Concepts, actions et outils linguistiques








télécharger 4.44 Mb.
titreConcepts, actions et outils linguistiques
page18/74
date de publication21.01.2020
taille4.44 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   74

Annexe 1

Aperçu de la place du français dans le multilinguisme au Burkina Faso



D’après Napon (2001 : 705), le français assume des fonctions très importantes pour les locuteurs citadins :

- dans le fonctionnement des institutions étatiques, pour régler les problèmes juridiques, médicaux, administratifs ;

- dans le travail ;

- dans l’enseignement ;

- dans l’intercommunication, comme trait d’union entre les divers groupes ethniques du pays (lingua franca) ; et dans les contacts avec l’extérieur du pays, principalement avec les autres pays francophones.

Le statut respectif des langues nationales et du français relève de la diglossie : les comportements langagiers montrent que la dynamique des langues a une influence sur les pratiques.

Alou Keïta (2000) le confirme : la part grandissante du français dans la communication a amené certains linguistes à émettre l’hypothèse selon laquelle le français serait la 61e langue du Burkina Faso. Il précise que parmi les langues nationales, le mooré et le jula jouent un rôle capital vu le poids démographique de leurs locuteurs. Le jula est de plus un véhiculaire interrégional et interethnique au Burkina. Seul le français cependant a le statut de langue officielle.

La capitale Ouagadougou est un cas particulier puisqu’elle est devenue un pôle d’attraction des migrations, dont le rôle s’est accru ces dernières années en raison des évolutions politiques et économiques de la sous-région (en particulier de la Côte d’Ivoire). Ce phénomène a une contrepartie linguistique (Batiana, 1998) : toutes les langues parlées au Burkina sont représentées à Ouagadougou, même si cette représentation est inégale. Outre son emploi dans les situations formelles, le français a aussi une fonction véhiculaire. L’acquisition, ajoute Batiana, se fait moins par la voie scolaire que par un apprentissage « sur le tas », ce qui a pour conséquence une pratique « populaire » où la communication semble l’emporter sur la qualité.

Enfin, il aurait une fonction d’identité citadine. Batiana a mené une enquête sur des jeunes citadins, qui a consisté en une étape d’observation directe, une autre de questionnaire devant permettre de recueillir des informations sociolinguistiques sur les langues parlées et sur le mode d’acquisition du français.

Annexe 2

Remarques sur la compétence des locuteurs burkinabé en français


C. Caitucoli (1998b), envisageant la compétence des « francophones » africains, estime que parler français,

c’est, dans une situation précise donnée, définie sur les plans macro-sociolinguistique et micro-sociolinguistique, prononcer un énoncé que l’on tient pour français et qui est admis comme français par le récepteur. Il s’agit là d’un contrat énonciatif (…) Ce contrat est négocié en permanence dans les actes concrets d’utilisation du langage (p. 10).

Avant même d’envisager un aménagement linguistique qui modifie l’accès (scolaire ou en formation d’adulte) à la langue des apprenants, il faut se poser la question des attitudes et des représentations. Il est exclu que le français demeure pour l’ensemble des usagers un système extérieur à la communauté, réduit à sa fonction instrumentale et donc peu soumis à la pression normative. Au contraire, on assiste à l’émergence d’un français « ordinaire », qui va de pair avec la construction d’une identité burkinabè francophone urbaine.

Carole de Féral, introduisant le n° 104 (1994) de Langue française consacré aux « Faits d’Appropriation du français en Afrique noire », rappelle que cette langue « superposée » à une multitude de langues locales conduit les habitants des États francophones, à défaut d’en être des locuteurs, du moins à être des auditeurs passifs. Ce qui fait qu’on assiste à un continuum qui couvre des niveaux de compétence que l’on continue à dissocier en basilectal, mésolectal et acrolectal, niveau qui se confond avec la compétence de français langue native. Certains chercheurs (surtout africains, selon Caitucoli, 1998) en inventorient les traits. J’ai moi-même subdivisé en deux niveaux les productions orales de sujets à partir d’enregistrements de procès de 1984-85 : basilectal et mésolectal, en relevant les écarts par rapports à la prononciation standard du français (1998a).

Bibliographie



Batiana, André, 1991, "Chocobit et gros mots. Quelques remarques sur la norme et le lexique du français au Burkina Faso", in : Inventaires des usages en francophonie : nomenclatures et méthodologies, AUPELF, Actualité scient., John Libbey, Eurotext, Paris-Londres : 1993, pp. 203-212

Batiana, André, 1998, "La dynamique du français populaire à Ouagadougou (Burkina Faso)", in Batiana, André et Gisèle Prignitz ed, Dynamiques sociolangagières n°1, Francophonies africaines, PUR (Rouen), p. 21-33

Batiana, André & Claude Caitucoli, 1991 : "Aspects du multilinguisme au Burkina Faso", in L.-J. Calvet, Des langues et des villes (Dakar, déc. 1990).

Caitucoli, Claude, 1996, "problèmes d’enquête dans les communautés multilingues d’Afrique noire francophone", in Le questionnement social, CLS de Rouen, n°28-29, 1996, p. 345-351.

Caitucoli, Claude, 1998, "Pouvoir socio-symbolique et identité : quelle norme de référence pour le Burkina Faso ?", in Delamotte-Legrand Régine et Bernard Gardin ed., Covariations pour un linguiste, Hommage à Jean-Baptiste Marcellesi, publications de l’Univers. de Rouen n° 257, p. 159-166.

Caitucoli, Claude, 1998, "Francophonie et identité au Burkina Faso : éléments pour une typologie des locuteurs francophones", in Batiana André et Gisèle Prignitz ed, Dynamiques sociolangagières n°1, "Francophonies africaines", Dyalang, publications de l’Université de Rouen n° 258, p. 9-20.

CORPUS africains : publication du programme "norme endogène et normes pédagogiques en Afrique noire francophone", (dir. G. Manessy) Etude et gestion du multilinguisme pour le développement dans l’espace francophone, C.E.P.-IDERIC-APDERIC, 1991, 97p.

Coulibaly, Bakary, "Interférences et français populaire du Burkina", Langue française n°104, déc 1994, Larousse, p. 64-69.

DE FERAL, Carole et Francis-Marie Gandon, Langue française n°104, "Le français en Afrique noire, faits d’appropriation", décembre 1994.

Delais-Roussarie, E. & J. Durand (éd), Corpus et Variation en phonologie du français. Méthodes et analyses, Toulouse : P.U.M., Linguistique et didactique (coll. Interlangues) 2003, 372p.

Gandon, Francis-Marie, 1994, Présentation de "Le français en Afrique noire, faits d’appropriation", Langue française n° 104, Paris, Larousse, p. 6-10.

GENOUVRIER, Emile, GUEUNIER, Nicole, KHOMSI, Abdelhamid, 1978. Les Français devant la norme : contribution à une étude de la norme du français parlé, coll. Khomsi, A., Carayol, M ; et Chaudenson, R. Paris : Champion. "Créoles et français régionaux", 203 p

Kaboré, Raphaël, 1998, "La réduplication", Faits de langue n°11-12, "les langues d’Afrique subsaharienne", Ophrys, p. 359-376.

KABORE, Raphaël, Essai d’analyse de la langue mùuré (mooré) parler de Ouagadougou, Université Paris 7, 1985, 758 p.

KEITA, Alou, 2000, « Emprunts du français aux langues nationales : acceptabilité, intégration et traitement lexicographique. Cas du Burkina Faso », in Contacts de Langues et identités culturelles, Actes des 4e Journées du réseau « Etude du français en Francophonie » de l’AUF, Presses de l’Université Laval, p. 209-220.

Ken Saro-Wiwa, Sozaboy, "Pétit minitaire", roman écrit en anglais "pourri" (Nigéria) traduit par Samuel Millogo et Amadou Bissiri, Actes sud, 1998.

LAFAGE, Suzanne, Premier inventaire des particularités lexicales de Haute-Volta, Bulletin de l’observatoire du français en Afrique n° 6, Didier-érudition, 1989.

LAFAGE, Suzanne, 1990, Frankophonie V : Regionale Varianten des Französischen ausserhalb Europas II : Africa = Variétés régionales du français hors de l’Europe II : Afrique », in Lexicon der Romanistischen Linguistik : 5,1 Französisch, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, pp. 767-787.,

Le français dans l’espace francophone, publié sous la direction de Didier de Robillard et de Michel Beniamino, Paris, Champion, t. 1, 1993 : t. 2, 1995.

l’Information grammaticale : La langue française au XXe siècle, n° 94 de juin 2002, Paris.

MANESSY, Gabriel, 1991, Observations provisoires sur les "Corpus africains", Bulletin du C.E.P. (Ctre d’Et. des Plurilingu.) n° 12, Nice : IDERIC, 55-63.

MANESSY, Gabriel, 1992. "Norme endogène et normes pédagogiques en Afrique noire francophone", in Multilinguisme et développement dans l’espace francophone (sous la direction de D. Baggioni, L. J. Calvet, R. Chaudenson, G. Manessy, D. de Robillard) coll. Langues et développement, Aix-en-Provence, I.E.C.F. diffusion Paris : Didier-érudition, pp. 43-81.

MANESSY, Gabriel, 1993a, "Normes endogènes et français de référence", Inventaire des usages de la francophonie : nomenclatures et méthodologies, AUPELF, Paris, p. 15-23.

MANESSY, Gabriel, 1993b, "Vernacularité, vernacularisation", in de Robillard & Beniamino ed., Le français dans l’espace francophone, Paris : Champion, tome 1, 407-417.

MANESSY, Gabriel, 1994a, "Pratique du français en Afrique noire francophone", Langue française n°104, p. 11-19.

Manessy, Gabriel, 1994 b, Le français en Afrique noire. Mythe, stratégies, pratiques, Espaces francophones, l’Harmattan (recueil d’articles antérieurs), comme 1990, "Modalités d’appropriation d’une langue seconde", 203-214.

Millogo, Louis, "Le français de Yirmoaga", in Caitucoli, Le français au Burkina Faso, CLS Rouen, p. 95-102.

NAPON, Abou, 1992.- Etude du français des non-lettrés au Burkina Faso, thèse de doctorat nouv. régime, Univ. de Rouen : 322 p. ; Annexes : 130 p.

NAPON, Abou, 1998, "Les procédés morpho-syntaxiques utilisés par les francophones ouagalais non-scolarisés", in QUEFFELEC éd., Alternances codiques et français parlé en Afrique, Aix-en-Provence, P.U.P., 321-329.

NAPON, Abou, 2001, « Les comportements langagiers dans les groupes de jeunes en milieu urbain. Le cas de la ville de Ouagadougou », Cahier d’études africaines n°163-164, XLI-3-4, Langues déliées, p. 697-710.

Ouédraogo, Youssouf, « Le français basilectal dans la littérature burkinabè, Actes de la XVIIIe Biennale de la Langue française, Paris : p. 381-390.

Prignitz, Gisèle, 1983.- "Le français parlé en Haute-Volta : orientations et recherches en cours", Colloque Langues, espace, société, in Annales de l’E.S.L.S.H., Ouagadougou, II : 20-54.

Prignitz, Gisèle, 1994, "Le normal et le normatif", n° spécial de mars 1994 du Bulletin du CEP, IDERIC, Nice, sous le titre "Le français en Afrique : Questions de normes", p. 59-87.

Prignitz, Gisèle, 1996, "Contrastes et paradoxes du Burkina Faso, pays essentiellement multilingue et résolument francophone", in Le français dans l’espace francophone, de Robillard & Beniamino, tome 2, p. 547-564.

Prignitz, Gisèle, 1998a, "Indices métalinguistiques d’une compétence en français dans un corpus oral panafricain à Ouagadougou", in Dynamiques sociolangagières n°1, Batiana & Prignitz ed., Francophonies africaines, PUR, Rouen n° 258, p. 35-47.

Prignitz, Gisèle, 1998b, Aspects lexicaux, morphosyntaxiques et stylistiques du français parlé au Burkina Faso (période 1980-1996), thèse de doctorat nouveau régime, P.U. Septentrion.

Prignitz, Gisèle, 2000, "Usages du français en Afrique noire : l’exemple du Burkina Faso", Actes de la XVIIIe Biennale de la langue française à Ouagadougou. Paris : 2000, p. 364-380.

Prignitz, Gisèle 2001a "La notion de sémantaxe à l’épreuve d’un corpus de français parlé", in Leçons d’Afrique. Filiations, ruptures et reconstitution de langues. Un hommage à Gabriel Manessy, Edité par Robert Nicolaï et alii, Peeters, Collection Afrique et langage. Louvain-Paris, 2001, p. 498-513.

Prignitz, Gisèle, 2001b "La mise en scène du plurilinguisme dans l’œuvre de Jean-Hubert Bazié : une représentation de la situation sociolinguistique du Burkina Faso", in Cahiers d’études africaines, Langues déliées, n°163-164, p. 795-814.

Prignitz, Gisèle, 2001c "Une écriture populaire au service d’une cause révolutionnaire : les Chroniques du Burkina, de Jean-Hubert Bazié (1985)", in Le sujet de l’écriture africaine, colloque de l’APELA de septembre 1999, UTM, p. 74-82.

Prignitz, Gisèle, 2001d "Locutions et appropriation du français en contexte africain", in La locution et la périphrase : du lexique à la grammaire Actes des Journées d’étude sur la locution organisées par l’U.P.P.A. les 16-17 octobre 1998 par le GrAL (Pau) : Paris : l’Harmattan, p. 67-91.

Prignitz, Gisèle, 2003, Article dans Glottopol, n° 4, revue en ligne (Rouen) : "Récupération et subversion du français dans la littérature contemporaine d’Afrique francophone : quelques exemples" (22 p.)

Queffélec, Ambroise, « Le français en Afrique noire francophone » dans Histoire de la langue française (1945-2000) G. Antoine et B. Cerquiglini ed, CNRS Éditions 2000, p. 797-837.

SISSO, D. B., Linguistique appliquée : les mots d’emprunt de la langue moré, Première partie, publié à Séoul, en Corée, s.d. (entre 1974 et 1984)

ZONGO, Bernard, 1996, "Propositions pour une description des structures syntaxiques de l’alternance des langues : l’exemple mooré-français", Bulletin du ROFCAN n° 10, p. 121-141.

WALD, Paul, 1994, in Langue française n°104, "Le français en Afrique noire, faits d’appropriation", p. 115-124.

1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   74

similaire:

Concepts, actions et outils linguistiques iconRapport d’outils Raknet
«Raknet», ce document est donc une explication de certains des principes de «Raknet» ainsi que de ses concepts fondamentaux et comment...

Concepts, actions et outils linguistiques iconParcours Fonctionnements Linguistiques et

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes écoles de linguistiques

Concepts, actions et outils linguistiques iconContenus linguistiques: (vocabulaire, grammaire…)

Concepts, actions et outils linguistiques iconObjectifs communicationnels, culturels et linguistiques’

Concepts, actions et outils linguistiques iconAdos le spécialiste des séjours scolaires linguistiques et aventures

Concepts, actions et outils linguistiques iconBts se r V ice s I n f or m a t I qu e s a u X o r g a n I s at I on s
Dans tous les cas, les candidats doivent se munir des outils et ressources techniques nécessaires au déroulement de l’épreuve. Ils...

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes outils de développement de Telelogic mettent l’industrie automobile sur la voie du succès
«Les outils Tau de Telelogic ont déjà fait leurs preuves dans le secteur des télécommunications où le zéro défaut est une devenue...

Concepts, actions et outils linguistiques iconMichel Vinaver, Écritures dramatiques, Essais d'analyse de textes de théâtre, Actes Sud, 1993
«lecture au ralenti» consiste dans le pointage des actions d'une réplique à l'autre ou même à l'intérieur d'une réplique, c'est-à-dire...

Concepts, actions et outils linguistiques iconConcepts et Techniques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com