"L'Architecture éveille en l'homme des états d'âme La tâche des architectes est de préciser ces états d'âme" Adolf Loos 15








télécharger 0.66 Mb.
titre"L'Architecture éveille en l'homme des états d'âme La tâche des architectes est de préciser ces états d'âme" Adolf Loos 15
page24/25
date de publication19.03.2018
taille0.66 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   25

L'évolution climatique de la maison québécoise


La maison québécoise résulte de beaucoup de transitions et d'adaptations ingénieuses de l'architecture basées sur le gros bon sens. Malgré sa grande simplicité, elle est élégante, ses proportions sont agréables et elle demeure très classique dans sa symétrie. C'est un héritage architectural riche de son vécu qui fait partie de notre patrimoine.

Entre les années 1770 et 1820, d'importants changements ont transformé la maison d'inspiration française. Des éléments de design ont été modifiés pour mieux affronter le climat rigoureux et profiter des avances technologiques dans les modes de chauffage. La fondation en pierre devient plus profonde qu'en France pour éviter les mouvements du bâtiment par l'action du gel durant l'hiver. Le rez-de-chaussée a été relevé pour s'éloigner du froid et de l'humidité du sol et pour se dégager de la grande épaisseur de la neige.

L'espace entre la base de la fondation et le rez-de-chaussée étant plus grand, il devenait possible de l'excaver pour créer un sous-sol fort utile pour un caveau à légumes ou à conserves, un four à pain, un gros âtre pour fabriquer du savon, la boucherie, le lavage, un puits d'eau ou simplement du rangement. Les murs de pierre hors sol furent épaissis créant une masse thermique pour éviter les trop grandes fluctuations de température lors du chauffage en hiver et pour maintenir la fraîcheur en été.

Pour avoir accès de l'extérieur à la porte d'entrée du rez-de-chaussée, il fallait des marches et un perron. Le perron est devenu si populaire comme lieu de repos et de conversation avec la typique chaise berçante et comme lieu de rangement du bois de chauffage qu'il s'étendra sur toute la façade en prolongeant les poutres du plancher du rez-de-chaussée. Ce fameux balcon et le mur de façade méritaient d'être protégés contre la pourriture en éloignant l'eau et les glaçons en prolongeant le toit par un larmier également utile pour protéger les gens de la pluie et du soleil en été. Ce larmier est devenu de plus en plus profond au point d'exiger son support par des colonnes de soutien.

Le développement du larmier en toit de galerie a contribué à faire un toit distinctif de deux versants moins à pic à 45° en forme de cloche. La pente du toit demeurait cependant suffisamment prononcée pour éviter l'accumulation de neige et les charges additionnelles sur la structure. Avec l'ajout des lucarnes, le grenier est aussi devenu habitable.

L'utilisation du foyer pour la cuisson et le chauffage était peu efficace. Plus la maison était grande, plus il y avait besoin de foyers, jusqu'à deux ou trois. Dans la deuxième moitié du 18e siècle, il y a eu une croissance des feux fermés ou poêle à bois de combustion lente qui chauffaient davantage et qui facilitaient la cuisson. Cette innovation a permis plus de pièces et de cloisons dans l'aménagement intérieur et seulement une cheminée plus petite à l'extérieur.

L'efficacité du poêle à bois, qui a l'inconvénient de trop chauffer la maison en été, a inspiré la naissance, au 19e siècle, de la cuisine d'été. Souvent placée sous le pignon est comme tampon contre les grands vents froids d'hiver, elle servait aussi comme vestibule, garde-manger et rangement pour le bois de chauffage et autres. Des laiteries ou dépenses s'ajoutaient aussi au coin nord-est pour couper le vent.

L'augmentation de la capacité de chauffage a aussi donné plus de liberté dans le nombre, la grandeur et l'emplacement des fenêtres. La maison québécoise avait deux fois plus de fenêtres que la maison d'inspiration française qui l'a précédée. Cette maison n'était pas alignée avec la route mais orientée vers le sud avec plus de fenêtres sur le côté ensoleillé. Pour profiter de la chaleur de l'ensoleillement, ces fenêtres étaient plus grandes. Par contre, on minimisait les fenêtres sur le pignon est, souvent frappé par les grands vents.

Au début du 19e siècle, avec des améliorations dans la fabrication de la vitre, les carreaux des fenêtres deviennent plus grands. Les fenêtres et les portes sont doublées pour mieux isoler et diminuer les infiltrations d'air. Les portes sont situées sur les côtés le moins venteux souvent avec un tambour amovible pour diminuer les courants d'air froid de l'hiver.

Avec l'amélioration du chauffage, la maison québécoise pouvait devenir plus grande. Cela était d'ailleurs nécessaire pour les grandes familles et leurs activités quotidiennes, compte tenu des nombreuses heures passées à l'intérieur.

En fin de compte, la maison québécoise a évolué pour constituer une richesse architecturale ayant son identité distincte. Elle raconte notre histoire commune et elle témoigne de l'évolution de la société québécoise.
1   ...   17   18   19   20   21   22   23   24   25

similaire:

\"L\Prologue : Un drame La religion est le soupir de la créature opprimée,...

\"L\Chateaubriand
«vague des passions», plongées dans les abysses d’une âme en détrese, terreurs, rêveries solitaires, courses sur la lande en compagnie...

\"L\Cnoa/int/md-fevrier 2003 conditions d’Établissement et libre prestation...

\"L\Titre I : L’évolution juridique des Communautés européennes vers l'Union européenne
«Europe atlantique», quelques Etats européens, en nombre réduit (six), ont lancé «l'Europe communautaire». L’aboutissement actuel,...

\"L\Opportunity Notice Services Professionnels d’ingenierie et d’architecture...

\"L\Ce premier exercice consiste à assembler 3 formes géométriques, (un...
«etats» 1,2,3 seront donc induit. Ils seront dessinés dans la lumière. Puis 3 états seront choisis et assemblés,donnant lieu à une...

\"L\Arismore accompagne mma pour la montée en compétences des Architectes du si
«L, au-delà de la montée en compétences des architectes, est d’inscrire cette démarche dans la durée auprès des parties prenantes...

\"L\«die sieben letzen worte unseres erlösers am kreuz»
«Chacune des sonates, chacun des textes plutôt, est rendu par une musique uniquement instrumentale, de telle sorte que même dans...

\"L\Examen des rapports présentés par les états parties

\"L\Hiver 2015/2016 carte d’identite de la plagne
«skis aux pieds» et reliés par des navettes gratuites, permettant des vacances totalement piétonnes ! Les 4 villages jouent la carte...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com