Concepts, actions et outils linguistiques








télécharger 4.44 Mb.
titreConcepts, actions et outils linguistiques
page72/74
date de publication21.01.2020
taille4.44 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   66   67   68   69   70   71   72   73   74

Table des matières





Comité scientifique 3

Comité d’organisation 3

Avant-propos 5

Appel à communications 7

Programme 15

Séance d’ouverture 23

Allocution d’ouverture 25

Aloyse-Raymond Ndiaye 25

Dynamique des langues africaines 29

Stratégies et aménagement didactiques des langues partenaires pour un développement durable en Afrique 31

Moussa Daff 31

Pour une mesure de la viabilité des petites langues 43

Zachée Denis Bitjaa Kody 43

Langues africaines et communication électronique : développement de correcteurs orthographiques 57

Chantal Enguehard 57

Soumana Kané 57

Expérimentation de normes de balisage en langues partenaires 75

Thierno Cisse, 75

Chérif Mbodj, 75

Marc Van Campenhoudt, 75

Mohamédoune (dit Doudou) Wane 75

Articulation langue nationale / français : problèmes, méthodes, outils 87

Émile Camara 87

Langues nationales et développement 97

Langues nationales, éducation, développement durable : le défi LTT 99

Fary Silate Ka 99

Traduction en langues congolaises de la Constitution du 15 Mars 1992 : Etude d’expérience 109

Eugène-André Ossete 109

L’interprétation/traduction français-langues nationales : un levier pour le développement des langues nationales 119

Mahamadou Sawadogo 119

20 ans après… ou de l’enquête individuelle aux grands corpus 129

Gisèle Prignitz 129

Dictionnaire électronique français-espagnol-catalan-arabe des noms des professions et des métiers 153

Xavier Blanco 153

Douha Lajmi 153

La recevabilité des spécificités morphosyntaxiques dans les dictionnaires différentiels de la francophonie : Contribution a une réflexion sur la nomenclature de la BDLP-Congo 167

Ambroise Queffélec 167

Les structures lexicographiques dans les dictionnaires francophones, une rencontre symbolique des mots et des cultures 179

Claude Frey 179

De Ouagadougou (1988) à Ouagadougou (2004) en passant par Libreville (2003) 191

Robert Chaudenson 191

La codification graphique du créole réunionnais : réalisations, obstacles, perspectives 201

Claudine Bavoux 201

Études de cas : Gabon, Côte d’Ivoire, République centrafricaine, Algérie, Maroc 227

Enseignement des langues nationales au Gabon : bilan et perspectives 229

Edgard B. Bokoko 229

La scolarisation en Côte d’Ivoire 235

Noël Kouassi Ayewa 235

Les langues des écriteaux en République centrafricaine 261

Robert Beyom 261

Le français au préscolaire en Algérie : entre contingence et nécessité 269

Aïcha Benamar 269

Quelles actions audio-visuelles pour le français précoce en Algérie ? 283

Aoussine Seddiki 283

Le français en terre de contact ou l’histoire d’une identité qui se construit 291

Fouzia Benzakour 291

Enseignement formel et enseignement informel 303

Préliminaires à une recherche-action en matière d’acquisition d’une langue avant tout apprentissage formel institutionnel 305

Mamadou Saliou Diallo 305

Enseignement non formel dans la banlieue de Dakar : Un espace scolaire alternatif, entre activités novatrices et pratiques ritualisées 319

Martine Dreyfus 319

Caroline Juillard 319

Les centres d’éducation pour le développement, une initiative pour donner un minimum éducatif aux enfants déscolarisés ou non scolarisés au Mali 337

Madi-Fily Camara 337

La « Télévision jeunesse » au service de la francophonie 347

Hayssam Kotob 347

L’éducation bilingue 351

Actions sur les langues et les situations linguistiques : observer les pratiques 353

Stella Ewoudou et Patrick Renaud 353

Éducation bilingue, une alternative au système éducatif de base en Afrique pour assurer un développement durable 367

Maxime Somé 367

De la « pédagogie convergente » à « l’éducation bilingue » : généralisation des langues nationales au Mali et transformations du modèle de la pédagogie convergente 379

Bruno Maurer 379

Didactique des langues nationales en convergence avec la didactique des langues paternaires 391

Youssouf M. Haidara 391

Éducation bilingue au Niger : entre convivialité et conflits linguistiques 405

Mallam Garba Maman 405

Appropriation de la langue et construction des connaissances à l’école de base en situation multilingue : du diagnostic aux actions 421

Colette Noyau 421

Théories linguistiques et apprentissages 433

Conditions différentes d’apprentissage du FLE : Peut-il y avoir une collaboration sur l’enseignement ? 435

Poul Søren Kjærsgaard 435

Mutations et/ou continuités dans le champ de la spéculation linguistique, entre les efforts de la Francophonie et la place de la langue française – outil, objet d’étude et de réflexion – comme valeur de la modernité dans la formation des formateurs 455

François Bruno Traore 455

Les structures parallèles du français langue seconde et du français langue étrangère 465

Emmanuel N. Kwofie 465

La francophonie en milieux estudiantins de Kinshasa : pratique – perception – perspectives 477

André Nyembwe Ntita & Koni Tsonga Tsonga 477

Langues et communication en milieux estudiantins de Kinshasa : cas de l’Université de Kinshasa 485

Hippolyte Eric Manduku Sasa 485

Echantillons, variables et textes statistiques pour les étudiants en sociolinguistique : Relevé des problèmes 491

Jean-Pierre Bwanga Zanzi 491

Plurilinguisme entre noir et blanc en République de Moldova : à la recherche d’autres couleurs 497

Angela Soltan 497

De nouvelles références pour de nouveaux outils didactiques en Afrique francophone 503

Pierre Dumont 503

Français et langues en contact chez les jeunes en milieu urbain : vers de nouvelles identités 521

Carole de Féral 521

Clôture 535

Rapport de synthèse 537

Table des matières 545




1 Ferguson, C. A., « Diglossia », dans Word, p.22.

2 Voir la signification des sigles à la section 9.

3 Dans une première communication personnelle Grant D. McConnell suggère les dénominations suivantes : fonction centrale/marginale ou formelle/informelle parce que les fonctions marginales sont aussi porteuses de vitalité. Dans une autre communication personnelle Bruno Maurer suggère plutôt la division des fonctions en trois types : vitales et officielles/vitales mais non officielles/ marginales, parce que les fonctions vitales mais non officielles (langue religieuse, langue véhiculaire) sont porteuses de prestige et capables à elles seules d'assurer l'expansion d'une langue.

4 http ://www.purebasic.com/french/documentation/Reference/ascii.html

5 Le glyphe est l’image qui correspond au dessin du caractère.

6 Par exemple, le caractère ‘œ’ (absent de la table ASCII) envoyé dans un mel s’affiche comme une barre verticale ‘¦’ à sa réception.

7 La lettre ‘q’ par exemple, n’est pas utilisée en bambara.

8 C’est-à-dire obtenus par la frappe d’une touche, et éventuellement d’une touche simultanée (comme pour produire des majuscules).

9 La police ‘Albasa Tamjq’ est dédiée à l’affichage textes en langue tamajak. Cette langue utilise 11 caractères spéciaux, doublés de leurs versions majuscules qui occupent donc 22 codes. C’est ainsi que le ‘P’ (lettre e majuscule renversée) occupe le code 80, celui du P car la lettre P ne figure pas dans la langue tamajek (langue des touaregs). Dans un texte sur le football nous avons rencontré le nom de ‘Pelé’ que seule une lecture attentive du texte a permis de détecter car il était affiché ‘Pelé’.

10 Ainsi les polices Arial Bambara et Alphafrica, toutes deux couramment utilisées pour écrire le bambara, affectent le code 249 aux caractères Q (epsilon majuscule) et ù (o ouvert) respectivement.

11 Famille de langue dont fait partie le bambara.

12 Nous pouvons citer un dictionnaire monolingue zarma : Isufi Alzuma Umaru, "Kaamuusu Kayna", éd. Alpha, 1996.

13 la langue de l’État.

14 Bamako, 15-17 janvier 2004.

15 eXtended Markup Language http ://www.w3.org/XML/

16 Corpus Encoding Standard for XML http ://www.xml-ces.org/

17 devient –na après une syllabe contenant une nasale

18 le suffixe –ya peut aussi se rattacher à une base adjectivale : surun (court) + –ya = surunya (le fait d’être petit, la petitesse) ; dun (profond) + –ya = dunya (le fait d’être, profondeur)

19 devient –nama après une syllabe contenant une nasale

20 le pluriel peut être marqué par le suffixe –lu (–nu après une syllabe contenant une nasale) dans deux cas : o (il, elle) + –lu = olu (ils, elles) ; nin ( démonstratif) + –nu = ceux-ci. Ces suffixes forment avec le radical des dérivés nominaux.

21 devient –na après une syllabe contenant une nasale

22devient –ni après une syllabe contenant une nasale

23devient –nan après une syllabe contenant une nasale

24devient –na après une syllabe contenant une nasale

25 devient –la après une syllabe contenant ‘l’ ou ‘r’ et –na après une syllabe contenant une nasale

26 devient –nen après une syllabe contenant une nasale

27 http://www.unicode.org/standard/translations/french.html

28 Les partenaires du projet se doivent de souligner les efforts du Réseau international francophone d’aménagement linguistique (Rifal), qui a pris l’initiative d’offrir à ses partenaires du Sud une première initiation à XML en 2003. Cette formation a été à l’origine de leur intérêt pour cette matière.

29 Membre du groupe de travail « formation » du Rifal, Andrei Popescu-Belis (ISSCO, Genève) a le premier attiré l’attention des partenaires de l’action de recherche sur l’intérêt de la norme XCES pour la valorisation des corpus en langues africaines. Ils tiennent à le remercier vivement pour l’aide qu’il a pu régulièrement apporter à leurs travaux.

30 Tous les corpus sont disponibles sur le site du projet : www.termisti.refer.org/ltt/ltt.htm.

31 On songe, par exemple, à la gestion des notes de bas de page ou à la numérotation automatique des titres, difficile à neutraliser.

32 Le phénomène s’est produit lors de la transformation expérimentale du conte wolof anonyme Doomu Yàlla.

33 Vocabulaire des élections (Dialo et al. 1997) et Pour une terminologie de la santé en wolof (Mbodj 2002).

34 La feuille de style est une adaptation de celle déjà proposée au Rifal par Andrei Popescu-Belis.

35 L’expérience montre qu’une simple augmentation à 128 mégaoctets de la mémoire vive d’un ordinateur de type Pentium III suffit à permettre l’utilisation de ces systèmes d’exploitation.

36 Le site du projet fournit une liste de sites et de logiciels.

37 http://www.tavultesoft.com/keyman.

38 http://www.omegat.org/omegat/omegat.html.

39 On distingue normalement le caractère (abstrait) du glyphe, qui est sa représentation concrète dans telle ou telle police (Andries 2002 : 60-61).

40 Le nouveau format de fichier de polices multiplateforme OpenType® (Adobe et Microsoft) de même que le projet Graphite (Sil) devraient permettre une plus grande précision typographique.

41 P. ex., la lettre majuscule latine A rond en chef (U+00C5) correspond au symbole angström (U+212B) : Å (Andries 2002 : 69).

42 Le centre de recherche Termisti a pris l’initiative de réaliser une traduction de la norme XCES, en accord avec ses concepteurs. Cette traduction devrait être rendue consultable dans les prochains mois.

43 La valeur phonétique de la fricative palatale sourde n'est pas attestée en bambara. Absent de plusieurs parlers, il se trouve être une variante idiomatique du phonème /s/. [] poulet [i] karité.

44 L'introduction de l'allographe qu'est la majuscule est relativement récente et son emploi n'est pas encore complètement généralisé dans l'orthographe du bambara. De là, la graphie ba (nom de famille) qui est formellement identique à l'augmentatif -ba. Ce dernier étant un suffixe, est donc automatiquement collé.

45 Le son [v] n'a pas une valeur phonémique. Inexistant dans la plupart des parlers, il est en occurrence dans les idiomes de la région de Ségou notamment, mais seulement en tant que variante contextuel du phonème [f] lorsque ce dernier a dans son environnement immédiat de gauche une nasale.

- Bambara : a fa (son père) mais n va (mon père)

- Français : [œ̃nava] (un enfant) au lieu de [œ̃nãfã].

46 « Les langues africaines en question : quelles actions ? Pour quelles langues ? Quels objectifs ? » in Les langues africaines et créoles face à leur avenir, Isidore NDAWEL E ZEM (Ed.), Paris, L’harmattan, 2003, p. 184.

47 Ce décret abroge et remplace le décret 68-871 du 24 juillet 1968, sur la même question.

48 Nous avons publié, par l’ONG ci-dessus citée, des livres relatifs aux maladies du bétail, aux plantes, aux systèmes pastoraux, etc.

49 Cf. références bibliographiques sélectives (en fin de document), et d’autres publications d’ARED (cf. Catalogue 2004).

50 Cf. par exemple, pour le fulfulde, notre contribution dans Structures et méthodes du projet de promotion des langues Manding-Peul (MAPE), Fary KA, Kalilou THERA & Boubacar DIARRA, ACCT, Edim, bamako, 1983.

51 L’absence de police de caractères en fulfulde nous oblige à mal noter les glottales de la langue : dans ce mot, aussi bien le d que le b sont glottalisés.

52 Cf. Guide de la néologie, par M. DIKI-KIDIRI, H. JOLY & C. MURCIA, Cilf, Paris, Boudin, 1981.

53 Cf. l’exemple de l’ancien logiciel CARLA (Computer Assisted Related Languages Adaptation) de la Summer Institute of Linguistics (SIL)

54 Le Robert Illustré d'aujourd'hui, Paris 2000 p.320.

55 LADMIRAL Jean-Louis, La traduction, Langages n° 28, Ed. Didier Larousse, décembre 1972, p. 29.

56 GARDNER Howard. Les formes de l'intelligence. Paris 1997, p.99.

57 Littéralement l'on dirait : Rester avec les biens laissés par un défunt.

58 = place où ont lieu des cérémonies, privées, lieu d’accueil des étrangers, maison de repos du chef.

59 Ce mot est obtenu par composition : Mbuta < notable; Nzonzi < orateur

60 L’ouvrage cité est publié sur l’Internet sans signature : nous tâcherons de retrouver le nom de l’auteur.

61 Notre traduction libre de « Standardization refers to the process by which a language has been codified in some way. The process involves the developpemnt of such things as grammars, spelling books, and dictionaries, and possibly a literature. » Wardhaugh (1998 : 29)

62 La langue s'appelle "Mooré" et le locuteur natif le "moaga" (pluriel les "moossé" qui a donné en français les "mossis".

63 « Léopold Sédar Senghor, ancien président de la République du Sénégal, agrégé de grammaire, linguiste, chantre de la Négritude et un des pères fondateurs de la francophonie, écrivait dans la préface au Lexique du français au Sénégal : ‘Nous sommes pour une langue française, mais avec des variantes, plus exactement, des enrichissements régionaux.’ » Daff (1998).

64 Souligné par nous.

65 Une autre mention de S. LAFAGE, 1990, entre dans l’étude que fait A. Queffélec (2000 : 823), dans sa présentation du français en Afrique noire francophone, sur la phonétique.

66 Il s'agit d'une forme d'insulte rituelle entre certains groupes sociaux : les individus cibles de quolibets doivent répondre sur le même ton de raillerie, sans se fâcher : « cette forme de parenté... crée une atmosphère de décrispation de tension sociale » et permet « un règlement à l'amiable » des conflits (Badini, 1996 : 114). Selon l'auteur « une connaissance rigoureuse » de ces mécanismes traditionnels devrait être préservée.

67 Pour les chrétiens, le mot nassara (plus courant à Ouagadougou que toubab, d'origine tout aussi arabe, selon Sisso, via le mandé), pour désigner le blanc, viendrait de « nazaréen », celui qui se réclame de Jésus de Nazarethle misssionnaire ayant représenté le premier contact avec le Blanc, bien souvent.

68 [pøpl]

69 [vø :]

70 voir GENOUVRIER, Emile, GUEUNIER, Nicole, KHOMSI, Abdelhamid, 1978.

71 C’est peut-être une manifestation d'insécurité autre que linguistique (les discours de De Gaulle en 68 vitupèrent la rebe
1   ...   66   67   68   69   70   71   72   73   74

similaire:

Concepts, actions et outils linguistiques iconRapport d’outils Raknet
«Raknet», ce document est donc une explication de certains des principes de «Raknet» ainsi que de ses concepts fondamentaux et comment...

Concepts, actions et outils linguistiques iconParcours Fonctionnements Linguistiques et

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes écoles de linguistiques

Concepts, actions et outils linguistiques iconContenus linguistiques: (vocabulaire, grammaire…)

Concepts, actions et outils linguistiques iconObjectifs communicationnels, culturels et linguistiques’

Concepts, actions et outils linguistiques iconAdos le spécialiste des séjours scolaires linguistiques et aventures

Concepts, actions et outils linguistiques iconBts se r V ice s I n f or m a t I qu e s a u X o r g a n I s at I on s
Dans tous les cas, les candidats doivent se munir des outils et ressources techniques nécessaires au déroulement de l’épreuve. Ils...

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes outils de développement de Telelogic mettent l’industrie automobile sur la voie du succès
«Les outils Tau de Telelogic ont déjà fait leurs preuves dans le secteur des télécommunications où le zéro défaut est une devenue...

Concepts, actions et outils linguistiques iconMichel Vinaver, Écritures dramatiques, Essais d'analyse de textes de théâtre, Actes Sud, 1993
«lecture au ralenti» consiste dans le pointage des actions d'une réplique à l'autre ou même à l'intérieur d'une réplique, c'est-à-dire...

Concepts, actions et outils linguistiques iconConcepts et Techniques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com