I escalas en el Caribe








télécharger 124.59 Kb.
titreI escalas en el Caribe
page9/9
date de publication18.03.2018
taille124.59 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

« Pour chanter à son tour »


On pourra s’appuyer sur les procédés musicaux relevés dans les morceaux écoutés afin de jouer avec sa voix et chanter de différentes façons. Cette situation de transfert est intéressante pour une bonne appropriation des notions musicales abordées.

On peut par exemple reprendre un chant connu de la classe en s’amusant à :

• changer la vitesse : chant lent, très très lent, rapide ou encore très très rapide

• chanter de plus en plus vite ou au contraire, en ralentissant

• chanter certaines parties avec une forte intensité, d’autres plus discrètement

• diviser la classe en 2 groupes qui se répondent

• faire une petite percussion régulière (mains, doigts, cuisses, pieds, instrument…) qui souligne la pulsation du chant interprété

« Pratiques rythmiques »


Quelques conseils pour la mise en œuvre à partir d’une musique écoutée :

• Recherche de la pulsation : demander aux élèves, pendant l’écoute, de trouver un geste régulier et silencieux qui accompagne la musique (petite tape sur la cuisse, dans la main, balancement du corps, de la tête, bouger son pied…ou même marcher sur la musique)

• Vérifier qu’une pulsation commune se dégage au sein de la classe,

• Même exercice, mais en produisant une percussion sonore (taper dans les mains, claquer des doigts pour les plus grands… trouver diverses percussions corporelles)

• Aider ceux qui n’arrivent pas à se synchroniser : en accompagnant leur geste (ne pas hésiter à tenir les mains de l’élève pour faire le geste avec lui) ; en marquant très nettement la pulsation avec un instrument de percussion (tambourin par exemple)

• Danser sur la musique pour ancrer corporellement cette pulsation

Travail d’instrumentation : quand la pulsation est installée, choisir quelques instruments qui joueront sur la pulsation en recherchant différents modes d’organisation (exemple : maracas sur les couplets, tambourins et claquements de main sur les refrains).

Formules rythmiques : un autre exercice consiste à ne « taper » que sur certains mots, ou sur des fins de phrases, ou entre 2 phrases musicales, créant ainsi des petits motifs rythmiques simples. On pourra là aussi commencer par des percussions corporelles et poursuivre avec une mise en œuvre instrumentale.

É
Annexe réalisée à partir d'un outil créé par Emmanuelle This - CPDEM Var Ouest
COUTES MUSICALES :
Concepts à construire, stratégies, capacités

La rencontre avec des œuvres musicales :
une chasse aux trésors inépuisable



Quelques préalables :



Écouter, c’est aller chercher, chercher à entendre et non seulement percevoir.
« Écouter, réécouter l’œuvre… ce n’est pas exactement « s’y habituer », jusqu’à l’indifférence, la satiété ou l’allergie. C’est plutôt la connaître, la reconnaître, l’identifier, se l’identifier ; dépasser l’étrangeté, l’obscurité de la première approche pour se laisser gagner par un mystère fait à la fois d’évidence et d’inexpliqué » - Pierre Boulez


L’étude des œuvres peut être effectuée à partir d’une œuvre unique ou d’un ensemble d’œuvres défini par des critères communs (lieu, genre, auteur, mouvement…). Les œuvres sont analysées à partir de quatre critères au moins : formes, techniques, significations, usages. Bulletin officiel n° 32 du 28 août 2008 : Organisation de l'enseignement de l'histoire des arts
L’analyse doit toujours converger vers l’émergence du sens esthétique, de la pensée de l’artiste au moment de la composition de l’œuvre : pourquoi le compositeur a-t-il fait tel choix musical plutôt que tel autre ? Quel message a-t-il voulu faire passer ? Quelle image a-t-il voulu faire naître en nous ? Quelle sensation ? Quel sentiment ? Ainsi nous développerons le sens et le goût esthétique des enfants, nous donnerons du sens à l’analyse.

Les écoutes ritualisées sont la clé d’une véritable acculturation, d’un réel enrichissement de l’enfant.

Les concepts à construire : 3 entrées pour écouter une œuvre :



1- Ce qui est objectif (la connotation : les éléments sonores et leur organisation)

2- Ce qui est culturel, contextuel (genre /contexte / lien avec l’histoire des arts)

3- Ce qui est subjectif (la dénotation : ressenti et imagination, lien entre l’émetteur et le récepteur)

1. Ce qui est objectif (la dénotation)

A- Repérage des éléments sonores (=matériaux) constitutifs de l’œuvre



Les éléments formels (Quelles est la forme de l’œuvre ?)

• œuvre vocale a capella (il n’y a que des voix) ?

• œuvre vocale et instrumentale ?

• œuvre instrumentale ? électro-acoustique ?

# Quelle que soit l’œuvre (vocale ou instrumentale), on peut analyser et identifier :
Les caractéristiques du son

• hauteur : grave / medium / aigu ?

• intensité : piano / mezzo-forte / forte ?

• durée (d’une note / d’un silence / d’une œuvre)…en lien avec le rythme

• timbre ( de la voix ou d’un instrument de musique) : doux ? rugueux ?

Les éléments mélodiques (ce que l’on peut chanter)

• Est-ce qu’une mélodie particulière se dégage de l’œuvre ? est-elle facilement identifiable ?

• Semble-t-elle écrite ? improvisée ?

• Comment est-elle orchestrée ? voix / instrument / famille d’instruments

Les éléments rythmiques (Comment la musique se déroule-t-elle dans le temps ?)

• pulsation : repérable / non repérable

• tempo : lent / modéré / rapide

• rythme : retour régulier d’une cellule rythmique caractéristique

• swing (lien entre la pulsation et le rythme) : dansant/ chaloupé…

Les éléments concernant le tissu sonore (Quelle est la densité du tissu sonore, sa texture ?)

• est-il faiblement rempli (peu de sons en superposition ou en succession) ?

• Est-il fortement rempli (beaucoup de sons en superposition ou en succession) ?

# Lorsqu’il s’agit d’une œuvre vocale, on peut analyser et identifier d’autres éléments :

• Le texte : langue ? sujet ? effets ? sonorités particulières ? jeux vocaux (ex : scat dans le domaine du jazz) ?

• Quel rapport existe-t-il entre le texte et la musique ? quel sens particulier la musique donne-t-elle au texte ?

• S’agit-il d’une polyphonie (plusieurs sons superposés) ? ou d’une monodie (unisson) ?

• Type de formation : 1 seule voix ? duo ? trio ? quatuor ? chœur ?

• Voix d’homme ? de femme ? d’enfant ?

• Registre de la voix ?

• Voix d’homme, du plus grave au plus aigu : basse, baryton, ténor, haute-contre (ou contreténor)

• Voix de femme, du plus grave au plus aigu : alto, mezzo-soprano, soprano

• Timbre de la voix (couleur, grain particulier) : doux ? suave ? rugueux ? nasillard ? chaud ?

• Jeu et interprétation : comment la voix est-elle utilisée ? (ex : la voix imite parfois un instrument)

# Lorsqu’il s’agit d’une œuvre instrumentale, on peut analyser et identifier d’autres éléments :

• Type de formation : 1 seul instrument ? duo ? trio ? quatuor ? musique de chambre ? orchestre ? fanfare ?...

• L’orchestre est-il au service d’un soliste ?

• Quel(s) instrument(s) peut-on identifier ?

• À quelles(s) famille(s) appartiennent-ils ?

• Timbre des instruments (couleur, grain particulier) : doux ? suave ? rugueux ? nasillard ? chaud ?

• Jeu et interprétation : comment les instruments sont-ils utilisés ? (ex : pizzicato, staccato du violon)

B- Analyse de l’organisation des éléments sonores


Les éléments liés à l’organisation des lignes mélodiques ou du tissu sonore :

• Y a-t-il des répétitions ? des éléments qui sont repris en étant transformés ?

• Y a-t-il succession ? simultanéité ? superposition de certains éléments ? tuilage ?

Les éléments liés à la structure

• un thème se dégage-t-il ?

• thème et variations sur ce thème ?

• alternance de thèmes ? ABAC, AABB, etc…

• alternance couplets / refrains (forme rondo) ?

• questions / réponses (jeux d’échos) ?

Les éléments liés aux nuances

- Nuances au niveau de l’intensité :

• forte / piano en alternance ?

• dynamique : crescendo ? decrescendo ?

- Nuances au niveau de la hauteur :

• aigu / grave en alternance ?

• dynamique : ascendante (du grave vers l’aigu) ou descendante (du grave vers l’aigu) ?

2. Ce qui est culturel, contextuel


Les éléments contextuels peuvent être culturels et historiques. Chacun est influencé par ses propres références culturelles.

• contexte et destination : où ? quand ? pour qui ? pour quoi ?

• œuvre profane ? religieuse ?

• musique savante ? populaire ? traditionnelle ?

• rock ? jazz ? sonate ? concerto ? opéra ?...

3. Ce qui est subjectif (la connotation)


En toute œuvre, il y a un émetteur et un récepteur. L’émetteur n’est pas forcément censé savoir à qui il s’adresse ; le récepteur quant à lui est conditionné par son envie d’entendre (Cf. l’acte d’écoute décrit par Roland Barthes, dans l’Obvie et l’Obtus). Il recrée dans son oreille ce qu’il a perçu, à travers sa propre histoire. Parfois il n’y a pas de liaison entre l’émetteur et le récepteur…

• que ressent-on (émotion) ?

• quel sentiment éprouve-t-on ?

• à quoi cela fait-il penser (mise en réseau avec d’autres œuvres connues ou imagination) ?

• aime-t-on ? oui ? non ? pourquoi ?

Comment développer des stratégies d’écoute ?


Dans un souci de démarche active, on veillera à adapter la mode de réponse au paramètre que l’on veut traiter. Différentes réponses sont possibles :

• verbales (ou écrites) : « voici ce que j’ai entendu, ressenti …cela me fait penser à… »,

• corporelles (codage corporel, déplacement, mouvement…),

• vocales (jeux vocaux ou reproduction de thème),

• instrumentales (percussions corporelles, jeu instrumental),

• graphiques (codages divers)

Présentation des différents temps ou séances :





Questionnement

Phase de connotation :

subjective

1

Découverte

Écoute libre et non commentée de l’extrait

2

Le ressenti

Qu’as-tu ressenti ?

Qu’avais-tu envie de faire ?

3

L’imaginaire

Qu’as-tu imaginé ?

Quelle histoire ou quel tableau aurais-tu peint ?

Phase de transition

4

Les références culturelles

Que sais-tu déjà ?

Qu’est-ce qu’on t’en a déjà dit ?

A quoi cela te fait-il penser ?

5

Premier apport de connaissances de l’enseignant

et/ou recherche d’informations

6

Synthèse intermédiaire

Phase de dénotation : objective

7

Le contenu textuel

(facultatif)

Qu’as-tu entendu, reconnu ?

De quoi cela parle-t-il ?

8

Le contenu musical

Qu’as-tu entendu, reconnu ?

Phase de bilan

9

Nouvel apport de connaissances de l’enseignant

et/ou nouvelle recherche d’informations

10

Synthèse finale

Au début de chaque séance ou temps, vous proposerez une nouvelle écoute silencieuse, qui sera orientée par un questionnement différent, propice à la relance de la motivation.

Pensez toujours à respecter le rituel des temps de silences :

• un premier tout de suite avant l’écoute - celui de l’apaisement et de l’anticipation,

• un autre, tout de suite après l’écoute - celui de l’émotion, de la réflexion et de la préparation des interventions.

PLUS D’INFORMATIONS


LE CHANTIER CENTRE DE CRÉATION DES NOUVELLES MUSIQUES TRADITIONNELLES & MUSIQUES DU MONDE
Le Chantier, Centre de création des nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde, valorise la diversité de ces esthétiques par des actions de création, de diffusion, de sensibilisation et de réflexion. Il accueille des artistes ou des ensembles musicaux en résidence de création.

WWW.LE-CHANTIER.COM

le-chantier(@)le-chantier.com

+33 (0)4 94 59 56 49


Fort Gibron BP 24 83570 CORRENS
1   2   3   4   5   6   7   8   9








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com