Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference








télécharger 331.22 Kb.
titreExpositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference
page5/8
date de publication10.06.2018
taille331.22 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

500/700

Place de la Bastille. Ordonnance pour « perpétuer le souvenir des événemens mémorables des mois de Juillet 1789 et 1830 [...] L’ancien emplacement de la Bastille portera désormais le nom de place de Juillet ». On joint un projet d’ordonnance avec d’importantes corrections autographes du comte d’Argout pour la célébration des journées de Juillet comme fêtes nationales, le transfert des dépouilles des « citoyens morts pour la liberté » au Panthéon, l’érection à la Bastille d’un « monument funéraire en l’honneur des victimes des 3 journées »... ; plus 2 pièces jointes, dont une l.a.s. de Ludovic Vitet.

66. Ferdinand-Philippe, duc d’orléans (1810-1842). 8 L.A.S. et 2 L.S., 1831-1837, au comte d’Argout ; 9 pages in-4 ou in-8. 600/800

Douai 23 octobre 1831, il appuie la recommandation de la députation de la Loire de décorer « trois honorables industriels » : Bancel et Richard, manufacturiers à Saint-Chamond, et Robichon, maire de Rive de Gier... La Barollière 30 novembre : la mobilisation des gardes nationales par ordonnance « nous était impérieusement commandée par les circonstances & l’état des esprits & l’effet en a été merveilleux »... Compiègne 17 août 1833, en faveur d’une personne rencontrée à Londres... 7 septembre : « une lettre du Roi des Belges que je viens de recevoir m’apprend que la complication qui s’est élevée récemment au sujet de l’Escaut, est loin d’être terminée »... Tuileries 16 novembre, remerciement pour avoir fait attacher M. Leroy à la préfecture de la Seine... 26 mai 1837, sur un projet de banque militaire... Etc. On joint la minute autogr. d’une lettre de d’Argout au duc, 21 août, à propos de la demande de Lucien Bonaparte d’obtenir l’autorisation de rentrer en France.

67. Apollinaire, comte d’ARGOUT et louis-philippe. 16 L.A. dont 7 signées (la plupart minutes) du comte d’Argout au Roi, une avec apostille a.s. du Roi ; 6 L.S. et 2 billets a.s. de Louis-Philippe à d’Argout, 1831-1847 ; 34 pages in-4, et 9 pages formats divers. 1.200/1/.500

Correspondance, le plus souvent non datée, du ministre au Roi. Le comte d’Argout ironise sur un projet d’évasion de Polignac, parle des dispositions de la Garde nationale, évoque une visite voulue incognito du duc de Leuchtenberg auprès de la duchesse de Bragance [Auguste et Amélie de Beauharnais, enfants d’Eugène de Beauharnais]... Il commente les petits problèmes et grands succès qui accompagnent les voyages du Roi en province, les mouvements militaires (Savoie, Espagne, Portugal), l’incarcération de la duchesse de Berry et ses relations avec le comte de Lucchesi, « l’affaire de Lyon », un article fâcheux des Débats, les sociétés secrètes, l’opinion publique quant aux fortifications de Paris... Condoléances lors de la mort de Madame Adélaïde... Etc.

Envoi, par le Roi, de divers documents à son ministre ; convocations pour l’ouverture de sessions de la Chambre (plus une circulaire lithogr.)...

On joint 2 L.A. (minutes) d’Argout à Louis XVIII (3 janvier 1821) et à un baron.

68. [Marie-Caroline, duchesse de berry (1798-1870)]. 18 pièces manuscrites, vers 1833-1834 ; 58 pages in-fol. ou in-4. 500/600

Intéressant dossier de copies de lettres à contenu politique, probablement effectuées par le Cabinet noir pour le comte d’Argout, évoquant l’accouchement de la duchesse de Berry ; le voyage du duc d’Orléans à Londres ; les projets de la duchesse de Berry, soutenue par Chateaubriand, La Ferronnays, Blacas, etc. ; une conspiration royaliste dans le Midi ; l’ambassade à Londres et Talleyrand ; les affaires de Portugal et d’Espagne ; un échange entre Polignac et Peyronnet au château de Ham, etc.

69. Adolphe thiers (1797-1877). L.A.S., Paris 19 août 1836, [au comte d’Argout ?] ; 2 pages in-4. 400/500

« Le ministère a été malade de cette crise au point d’en mourir. J’avais irrévocablement donné ma démission quand la dépêche est arrivée annonçant la proclamation de la Constitution de 1812. Alors j’ai dû enrayer. Le Roi a été fort bon pour moi, car il soutenait ne vouloir ni pouvoir faire un autre ministère. Cependant je lui avais conseillé Guizot et Molé ; et notre ami Montalivet avait accepté de rester avec Guizot. [...] En attendant il faut suspendre les envois d’hommes, mais non l’organisation des corps. La chose a été formellement stipulée. [...] Les besoins et demandes de secours vont se renouveler en Espagne, car la Constitution de 1812 ne sera pas plus habile et plus énergique que le Statut-Royal. Et nous à moins qu’il n’y ait à Madrid une guillotine, nous ne devons pas abandonner l’Espagne. [...] En tout cas, je ferai ce que doit faire un homme politique dont les vues ne peuvent pas prévaloir. Ainsi montrez ma lettre au général Harispe »...

On joint 14 lettres ou pièces, la plupart L.A.S. : comte d’Argout (4), duc Decazes, Didier (4), Sophie Dosne, Guizot, chancelier Pasquier, Hippolyte Passy...

70. Antoine-Maurice-Apollinaire, comte d’ARGOUT. Manuscrits et notes autographes pour ses Mémoires, [vers 1840] ; fort cahier in-8 de 134 pages (rel. cart. rouge sans le plat sup.), et environ 470 pages formats divers sous deux chemises vertes (dos basane verte). 6.000/8.000

Important manuscrit et notes pour un projet de Mémoires qui ne virent jamais le jour.

Le comte d’Argout, quatre fois ministre (plus deux fois par intérim) sous Louis-Philippe, jette dans le cahier les grandes lignes de ses Mémoires qui amènent le lecteur jusqu’au récit de sa prestation de serment au Conseil d’État (1810). Le volume se composent de nombreuses énumérations d’éléments à inclure (« souvenirs de famille », fréquentations à Paris, à la Côte-Saint-André, à Veysillieu en Isère, administrateurs à Anvers, etc.), aussi bien que de récits assez détaillés et de réflexions sur sa vie et la société en général. Une énumération de « ce qui m’a le plus servi », par exemple – comprenant son caractère, son travail, sa bienveillance pour les collaborateurs, son éloignement des coteries, sa patience à écouter, etc. –, débouche sur une longue analyse sur le thème « de l’utilité des inimitiés, et du danger des amitiés. En général on n’est bien servi que par ses ennemis »... Le détail de la cérémonie de prestation du serment incite le mémorialiste à commenter l’institution du serment aujourd’hui et jadis... Parmi les épisodes les plus intéressants de ces Mémoires, on relèvera des pages consacrées à sa jeunesse d’émigré (en Suisse, en Allemagne, en Angleterre), le retour en France après le 18 Fructidor, ses études à Paris (« entièrement nulles », mais il s’acharne sur Horace, la danse, la natation et le tir au pistolet), ses débuts dans l’administration à Anvers (la société française s’y trouve « implantée comme une colonie »), l’incendie qui ravagea le bal donné à l’ambassade d’Autriche en l’honneur du mariage de Napoléon et Marie-Louise (d’Argout porte secours à la duchesse de Rovigo, dont il deviendra « non pas amoureux, mais très émoustillé » lors d’un séjour subséquent à Nainville ; malgré sa tentative d’« usurper les droits d’un amant », elle interviendra en sa faveur auprès du duc de Bassano pour le faire nommer auditeur au Conseil d’État)... Parmi les nombreuses personnalités nommées dans ce volume figurent Napoléon, d’Argenson, Bessières, Malhouet, Oudinot, Pontécoulant, Oudinot duc de Reggio, Reille, Mme Récamier, Mmes de Choiseul, de Clermont, de Mirepoix, etc.

Un dossier rassemble des notes, documents et ébauches en vue de la continuation de son projet de Mémoires, couvrant les dernières années de l’Empire, les deux Restaurations et la fin de sa participation au gouvernement (1836), plus quelques pages sur l’affaire des fonds secrets (1837). D’abondantes notes chronologiques furent sans doute prises par d’Argout d’après ses agendas : fréquentations à Paris, Wagram, la chute de l’Empire, le retour puis la fuite de Louis XVIII, analyse des « fautes sous la première restauration », « souvenirs du 20 mars et des 100 jours » : « nous fréquentions assidument la chambre des députés. David en faisait partie, il nous procurait constamment des places soit dans les tribunes, soit dans les couloirs, nous vivions pour ainsi dire pêle-mêle avec les législateurs »... Ébauches sur la seconde Restauration... Dossiers relatifs à la fin de son ministère des Finances : minutes de longues lettres à Thiers, président du Conseil, notamment sur la guerre en Espagne ; notes sur les débats avec Thiers ; « dates et faits » concernant la succession espagnole ; plan d’un discours défendant sa politique ; « arguments pour et contre » une intervention militaire en Espagne (parallèle entre Don Carlos et Henri IV, rappel de l’historique de l’affaire) ; plusieurs versions d’une intervention à la Chambre des Pairs, janvier 1836... Etc.

71. Maurice d’ARGOUT (1819-1889) second fils du ministre de Louis-Philippe, il fut Régent de la Banque de France. 1.000/1.200

- 19 lettres ou pièces relatives à sa carrière. L’amiral de Rigny, ministre de la Marine et des Colonies, annonce au comte d’Argout que Maurice sera embarqué comme mousse sur la Didon, pendant le voyage du prince de Joinville (1831). Diplômes de bachelier ès-lettres (1837) et en droit (1839), licencié en droit (1842). Lettres à propos de son étude sur Java en 1842, par H. Féret, H. Galos, Guizot, A. d’Ivanoff, Martin du Nord, Montalivet, le marquis de Vérac, etc. Avis de sa nomination à la Légion d’honneur, signés par Fould et Exelmans (1851). Mémoire a.s. sur son titre de noblesse (1860). État de services avec ajouts autogr. (vers 1864). Note autogr. sur l’île de Mindanao.

- 2 cahiers de notes et brouillons autographes, rédigés pendant sa mission d’exploration statistique en Indo-Chine, pour le compte des Affaires étrangères, en 1840-1842 : Java, Singapore, Manille, Sumatra, etc. Notes, tables et commentaires sur les produits (sucre, tabac, coton, opium...), le commerce extérieur, la navigation, les marchandises importées de France et d’autres pays... (132 et 68 pages in-4 plus dépliants, en 2 cahiers cart.).

On joint son livre : Java, Singapore et Manille (Paris, Vinchon, 1842), et 2 photographies.

72. Maurice d’ARGOUT. 10 manuscrits avec quelques corrections autographes, [1864] ; 94 pages in-fol. 500/600

Sur la Banque de France. « Projet d’une Note Explicative des Mémoires et plans présentés à Sa Majesté l’Empereur par le vicomte d’Argout. Pour le nivellement immédiat de la Butte des Moulins, le dégagement de St Roch et l’ouverture de la rue de l’Impératrice (du Théâtre Français à la rue Neuve des Petits-Champs) par le déplacement des hôtels de la Banque, de la Poste et du Crédit foncier », plus 5 mémoires (dont 4 en 2 versions légèrement différentes) exposant ses projets.

On joint 12 exemplaires de 3 mémoires impr., et 5 l.a.s. à lui adressées (1864), dont 2 d’Ad. Vuitry, gouverneur de la Banque.


Famille JOURDAN n°80 à 84

80. Jean-Baptiste jourdan (1762-1833) maréchal. 6 L.A.S. ou P.A.S., 11 L.S. ou P.S. et 1 L.A. (minute), 1790-1832 ; 22 pages formats divers, nombreux en-têtes, qqs vignettes et adresses (qqs petits défauts).

500/700

Nivelles 23 messidor II (11 juillet 1794), au général Schérer : ordre d’assiéger Landrecies, puis Le Quesnoy, pendant que Pichegru se charge des places de Condé et de Valenciennes… Warens 25 thermidor II (12 août 1794), au même : ordres pour la prise du Quesnoy… Andernach 3 prairial III (22 mai 1795), au général Marceau, sur la convention franco-autrichienne relative à l’échange de prisonniers de guerre non-combattants… Oberhadamar 24 prairial IV (12 juin 1796), au commissaire Ferès, à propos des subsistances… Turin 24 thermidor X (12 août 1802), au général Hédouville, ministre plénipotentiaire de la République en Russie, au sujet d’un congé pour le citoyen Caumes… Milan 15 floréal XII (5 mai 1804), à Berthier : « J’ai ordonné les arrêts au général Compère »… 17 germinal XIII (7 avril 1805), au général Gardanne, pour la réunion des troupes de l’Armée d’Italie aux environs de Castiglione, pour une revue de l’Empereur… 3 prairial XIII (23 mai 1805), au Prince Louis, connétable de l’Empire et gouverneur général des départements au-delà des Alpes : recommandation de Mothrée, ex-inspecteur général de police en Piémont, pour la direction des opérations de haute police… Naples 19 juillet 1806, à Lacépède, grand chancelier de la Légion d’honneur, recommandant le major Chiarizia pour la décoration… D’autres recommandations écrites comme député de la Haute-Vienne ou gouverneur des Invalides, à Louis-Philippe, à des ministres (Gaudin, Soult, Clermont-Tonnerre), au maire de Limoges, etc.

On joint un dossier de plus de 20 pièces relatives à sa succession ou à l’érection d’une statue à Limoges.

81. Jean-Baptiste jourdan. 12 L.S. ou P.S., dont une avec post-scriptum autographe, et 2 lettres dictées (incomplètes), 1808-1809, au maréchal Victor, duc de Bellune ; 27 pages et demie in-fol., montées sur onglets en tête d’une copie manuscrite des Mémoires du maréchal Jourdan, avec un portrait gravé, rel. demi-maroquin vert, dos orné aux abeilles impériales.

1.000/1.500

Correspondance de la Guerre d’Espagne. Vittoria 30 octobre 1808. Ordres de la part du Roi Joseph relatifs au cantonnement de la 2e division du corps d’armée de Victor ; il regrette d’avoir dû laisser sa 3e division à Durango : « il était essentiel d’arrêter l’ennemi qui menaçait de se porter sur les communications de l’Armée avec la France ; & le corps de M. le Mal Duc de Dantzig n’était pas suffisant pour cela »… Madrid 22 janvier 1809 : l’Empereur a quitté Valladolid pour Paris ; le Major-général restera jusqu’au 25, et le Roi est chargé de commander l’armée… 29 janvier, ordre du Roi de se rapprocher de Tolède : « vous aurés déjà dispersé les insurgés d’Alcazar San-Juan »… Il est aussi question des généraux Lasalle, Valence et Leval22 mars, copie de sa lettre au général Lapisse : « vous devez être en marche sur Ciudad Rodrigo. Le Roy desire beaucoup que vous chassiez l’ennemi de cette ville »… 1er juin, ordre d’exécuter son mouvement sur Alcantara en vue de dégager le duc de Dalmatie en jetant des troupes sur le Portugal « de manière à menacer Lisbonne et les derrières de l’armée anglaise »… 9 juin : le Roi estime Victor en état de battre le général Cuesta ; « s’il recule vous le suivrez »… 10 juin : retraite d’Oporto du duc de Dalmatie ; ordre de se porter sur la rive droite du Tage : « Vous desarmerez et détruirez autant que possible le château de Mesida » ; instructions détaillées sur les mouvements des généraux Leval et Sebastiani22 juillet, réunion des troupes à Salamanque… Illescas 3 août, mise en garde contre un rapport fait au commandant d’Escalona, qui a pu être dicté par un général ennemi… Mostoles 4 août, reconnaissances pour bien situer l’armée anglaise, afin que S.M. décide des mouvements à faire… 4 août, 8 heures du soir : mouvements de troupes pour attaquer le général Vanegas à Aranjuez… Madrid 22 août : « l’ennemi réunit des forces considérables du côté de Coria »… 26 octobre : ordres aux divisions allemande et polonaise, et à celle du général Milhaud, de continuer le mouvement vers le Tage…

On a relié à la suite de cette correspondance une copie tardive du manuscrit des Mémoires militaires du maréchal Jourdan (Guerre d’Espagne) [publiés en 1899 par le vicomte de Grouchy].

82. Jean-Baptiste jourdan. 12 L.A.S., Le Coudray, Paris, Milan et Soisy vers 1817-1829, à sa fille Sophie, à son gendre le baron Baptiste Lemercier, ou au père de celui-ci, le comte Lemercier, pair de France ; 17 pages in-4, la plupart avec adresse.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconRésumé des annonces qui seront faites par les exposants Informations arrêtées au 28 Février
...

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconIl rendez-vous cinq heures

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconParis le lundi 24 février 2016

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconCommuniqué de Presse 19 fevrier 2008 19 heures

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconConférence nationale des services d'incendie et de secours Séance plénière du 1 er février 2012

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconRobert Bonnell : Le symbolisme initiatique selon Dante
«Dante le grand initié» (Editions Dervy, 2002) et d’un film sur l’Enfer de Dante. Sa conférence du 3 février 2005 était présentée...

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconImportant : Nous vous remercions de bien vouloir contacter Madame...

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconProgramme rendez-vous chez bebert
«Ah ! Entrez, Renaud, asseyez-vous, je vous attendais…» dit-il avec assurance car c’était un homme très cultivé qui avait lu beaucoup...

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconAssemblée générale statutaire du 19 Février 2013
«Société Royale des Officiers Retraités – Namur asbl», en abrégé «sror – Namur asbl», a eu lieu le 19 février 2013 au Département...

Expositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours, lundi 21 février de 10 à 12 heures. Conference iconRouillac tours vendôme paris commissaires-Priseurs Expert près la Cour d'Appel
«Les folles journées de juin 1940 en Touraine, le général de Gaulle à Beauvais»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com