Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers








télécharger 136.84 Kb.
titreCommerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers
page3/4
date de publication07.06.2018
taille136.84 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4

Source : Banque Mondiale - dernières données disponibles

Le taux de chômage dans quelques pays de la communauté européenne en décembre 2013 : Danemark 6,9 %, Finlande 8,4 %, Suède 8 %, France 10,8 %, Grèce 27,5 %, Espagne 25,8 %.

Source : www.statistiques-mondiales.com

ANNEXE 2 (2/2)
Le commerce extérieur

Les principaux clients du Danemark, pour plus de 40 % de ses exportations, sont ses voisins : Allemagne (15,1 %), Suède (13,1 %), Royaume-Uni (9,3 %) et Norvège (6,8 %). Avec une hausse de + 20 %, les États-Unis deviennent le 4ème client du Danemark devant la Norvège. Les exportations danoises vers la Chine, en hausse de plus de + 16 %, installent la Chine au 8ème rang (10ème en 2011). Malgré une baisse de - 11,6 %, la France occupe toujours le 7ème rang représentant 3,3 % des exportations danoises, soit 2,7 milliards d’euros selon les statistiques danoises (2,5 Mds EUR selon les douanes françaises, soit une baisse de - 7,8 %).

Les principaux fournisseurs du Danemark restent de loin l’Allemagne (20,4 %) et la Suède (13,3 %). Les Pays-Bas et la Chine maintiennent leur performance et demeurent au 3ème et 4ème rang en 2012. Le Royaume-Uni (5ème) perd 0,7 point de part de marché au Danemark tandis que la Norvège (6ème) et les États-Unis (7ème) gagnent chacun 0,7 point. Avec - 5,4 % d'importations et 3 % de part de marché, la France passerait au 10ème rang des fournisseurs du Danemark (8ème en 2011), derrière les États-Unis et la Pologne (qui enregistre une hausse de + 9,5 % de ses exports).

Si l’UE est le premier partenaire commercial du Danemark, sa part dans les échanges du Danemark diminue nettement, de 71 % en 2006 à 65,5 % en 2012. Les importations danoises en provenance de l’UE maintiennent leur croissance (+ 4,6 %) en 2012, alors que les exportations diminuent (- 0,7 %). La progression de la part des pays hors UE dans les exportations danoises s’accélère : à 31 % en 2003, elle est passée de 36 % en 2011 à 38 % en 2012. En effet, les marchés hors UE tirent les exportations danoises en 2012, notamment les États-Unis (+ 20 %) et la Chine (+ 16 %). Parmi les pays émergents, les exportations vers les MIST (Mexique, Indonésie, Corée du Sud et Turquie, + 15,8 %) se montrent plus dynamiques qu’en direction des BRIC (+ 8,6 %). Les BRIC représentent désormais 6,2 % des exportations de marchandises danoises (contre 5,9 % en 2011) et les MIST moins de 2 %, ce qui demeure en-deçà des performances suédoises et allemandes.

Source : Ubifrance - avril 2013



Risque pays : A2 / Environnement des affaires : A1



POINTS FORTS DU PAYS





POINTS FAIBLES DU PAYS


- Cinquième plus grand transporteur maritime du monde

- Autonomie énergétique (pétrole en Mer du Nord) et exportateur net d’énergie

- Niveau de richesse nette des ménages très élevé (autour de 450 % du revenu disponible brut)

- Consensus politique sur les enjeux économiques

- Niveau modéré de la dette publique




- Économie ouverte sensible à la demande extérieure

- Érosion de la compétitivité des entreprises manufacturières

- Très fort endettement des ménages

- Forte représentation du secteur public dans l’emploi (30 % des salariés)


Source : Coface - septembre 2014
ANNEXE 3 : l’accÈs au marchÉ

Distribuer un produit – évolution du secteur

La population danoise a l’un des niveaux de revenu les plus élevés de l’Union européenne. Le consommateur danois est l’un des plus exigeants d’Europe.

Le marché de détail est bien développé dans tous les segments. Les ventes au détail ont dépassé 50 milliards USD en 2010. Le secteur a connu une consolidation importante au cours de la dernière décennie, notamment les grandes chaînes de distribution, au détriment des petits magasins spécialisés et indépendants, en particulier dans le commerce alimentaire et de l’habillement.

Les barrières non-tarifaires

Étant membre de l’Union européenne, le Danemark applique les règlements de l’UE qui sont en vigueur dans tous les pays européens. L’UE a une politique de commerce international plutôt libérale.

Les droits de douane et les taxes à l’importation

Les opérations menées au sein de la zone économique européenne (ZEE) sont exemptes de droits de douane. Le tarif douanier commun de l’Union européenne s’applique aux marchandises qui ne proviennent pas de l’Europe. En général, les droits sont relativement faibles, en particulier pour les produits industriels (4,2 % en moyenne).

Les procédures d’importation

Pour les marchandises qui pèsent moins de 1 000 kg ou qui valent moins de 1 000 EUR, une déclaration verbale en douane lors de la présentation de la facture est suffisante.

Pour les valeurs qui sont supérieures, vous devrez présenter aux douanes ce qui suit :

1) une déclaration récapitulative (transport aérien ou maritime) pour pouvoir enregistrer
les marchandises,

2) une déclaration de droit commun (DAU - document administratif unique) avec tous les
documents nécessaires pour le dédouanement.

Dans le cas de livraisons ou d’achats au sein de la Communauté européenne, la déclaration d’échange des marchandises (DEB) ou la déclaration Intrastat devra être envoyée aux services des douanes.
Source : Le MOCI - septembre 2014
ANNEXE 4 : Exporter en Scandinavie :

une zone triple A… à la recherche de saveurs françaises
Avec plus de 25 millions d'habitants, la zone nordique affiche des  PIB /habitant qui font rêver ! (Danemark : 43 700 €, Suède : 42 900 €, Norvège : 77 700 € et Finlande : 35 900 € ; quand les moyennes européennes et françaises sont de 25 000 € et 30 600 €).
Le profil du consommateur nordique

- essentiellement urbain, des ménages de petite taille, des journées de travail courtes qui favorisent  les activités et laissent du temps pour cuisiner ;

- la cuisine et la gastronomie tiennent une place de plus en plus importante ;

- exigeant, il recherche des produits de qualité, des produits innovants et des nouveautés culinaires, des aliments lui apportant de réels bénéfices, alliant santé et respect environnemental.
Des marchés spécifiques  où l'offre française est synonyme de qualité, gage de confiance et appréciée par des connaisseurs

Suède

Les ventes au détail de produits alimentaires représentent 23,8 milliards d’euros, avec une tendance à l’augmentation vers le haut de gamme (produits gourmets + 5 à 7 %). Le secteur HORECA (Hôtellerie-Restaurants-Cafés) pèse 14,6 milliards d’euros, soutenu par la récente baisse de la TVA sur la restauration. Les produits biologiques représentent 9,5 milliards d’euros (+ 5 à 10 % en volume). La livraison de paniers à domicile est également à la mode. La Suède accueillera en 2014 les présélections du Bocuse D'or, dont l'édition précédente a également mis en avant le talent des chefs scandinaves.

Danemark

Les importateurs potentiels sont nombreux. On assiste à un renouveau des magasins spécialisés haut de gamme (200 à 300 épiceries fines) et à la vente alimentaire en ligne. Les ventes bio ont augmenté de 7,2 % en 2011, et la tendance est à l'achat alimentaire "plaisir". Le marché de l'épicerie danois est estimé à 1 milliard d’euros, et on assiste à la multiplication des clubs de gastronomie.

Finlande

En 2011 les ventes de produits d'épicerie ont augmenté de 7 % atteignant une valeur de plus de 1,2 milliard d’euros. Le chiffre d’affaires de la distribution  et du secteur HORECA atteint 1,8 milliard d’euros avec un impact grandissant du tourisme.

Norvège

Le prix ne constitue pas un frein, et la France est le principal fournisseur de fromages, moutardes, confitures.


Le Danemark et la Finlande ont des économies orientées vers l’international. Marchés tests pour de nouveaux produits, ils sont facilement accessibles pour les exportateurs débutants et confirmés. Ce sont deux marchés européens oubliés, une opportunité pour les entreprises françaises.


Avec 25 millions de consommateurs, le Danemark et la Finlande sont une zone à triple A. Ils figurent parmi les premiers pays européens pour l’excellence de leur environnement commercial et le respect des délais de paiement.

Le « made in France » y est toujours considéré comme une référence de qualité dans de nombreux secteurs et place la France respectivement 7ème fournisseur de la Finlande et 7ème fournisseur du Danemark.

Bien que matures, ces marchés offrent de réelles opportunités d’affaires, tant dans le secteur des biens de consommation (alimentaires et non alimentaires) que celui de l’équipement des filières de production ou les services.

Source : Ubifrance - 10 juin 2013

ANNEXE 5 (1/2) : le marchÉ des produits DE

l’habitat-dÉcoration au Danemark

Le marché : un secteur dynamique

Marqués par des saisons très contrastées, tant du point de vue de la température que de la luminosité, l’aménagement et la décoration de l’habitat jouent un rôle prépondérant dans la vie des Danois et constituent le deuxième poste de dépenses des ménages du pays.

Le secteur de l’habitat-décoration intérieure a connu une croissance ininterrompue du milieu des années 90 à il y a très peu de temps. Depuis la crise, les ménages danois organisent davantage leurs achats et sont moins impulsifs. Ils se montrent aussi moins fidèles aux magasins qu’avant et répartissent beaucoup plus leurs courses. Néanmoins, le pouvoir d’achat reste bon. Il est l’un des plus élevés des pays européens.

La consommation : une demande qui évolue vers plus de différenciation

Le consommateur danois est un individu créatif, individuel et imprévisible qui cherche à singulariser son identité et son image. Le revenu d’une personne ne détermine pas forcément le type du consommateur car on voit souvent des étudiants portant des sacs de marques prestigieuses, comme on voit les mieux rémunérés faire leurs courses dans les magasins discount. Mais il est certain que l’habitat prend une grande place dans le budget du consommateur danois et de cela témoignent les multiples émissions sur l’habitat, les expositions et le nombre de magasins de décoration intérieure.

Depuis la crise, les consommateurs ont le moral un peu plus bas, des sociétés étant obligées de fermer. Ils ont recours à une toute nouvelle expression, SHEF, « Stay Home and Entertain Friends ». Ils se concentrent sur leur intérieur, les valeurs et besoins essentiels.

Les grosses dépenses faites au cours des dernières années sont remplacées par l’achat de petits articles de décoration.

Les consommateurs danois sont très sensibles au design et au prix. C’est une de leurs caractéristiques, partagée d’ailleurs par les autres pays scandinaves voisins. La grande majorité porte son choix sur des produits bas et moyen de gamme provenant de pays où la main d’œuvre est bon marché. Le conservatisme et l’uniformité ont jusqu’à présent caractérisé le secteur de la décoration intérieure. Toutefois on assiste à une évolution de la demande vers des produits aux styles et couleurs variés, où objets ethniques et design, style contemporain et classique se côtoient. Les univers de la mode et de la décoration intérieure se touchent de plus en plus et l’envie de personnalisation se retrouve à l’identique dans les deux secteurs.

La demande des produits Arts de la Table et articles de cuisine se traduit par la combinaison de deux influences : la sobriété avec des formes simples et épurées, mais aussi des styles plus lourds et clinquants issus de l’artisanat local. Les arts de la table sont devenus des produits « mode », de même que les listes de mariage, qui n’existaient pas il y a quelques années, sont devenues plus courantes.

ANNEXE 5 (2/2)

Production et échanges : un marché importateur, où la production est orientée vers des segments à forte valeur ajoutée

De manière générale, le développement et la conception sont effectués sur place ou dans un des pays scandinaves voisins, mais la production est fortement délocalisée. La production danoise se concentre quant à elle sur des segments de marché à forte valeur ajoutée.

La Royal Copenhagen est le fleuron de la porcelaine danoise. C’est l’un des fabricants de porcelaine les plus anciens d’Europe, réputé dans le monde entier pour sa haute qualité et son design magnifique. Cette production s’apparente à celle de Limoges. La célèbre marque danoise Menu propose depuis plusieurs années une collection riche et variée sur la décoration et les arts de la table mais vous ne trouverez en porcelaine que deux plats rectangulaires. La plupart des produits sur le marché proviennent du pays voisin qu’est la Suède, pays qui a une longue tradition dans la verrerie-cristallerie. Au Danemark, peu de firmes locales sont restées indépendantes. La plupart sont à présent rattachées à des groupes internationaux. Les principaux producteurs locaux étant Rôrstrand (porcelaine), Hôganâs, Gustavberg (céramiques), Orrefors-Kosta Boda, Johansfors (verrerie-cristallerie), Boda Nova, Gense (orfèvrerie-couverts). Les importations en arts de la table ont représenté près de 100 Millions € en 2007. La France est le 10ème fournisseur du Danemark avec 6 Millions € de produits importés.

La distribution :

À Copenhague, Illums Bolighus est le grand magasin dédié à la décoration d’intérieur. Vous trouverez les produits des arts de la table chez Ikea, mais aussi dans des magasins spécialisés qui connaissent davantage de difficultés. De nouveaux acteurs sont en effet entrés sur le marché, tels que les sociétés de vente à distance (notamment par Internet).

Conseils d’approche : privilégier l’approche nordique

Avec près de 28 millions d’habitants, dont le niveau de vie compte parmi les plus élevés d’Europe, le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède constituent des marchés fiables et très solvables sur lesquels les exportateurs français peuvent se développer.

Source : mission économique Ubifrance de Copenhague - octobre 2008


ANNEXE 6 : L’importance du design

INDEX: Award – un prix du design qui fait la différence

Qu’il s’applique à l’architecture, au mobilier ou aux objets du quotidien, le design danois est connu dans le monde entier pour sa simplicité et son caractère fonctionnel. C’est donc en toute légitimité que le Danemark est l’hôte du prix du design le plus prestigieux au monde.

Décerné tous les deux ans à Copenhague, le prix « INDEX: Award » est la récompense internationale la plus prestigieuse qui puisse être décernée en matière de design. Née en 2002 comme une association à but non lucratif, « INDEX: Award » a forgé un concept, Design to Improve Life (le design pour améliorer la vie), qui est devenu le thème de ce prix.

Les participants s’affrontent dans les cinq catégories constitutives du spectre couvrant toutes les activités humaines : le corps, la maison, le travail, le jeu, la collectivité.

En se focalisant sur la recherche de solutions à des problèmes plutôt que sur l’excellence dans les disciplines traditionnelles du design, le prix « INDEX: Award » place les concepteurs et designers au cœur du processus qui doit nous mener à un développement durable.

Le design industriel aide à résister à la concurrence. Après l’avoir longtemps ignorée, les industriels soignent l’esthétique de leurs produits.

Pour les PME installées sur les marchés de la décoration, des arts de la table ou du luxe, le design est depuis longtemps un réflexe. Pour les fabricants de produits industriels, la prise de conscience est plus récente.

Source : http://denmark.dk/fr/style-de-vie/design
1   2   3   4

similaire:

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconLes rapports Nord-Sud dans l’Agenda pour le développement de l’Organisation mondiale du commerce
...

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconDirecteur de Marches Division Commerce

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconRéférentiel évaluation interne
«son guide d’analyse des pratiques en vue des évaluations interne et externe», document disponible sur internet

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconDirection Commerce Tourisme et International

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconAtelier de formation doctorale p. 66 Emplois du temps 2015-2016 p....
«Centre d’études féminines» a été fondé à Paris 8 (Vincennes) en 1974 par Hélène Cixous. La filière Études féminines proposait alors...

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconNous référent aux normes de l’enseignement supérieur et universitaire,...
«la commerciale et financière» cette école formait les cadres moyens des études commerciales, bancaires et industrielles

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconPour le Diplôme Européen d’Etudes Supérieures : Marketing

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconCours cp 1500
«marketing» est longtemps resté le domaine des hautes études commerciales et des entreprises multinationales. Aujourd'hui, cette...

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconRéponse, argumentée à l’aide d’une analyse des notions]
«c’est tout un art.» IL semblerait donc qu’il y ait un point commun entre l’artiste, l’artisan, le technicien ou l’ingénieur : tous...

Commerce international à référentiel commun européen E4 – Études et veille commerciales u 41 – Analyse diagnostique des marchés étrangers iconL’atelier sur l’agir commun
«commun». Cette synthèse nous a permis d’entrevoir qu’une révolution du «commun» est belle et bien en train d’émerger, sous des formes...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com