Concepts, actions et outils linguistiques








télécharger 4.44 Mb.
titreConcepts, actions et outils linguistiques
page74/74
date de publication21.01.2020
taille4.44 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   66   67   68   69   70   71   72   73   74
Conventions de transcription des exemples :
- Le français est transcrit en caractères normaux, les emprunts intégrés en caractères gras italiques, le wolof en caractères gras.
- La traduction en français est en italique, les passages en français dans le texte original sont entre crochets.
- + et ++ marquent les pauses courtes et moyennes, +++ les pauses longues, xxx les mots ou segments d’énoncés incompréhensibles,
- les mots ou énoncés soulignés indiquent des chevauchements de paroles, / ; une interruption par un autre locuteur.
- Les intonations exclamatives et interrogatives sont marquées par les signes graphiques habituels. Les accentuations sont marquées par les caractères gras soulignés. Les tours de parole sont numérotés.

167 Loi d’orientation sur l’éducation nationale

168 Ibid.

169 Guide pour l’implantation et la gestion d’un Centre d’Éducation pour le développement (CED)

170 Ibid.

171 Missions de supervision des CED : rapport de synthèse, p. 2.

172 Ibid., p. 5.

173 Internet, le 17/04/2004.

174 Chating.

175 D’ailleurs, Louis Porcher qui a parlé, il y a quinze ans, de la possibilité de « feuilleter » la télévision grâce au satellite a fait remarquer (en 1990) que : « Regarder une émission ‘ordinaire’ (non pédagogique) en langue étrangère, c’est se perfectionner (sans le chercher ni même, parfois, s’en rendre compte) dans cette langue. La télévision, est intrinsèquement et en permanence, une sorte de gigantesque document authentique, qui exerce par lui-même une fonction d’apprentissage dont les processus restent largement inconnus. La télévision diffuse du savoir-faire langagier, sans le vouloir, pour ceux qui sont étrangers à la langue dans laquelle elle s’exprime. » (Vers le plurilinguisme ? École et politique linguistique. Ouvrage coordonné par Daniel Coste et Jean Hébrard, Paris : Hachette, 1991 (Le français dans le monde / Recherches et Applications), p. 163.)

176 Existence mise à mal cette année 2004 par la « division par 2, 3 ou plus » du nombre des postes mis en concours (« Haro sur les langues régionales », C. Videgain, président du jury de Capes de basque, Martine Berthelot, présidente du CAPES de Catalan, Patric Sauzet, président du CAPES d’OccitanLangue d’Oc, mél, du 03.02.04).

De son côté la Direction de l’évaluation et de la prospective (DEP) du Ministère de l’Éducation nationale et de la recherche a publié récemment une Note évaluation (mars 04.01) comparant les compétences en anglais de sept pays européens, dont la France, chez les 15-16 ans entre 1996 et 2002. Les résultats sont à la hauteur du monolinguisme français : nos 15-16 ans sont aujourd’hui au dernier rang des sept pays pris en compte, soit le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne et la Suède. La mesure faite de l’évolution des 4 compétences entre 1996 et 2002 montre en outre une diminution sur trois d’entre elles parmi les jeunes Français : de 62 à 59 en compréhension de l’écrit, de 22 à 15 en production  écrite ; de 41 à 34 en compréhension orale ; seule la production orale se maintient à 50, cette valeur étant de 58.8 pour l’Espagne, 67.6 pour la Finlande (www.education.gouv.fr/stateval).

177 Les conventions de transcription, reprises aux conventions de l’analyse conversationnelle (CA), figurent en annexe à ce texte. Que les spécialistes des langues mises à contribution dans les interactions que nous analysons ici ne nous en veuillent pas d’une transcription « orthographique » dans son intention, mais très approximative de ces langues (bambara, arabe syrien). Que l’on n’y voie là nulle marque de désintérêt pour ces langues mais les limites de ce que nous avons pu faire dans le temps dont nous avons disposé pour produire ce travail.

178 transfert est ici entendu au sens proposé par Auer (op. cit.)

179 En français, une mère aujourd’hui appelle sa fille par son prénom, convoquant par là l’individu qui l’incarne. En appeler à la filiation assigne l’individu interpellé à une place dans l’ordre des générations. C’est vers une version « synchronique » de la famille qu’orientent les façons parisiennes de A ; c’est vers une version « diachronique » de la famille qu’oriente la façon syrienne de M.

180 Les langues transfrontalières sont celles qui sont à cheval sur deux ou plusieurs pays. À ce titre, elles jouent un rôle très important dans le processus d’intégration africaine. Par conséquent, leur statut devrait reconnu et renforcé.

181 Didier ROBILLARD, « Aménagement linguistique, planification économique et processus décisionnels » P.77 in Langues, économie e développement (Tome1) CNRS/Université de Provence, 1989

182 Nous attendons par langue première, celle que pratique le plus l’enfant au quotidien. Par conséquent, elle peut être une langue maternelle ou la langue la plus usitée dans une zone.

183 On lira avec profit une présentation générale du modèle de bilinguisme mis en œuvre dans ce cadre dans Skattum (1997).

184 Dans les schémas à l’étude actuellement au Ministère de l’Éducation Nationale du Mali, la généralisation du curriculum de l’enseignement fondamental commencerait pour la première année du niveau 1 à la rentrée 2004, dans les classes à pédagogie convergente seulement. La rentrée 2005 verrait l’extension du processus à l’ensemble des classes de la première année.

185 Le français n’est introduit qu’en deuxième année, à l’oral seulement.

186 Notons pourtant au passage que, parmi les héritages théoriques revendiqués, ni les « approches communicatives » ni ce qu’il fut convenu d’appeler un temps « l’approche fonctionnelle-notionnelle » ne sont évoquées.

187 Ajoutons que parler de « bain de langue » pour le français, dans le contexte malien est un peu un abus de langage. Les quelques heures où les élèves, en grands groupes, sont exposés à du français ne peuvent réellement pas assurer les conditions d’un bain linguistique.

188 Pour un compte-rendu de la leçon de lecture, on se reportera à Trefault (1999 : 88-89). Le passage est intitulé « La lecture : un jeu de devinettes ». On y lit notamment le récit d’une leçon de lecture dont il est dit : « La réussite à cet exercice tient beaucoup plus à la mémorisation d’un enchaînement de sons qu’à une véritable démarche de lecture. Les enfants y sont aidés par le fait qu’à la fin de la semaine, ils ont entendu le texte un grand nombre de fois. »

189 Cette communication se base sur notre expérience dans le cadre du Projet Éducation Bilingue/ Promotion de l’Enseignement Bilingue (2PEB-GTZ, 1997-2003). Certains de ses passages ont été présentés à Conakry lors d’un colloque régional tenu les 28 et 29 août 2003.

190 Ce programme de recherche multilatéral « Appropriation du français et acquisition de connaissances via la scolarisation en situation diglossique » (2001-2005) constitue une Action de Recherche Partagée de l’AUF au sein du Réseau Sociolinguistique et Dynamique des Langues ; il est soutenu parallèlement par le programme CORUS et l’ACI « École et Sciences cognitives ». Il regroupe des linguistes, des psycholinguistes, des psychologues de la cognition, des didacticiens de la langue et des disciplines.

191 Nous avons synthétisé les enseignements tirés de nos enquêtes auprès de classes, d’enseignants et d’élèves de l’école de base et du collège au Bénin et au Togo, lors des États généraux de Libreville (Noyau, 2003).

192 Les termes pensée convergente / divergente de la psychologie cognitive n’ont rien à voir avec la notion récente en didactique de « pédagogie convergente » ! Sur cette dernière notion, cf. Maurer, ici-même ; Wambach, 2001).

193 L’appellation officielle est « EduSciViP » (Éducation Scientifique et à la Vie Pratique) dans les programmes togolais.

194 Il a été conçu par C. Sabatier (Univ. de Paris-X-Nanterre, Univ. de Bordeaux-3-Victor-Segalen), dans une perspective de psychologie interculturelle du développement.

195 Cette problématique de l’évaluation certificative et des conséquences des pratiques en vigueur sur les apprentissages fera l’objet de Journées de formation sous l’égide du réseau Sociolinguistique et Dynamique des langues de l’AUF aux présentes Journées Scientifiques.

196 Il s’agit au fond du système appliqué dans les provinces de la France métropolitaine. Le recours aux langues régionales était proscrit et sévèrement réprimé.

197 Ce processus a eu lieu aussi en sens inverse, mais à de bien moindres proportions, voir Louis (2004). C’est notamment à l’âge viking et à l’époque contemporaine.

198 Exemples : perron [ français], kommentere [commenter], producer [ anglais]. Exemples empruntés à OKO, manuel de phonétique française, rédigé en danois.

A noter, cf. infra, l’adaptation à l’orthographe et à la morphologie danoises (ajout d’un –e final à l’infinitif, effacement de voyelle finale muette).

199 J’emprunte l’exemple à mon collègue Henrik Galberg Jakobsen, que je remercie.

200 En danois, on prononce une fricative sourde dans misère au lieu d’une sonore.

201 Lors du colloque de Ouagadougou, j’ai observé dans la rue la graphie attation pour attention.

202 Au depart, les langues concernées étaient l’allemand, l’anglais et le français. Aujourd’hui, il compte une vingtaine de langues, cf. http ://visl.sdu.dk/visl.

203 Dans les figures suivantes, les étiquettes sont en danois. Une note explicative (sect. 5.2) des abréviations en expliqera le sens. En version dynamique, c.-à-d. visualisée, on peut faire montrer le sens des abréviations en n’importe quelle langue.

204 Tous les exemples sont tirés de l’annexe dans la section 5.

205 L’analyse peut tenir compte du flexif postposé ba- en divisant ce mot en deux unités : ba- / -garçon.

206 Le français à l’université, 8e annéee, n° 2, p. 1, 2003.

207. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert, 1998, article « français », t.II, p. 1499.

208 cf par exemple C.F. Hockett 1966 :279-280 ; A. Martinet 1996 ; E. Sapir 1921 :120-146 ; P. Tench 1992 :1-17 ; G. Ritzer 1996.

209 Dans le cadre de ces enquêtes, les travaux de fin d'études ci-après ont été réalisés : LIKONGA, La pratique du français à l’Université de Kinshasa ; KABUKALA, La pratique du français à l’Institut Pédagogique National ; KANKU, La pratique du français à l’I.S.P/Gombe ; SINGI, La pratique du français à l’Institut Supérieur de Commerce.

210 Il s'agit des établissements suivants : Université de Kinshasa "UNIKIN" ; Université Protestante au Congo "UPC" ; Université libre de Kinshasa " ULK" ; Université Bel Campus ; Institut Pédagogique National "IPN" ; Institut Supérieur Pédagogique de la Gombe "ISP/Gombe" ; Institut Supérieur de Commerce (ISC) ; Institut St. Pierre Canisius.

211 Voici les questions posées : – Pour vous, qu’est-ce que la francophonie ? – Connaissez-vous des organismes ou des institutions qui, en R.D.C. et dans le monde, s’occupent de la francophonie ? – Pour vous qu’est-ce que la francophonie peut apporter à la R.D.C. pour son développement ? – Que pouvez-vous encore dire sur la francophonie ?

212 La langue doit être comprise ici comme instrument de communication, un système de signes vocaux spécifiques aux membres d’une même communauté.

213 Jean Dubois définit la communication comme « l’échange verbal entre un sujet parlant et un interlocuteur dont il sollicite l’écoute et/ou une réponse explicite ou implicite. C’est dans ce sens que les théoriciens des télécommunications et les linguistes affirment que la communication est le fait qu’une information est transmise d’un point à un autre ; le transfert de cette information au moyen d’un message, qui a reçu une certaine forme et a été codé.

214 Charles Muller ; Initiation à la statistique linguistique, Paris, page 74.

215 Selim Abou, L’identité culturelle, Préface à la nouvelle edition, Ed. Anthropos, Paris 1981, p.xx

216 Xavier Rubert de Ventos, El laberinto de la identidad, Espasa hoy, Barcelona, 1994, p

217 voir Contrafort nr 4-5, avril-mai 2002, la conférence « Republica Moldova : identităţi false, adevărate sau naţionale » présentée par la jeune chercheure moldave Tamara Cărăuş à Bucarest. C’est la nouvelle génération des chercheurs qui évitent les partis pris et les clichés dans leurs recherches relatives aux préoccupations des Moldaves quant à leurs identité et langue.

218 Population : 4 243 000 habitants. Conformément aux données statistiques en Moldova habitent 64.5 % Moldaves, 13.8 % Ukrainiens, 12.9 % Russes, 3.5 % Gagaouzes, 2.1 % Bulgares etc.

219 Klaus Heitmann, Limba şi politica în Republica Moldova, Chişinău, ARC, 1998, p. 141

220 camfranglais au Cameroun (cf., par exemple, Biloa 2003, Fosso, 1997, Mendo Ze 1992) mais aussi argot estudiantin au Burkina Faso (Prignitz, 1994), nouchi en Côte d'Ivoire (Kouadio N'guessan 1992, Lafage 2002), indoubil en RDC…

221 L'Atlas linguistique du Cameroun recensait, en 1983, 248 langues y compris les langues officielles et le pidgin-english. Hagège (2000 : 190) donne le nombre de 270.

222 Il y a environ cinq fois plus de Camerounais originaires de la zone francophone que de la zone anglophone (Zé Amvela 1999)

223 Il faut également rappeler que tous les Camerounais ne sont pas effectivement anglophones ou francophones : la compétence dans ces langues, qui sont des langues secondes pour la grande majorité des locuteurs, est fort variable et dépend de facteurs tels que le niveau de scolarisation et le lieu de socialisation (milieu urbain ou rural, par exemple).

224 « Quartier », couramment utilisé en français d'Afrique dans le sens de quartier d'habitat populaire, par opposition aux quartiers résidentiels ou au centre ville.

225 Voir en annexe un extrait du projet d'une recherche en cours Contacts de langues et évolution linguistique : le camfranglais au Cameroun (Féral, juin 03, man.) concernant le recueil des données.

226 De façon temporaire, j'ai choisi ici une transcription phonétique large pour les mots empruntés mais une réflexion sur la graphie à adopter, en vue d'une saisie informatique et statistique, s'impose.

227 Corpus H. NguetchuingTimnou.

228 Corpus M.T. Betoko

229 En effet, les plus jeunes imitent leurs aînés, et les adultes qui parlaient camfranglais quand ils étaient plus jeunes comprennent des formes encore usitées et en acquièrent d'autres par leurs enfants. Si certains adultes ne se permettent pas d'employer des termes camfranglais à des fins expressive et/ou ludique, beaucoup ont une compétence passive de termes qui circulent plus que d'autres.

230 Féral, juin 03, man.
1   ...   66   67   68   69   70   71   72   73   74

similaire:

Concepts, actions et outils linguistiques iconRapport d’outils Raknet
«Raknet», ce document est donc une explication de certains des principes de «Raknet» ainsi que de ses concepts fondamentaux et comment...

Concepts, actions et outils linguistiques iconParcours Fonctionnements Linguistiques et

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes écoles de linguistiques

Concepts, actions et outils linguistiques iconContenus linguistiques: (vocabulaire, grammaire…)

Concepts, actions et outils linguistiques iconObjectifs communicationnels, culturels et linguistiques’

Concepts, actions et outils linguistiques iconAdos le spécialiste des séjours scolaires linguistiques et aventures

Concepts, actions et outils linguistiques iconBts se r V ice s I n f or m a t I qu e s a u X o r g a n I s at I on s
Dans tous les cas, les candidats doivent se munir des outils et ressources techniques nécessaires au déroulement de l’épreuve. Ils...

Concepts, actions et outils linguistiques iconLes outils de développement de Telelogic mettent l’industrie automobile sur la voie du succès
«Les outils Tau de Telelogic ont déjà fait leurs preuves dans le secteur des télécommunications où le zéro défaut est une devenue...

Concepts, actions et outils linguistiques iconMichel Vinaver, Écritures dramatiques, Essais d'analyse de textes de théâtre, Actes Sud, 1993
«lecture au ralenti» consiste dans le pointage des actions d'une réplique à l'autre ou même à l'intérieur d'une réplique, c'est-à-dire...

Concepts, actions et outils linguistiques iconConcepts et Techniques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com