de l'alcoolisme chronique au même titre que les complication digestives comme la cirrhose, l'ulcère gastroduodénal,, la pancréatite chronique et qui peut s'accompagner d'un diabète sucré.

Cette atteinte neuro typique touchant les membres inférieurs et en particulier la loge antéro-ext de jambe peut s'aggraver d'une atteinte psychiatrique, le syndrome de KARSAKOFF avec perte de mémorisation avec fabulation.

Dans cette polynévrite existe un effet toxique mais également carentiel en vitamine B.

LES SIGNES CLINIQUES

Le tableau est un syndrome neurogène périphérique.

En général se sont les troubles sensitif qui dominent :

- Signes subjectif au début, à type de parèsthésie dans les pieds et les jambes, et rapidement des douleurs à type de striction (sa serre) de broyement, d'élancement.

- Signes objectifs apparaissent rapidement touchant surtout la sensibilité superficielle avec hypoesthésie et parfois anesthésie à tous les modes (algique, thermique, tactile)

Favorisent toutes les lésions aux pieds.

Cette anesthésie est bilatérale symétrique et en chaussette.

Les troubles moteurs sont plus rares et quand il existe, se sont surtout des parésies et parfois des paralysies totale avec éventuellement steppage.

Il peut exister des troubles moteurs involontaires à la diminution voir abolition d'un réflexe ostéo tendineux achiléen.

Il n'y à jamais de signe de BABINSKI.

Ces signes trophiques sont important :

- Amyotrophie du mollet

- Trouble de peau, qui devient sèche et squameuse

- Atteinte des phanères avec chute de la pilosité et surtout angles striés et cassants.


1   ...   55   56   57   58   59   60   61   62   63

similaire:

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 icon14. 10. 03 Digestif / Dr Van…/ pathologies hépatiques / 1

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconInformations / revisions

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconHistorique des révisions du document

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches types de textes

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconTextes des fiches historiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconFiches ressources sur le theme

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconLa chanson française : Textes et fiches pédagogiques

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconAnnexe 6 : fiches-actions mobilisees par le gal

Fiches révisions podologie Pathologies Question n°1 iconQuestion N°1 Quel diagnostic a été posé par les médecins qui ont...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com