Le rituel de mort et de resurrection. 30








télécharger 2.14 Mb.
titreLe rituel de mort et de resurrection. 30
page81/83
date de publication21.01.2020
taille2.14 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   75   76   77   78   79   80   81   82   83
tous devront porter témoignage autre­ment... C'est intolérable.

352 Au Brésil, les recensements portent sur trois religions principales : ca­tholique, protestante et ... spirite ! A quand la secte de la psychanalyse ?

353 Depuis, Jung a écrit : « Quand je traite des catholiques pratiquants, au moment du transfert, je me retire en tant que médecin et transmets le problème à l'Eglise. Mais quand je traite des non catholiques, cette issue m'est fermée ».

354 Freudisme et Psychanalyse, où l'inversion n'est nullement entrevue, in Quatre essais sur l'esprit dans sa condition charnelle. (Desclée)

355 L'homme à la découverte de son âme, p. 176.

356 Notons, à ce sujet, que les exorcistes adjurent les démons de quitter la partie du corps où ils se cachent, de monter jusqu'au cerveau, afin de répondre aux questions qu'on va leur poser. Et Mgr Saudreau précise : « Plus ordinairement ces créatures se plaisent à établir leur siège dans les intestins, là où se trouvent les éléments les plus vils de notre pauvre nature humaine ».

357 Tel psychanalyste découvre que la cause du complexe est le dieu grec Mercure, l'Hermes Trismegiste... Vous souriez… Mais, le grand thaumaturge des Gaules, saint Martin de Tours, lui, en exorcisant un païen en fit sortir un démon qui déclare effectivement s'appeler Mercure. Contre-épreuve : Mgr Saudreau, il y a trente ans, connaissait le cas d'une personne devenue possé­dée « à la suite d'une prière à Mercure qu'elle avait récitée sur les conseils d'une vieille femme qui se donnait pour guérisseuse ». Ainsi que les Pères l'ont souvent affirmé, c'étaient des démons qui se faisaient adorer sous les noms des dieux du paganisme. On a souvent trouvé au cours des exorcismes des démons qui, forcés de se nommer, déclinent les noms de : Bel, Jupiter, Cerbère, les Parques...

358 Das entzauberte Freud, qu'on peut traduire : Freud démasqué. Ludwig rendit visite à Freud, en 1927, et celui-ci lui donna ses opinions sur Goethe, Napoléon, Vinci, particulièrement étudiés par l'essayiste. Ce furent de véri­tables parodies controuvées historiquement. Emil Ludwig précise que, pen­dant 40 ans, il ne s'est jamais occupé que d'hommes illustres cherchant à conduire leurs contemporains vers la lumière. « Deux fois seulement, dans ses livres sur Guillaume II et Wagner il dut attaquer la décadence, l'hystérie ou les aberrations de la vie affective. Sigmund Freud est le troisième cas ».

359 Notons une grosse inversion d'interprétation. Desoille déclare que la « femme est naturellement beaucoup plus égocentriste que l'homme », que « la femme paraît devoir être ainsi centrée sur elle-même, tandis que l'hom­me serait centré sur la femme ». Qu'il relise donc l'Ame de la Femme de Gina LOMBROSO, et qu'il regarde autour de lui. La femme est, naturellement, altérocentriste et l'homme égoïste. Mais dans l'expérience mystique, la femme - qui est centrée sur l'homme - doit se centrer sur elle-même, son Château intérieur où réside le Roi ; l'homme, lui, doit devenir Epouse, c'est-à-dire retrouver en lui une certaine passivité féminine potentielle.

360 Seule une prière mentale continue, faisant le plein de Dieu et le vide d'images, chez l'opérateur, pourrait interdire toute transmission.

361 Certes Freud déclare que sur la « répression des instincts repose sur ce qu'il y a de plus précieux dans la culture humaine », mais c'est une clause de style ; pratiquement, comment distinguer répression et refoulement... les freudiens n'y arrivent pas.

362 « En lui-même, cet inconscient n'existe point, déclare Jung, car il n'est pas autre chose qu'une possibilité... transmise dans la structure de notre cerveau ».

363 Il n'est pas inutile de rappeler que le tome V de l'Encyclopédie Fran­çaise sur les « Etres vivants », paru en 1937, à la suite de 80 exposés des plus grands spécialistes concluait, sous la plume de Paul Lemoine : « Il résulte de cet exposé que la théorie de l'évolution est impossible. Au fond, malgré les apparences, personne n'y croit plus et l'on dit, sans attacher autrement d'importance, évolution pour signifier enchaînement - ou plus évolués, moins évolués au sens de plus perfectionnés, moins perfectionnés parce que c'est un langage conventionnel admis et presqu'obligatoire dans le monde scien­tifique. L'évolution est une sorte de dogme auquel ses prêtres ne croient plus mais qu'ils maintiennent pour leur peuple ». Et le Directeur du Museum, dont nous avons bien connu la probité scientifique, ajoutait : « Cela, il faut avoir le courage de le dire, pour que les hommes de la génération future orientent leurs recherches d'une autre façon ». Il y a quinze ans de cela... et mainte­nant ce sont des « religieux » qui croient à l'évolution… et veulent nous y faire croire.

364 Or le baptême efface la faute originelle et jusqu'à l'âge de discrétion, l'enfant est sans péché, il n'y a pas de « malice » possible en des actes qui sont comme ceux d'une personne non encore complètement réveillée. C'est pourquoi « leurs anges voient sans cesse la Face du Père ».

365 Il est normal que ce soit l'école anglaise : « Seule une fausse, ridicule et stupide pudeur de moraliste décrépi » peut s'hypnotiser sur la connais­sance des faits de reproduction et A. de Andrade d'observer : « L'enfant s'intéresse aux choses du sexe, comme aux organes du corps, de même façon et avec la même curiosité qu'il s'intéresse à tout ce qu'il perçoit. Conclure, comme les psychanalystes, qu'il existe une manifestation tempo­raire de l'instinct sexuel est une grande sottise. C'est à peine l'une des mani­festations de l'activité consciente, d'une intelligence qui veut tout connaître et tout expliquer et qui prend tout ». Freud Demascarado, op. cit.

366 De l'instinct à l'esprit, par Charles BEAUDOIN (Desclée de Brouwer).

367 Papus, c'est-à-dire le Dr. Encausse, secrétaire général de la Franc-­Maçonnerie internationale, et rénovateur du Martinisme à la fin du siècle dernier.

368 Nous trouvons confirmation de ce symbolisme traditionnel dans un rêve rapporté par le Dr. A. Stokel : « J'ai vue une colombe et un singe enfermés dans une même cage »... la colombe voulait s'envoler, le singe était inquiet. Le praticien soupçonna que cette colombe qui voulait s'échapper c'était l'esprit (le cœur pascalien) et que le singe était le corps désorienté.

369 On a toujours donné comme « preuve du transformisme » que l'em­bryon humain pouvait se comparer à un poisson, un batracien, un reptile... Puis on s'est aperçu que « l'embryon du singe anthropoïde passe par un stade humain avant d'arriver à son type ». Le chimpanzé serait-il le couronnement de l'évolution animale ? Et quelle singerie de la mystique d'employer le mot : « transformé » ?

370 Simple exemple : Dans le Traité d'Histoire des Religions, de Mircea ELADIE, écrit par lui en roumain, traduit par cinq personnes, entièrement revu et corrigé par Georges Dumézil, on appelle arbre de la Sagesse, l'arbre de la Science du Bien et du Mal. Comment confondre ainsi la Sagesse qui est l'arbre de vie lui-même (Prov., 3, 18) avec la science expérimentale. Par ailleurs, l'auteur, après avoir apporté une riche documentation n'a point vu que l'arbre de vie prenait ses racines dans le ciel tandis que l'arbre de science prenait ses racines dans la terre, ce qui, avec l'arbre renversé crétois, constitue l'axis mundi des trois mondes. Tout l'ouvrage est à revoir en repre­nant par le haut, et en étageant les symboles suivant les trois mondes.

371 Il est dans les grands magasins un employé payé pour recevoir, devant les clients, les eng... des patrons lors des violentes réclamations. L'employé sert à la catharsis des clients et ... du patron. Le rôle du psychanalyste dans le transfert n'est guère différent, ni plus moral.

372 Un exemple très concret montrera la distance (infranchissable) entre la transcendance du christianisme et les balbutiements, ou inversions du sym­bolisme païen. Prenons les jours de la semaine :

Le lundi est le jour dédié à la Trinité, ce dynamisme incessant qui règle tout le cosmos et féconde les saints ; c'était le jour de la Lune, qui ne règle que les instincts et la fécondité animalo-végétative.

Le mardi est le jour de l'armée des Anges dont Marie, leur Reine, est « terrible comme une armée rangée en bataille » pour combattre le Mal. C'était le jour de Mars, le guerrier à la force brutale.

Le mercredi est le jour de saint Joseph, le protecteur, l'artisan, la droiture, dont la vie intérieure est silence. C'était le jour de Mercure également pro­tecteur des voyageurs, du commerce et des arts, dont la duplicité et le bavardage traduisent la vie intellectuelle instable.

Le jeudi est le jour du Saint-Esprit, du feu du Ciel. C'était le jour de Jupiter, le jouisseur, qui lance la foudre.

Le vendredi, jour du grand sacrifice, de l'immense Agapé, était le jour d'Eros, de Vénus, de la singerie de l'Amour.

Le samedi, jour de Marie, la virginité qui offre son Fils en holocauste, était celui de Saturne qui dévorait ses enfants.

373 Cântico, seconde rédaction, str. 26. En citant la seconde rédaction nous n'oublions pas qu'elle n'est pas authentiquement écrite par Jean, mais doit utiliser des fragments de correspondance et d'enseignement.

374 Les Degrés du Savoir, p. 515.

375 Cantique Spirituel, str. XXXII, v. 5.

376 Le Congrès Mystique et Continence renferme dans ses communications les plus beaux fleurons de cette « pornographie catholique » (suivant l'ex­pression de Pie XII, qui s'épanouit depuis dix ans. Pour parler de chasteté et de vie mystique, il faut, comme dit saint Thomas, en parler d'expérience et « accrocher » toutes ses observations au sommet du Carmel.

377 Saint Jérôme, dans son Commentaire sur saint Matthieu, précise que « durant les plaisirs de la chair, l'Esprit-Saint refuse son assistance, même à celui qui paraît être un prophète » (Ques. 172, art. 3).

378 Dr. Henri DROUIN, Hommes hantés (Col. Etudes et Documents) cité par Marie Francine REVOL : « Harmonie spirituelle et charnelle » (lib. Clef du Succès, Bourg-Saint-Maurice, Savoie).

379 « Créée la dernière des substances spirituelles… esprit donc trop dilué, encore que subsistante par soi, pour pouvoir mener, par soi seule, dans toute sa plénitude, la vie spirituelle pure… l'âme a été unie par Dieu à un corps organisé et sensible, afin qu'elle retrouve, grâce à la collaboration des éner­gies du corps, suprême aboutissement de l'univers matériel, la netteté, le relief et le plein de ses conceptions spirituelles en même temps que la vigueur de volonté que possèdent les purs esprits ». P. GARDEIL, La structure de l'âme et l'expérience mystique, I, p. 6-8.

380 L'oraison pour demander la continence déclare : « faites que par la force de la continence et une chasteté renouvelée, notre cœur et notre chair retrouvent une jeunesse nouvelle » - force pour la chair, chasteté pour le cœur.

381 Soloviev dans son admirable essai : Justification du Bien écrit : « En tous les cas, le fait de relations charnelles entre les sexes est un mal. L'accep­tation définitive par l'homme du règne de la mort lequel se maintient et se perpétue par la reproduction charnelle, mérite absolument condamnation. Tel est le point de vue positif chrétien, tranchant cette question importante entre toutes selon l'esprit, et non selon la lettre, donc sans aucune exclusivité : Que celui qui peut comprendre, comprenne » ! Et Pie XI, dans Casti Connubii, déclare : « la génération naturelle de la vie est devenue au contraire la voie de la mort, par laquelle le péché originel se communique aux enfants ».

382 On ne peut rien comprendre à l'histoire des religions et des symboles si l'on ne divise pas la remontée de l'humanité, après la chute, en quatre périodes : une période religieuse et patriarcale, où la technique de l'union à Dieu est droite ; une période magique et matriarcale d'inversion sur toute la ligne ; une élimination de la femme réduite en servitude avec recherche de l'union véritable ; enfin le christianisme qui est la mise au point lumineuse de la première période, désormais transcendée, et l'élimination des séquelles matriarcales et magiques.

383 L'encyclique De Sacra Virginitate l'explicite.

384 Approches de l'Inde (op. cit.).

385 Les Conférences de Cassien, trad. française par le Sieur de Saligny (4e éd., Lyon, 1687) (Xe conf.).

386 « Dans la bouche et dans le cœur, c.à.d. dans le verbe mental et la volonté ainsi qu'il est dit au Psaume 36, 30-31 : « La bouche du juste médite la sagesse et sa langue exprime la justice ; la loi de Dieu est dans son cœur ».

387 « Je n'avais pas la moindre idée de ce dont il s'agissait, mais je croyais en quelque sorte dans la puissance de la prière. Je ne me rappelle pas com­ment j'en étais arrivé à y croire, mais l'efficacité de la prière était devenue chez moi l'objet d'une foi inébranlable.» Karl STERN, Le Buisson Ardent.

388 Le P. Thomas Dehau nous prévient : « Si l'on admet les rapports entre l'intelligence et l'imagination tels que les décrit saint Thomas, il faut bien admettre que le démon, par notre imagination, arrive à s'immiscer dans pres­que toute notre vie intérieure » consciente. Aussi l'abrutissement consécutif à la Nuit de l'Esprit est-il une véritable préservation contre les tentations, dont on n'a pas assez mesuré l'utilité. Etre comme la « jument » de David n'est pas inutile.

389 Les Pères du Désert, Jean BRÉMOND, 1927.

390 Les prescriptions opératoires mécaniques, par Philippe RÉMY, adminis­trateur de l'Institut Coué.

391 Cantique spirituel, XXIII, 1.

392 Nos amis les sens, par le P. BOULOGNE (éd. la Colombe).

393 La différence fondamentale entre la contemplation du philosophe ou de l'artiste et la contemplation surnaturelle se reconnaît à ce critère : la contemplation naturelle n'est possible que par une totale concentration sur l'objet, le va-et-vient la détruit ; la contemplation surnaturelle dont le sujet vous est intérieur continue même dans le devoir d'état, ou les tentations diaboliques les plus pénibles.

394
1   ...   75   76   77   78   79   80   81   82   83

similaire:

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLe 28ème degré faisait partie des grades dits "philosophiques". Le...
«Père des Pères», c’est-à-dire père de tous les hommes sur la terre. IL devrait tenir à la main un sceptre bleu, surmonté d'un globe...

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconCxiv michele le Sage
«Malheur ! malheur ! malheur ! la mort est entrée dans le monde !» la mort n’y était entrée qu’après l’amour, puisque ce fils que...

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconIl est né 11 Novembre 11 1863 et IL est mort 15 Août 1935. IL est mort de

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconI la mort d’un héros

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLe Livre de la Mort

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconChapitre 1 : La mort du pharaon

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconMark Rothko : «l’extase, la tragédie, la mort»

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconLire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconSynthèse adaptative
«optimiste», rattachant la mort de l’individu à l’effet de phénomènes essentiellement

Le rituel de mort et de resurrection. 30 iconEssais sur l'histoire de la mort en Occident : du Moyen Âge à nos jours








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com