Les définitions des termes et locutions








télécharger 2.14 Mb.
titreLes définitions des termes et locutions
page11/50
date de publication21.01.2020
taille2.14 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   50

Chirurgie buccale et maxillo-faciale, Spécialité de la dentisterie qui porte sur le diagnostic, les corrections chirurgicales et les traitements des maladies, des blessures et des difformités de la bouche, des mâchoires, des structures et des tissus avoisinants.

Chirurgie esthétique,

Chirurgie qui porte sur la restauration, la reconstruction, la correction ou l’amélioration de la forme ou de l’apparence des structures du corps qui sont déficientes, endommagées ou déformées par un accident, la maladie, la croissance ou le développement.

Chirurgie implantaire,

Voir : Implantologie.

Chirurgie oncologique,

(0.1) Sur-spécialité de plusieurs disciplines chirurgicales adaptant les techniques opératoires aux résultats de la recherche en oncologie. Les chirurgiens oncologiques sont souvent des chercheurs cliniciens.

CHLORHEXIDINE, n.f.

(1.1) Agent antibactérien employé pour réduire la formation de plaque bactérienne et pour maîtriser l’inflammation des tissus gingivaux.

(2.0) Antiseptique bactéricide.

(4.0) Agent antimicrobien à large spectre.

CHLOROFORME, n.m.

Anesthésique CHCL2 + 5/1000 d’alcool absolu. Découvert en 1847 après le protoxyde d’azote (1844) et l’éther (1846).

CHLORURE D’ÉTHYLE, n.m.

(3.0) Liquide clair sans couleur, très volatil et inflammable, utilisé en endodontie pour appliquer du froid lors des tests pulpaires.

(5.0) Il est aussi utilisé dans les traitements des douleurs musculaires par vaporisation sur la région concernée.

CHOANES, n.f. plur.

(7.1) Ouvertures des cavités nasales en postérieur, débouchant dans le naso-pharynx.

CHOC, n.m.

Arrêt de la circulation qui peut bouleverser toutes les fonctions du corps; parfois appelé choc circulatoire. Il apparaît quand la pression sanguine est insuffisante pour pousser le sang à travers les tissus vitaux.

(5.0) Choc vaso-vagal  et choc anaphylactique.

CHOLESTÉROL, n.m.

Sorte de gras, substance perlée, que l’on trouve dans le gras et les huiles animales, dans la bile, le sang, les tissus cérébraux, le lait, le jaune des œufs, la gaine médullaire des fibres nerveuses, le foie, les intestins et les glandes surrénales.

CHONDRO- préf.

(7.0) Préfixe qui a trait aux cartilages (exemple : chondrome, chondro-sarcome).

CHORION, n.m.

Enveloppe de l’embryon ou de l’ovule fécondé qui sert à protéger et à nourrir.

CHROMOSOME, n.m.

Petite particule foncée, plus ou moins arrondie, qui apparaît dans le noyau au moment de la division cellulaire. Les chromosomes contiennent les gènes ou facteurs héréditaires et sont en nombre constant dans chaque espèce.

CHRONIQUE, adj.

Qui évolue lentement, sans douleur et qui dure longtemps.

Exemple : Gingivite chronique.

CICATRICE, n.f.

(4.0) Marque laissée par une plaie après la guérison; tissu fibreux qui remplace une perte de substance ou une lésion inflammatoire.

Cicatrice apicale, (3.0) Tissu conjonctif de réparation, dense et riche en collagène dans l’os ou près de l’apex de la dent, généralement associé à une dent traitée chirurgicalement.

CICATRICIEL, adj.

Qui se rapporte à une cicatrice.

CICATRISATION, n.f.

Guérison d’une plaie. La cicatrisation se fait par première ou par deuxième intention.

  1. La première intention est une cicatrisation qui se produit lorsque les lèvres de la plaie sont accolées ou ligaturées et que la guérison se fait à partir du caillot sans infection.

  2. La deuxième intention est une guérison plus lente, obtenue quand les lèvres de la plaie sont distancées, qu’il y a perte de substance et surtout infection; cette plaie est comblée par des bourgeons charnus (tissu de granulation) qui s’épidermisent.

-CIDE, suf.

Signifie tuer.

CIL, n.m.

Organite cellulaire filamenteux assurant le déplacement de certains protozoaires. Les cils ressemblent à des cheveux attachés à la surface lisse d’une cellule.

CIMENT, n.m.

Agent de scellement.

(2.1) Agent utilisé pour cimenter une restauration sur la dent.

(3.0) Ciment radiopaque utilisé généralement en combinaison avec un matériau solide pour combler des espaces et sceller les canaux lors de l’obturation.

Ciment (oxyphosphate de zinc),

Substance de base ou matériau de scellement lors d’une restauration.

(2.2) Ciment opaque résultant d’une réaction acido-basique entre une poudre d’oxyde de zinc désactivée, contenant des quantités minimes d’autres oxydes, et une solution aqueuse concentrée d’acide ortho-phosphorique tamponnée avec des phosphates d’aluminium et d’autres métaux.

(5.0) Substance de base utilisée sous une obturation, ou matériau de scellement utilisé lors de la cimentation permanente d’une restauration indirecte.

Ciment à l’oxyde de zinc et eugénol,

(2.2) Ciment résultant d’une réaction acido-basique intervenant entre une forme active d’oxyde de zinc en poudre et de l’eugénol. II se forme un chélate d’oxyde de zinc et d’eugénol qui amène la prise et le durcissement du ciment. Des modificateurs peuvent être ajoutés aussi bien à la poudre qu’au liquide.

(5.0) Il est aussi employé comme matériau de cimentation temporaire.

Ciment au polycarboxylate de zinc,

(2.2) Ciment poly-électrolyte dans lequel la phase solide est principalement un oxyde de zinc désactivé en poudre et la phase liquide de l’acide poly-acrylique.

(5.0) Ce matériau est utilisé pour la cimentation et a la propriété de se lier par chélation avec la dent et les alliages non nobles, particulièrement l’acier inoxydable.

Ciment au verre ionomère, (2.2) Ciment poly-électrolyte dans lequel la phase pulvérulente solide est une poudre de verre de silicate d’alumine contenant du fluor. Ce ciment est translucide et peut être utilisé pour les restaurations de dents, les comblements de puits et fissures, les scellements et les fonds de cavité.

(5.0) Il a la propriété de se lier par chélation avec la dent.

Ciment de cyanoacrylate, Ciment employé quelquefois pour cimenter un tenon dans une dent; allie une excellente rétention à une très bonne tolérance des tissus.

(5.0) Le cyanoacrylate est aussi employé comme pansement après une chirurgie parodontale.

Syn. : Colle krazy glue.

Ciment dentaire, (2.2) Produit dentaire non métallique, utilisé soit comme fond protecteur de cavité, soit pour sceller, obturer, ou restaurer de façon temporaire ou permanente. Il est obtenu en mélangeant des composants en une masse plastique qui fait prise.

Ciment poly-carboxylate de zinc, (5.0) Ciment à base d’acide poly-acrylique qui se lie chimiquement aux alliages métalliques non nobles et à la structure dentaire par un lien de chélation. Ce ciment présente donc la propriété d’adhésion à la dent et aux alliages non nobles.

CINGULAIRE, adj.

(5.1) Relatif au cingulum d’une dent (exemple : barre cingulaire, bandeau cingulaire, appui cingulaire).

CINGULUM, n.m.

(5.1) Saillie recouverte d’émail, située dans la zone cervicale de la face linguale des canines et des incisives.

[CIRAGE], n.m.

(5.3) À proscrire : traduction littérale de waxing.

Voir : Modelage de cire.

CIRCULATION ENTÉROHÉPATIQUE, n.f.

(0.2) Processus par lequel un médicament ou son métabolite atteint le foie et par la suite est sécrété dans la bile, emmagasiné dans la vésicule biliaire, sécrété dans l’intestin et réabsorbé dans la circulation systémique.

CIRCUM-, préf.

Signifie autour.

CIRCUMDUCTION, n.m.

C’est le mouvement complexe que fait la mandibule en combinant tous les mouvements possibles; c’est ainsi que se fait la mastication.

CIRE, n.f.

Matériau thermoplastique d’origine animale (abeilles), végétale (carnauba), minérale (paraffine), utilisé pour modeler, coffrer, renforcer, contrôler des occlusions, etc. (exemple: boudin de cire ou bourrelet de cire).

(5.1) Matériau thermoplastique utilisé en prothèse, en clinique ou au laboratoire selon sa composition et ses propriétés.

Maquette de cire : bourrelet de cire fixé à une plaque-base, permettant d’enregistrer les rapports inter-maxillaires, de placer les modèles dans ces rapports sur un articulateur et de monter les dents pour l’essayage en bouche.

(5.3) Polymère organique constitué d’hydrocarbures et de dérivés des hydrocarbures, d’origine naturelle ou synthétique, utilisé dans les procédés de confection des prothèses dentaires.

CISEAU, n.m.

Instrument tranchant souvent utilisé dans la finition d’une préparation. Instrument tranchant à deux lames et axe charnière qui sert à couper ou découper des lames de métal.

Ciseau à dresser les bords, (2.1) Ciseau à émail utilisé pour finir les parois gingivales des boîtes proximales.

Syn. : Margin trimmer.

Ciseau à émail, (2.1) Instrument manuel, en général à deux extrémités actives, utilisé pour tailler l’émail, soit par clivage soit par raclage.

Ciseau de paralléliseur, (5.1) Un des accessoires du paralléliseur, le ciseau à triple biseau sert à retoucher les parois dentaires sur le modèle d’étude pour les rendre parallèles et conformes à l’axe d’insertion. Au laboratoire, le ciseau sert aussi à tailler la cire de blocage dans les zones de contre-dépouille.

CLAIRANCE, n.f.

(0.2) Mesure de l’élimination d’un médicament, définie selon le volume de sang ou de plasma qui est débarrassé du produit par unité de temps.

CLASSIFICATION D’ANGLE, n.f.

Classification (en occlusodontie) qui dresse les malocclusions en basant les rapports de la première molaire inférieure permanente avec la première molaire supérieure permanente, qui est considérée comme le point fixe et indice de l’occlusion.

Classe I, Occlusion normale des premières molaires.

Classe II, Distocclusion de la première molaire inférieure,

1. Avec arcade supérieure rétrécie et labioversion (vestibulotopie) des incisives supérieures.

2. Avec arcade supérieure de largeur normale et linguo-version (linguotopie) des incisives supérieures.

Classe III, Mésiocclusion de la première molaire inférieure.

CLASSIFICATION DE BLACK, n.f.

Classification (en dentisterie opératoire) qui détermine la forme des cavités.

Classe I, Cavité qui commence sur la face occlusale d’une prémolaire ou molaire, ou sur l’occlusale et les deux tiers de la face buccale et linguale d’une molaire, ou encore sur la face linguale d’une incisive supérieure.

Syn. : Carie de puits et fissures

(2.1) De la nomenclature de G. V. Black. La Classe I est une cavité carieuse apparaissant dans les puits et fissures. Elle apparaît sur les surfaces occlusales des postérieures, le milieu de la surface buccale des molaires inférieures, le milieu de la surface linguale des molaires supérieures et le milieu des surfaces linguales des latérales supérieures. La Classe I est aussi une cavité préparée pour amalgame ou composite. Elle est maintenant avantageusement remplacée par la restauration préventive en résine.

Voir : RPR.

Classe II, Cavité qui commence sur une face proximale d’une molaire ou d’une prémolaire.

(2.1) De la nomenclature de G. V. Black. La Classe II est une cavité carieuse apparaissant sur les surfaces proximales des dents postérieures. La Classe II est aussi une cavité préparée, boîte proximale seule par accès occlusal, qui peut être restaurée en amalgame ou composite, ou une cavité faite par accès buccal ou lingual et restaurée en composite.

Classe III, Cavité qui commence sur une face proximale d’une incisive ou d’une canine, mais qui ne couvre pas l’angle incisif de la dent.

(2.1) De la nomenclature de G.V. Black. La Classe III est une cavité carieuse apparaissant sur les surfaces proximales des antérieures. La Classe III est aussi une cavité préparée, par accès buccal ou lingual, et restaurée en composite.

Classe IV, Cavité qui commence sur une face proximale d’une incisive ou d’une canine et qui couvre l’angle incisif de la dent.

(2.1) Nomenclature de G. V. Black. La Classe IV est une cavité carieuse de Classe III qui est devenue extensive au point que l’angle proximo-incisive fracture, n’étant plus supporté. La Classe IV décrit aussi l’état consécutif à la fracture en coin d’une antérieure à la suite d’un traumatisme. La Classe IV est aussi une cavité préparée et restaurée en composite.

Classe V, Cavité qui survient sur le tiers gingival d’une face buccale ou linguale de toutes les dents.

Les classes II, III, IV et V sont des cavités qui commencent sur des surfaces lisses des dents.

(2.1) Nomenclature de G. V. Black. La Classe V est une cavité carieuse apparaissant entre la hauteur de contour de la dent et le bord libre de la gencive. Elle est ordinairement trouvée sur les surfaces buccales et linguales de toutes les dents, sauf là où la langue nettoie suffisamment bien (surfaces linguales des antérieures supérieures et inférieures).

Note : On ajoute parfois une sixième classe à la classification de Black qui correspond à une cavité sur le bout incisif ou sur une cuspide occlusale, et qui est due à l’abrasion, à l’attrition, à l’érosion ou encore à un défaut de l’émail.

Classe VI, (2.1) Nomenclature de G. V. Black. La Classe VI est une cavité carieuse apparaissant au sommet d’une cuspide ou d’un bout incisif. La Classe VI est aussi une cavité préparée, restaurée avec un composite ou un amalgame. La Classe VI est improprement utilisée pour décrire la restauration complète du bout incisif.

CLASSIFICATION DE KENNEDY-APPLEGATE, n.f.

La classification (en prothèse partielle amovible) des arcades partiellement édentées proposée initialement par Kennedy en 1923, et modifiée par Applegate en 1960.

La classification de Kennedy comportait quatre classes; celle de Kennedy-Applegate en compte six:.

Classe I: Édentement bilatéral, situé postérieurement aux dents restantes.

Classe II: Édentement unilatéral situé postérieurement aux dents restantes.

Classe III: Édentement unilatéral limité antérieurement et postérieurement par des dents restantes.

Classe IV: Édentement situé antérieurement aux dents restantes et qui franchit la ligne médiane.

Classe V: Édentement unilatéral limité antérieurement et postérieurement par des dents restantes, mais dont la dent qui borde antérieurement le segment édenté ne peut servir de support.

Classe VI: Édentement unilatéral limité antérieurement et postérieurement par des dents capables de supporter à elles seules la prothèse.

CLASSIFICATION OSSEUSE, n.f.

(5.2) Description en quatre grandes catégories (de A à D) des différents stades de résorption de l’os à la suite de la perte des dents.

CLAUDICATION, n.f.

(2.0) Action de boiter.

CLENCHING, n.m.

(8.0) Activité nocturne caractérisée par des contractions fréquentes des muscles de la fermeture mandibulaire. Le clenching est associé à des facettes d’attrition et des douleurs myofasciales.
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   50

similaire:

Les définitions des termes et locutions iconLes définitions des termes et locutions

Les définitions des termes et locutions iconRésumé Ce document permet d’appréhender les évolutions de la plateforme...
«utilisabilité» et précise, dans ce contexte, comment se traduit le meilleur respect possible des standards et des cadres de références...

Les définitions des termes et locutions iconI généralités sur les polymères définitions

Les définitions des termes et locutions iconTable des définitions

Les définitions des termes et locutions iconI. Proposition du sujet
«Les termes tourisme et touriste furent utilisés officiellement pour la première fois par la Société des Nations pour dénommer les...

Les définitions des termes et locutions iconRecherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre...
«Aie le courage de te servir de ton propre entendement, telle est la devise des lumières»

Les définitions des termes et locutions iconDassault Systèmes choisit la solution ips de TippingPoint pour la protection de son réseau
«Corporate». Objectif : réorganiser les échanges entre les différents sites et instaurer des standards en termes de réseau, de sécurité...

Les définitions des termes et locutions iconPartie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5

Les définitions des termes et locutions icon8. Bibliographie Glossaire de tous les termes atm

Les définitions des termes et locutions iconProcès-verbal des DÉlibérations
«Seyssins ensemble» a bien compris qu’il existait un droit de retouche et de modification entre les termes tenus lors des conseil...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com