Le rituel de mort et de resurrection. 30








télécharger 2.14 Mb.
titreLe rituel de mort et de resurrection. 30
page75/83
date de publication21.01.2020
taille2.14 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   71   72   73   74   75   76   77   78   ...   83
les Enfers) où l'on subit la privation due au péché originel : temporaire jusqu'à Jésus-Christ,

- Le Limbe des enfants, morts sans baptême : définitif depuis Jésus-Christ,

- L’Enfer : définitif.

68 Dictionnaire de Spiritualité ascétique et mystique : saint Bonaventure et la mort mystique, par le P. EPHREM LONGPRE, O.F.M.

69 Vive Flamme, Str. I, vers. 6.

70 Montée, Livre II, chap. 7.

71 Vive Flamme, Str. III, vers 3. Par les images l'homme peut atteindre aux « goûts sensibles » de l'Esprit dont parle saint Ignace, par les idées à la Sagesse du Fils, mais la Nuit de la Mémoire est nécessaire pour atteindre au Père. Alors vous recevez, au lieu de les chercher, les connaissances infuses du Fils, et l'Amour infus avec ses consolations volontaires (c.à.d. dans la volonté) de l'Esprit.

72 Cantique Spirituel, str. XXXII, vers 5. Faut-il ajouter que ce privilège prénaturel d'intégrité ou absence de concupiscence n'entraîne pas les autres privilèges d'immutabilité et d'impassibilité.

73 Aussi, la conséquence de cette absence de loi, de cette liberté... est-elle l'absolue certitude de l'infaillibilité Pontificale et un véritable parallélisme dans les pensées et les actes, avec le Pontife.

74 Les normes actuelles de la Sainteté, (in Trouble et Lumière).

75 Nous citons d'après la traduction du P. Grégoire de Saint Joseph (éd. du Seuil). N'oublions jamais que les écrits d'un mystique ne sont point du même ordre que les écrits dogmatiques. Un mystique ne fait que traduire son expérience ; celle-ci doit coïncider avec le dogme et la morale qui servent de référence. Parfois l'expérience explicite des vérités jusqu'ici en sommeil.

76 Chemin de Perfection, XXXIII.

77 Le pneuma en « quittant » le corps ne le prive pas « de la vie naturelle », mais il « n'y fait plus ses opérations. Et c'est la cause pour laquelle en ces ravissements et ces vols le corps demeure sans sentiment, et quoi qu'on lui fasse des choses de très grandes douleurs, néanmoins il ne sent point : car ce n'est pas comme d'autres transports ou pamoisons naturelles, où l'on rappelle les esprits à la force de tourments ». Cantique Spirituel, str. XIII, vers 4.

78 Cf. in Pour toute âme vivant en ce monde, le chap. V: Suspension et ascension.

79 Vive Flamme.

80 La peur « moderne » des visions dans la vie mystique provient de ce que les directeurs n'ont guère le discernement des esprits. Certes la voie im-médiate, sans aucun signe, qu'enseigne Jean de la Croix est plus rapide ; mais il ne s'agit pas de discuter les dons de Dieu. Mme Acarie, l'ayant fait, critiquant la surabondance de visions de Mère Thérèse, celle-ci vint, ellemême... le lui reprocher. Le mystique ne choisit pas sa voie et Dieu le mène, avec ou sans signe, par le chemin que Lui seul connaît.

81 Il y a quelques années, après une causerie dans une salle de Chapitre algérien, nous entendîmes quelques assistantes se confier: « Je me trouve très bien dans ma petite demeure ». C'était non seulement l'aveu d'un mépris total de l'amour de Dieu, mais surtout ignorance grave. Comment ne pas savoir que tout ce que nous refusons de purger librement ici-bas, aidés par tous nos mérites, devra être purgé sans mérite, sans soulagement et bien plus douloureusement, après la mort. Relisons Catherine de Gênes.

82 Château. IVe Demeure, chap. 2.

83 Les Trois Ages de la Vie intérieure, (Ed. du Cerf, 1938).

84 Cf. in « Pour toute âme », l'explication de l'accourci de Mère Thérèse. Chapitre VI.

85 Témoin : Jérôme Jaegen qui reçut l'union transformante étant député au Landtag de Prusse, en 1900. Cf. sa Vie mystique (éd. Alsatia, 1936) avec notes de Mgr. Hamm, professeur de Théologie morale au Grand Séminaire de Trèves.

86 « Car la volonté tend, dès maintenant et sans limite, vers le Bien absolu, tandis que l'intelligence ne peut atteindre la vérité qu'à travers l'écran des choses sensibles. L'esprit doit subir violence et renoncer à son mode propre pour s'élever vers les idées sans passer par les images, au contraire le cœur, qui sort de lui-même et étreint l'infini, ne fait que suivre sa nature. Voilà qui illustre bien et même qui fonde le primat de l'amour sur la connaissance durant cette vie terrestre ». La Prophétie, note 58 par le P. Paul Synave, O.P. Desclée, 1947.

87 La Stigmatisation (1894). Tout au contraire, dans le ravissement ou extase de lumière : « ce n'est plus le sommeil paisible, le sujet est comme éveillé, les yeux largement ouverts, fixés au ciel, le visage est plus ou moins enflammé et prend les expressions passionnelles les plus diverses ». Le sonimeil spirituel s'apparente à l'état léthargique, le ravissement à l'état cataleptique.

88 Itinéraire de l’âme à Dieu. Trad. Par le P. Charles (1896).

89 J. MARITAIN, Le Docteur Angélique.

90 Vita Sancti Tomae. A noter que le Swami Vivekananda, suivant la doctrine de Ramakrishna, sélectionnait ses disciples parmi les tempéraments sanguins à la peau fine...

91 Première Relation spirituelle. 1560.

92 Vie, chap. XVIII. - Le Dr. américain Vera Duss, dans sa thèse à la Fac. de Médecine de Paris : De l'expérience mystique de Jean de la Croix, constate une véritable hypervitalité, un débordement d'énergie comme suite à l'état mystique, sans compter une surélévation générale de l'activité du sujet, tel est l'aspect positif. On s'est trop restreint à l'aspect négatif de rupture de l'équilibre psycho-physiologique préparatoire.

93 « Aussi le médecin qui voit un malade prier peut-il se réjouir. Le calme engendré par la prière est une aide puissante à la thérapeutique ». A. CARREL, La Prière, op. cit.

94 Il y a d'ailleurs équivoque sur ce mot de « faiblesse » qui ne veut pas dire autre chose qu'évanouissement au monde créé ; il n'y a là nulle faiblesse d'ordre psychologique, bien au contraire, mais scission opératoire d'ordre supérieur.

95 C'est ainsi que dans l'état cataleptique par ex., le système nerveux est intact, mais l’influx ne passe plus dans le cerveau antérieur du sujet, il vient du cerveau de l'opérateur. Vous prononcez un mot, le sujet l'entend et le prononce en même temps que vous.

96 Petit détail, mais combien significatif. La Flamme revint, quelques jours après, à l'endroit précis où les ventouses localisaient la congestion.

97 « L'émotion-choc a toujours paru constituer une sorte de mystère en raison des désordres affectifs et organiques qu'elle comporte », nous dit R. Jolivet. L'hypnose montre que tout choc émotionnel violent entraîne une scission, une décérébration. Ajoutons que tous les « décérébreurs de chats » qui raisonnent sur les couches optiques du thalamus ne devraient pas oublier le rôle de la pinéale comme glande à sécrétion interne.

98 Notons un fait de signification considérable. Si la pression du vertex a été faite par un objet quelconque, il se produit, disent Binet et Fédé, un état de somnambulisme indifférent. « Lorsque l'expérimentateur a fait pression avec sa main, le sujet est attiré vers l'opérateur... il suit parfois l'opérateur en gémissant et ne trouve de repos qu'auprès de lui ». Le Magnétisme animal (Alcan, éd.).

99 Freud ne regardait jamais ses malades et déclare : « Je ne pourrais pas supporter qu'ils me fixent huit heures de suite ». Il n'y a pas à chercher là un motif psychologique, mais à constater simplement que Freud était un individu à tendance somnambuloïde qui ne voulait pas entrer en état-second devant ses clients. A-t-on de lui des photos de face, avec éclairage de face ?...

100 Faiblesse dont Janet lui-même n'était pas exempt lorsqu'étudiant sa « Madeleine », il essaie de prouver que cette malade présente les mêmes caractères que sainte Thérèse d’Avila. On se demande vraiment que peut signifier le mot : scientifique pour tous ces savants qui escamotent toujours l'une des inconnues de l'équation,... et quelle Inconnue ! le grand X que nous enregistrons in fine.

101 Louis Pauwels nous révèle un texte secret de Gurdjieff où celui-ci s'enorgueillit d'avoir réussi à modifier les oscillations de la tension artérielle en produisant certaine gêne du flux sanguin, dans certains vaisseaux. « Grâce à cela, j'obtins que, dans l'état de veille, alors que le tempo normal du sang se rétablit, la gêne créée dans l'état hypnotique continue à exercer une influence. Le subconscient continue à fonctionner sur le même plan que le conscient, mais le « cobaye » ne s'en aperçoit pas. Les effets de l'hypnotisme se maintiennent ainsi presque constamment ».

102 Ajoutons que l'opérateur peut suggérer « l'oubli » au réveil ; cet oubli n'a pas toujours lieu spontanément; c'est pourquoi Bernheim obtenait l'émergence progressive des souvenirs en insistant, en affirmant, en suggérant la possibilité du rappel. Freud, ayant suivi en 1889, les expériences de Bernheim, abandonna donc l'hypnotisme et pour rechercher des souvenirs traumatiques se servit de la suggestion à l'état de veille ou, plus exactement, de rêve éveillé.

103 Le Dr Vittoz, de Lausanne, avait déjà remarqué : « L'hypnose n'agissant que sur le subconscient ne peut modifier l'insuffisance de contrôle, elle a le grand inconvénient de rendre le patient plus passif et d'augmenter sa dispersion ».

104 Ces circuits instrumentaux ne correspondent pas exactement à la hiérarchie pneuma, psyché, corps. Au pneuma appartient seul l'intellectuel pur, d'ordre infus, tandis que l'intellectuel consciemment exprimé est lié aux matériaux acquis de la psyché, laquelle est reliée au végétatif .

105 Expérimentalement, nous l'avons vu, les perturbations obtenues dans l'état d'hypnose partielle sont pratiquement et progressivement les suivantes : perturbations motrices - mouvement imposé ou interdit ; perturbations sensorielles : hallucinations de l'ouïe, de l'odorat, anesthésie des mains ; perturbations centrales : amnésie du prénom, par ex.

106 On voit le danger de dire comme Dalbiez : « Les états éprouvés pendant l'hypnose ont été conscients ». Il faut distinguer, du point de vue opératoire : la conscience corticale et la conscience bulbaire ou « conscience sensible » de saint Thomas.

107 C'est également par l'imagination que les tentations naturelles ou diaboliques agissent sur l'intelligence, puis la volonté du sujet. Elles obscurcissent, stricto sensu, l'intelligence qui choisit ainsi le mal. Les expériences décrites en ce chapitre permettent de reconstituer très exactement les mécanismes de la tentation : suggestion ordinaire ; de l'obsession - suggestion à échéance répétée et de la possession : état cataleptique.

108 Dans tous les états crépusculaires, Kretschmer l'a bien montré, il ne s'agit pas de concepts, mais d'images ou concepts visualisés.

109 Le pneuma informant totalement le psychique, il n'est pas possible pratiquement d'obtenir rupture totale par des procédés humains ; c'est la raison des réactions morales sus-mentionnées.

110 Aucun appareil n'a encore réussi à mesurer cet influx magnétique, mais on en vérifie l'action tant sur les végétaux (semis de gazon, de cresson, par ex.) que sur des malades.

111 Pour éviter toute confusion on devrait parler d'états catalepto-magnétique, somnambulo-magnétique, léthargo-magnétique pour les distinguer des états catalepto-hypnotique, somnambulo-hypnotique, léthargo-hypnotique qui ne sont pas exactement les mêmes. Tout reste à faire en ce domaine.

112 Pour l'éviter absolument, il serait indispensable que le magnétiseur occupe son esprit par la prière continuelle, non une prière de demande (ayant quelque rapport avec la guérison recherchée), mais une prière d'adoration pure, comme celle des Pères du Désert (cf. chap. VIII).

113 « Cet état, connu de tous les expérimentateurs, n'est pas classé par les hypnotiseurs. Pour quelques-uns, c'est la veille somnambulique, pour d'autres, c'est le somnambulisme éveillé ; les magnétiseurs l'appellent le charme, et le colonel de Rochas le désigne sous le nom « d'état de crédulité ». (P.C. JACOT, Magnétisme - Hypnotisme - Suggestion. 3e édition, 1925). Notez que l'état suggestif ne peut être observé nettement qu'après plusieurs magnétisations, car dans les premières, le sujet présente tout d'abord, en général, un état mixte, plutôt cataleptoïde. En fait, c'est un état d'hypnose légère pré-somnambuliqtlte, qui développe les qualités médiumniques.

114 Traité expérimental du magnétisme par Hector DURVILLE.

115 Rappelons que la voie motrice corticale du centre visuel est encore inconnue ainsi que le rôle et le siège exact des centres corticaux du système organo-végétatif.

116 Il y aurait intérêt à rapprocher la voyance « comme dans une glace » du diagnostic par consonance du Dr Calligaris où le thérapeute est en rapport avec le sujet situé en face, l'avant-bras gauche de l'examinateur correspondant à l'avant-bras droit du malade.

117 Il serait intéressant de confronter cet état avec les hallucinations vraies, dans lesquelles l'halluciné entend des mots mais ne peut les écouter, voit des images, mais ne peut les observer, c'est-à-dire porter un jugement - étant privé de sa conscience, par dissociation de son cerveau antérieur.

118 « Ici l'esprit mauvais domine le corps, s'empare de ses organes et se sert d'eux comme s'ils lui appartenaient en propre, actionnant le système nerveux, faisant mouvoir et gesticuler les membres, parlant par la bouche du patient, etc... Mais le P. de Tonquedec ajoute, peut-être par manque d'observation précise : « Les attitudes du possédé ne lui sont pas imposées de façon mécanique : elles procèdent d'un état mental sous-jacent, mais comme extérieur à sa personnalité propre » (Les maladies nerveuses ou mentales et les manifestations diaboliques). Comment imaginer que l'esprit déchu n'utilisera pas, à fond, pour des phénomènes préternaturels, un processus naturel ?

119 Dans ce qu'on appelle en psychologie asilaire, la catalepsie pathologique, le malade peut rester bien éveillé, bien orienté, mais il est inhibé, pétrifié, ses actes sont vagues, indécis, parfois même complétement suspendus. Vient-on à lui soulever un membre en l'air, il oublie ce membre dans la position où on l'a placé. Ce qui est touché en cette psychose, « c'est surtout la mise en train, la décision du mouvement,
1   ...   71   72   73   74   75   76   77   78   ...   83

similaire:

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLe 28ème degré faisait partie des grades dits "philosophiques". Le...
«Père des Pères», c’est-à-dire père de tous les hommes sur la terre. IL devrait tenir à la main un sceptre bleu, surmonté d'un globe...

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconCxiv michele le Sage
«Malheur ! malheur ! malheur ! la mort est entrée dans le monde !» la mort n’y était entrée qu’après l’amour, puisque ce fils que...

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconIl est né 11 Novembre 11 1863 et IL est mort 15 Août 1935. IL est mort de

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconI la mort d’un héros

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLe Livre de la Mort

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconChapitre 1 : La mort du pharaon

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconMark Rothko : «l’extase, la tragédie, la mort»

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconSynthèse adaptative
«optimiste», rattachant la mort de l’individu à l’effet de phénomènes essentiellement

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconEssais sur l'histoire de la mort en Occident : du Moyen Âge à nos jours








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com