Les définitions des termes et locutions








télécharger 2.14 Mb.
titreLes définitions des termes et locutions
page8/50
date de publication21.01.2020
taille2.14 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   50

BANDEAU, n.m.

(5.1) Type de connecteur métallique mince et large d’une prothèse partielle amovible.

Le bandeau lingual (barre linguale pleine) est un connecteur mince qui passe lingualement à la table alvéolaire et s’étend jusqu’au tiers moyen de la face linguale des dents inférieures.

Le bandeau cingulaire (bandeau suédois) s’adapte comme un onlay sur la paroi inclinée des dents antérieures inférieures.

Le bandeau palatin (bande palatine large) recouvre partiellement le palais pour joindre les éléments prothétiques situés de part et d’autre de l’arcade supérieure.

Voir : Connecteur.

BARBITURIQUE, n.m. et n.m.

(0.2) Groupe de médicaments possédant des propriétés sédatives, hypnotiques et anti-convulsivantes (exemple : phénobarbital).

BARODONTALGIE, n.f.

Nom donné à la douleur dentaire résultant des variations atmosphériques. Étude et traitements entourant ces mêmes douleurs. On parle aussi d’aérodontalgie.

(3.0) Douleur dentaire causée par une augmentation ou une diminution de la pression, ou aérodontalgie atmosphérique, généralement rapportée par le personnel à bord des avions ou les plongeurs sous-marins.

Syn. : Aérodontalgie.

BARRE, n.f.

(5.0) Composante métallique souvent utilisée comme connecteur d’une prothèse partielle amovible qui correspond au grand connecteur. Composante d’une prothèse partielle fixe conventionnelle ou supportée par des implants. Il existe différents types de barres : barre de Montréal, barre de Dolder, etc. La barre de Dolder peut être connectée à deux attaches dans les cas de prothèses partielles fixes. Elle assure le support rigide d’une prothèse fixe ou d’une prothèse combinée ou hybride dans les cas de prothèses supportées par des implants. La barre d’Alder peut être supportée par deux implants ou plus, et elle est associée à une prothèse hybride ou combinée. Un ou plusieurs cavaliers intégrés à la prothèse amovible assurent la rétention. La barre de Montréal est munie d’un système de rétention mécanique pour assurer le lien entre les dents et l’acrylique d’une prothèse fixe supportée par des implants.

(5.1) Type de connecteur métallique d’une prothèse partielle amovible dont la structure est plus étroite et plus épaisse que celle d’un bandeau.

Exemple : barre linguale, barre sublinguale, barre palatine, etc.

Voir : Connecteur.

La barre double (barre de Kennedy) est un ruban métallique plutôt étroit, qu’on a ajouté à la barre simple. On l’appelle barre cingulaire, coronaire ou encore cingulo-coronaire selon les dents qu’elle recouvre.

(5.2) En implantologie, liaison métallique reliant les implants ou les piliers entre eux dans le but de supporter une prothèse amovible de recouvrement. La barre peut être résiliente ou non résiliente selon qu’elle permet ou non un mouvement de la prothèse qui s’y rattache.

Les forces de l’occlusion sont transmises sur les tissus mous et sur les implants si elle est résiliente ou seulement sur les implants si elle est non résiliente.

Barre fissurée,

Connecteur fissuré utilisé surtout à l’arcade inférieure.

BARTHOLIN, T., n. prop.

Médecin danois (1616-1680) à qui l’on doit de nombreux ouvrages médicaux.

BASE, n.f.

Matériau placé sous une restauration permanente afin de prévenir les irritations thermiques ou chimiques de la pulpe et de produire une couche de dentine protectrice (dentine secondaire). En prosthodontie, la base est la partie de la prothèse qui repose sur les tissus de soutien.

(2.1) Matériau placé sous un matériau obturateur ou de restauration. La base est supposée protéger la pulpe contre l’irritation chimique provenant du matériau de restauration ou contre l’irritation thermique provenant de la conduction thermique possible avec les matériaux métalliques. En fait, la base est inutile si l’obturation est totalement étanche.

(8.0) La composante d’un matériau dont la réaction chimique dite de prise est amorcée et complétée par une deuxième appelée accélérateur.

Base de l’occipital,

(7.1) Portion antérieure de l’os occipital s’articulant avec la base du sphénoïde.

Base de la langue,

(7.1) Portion postérieure de la langue formant un cul-de-sac avec l’épiglotte.

Base prothétique,

(5.1) Partie d’une prothèse amovible qui recouvre les tissus fibro-muqueux et supporte les dents artificielles.

BASION, n.m.

Point céphalométrique (Ba). Il est situé au milieu du bord antérieur du trou occipital.

(8.0) Point de repère situé dans la partie antérieure du foramen magnum sur un encéphalogramme latéral.

BASOPHILE, n.f.

(4.0) Leucocyte à granules contenant des amines vasculaires tels l’histamine et la sérotonine.

BÂTONNET D’ACRYLIQUE, n.m.

(1.1) Bâtonnet fait d’acrylique ou de plastique, d’un diamètre de 0,6 cm et d’une longueur d’environ 7,5 cm, utilisé pour vérifier le fil d’un instrument.

BÉANCE, n.f.

Anomalie d’occlusion horizontale (overjet) ou verticale (overbite) qui laisse un espace plus ou moins grand entre les arcades par ailleurs en contact.

(5.0) Absence de contacts dentaires entre les deux arcades. La béance antérieure présente souvent un surplomb horizontal excessif et un surplomb vertical négatif. La béance peut être antérieure ou latérale. La béance latérale peut être unie ou bilatérale.

(5.1) Espace vertical anormal, situé en général dans la région incisive, entre deux dents ou deux groupes de dents antagonistes alors que les arcades sont en occlusion.

Note. Le terme BÉANCE est parfois utilisé à tort pour surplomb horizontal (overjet).

(8.0) En anglais : Open Bite.

(8.1) Espace vertical entre les dents antagonistes.

Voir : Occlusion ouverte.

BEC-DE-LIÈVRE, n.m.

Fissure congénitale ou défectuosité de la lèvre supérieure habituellement due à une malformation du nez et du maxillaire. Cette fissure peut être associée à une fente du palais; peut être unie ou bilatérale.

(2.0) Fente labiale et palatine.

BEHÇET (syndrome de), n.m.

(4.0) Condition de cause indéterminée, normalement chez l’homme, caractérisée par des ulcères buccaux et génitaux récurrents et une inflammation oculaire.

BÉNIN, IGNE, adj.

Non malin; facile à guérir.

BENNETT, N.G., n. prop.

Praticien anglais (1870-1947) qui a décrit les mouvements mandibulaires.

Voir : Angle et mouvement de Bennett.

(4.0) Le mouvement de Bennett correspond à la trajectoire du condyle en médiotrusion lors de l’exécution d’un mouvement de latéralité.

(4.0) Ce mouvement se caractérise par un tracé vers la ligne médiane (vers l’intérieur), par le bas et vers l’avant.

Le Bennett immédiat correspond à la trajectoire horizontale du condyle en rotation, soit le condyle du côté de la latérotrusion. Il se mesure en millimètres. Il peut être ajusté sur un articulateur semi-ajustable ou complètement ajustable. La moyenne est de 0,75 mm.

BENZODIAZÉPINE, n.m.

(0.2) Groupe de médicaments possédant des propriétés anxiolytiques, hypnotiques, myorelaxantes et anticonvulsivantes.

BÉRIBÉRI, n.m.

Maladie causée par une carence en thiamine (vitamine B1) entraînant l’inflammation simultanée de plusieurs nerfs, une pathologie cardiaque et de l’enflure.

BÊTABLOQUANT, n.m.

(0.2) Médicament qui rend les récepteurs adrénergiques bêta insensibles à l’action de l’adrénaline. Ces agents peuvent être cardio-sélectifs ou non sélectifs, avoir une action agoniste associée ou non. Le traitement de certains types de céphalées, de l’hypertension, de l’angine, de l’insuffisance cardiaque constitue certaines de ses indications.

BÊTALACTAMASE, n.f.

(4.0) Enzyme bactérienne responsable de la majorité des mécanismes de résistance aux antibiotiques bêta-lactamines.

BÊTALACTAMINE, n.m.

(0.2) Groupe d’antibiotiques de source naturelle ou semi-synthétique comprenant les pénicillines et céphalosporines. Ils possèdent comme caractéristique commune la présence d’un noyau bêta-lactame dans leur molécule et agissent en brisant la paroi rigide des bactéries Gram négatif.

BI-, préf.

Signifie deux (bilatéral) ou deux fois (bimestriel).

BIFIDOBACTERIUM SPP, n.m.

(4.0) Bactérie à Gram positif, non mobile, en forme de bâtonnet, présente principalement dans la plaque marginale et sous-gingivale.

BIFURCATION, n.f.

Point de séparation de deux racines molaires ou prémolaires.

(4.0) Endroit où le tronc radiculaire d’une dent se divise en deux racines.

BILAN D’EXTENSION, n.m.

(0.1) Série d’examens visant à objectiver l’étendue de la tumeur primaire et la présence de métastases loco-régionales ou éloignées. Le bilan peut comprendre, entre autres, une radiographie pulmonaire, une tomodensitométrie, une scintigraphie, une résonance magnétique, une étude sanguine de marqueurs tumoraux ou encore une lymphographie.

BILATÉRAL, ALE, AUX, adj.

Qui a deux côtés ou qui appartient aux deux côtés.

BIMBER, n.m.

(8.0) Appareil amovible qui est une variante de l’activateur.

BI-MAXILLAIRE, adj.

(8.1) Qui concerne les deux maxillaires.

BIO-, préf.

Signifie vivant, vie.

BIOCHIMIE, n.f.

Partie de la chimie qui étudie les organismes vivants et leurs manières d’agir; chimie physiologique.

BIOCOMPATIBLE, adj.

(4.0) Qui est toléré par l’organisme.

BIODÉGRADABLE, adj.

(7.0) Se dit d’une substance qui est dégradée ou dissoute en composants plus simples et généralement non toxiques, semblable à bioabsorbable (exemple : sutures, vis pour fixations).

BIODISPONIBILITÉ, n.f.

(0.2) Terme général utilisé pour indiquer la quantité relative d’un médicament qui atteint la circulation systémique et la vitesse à laquelle il l’atteint.

BIOFEEDBACK, n.m.

(4.0) Technique de maîtrise des émotions et de leurs répercussions viscérales.

BIOLOGIE, n.f.

La science de la vie et des êtres humains.

BIOLOGIQUE, adj.

Relatif à la biologie et en particulier à l’étude des phénomènes communs aux êtres vivants.

BIOMÉCANIQUE, n.f.

En prosthodontie, c’est l’étude de la configuration externe des dents en regard de leur fonction.

(4.0) Discipline qui étudie les structures et les fonctions physiologiques des organismes en relation avec les lois de la mécanique.

BIONATOR, n.m.

(2.0) Appareil orthodontique amovible.

BIOPHARMACIE, n.f.

(0.2) Étude de la mise à la disposition du principe actif du médicament dans l’organisme.

BIOPSIE, n.f.

Prélèvement et examen, normalement au microscope, d’un tissu ou d’une autre matière provenant d’un corps vivant, pour diagnostic.

BIOPULPECTOMIE, n.f.

Ablation complète autant de la chambre pulpaire que des canaux de la racine d’une pulpe dentaire vivante.

BIPROALVÉOLISME, n.m.

(8.1) Protusion des dents antérieures aux maxillaires supérieur et inférieur. On le retrouve surtout chez les Noirs.

BISCUIT, n.m.

(5.3) Le produit de chacune des cuissons nécessaires à l’élaboration d’une restauration de céramique dentaire.

BISEAU, n.m.

Extrémité ou bord angulaire d’un élément mécanique.

(2.1) Adoucissement d’un angle cavo-périphérique à 30, 45 ou 60 degrés. Le biseau est utilisé en périphérie d’une préparation de cavité pour composite pour donner un accès aux têtes de bâtonnets d’émail en vue de favoriser un mordançage plus efficace et par conséquent une meilleure étanchéité de l’obturation. Le biseau est utilisé en périphérie d’une préparation de cavité pour incrustation, afin de permettre un amincissement de l’or à ces endroits en vue d’un brunissage qui procure une meilleure adaptation.

Biseau gingival,

(2.1) Biseau de la paroi gingivale d’une cavité.

Biseau périphérique,

(2.1) Biseau continu sur tout l’angle cavo-périphérique d’une cavité.

Biseau proximal,

(2.1) Biseau des parois buccales et linguales d’une préparation de cavité pour incrustation en or.

BISAUTAGE CAVO-PÉRIPHÉRIQUE, n.m.

Inclinaison du bord de l’émail dans la préparation d’une cavité; l’angle est habituellement de 25 à 35. Préparation au bord de la cavité dans le but de prendre une empreinte. L’angle est, dans ce cas, d’environ 45.

(5.0) On parle de biseau court ou long selon son étendue dans la paroi taillée. Biseautage de toute la paroi d’une boîte proximale. Inclinaison de toute la paroi pour obtenir un angle de sortie aigu entre la paroi interne de la boîte et la paroi non taillée.

Syn. : Surface cavo-périphérique.

Biseautage opposé,

Préparation au bord de la cavité dans le but de prendre une empreinte. L’angle est, dans ce cas, d’environ 45.

BISTOURI, n.m.

(5.0) Instrument tranchant en forme de couteau à lame droite ou recourbée employé pour faire des incisions dans les tissus. Le bistouri électrique utilise un courant de haute fréquence pour découper ou cautériser les tissus.

BITE

(5.0) Terme anglais pour définir l’enregistrement inter-occlusal.

Voir : Articulé.

BITE BLOCK, n.m.

(8.0) Appareil occlusal recouvrant la partie occlusale des dents.

BITE PLANE, n.m.

(8.0) Appareil amovible dont le but est d’empêcher l’occlusion des dents postérieures et de positionner la mandibule antérieurement.

BLACK, G.V., n. prop.

Praticien américain (1836-1915) qui a établi la classification des caries en fonction de leur situation sur la dent. (Les cinq classes de Black ont été complétées par son fils.)

BLANCHIMENT, n.m.

(3.0) Utilisation d’un onguent chimique occasionnellement combiné à de la chaleur pour corriger la décoloration d’une dent.

BLANCHIMENT, EXTRA-CORONAIRE, n.m. et adj.

(3.0) Utilisation d’un onguent sur la surface externe de la dent lorsque la pulpe est vitale. Les onguents couramment utilisés sont composés de peroxyde d’hydrogène (30 %) et de peroxyde de carbamide.

BLANCHIMENT, INTRA-CORONAIRE, n.m. et adj.

(3.0) Utilisation d’une substance chimique oxydant à l’intérieur de la portion coronaire d’une dent traitée endodontiquement. Le perborate de sodium et le peroxyde d’hydrogène (30 %) sont les composantes des onguents les plus fréquemment utilisées.

Technique de blanchiment intra-coronaire dans laquelle l’agent oxydant est scellé à l’intérieur de la chambre pulpaire pour une période de temps limité (quelques jours à une semaine); la procédure peut être répétée jusqu’à l’obtention du résultat désiré.

BLESSURE, n.f.

(2.0) Lésion locale, consécutive à une agression extérieure.

Blessure factice, (2.0) Blessure volontaire, qui n’a pas de cause naturelle.

BLOC, n.m.

Ensemble du matériel et du mobilier utilisé pour une intervention chirurgicale; local où a lieu l’opération; masse obturatrice; anesthésie locale.

(5.1) Groupe de dents adjacentes ne présentant aucun segment édenté.

Exemples : le bloc incisivo-canin comprend la totalité des dents antérieures. Le bloc postérieur comprend les prémolaires et les molaires.

BLOCAGE, n.m.

(5.1) Opération qui consiste à bloquer, avec de la cire, les zones de contre-dépouille sur le modèle de travail. En prothèse partielle amovible, on réalise la coulée de l’armature en se servant d’un duplicata du modèle déjà bloqué.

BLOQUANTS DES CANAUX CALCIQUES, n.m.

(0.2) Médicaments qui ont la propriété de réduire l’entrée des ions calciques à l’intérieur des cellules des fibres musculaires striées et lisses.

BOHN (nodules de), n.m.

(2.0) Petits nodules de couleur blanchâtre situés sur le palais dur du nouveau-né; on les retrouve en plus grand nombre à la jonction du palais dur et du palais mou.

Voir : Kyste gingival du nouveau-né.

BOÎTE, n.f.

Partie mésiale ou distale de la cavité préparée pour une restauration.

Boîte proximale, (2.1) Cavité préparée en forme de boîte pour traiter une carie interproximale. La boîte proximale possède une paroi buccale, une paroi linguale, une paroi axiale et une paroi gingivale.

BOÎTIER, n.m.

(8.0) Attache orthodontique en acier inoxydable, en acrylique, en céramique ou en titane. Les petits boîtiers sont appelés boîtiers Twin.

Voir: Bracket.

BOL ALIMENTAIRE, n.m.

Masse humide d’aliments prêts à être avalés.

BOL À MALAXER, n.m.

Récipient hémisphérique utilisé pour malaxer le plâtre ou les alginates.

BOLK (tubercule de), n.m.

(2.0) Tubercule qui siège sur la face buccale des molaires.

BOLTON, Wayne, n.prop.

Orthodontiste américain célèbre qui fut un des pionniers dans la céphalométrie.

BOLTON (analyse de), n.f.

Voir : Analyse de Bolton.

BOLTON (point de), n.m.

Point céphalométrique (Bo). Ce point est situé au plus profond de l’échancrure postcondylienne de l’os occipital.

(8.0) Point observé sur un film céphalométrique latéral qui correspond au point le plus haut sur la ligne formée par les crêtes rétro-condylaires de l’os occipital. Il serait approximativement situé au centre antéro-postérieur du foramen magnum.

BONATEUR, n.m.

(8.0) Appareil amovible de type activateur développé par Baiters.

BONDÉ, adj.

(8.0) Collé à l’émail des dents par de la résine.

BONDING, n.m.

(8.0) Procédure consistant à coller des boîtiers (attaches orthodontiques) aux dents avec de la résine.

Bonding direct,

Qui est fait directement en bouche dent par dent.

Bonding indirect,

Qui consiste à coller plusieurs boîtiers simultanément à l’aide d’un moule fabriqué en laboratoire sur un modèle d’étude.

BORAX, n.m.

Borate de sodium cristallisé employé comme désoxydant (fondant) dans la coulée des alliages dentaires.

BORD ALVÉOLAIRE, n.m.

(7.1) Le côté latéral (plaque corticale) ou mésial de l’apophyse alvéolaire.

Bord gingival,

Tissu gingival, le plus souvent enflammé, autour de la couronne d’une dent en éruption (spécialement la troisième molaire).

Bord incisif,

Bord coupant, formé à la jonction des surfaces labiale et linguale d’une incisive ou d’une canine.

Bord latéral de la langue,

(7.1) La portion de la muqueuse et de l’épithélium dorsal de la langue où se situent les bourgeons foliés de la langue.

Bord marginal,

Bord limite de la face occlusale d’une dent postérieure avec sa marge mésiale ou distale; partie saillante s’étendant verticalement sur le bord mésial ou distal de la surface linguale d’une dent antérieure.

Bord supérieur de la mandibule,

(7.1) Portion alvéolaire de la mandibule où se situent les dents dans leur alvéole dentaire.

BOUCLE ANTÉRIEURE, n.f.

(5.2) Trajet particulier du nerf dentaire inférieur qui, en partant de l’épine de Spix, vient antérieurement au trou mentonnier avant d’y sortir. Cette situation est présente statistiquement chez 12 % des humains.

BOUDIN DE CIRE, n.m.

(5.3) Souvent utilisé pour désigner le bourrelet de cire d’une maquette d’occlusion.

BOULE GRAISSEUSE DE BICHAT, n.f.

(7.1) Amas graisseux se situant sous l’os malaire et s’étendant entre la branche montante de la mandibule et la tubérosité du maxillaire.

BOURGEON, n.m.

(2.0) Première ébauche du germe dentaire.

BOURRAGE, n.m.

(5.3) Ensemble des opérations nécessaires au moulage d’une maquette prothétique en résine par pressage.

BOURRE-PÂTE DE LENTULO, n.m.

Spirale métallique en forme de vis sans fin qui conduit la pâte antiseptique ou le ciment de scellement dans le canal d’une dent.

BOUT À BOUT, n.m.

cclusion des deux arcades incisives dans laquelle les dents antérieures se touchent par leurs bords incisifs.

Voir : Occlusion bout à bout.

(5.0) Contacts dentaires entre les bouts incisifs des dents antérieures ou entre les bouts de cuspides des dents postérieures.

(8.0) Se dit de l’occlusion des incisives lorsqu’elles ne se touchent que par le bord incisif, soit quand le surplomb vertical et le surplomb horizontal sont nuls (anglais: Edge to Edge occlusion).

BOUT À BOUT (relation), n.f.

(8.0) Se dit de la relation antéro-postérieure des molaires lorsque la projection de la partie mésiale de la molaire supérieure par rapport au plan occlusal touche la partie mésiale de la molaire inférieure. Ceci correspond à une disto-clusion égale à la dimension d’une demi-prémolaire.

BOUT INCISIF, n.m.

(2.1) Bout tranchant d’une incisive.

BOXING, n.m.

Voir : Coffrage.

BRACHY-, préf.

Signifie court.

BRACHYCÉPHALE, adj.

(8.1) Du grec brakhus, court. Qui a le crâne arrondi, presque aussi large que long.

Ant. : Dolichocéphale.

BRACHYCÉPHALIE, n.f.

(2.0) État caractérisé par une tête large et courte.

BRACHYFACIAL, ALE, AUX, adj.

(8.1) Du grec brakhus, court, qui a un faciès court.

Ant. : Dolichofacial.

BRACHYGNATHISME, n.m.

(8.1) Synonyme d’orthoprognathisme. On le retrouve principalement chez les Asiatiques.

BRACHYGNATHIE, n.f.

(8.1) Forme de maxillaire qui donne souvent l’apparence d’une rétroposition maxillaire ou mandibulaire.

BRACHYMANDIBULIE, n.f.

(8.1) Mandibule trop courte sagittalement.

BRACKET, n.f.

Taquet, crampon ou crochet métallique soudé ou cimenté sur la surface axiale d’une dent, permettant de fixer des ligatures ou des anneaux de caoutchouc nécessaires au redressement des dents.

(2.2) Syn. : Boîtier.

(8.0) Attache orthodontique.

BRADY-, préf.

Signifie lent.

(7.0) Suffixe signifiant un ralentissement dans le rythme (exemple : bradycardie, bradykinésie).

BRADYCARDIE (BRACHYCARDIE), n.f.

Battement lent du cœur se manifestant par un pouls inférieur à 60 pulsations.

BRANCHE, n.f.

Terme employé pour désigner des ramifications du système nerveux. Dans l’anatomie de la tête et du cou, on retrouve les branches nerveuses suivantes:

Branche grand auriculaire du plexus cervical,

Voir : Nerf grand auriculaire.

Branche cervicale transverse du plexus cervical,

Nerf formé de C2 et C3 innervant la région antérieure du cou.

Branche descendante du grand hypoglosse,

Branche du grand hypoglosse s’anastomosant avec le plexus cervical et formant l’anse de l’hypoglosse.

Branche mastoïdienne du plexus cervical,

Nerf formé de C2 et C3 aussi appelé le petit occipital. Il innerve la peau de la région mastoïdienne.

BRAS, n.m.

On désigne ainsi l’extrémité du crochet située dans une zone rétentive de la dent.

Bras de crochet,

(5.1) Élément essentiel à la rétention d’une prothèse partielle amovible conventionnelle. Un crochet typique comprend :

  1. un bras rétentif (bras actif) qui assure la rétention;

  2. un bras réciproque (bras de calage) qui assure la stabilité;

  3. un appui occlusal (taquet occlusal) qui assure le support.

BRASAGE, n.m.

(5.0) Le brasage exige que la température à fusion des alliages soit supérieure à 540° C. Lorsque la température est inférieure à 450° C on parle de soudure. En dentisterie, on utilise la soudure même si les températures sont plus élevées que 450° C.

(5.3) Assemblage d’éléments métalliques par interposition d’alliage compatible au moyen de la chaleur.

BRASURE, n.f.

(5.3) Alliage utilisé pour le brasage; le résultat d’un brasage.

BREGMA, n.m.

(7.1) Site de la fontanelle bregmatique du losange à l’union du frontal et des deux pariétaux.

BRIDE, n.f.

(5.3) Dispositif de serrage des moufles pendant la cuisson de la résine des prothèses amovibles.

BRIDGE, n.m.

Voir : Prothèse fixe.

BROCHES, n.f. plur.

(8.0) Signifie l’ensemble des appareils fixes comprenant les boîtiers, les arcs dentaires et les ligatures.

BRONCHITE, n.f.

(2.0) Inflammation de la muqueuse des bronches.

BRONCHODILATATEUR, n.m.

(0.2) Substance qui a pour propriété de dilater les bronches.

BROSSAGE HORIZONTAL, n.m.

(1.1) Méthode de brossage inadéquate, qui consiste à poser les soies de la brosse à dents perpendiculairement à la surface dentaire et à balayer les dents du mésial vers le distal ou vice versa.

BROSSAGE VERTICAL, n.m.

(1.1) Méthode de brossage inadéquate qui consiste à placer les soies de la brosse à dents perpendiculairement à la surface dentaire et à balayer les dents dans un mouvement de va-et-vient vertical, du rebord gingival vers le bout incisif.

BROSSE, n.f.

En dentisterie il existe plusieurs modèles de brosses. Les hygiénistes dentaires les ont classées de la façon suivante :

Brosse à crochet,

Brosse de forme conique conçue pour nettoyer les crochets des prothèses dentaires partielles amovibles.

Brosse à polir,

Petite brosse en nylon ou en soie naturelle que l’on fixe sur le contre-angle à prophylaxie et qui sert notamment à nettoyer les surfaces occlusales des dents.

Brosse à dents électrique,

Brosse à dents activée par un dispositif électrique ou à piles.

Brosse à prothèse,

rosse spécialement conçue pour le nettoyage des prothèses complètes ou partielles amovibles.

Brosse monotouffe,

Brosse munie d’une seule touffe de poils ou d’un groupe de petites touffes plates ou en biseau, disposées en un cercle de 3 à 6 mm de diamètre. Elle est indiquée pour nettoyer les endroits difficiles d’accès, par exemple une troisième molaire en éruption ou une dent inclinée.

Brosse orthodontique,

Brosse à dents qui présente une rangée de poils plus courts au centre et qui est conçue pour le nettoyage des appareils orthodontiques.

Brosse sulculaire,

Brosse à dents très étroite, à une ou deux rangées de poils, utilisée pour nettoyer le sulcus gingival et les poches parodontales.

BROSSETTE INTERDENTAIRE, n.f.

(1.1) Petite brosse fabriquée de filaments de nylon doux disposés en forme de pyramide ou de cylindre et montés sur une tige qui s’insère dans un manche de métal ou de plastique. Elle est utilisée dans les cas d’espaces interdentaires ouverts et de furcations exposées.

BRÛLURE, n.f.

(7.0) Type de blessure de la muqueuse buccale par excès de chaleur (exemple : provenant d’un cautère ou d’un laser).

BRUNISSAGE, n.m.

Mouvement d’un instrument servant à fermer l’espace entre la dent et l’obturation dans la finition des incrustations ou des aurifications. On allonge ainsi le métal en le repoussant dans les aspérités et le joint entre la cavité et l’or.

(1.1) Procédé qui consiste à polir et à lustrer la surface d’une restauration en la frottant avec un instrument métallique spécialement conçu à cette fin. Le brunissage facilite le contrôle de la plaque dentaire.

(2.1) Action d’étirer et d’écraser l’or en couche mince pour l’adapter à la surface de la dent.

BRUNISSOIR, n.m.

Instrument à extrémité en boule ou en queue de castor qui permet de parfaire l’adaptation des obturations métalliques ou des bords gingivaux ou cervicaux des couronnes ajustées; peut être manié ou monté sur un tour.

(2.1) Instrument utilisé pour faire le brunissage de l’or. Peut être rotatif ou manuel.

BRUXISME, n.m.

Grincement des dents, spécialement durant le sommeil.

(1.1) Habitude d’origine nerveuse consistant à faire grincer les dents, à les serrer ou à les claquer. Elle peut entraîner une usure prématurée des dents et une lésion de l’attache parodontale.

(5.0) Habitude para-fonctionnelle de grincement des dents se caractérisant par l’usure des dents ou l’attrition. Le bruxisme peut être diurne ou nocturne.

BRUXOMANIE, n.f.

Grincement des dents, en période d’éveil; tic nerveux.

BUCCAL, ALE, adj.

Qui se rapporte à la bouche.

(1.1) Se dit de la surface d’une dent qui se trouve du côté des lèvres ou de la muqueuse jugale.

(2.1) Relatif à la bouche. Surface buccale : surface la plus près de la joue ou des lèvres. Paroi buccale : paroi interne d’une cavité préparée, la plus près de la surface buccale.

(5.0) La surface buccale d’une dent correspond à la surface axiale de la dent située du côté des lèvres. Cette surface est aussi appelée surface labiale.

(5.1) Terme souvent utilisé comme synonyme de vestibulaire.

Exemple : la face vestibulaire d’une dent est appelée face buccale ou labiale selon qu’il s’agisse d’une dent postérieure ou antérieure.

BUCCO-, préf.

Signifie bouche.

BUCCOVERSION, n.f.

(4.0) Déviation d’une dent de son alignement normal en direction de la joue.

BUCKLEY, J. P., n. prop.

(2.0) Chirurgien dentiste américain, 1873-1942.

BUCKLEY (formule de), n.f.

(2.0) Mélange de formaldéhyde et de tricrésol dans une base de glycérine et d’eau.

BULLE, n.f.

(4.0) Soulèvement de l’épiderme ménageant une cavité remplie de sérosité. Lésion vésiculeuse ayant un diamètre supérieur à 5 mm.

BUTÉE, n.f.

Épaississement du métal formant une arête en ligne droite à la limite du connecteur pour faciliter la jonction entre la résine acrylique de la base et le connecteur.

BUTT JOINT, n.m

(5.0) Terme anglais utilisé pour décrire le type de jonction entre la dent préparée et la restauration fixe au niveau de la ligne de jonction. On parle de butt joint lorsque l’adaptation marginale d’une couronne est en porcelaine par opposition à butt joint métallique où la portion métallique du squelette assure la jonction avec la dent taillée.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   50

similaire:

Les définitions des termes et locutions iconLes définitions des termes et locutions

Les définitions des termes et locutions iconRésumé Ce document permet d’appréhender les évolutions de la plateforme...
«utilisabilité» et précise, dans ce contexte, comment se traduit le meilleur respect possible des standards et des cadres de références...

Les définitions des termes et locutions iconI généralités sur les polymères définitions

Les définitions des termes et locutions iconTable des définitions

Les définitions des termes et locutions iconI. Proposition du sujet
«Les termes tourisme et touriste furent utilisés officiellement pour la première fois par la Société des Nations pour dénommer les...

Les définitions des termes et locutions iconRecherche de la perfection dans les formes, la géométrie, équilibre...
«Aie le courage de te servir de ton propre entendement, telle est la devise des lumières»

Les définitions des termes et locutions iconDassault Systèmes choisit la solution ips de TippingPoint pour la protection de son réseau
«Corporate». Objectif : réorganiser les échanges entre les différents sites et instaurer des standards en termes de réseau, de sécurité...

Les définitions des termes et locutions iconPartie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5

Les définitions des termes et locutions icon8. Bibliographie Glossaire de tous les termes atm

Les définitions des termes et locutions iconProcès-verbal des DÉlibérations
«Seyssins ensemble» a bien compris qu’il existait un droit de retouche et de modification entre les termes tenus lors des conseil...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com