Le droit à l’image des biens 1








télécharger 211.07 Kb.
titreLe droit à l’image des biens 1
page5/6
date de publication24.03.2017
taille211.07 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6

Chapitre II : Les limites à la protection de l’image du bien
Le propriétaire doit se voir refuser toute prérogative sur l’image de son bien, si son opposition à la reproduction de son bien est constitutive d’un abus (section 1). La protection reconnue au propriétaire doit également souffrir des limites au regard des libertés fondamentales, reconnues à tout individu (section 2).
Section 1 : L’abus de droit du propriétaire

L’abus de droit est un tempérament classique du droit de propriété. Selon Planiol, « le droit cesse où l’abus commence ». l’abus de droit a suscité jadis une querelle doctrinale : une partie de la doctrine


niait que l’exercice du droit de propriété puisse constituer un abus, de quelque façon que ce soit. L’absolutisme du droit de propriété excluait que le titulaire du droit de propriété puisse, dans l’exercice

de son droit, engager sa responsabilité à l’égard des tiers. Mais cette critique est dépassée. Le caractère absolu du droit de propriété souffre en réalité d’innombrables restrictions. L’exercice de la propriété individuelle peut être limitée dans un intérêt social, et le titulaire du droit de propriété peut très bien commettre une faute dans l’exercice de son droit.

Ainsi, dans certaines circonstances, le propriétaire d’un bien peut être reconnu comme abusant de son droit de propriété, et être condamné à réparer le dommage qu’il a causé aux tiers. Lors du déroulement du litige Roch Arhon, La société civile immobilière Roch Arhon faisait valoir en première instance que « l’exercice de son droit de propriété n’était pas inspiré par l’idée de nuire » et que par sa démarche « elle ne faisait qu’affirmer son droit incontestable de propriété ». C’est la question principale de l’abus de droit : à partir de quel moment l’exercice du droit de propriété devient-il abusif ?

La doctrine traditionnelle met en avant le critère de l’intention de nuire64. L’exercice de la propriété devient abusif lorsqu’il est malveillant. Le propriétaire abuse de son droit, lorsqu’il exerce ses prérogatives dans le seul but de nuire à autrui. Des affaires célèbres illustrent ce critère : la fausse cheminée destinée seulement à obscurcir la maison voisine65, des piques métalliques installées sur des mâts pour crever les dirigeables situés sur le terrain voisin66

La preuve de l’intention de nuire, faute volontaire, sera extrêmement difficile à rapporter. Il est donc proposé, et parfois admis, que le seul exercice du droit, sans motif sérieux, sans aucune utilité, sans intérêt légitime, suffise pour constituer l’abus de droit.

Une troisième thèse met en relief un critère fonctionnel. C’est la thèse de Josserand. L’abus se trouverait dans l’exercice anti-social du droit. L’exercice du droit de propriété devient abusif lorsque le propriétaire use de son droit contrairement à sa destination sociale. Le professeur Christophe Caron défend, en s’appuyant sur cette thèse, la cause des auteurs : « ne serait-il pas possible de soutenir, non sans de nécessaire précautions, que le propriétaire d’une œuvre d’art doit exercer son droit de propriété sans méconnaître les intérêts d’une collectivité avide d’avoir de plus en plus accès à des créations ? Ainsi, la propriété d’une œuvre protégée par le droit d’auteur est souvent teintée d’une fonction sociale. Et méconnaître cette fonction sociale expose le propriétaire à la constatation d’un abus… ».67


De plus, en droit d’auteur, un tel tempérament est prévu concernant la divulgation de l’œuvre : l’article L111-3 du Code de la propriété intellectuelle prévoit, in fine, qu’ « en cas d’abus notoire du propriétaire empêchant l’exercice du droit de divulgation, le tribunal de grande instance peut prendre toutes les mesures appropriées ».

Selon Christophe Caron, l’abus pourrait consister, au-delà de l’entrave à la divulgation de l’œuvre, dans la revendication de droits appartenant à l’auteur seul, lorsque l’œuvre est encore protégée, ou, pour une œuvre tombée dans le domaine public, à entraver sa libre utilisation, commerciale ou non, en imposant des conditions trop sévères.

En dehors de l’abus du propriétaire, la sauvegarde des libertés impose de réduire la protection accordée au propriétaire du bien, dans son principe.

Section 2 : La sauvegarde des libertés

L’étendue du droit reconnu au propriétaire sur l’image de son bien se trouve également restreinte par les libertés fondamentales, et en particulier, par le droit du public à l’information, et par la sauvegarde de l’ordre public. Le principe de la protection de l’image du bien doit ménager tant les intérêts privés (A), que l’intérêt général (B).
A/ LES INTERETS PRIVES

L’individu jouit de certaines libertés fondamentales, dont on a dégagé le droit à l’information. Ces libertés priment le droit du propriétaire sur l’image de son bien.

1/ Les libertés fondamentales :

le droit de propriété, droit fondamental à valeur constitutionnelle, porte intrinsèquement une limite à la liberté individuelle, et à la liberté d’aller et venir des tiers. Mais le principe de protection de l’image des biens entraîne de nouveaux conflits avec la liberté individuelle, la liberté d’expression ainsi que la liberté du commerce et de l’industrie.

La liberté de réaliser une image n’est évidemment pas, en tant que telle, une liberté publique, consacrée par la loi ou la constitution. Mais elle est comprise, comme le respect dû à la vie privée, dans la liberté individuelle, principe fondamental reconnu par les lois de la République. La liberté individuelle est en effet proclamée par le Préambule de la constitution de 1946, que l’article 66 de la Constitution de 1958 réaffirme, en en confiant la garde à l’autorité judiciaire. La liberté individuelle implique la liberté de réaliser l’image des biens visibles sans l’autorisation de leur propriétaire. Ainsi, selon Pierre Kayser, le propriétaire d’un bien visible à partir du domaine public n’a pas, en sa qualité de propriétaire, le droit de s’opposer à la reproduction de l’image de ce bien. Il n’est pas illicite de reproduire un château d’un lieu



accessible au public. Au niveau du droit administratif, la liberté de photographier les immeubles du domaine public a été consacré par le Conseil d’Etat en 1949 : il avait décidé que la saisie par un commissaire de police des plaques photographiques qui venait de prendre des vues de la cathédrale de Chartres était « manifestement insusceptible d’être rattachée à un pouvoir de l’administration, et constitutive d’une voie de fait ».68

La liberté de publier l’image ainsi réalisée est elle-même incluse dans les libertés de communication et d’expression, que le Conseil constitutionnel considère également comme des libertés constitutionnelles, et qui figurent aux articles 10 et 11 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme.

L’illustration en est donnée par l’arrêt rendu par la Cour d’appel de Paris le 31 mars 2000.69. Le propriétaire du château de Villeneuve Loubet reprochait à un éditeur d’avoir reproduit son bien dans un livret relatif à l’histoire des châteaux et des fortifications, offert pendant une campagne promotionnelle dans des stations-service. Mais la Cour retient que « le petit dessin incriminé, servant uniquement à illustrer le sujet de l’ouvrage en représentant un château fort typique, au surplus classé monument historique ne constituait pas une exploitation commerciale de ce monument mais répondait à un souci pédagogique d’information, relevant du principe constitutionnel de la liberté d’expression… ».

Même la liberté d’exploiter l’image est comprise dans la liberté du commerce et de l’industrie, qui elle-même est incluse dans la liberté d’entreprendre, liberté constitutionnelle.

Ainsi, le fait de réaliser, publier et exploiter l’image d’un bien fait partie de plusieurs libertés fondamentales, qui vont venir en conflit avec le droit de propriété. Comment déterminer le droit fondamental qui doit primer ? « La conciliation des intérêts contraires doit s’effectuer in concreto », par le juge. Lorsque les intérêts supérieurs de la liberté d’expression ou de la liberté individuelle sont en jeu, les libertés peuvent primer le droit fondamental qu’est le droit de propriété. La protection accordée au propriétaire sur l’image de son bien s’efface alors au profit de ces libertés.
2/ Le droit à l’information :

Le propriétaire ne saurait s’opposer à la photographie de son bien, s’il est le siège d’un événement ou d’un fait d’actualité. Le 23 février 1999, le tribunal de grande instance de Paris, dans l’affaire Utrillo, a fait prévaloir le droit à l’information sur la protection due au droit d’auteur en énonçant que « le droit du public à l’information doit être compris, non seulement comme le droit de savoir, mais aussi comme le droit de voir ». Les juridictions françaises construisent une nouvelle approche de la liberté de l’image, qui tient compte notamment des exigences de la Convention européenne. Cependant, cette approche


reste encore casuistique. Pour Christophe Bigot, c’est seulement lorsqu’un véritable droit du public à recevoir des images d’actualité que le droit à l’information pourra devenir effectif.70

Le droit à l’information est consacré à l’article 10-1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme. Il ne connaît en revanche pas de véritable consécration en droit positif interne.

Quelle est la portée du droit du public à l’information ? L’arrêt « Foca » rendu le 6 février 1994 par la Cour de cassation avait estimé qu’il était impossible, au nom du droit du public à l’information, de priver le téléspectateur d’images d’une compétition sportive, quand bien même une exclusivité aurait été accordée par contrat à un diffuseur. De même, le défilé organisé par Jean-Paul Goude lors du bicentenaire de 1789 donne un autre exemple où les images n’ont pu faire l’objet d’une appropriation, car il s’agissait d’ « un événement, c'est-à-dire d’un fait historique non susceptible d’appropriation ou d’exclusivité ».71

Le droit à l’information du public semble donc avoir été conçu pour ménager, au profit du public, une information sur un événement d’actualité. Ce droit concerne l’image, au premier plan. Le droit à l’information du public, tel qu’il a été proclamé par l’arrêt « Foca », a été expressément dégagé pour ménager un droit à la réception des images des images de l’événement, et caractérise un droit à l’information par l’image, assez proche du « droit de voir » de l’affaire « Utrillo ».

Dans l’affaire Utrillo72, le tribunal de grande instance de Paris a considéré, sur le fondement de l’article 10de la Convention européenne, que le droit du public à l’information devait conduire à admettre que la diffusion d’un reportage faisant apparaître des œuvres protégées par le droit d’auteur était licite.

Ainsi, le droit du public à l’information, par le biais de l’image, vient remettre en cause certains doits subjectifs. Tout récemment, le tribunal de Lyon a rendu une décision relativisant le monopole de l’auteur au nom d’un droit collectif, à la reproduction ou la représentation d’un monument (en l’occurrence, une place, à Lyon, sur laquelle a été érigée une série d’œuvres d’art, qui s’imbrique avec le patrimoine historique ».

Si le droit d’auteur peut être remis en cause par le droit à l’information, alors le droit de propriété sur l’image du bien pourrait l’être aussi. C’est ce qu’a fait la Cour d’appel de Paris, en refusant de faire droit à la demande du propriétaire d’un voilier qui prétendait interdire la diffusion de son image73, ainsi qu’en relevant, dans une autre affaire, que l’image du bien était légitimée par « un souci pédagogique d’information relevant du principe constitutionnel de la liberté d’expression ». Le tribunal de Paris a relevé le droit légitime du public à être informé de la richesse du patrimoine historique, pour débouter un



propriétaire qui revendiquait l’ droit sur l’image de son bien, cela en se fondant expressément sur l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’Homme.

La jurisprudence Roch Ahron est bien allée dans le sens d’une restriction des pouvoirs du propriétaire sur l’image de son bien, peut-être inspirée par ces arrêts statuant sur le droit à l’information.

L’image vecteur d’information exige une protection particulière, de nature à remettre en cause le droit du propriétaire sur l’image de son bien.
B/ L’INTERET GENERAL

Certaines limites ont directement pour but la protection de l’ordre public.

C’est, par exemple, la protection des personnes et des biens qui justifie la vidéosurveillance. Les forces de l’ordre peuvent, de manière licite, photographier un véhicule roulant à vive allure. Et il est évident qu’aucun propriétaire de véhicule ne peut, dans ce cas-là, venir revendiquer un quelconque droit.

Il existe également des restrictions qui limitent la liberté de prises de vue, mais en dehors de toute prérogative du propriétaire sur l’image de son bien : ne peuvent être photographiés ni filmés les immeubles qui présentent un intérêt pour la Défense nationale. Les exigences de la Sécurité et de l’ordre varient selon les monuments et les lieux. La liberté de prendre des photographies sur la voie publique, comme toute liberté générale est limitée par les exigences de l’ordre public : l’ordre, la tranquillité et la sécurité.



1 P. Kayser, « L’image des biens ». Dalloz 1995 chron. p. 291 n°1.

2 T. Civ. Seine, 16 juin 1858, Dalloz 1858, 3, p.62.

3 G. Cornu, Droit civil « Introduction, les personnes, les biens ». 10ème éd. 2000 Domat Droit privé Montchrestien.

4 Chiffres in JCP E n°36 sept 2001 jurisprudence p. 1387 obs. M. Serna.

5 TCiv. Seine, 18 avril 1889.

6 Tribunal de paix de Narbonne, 4 mars 1905, dalloz 1905 p.389.

7 V-L Benabou « La propriété schizophrène , propriété du bien et propriété de l’image du bien. » Droit et Patrimoine n°91 mars 2001.

8 Ibid

9 Fr. Zénati, « Pour une rénovation de la théorie de la propriété », RTDCiv (2) avril-juin 1993, p.305.

10 Pierre-Yves Gautier note sous Cass. 1ere Civ.10 mars 1999 Gaz. Pal. 1999.

11 Ch. Caron, M. Cornu, A. Françon, P-Y Gautier.

12 E. Agostini, H. Perinet-Marquet, F. Zénati.

13 J-M Mousseron, J. Raynard, T Revet « De la propriété comme modèle ». Mélanges Colomer, 1993 n°1.

14 Grenoble, 15 juillet 1919, D.1920, p.9, note Rouast.

15 Paris, 27 février 1967 (Bardot) Dalloz 1967 p.450 ; Paris, 15 mai 1970 Dalloz 1970 p.466 ; Civ 2ème 5 janvier 1983 (Adjani) Bull. 1983 II n° 4 p.3.

16 G. Cornu, Droit civil « Introduction, les personnes, les biens. » 8ème édition Montchrestien.

17 M. Serna « L’image des personnes et des biens » Editions Economica 1997.

18 TGI Seine 1er avril 1965 (maison et dépendances) JCP 1966 II 14572 ; TGI Valence 26 avril 1973 Gaz. Pal. 10 janvier 1974 p.25 ; TGI Paris 8 janvier 1986 Dalloz 1987 Somm. p.138 (intérieur d’un hôtel particulier) ; Paris, 27 mars 1987 Dalloz 1987, IR p.116 (jardin et piscine).

19 Cass. 2ème civ. 29 juin 1988 Gaz. Pal. 1988 2 p.817 note P. Bertin.

20 Metz, 26 novembre 1992, Dalloz 1993 IR p.83 ; JCP 1993, I, 3707, n°1.

21 Paris, 12 avril 1995, JCP 1997 II 22806 note V.Crombez.

22 J. Ravanas, « L’image d’un bien saisie par le droit », Dalloz 2000, Chron. p.19.

23 P. Kayser « L’image des bien » Dalloz 1995 Chron. p.291.

24 TGI Seine 1er avril 1965 JCP 1966 éd.G II 14572.

25 Paris, 2 juin 1976, Dalloz 1977 p.364.

26 TGI Bordeaux, 19 avril 1988, Dalloz 1989 Somm. p.95.

27 C’était d’ailleurs le cas dans l’arrêt de la première chambre civile du 10 mars 1999, mais le moyen n’a pas été retenu.

28 TGI Paris, 10 février 1970 RIDA avril 1971, n°LXVIII p.237.

29 H.,L., et J. Mazeaud et F. Chabas Leçons de droit civil, t.II, 2ème vol. « Biens, droit de propriété et ses démembrements ». Montchrestien.

30 Ph. Simler, « Les Biens » Presses Universitaires de Grenoble 1996.

31 Conseil constitutionnel 16 janvier 1982 JCP 1982 II 19788, Dalloz 1983 p.169.

32 ainsi que dans la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme : arrêt Marckx, 13 juin 1979.

33 Ch. Caron, « Les virtualités dangereuses du droit de propriété. » Rép. Defresnois n°17 15 sept.1999 p.897.

34 Th. Le Bars, commentaires sur Civ 1ère, 25 janvier 2000 Les Petites Affiches « Les limites du droit d’un propriétaire sur l’image de son bien » n°235 p.13.

35 Ch. Caron,
1   2   3   4   5   6

similaire:

Le droit à l’image des biens 1 iconRésumé a partir des travaux portant sur l’image des points de vente,...
«information» des sites web, mais aussi la capacité des dimensions classiques du concept d’image des magasins à être appliquées aux...

Le droit à l’image des biens 1 iconLe Conseil Municipal désigne comme secrétaire de séance Nadia liyaoui
Le droit au logement est reconnu comme un droit social depuis 1946. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme acte comme tel...

Le droit à l’image des biens 1 iconLe droit des obligations se scinde en 2 parties. Ce semestre : droit des contrats

Le droit à l’image des biens 1 iconUne stratification historique du domaine juridique : les summa divisio...

Le droit à l’image des biens 1 iconPour la conservation des biens culturels

Le droit à l’image des biens 1 iconDes règles communes aux baux des maisons et des biens ruraux

Le droit à l’image des biens 1 iconIntroduction : Présentation du Code de Droit Economique (cde)
«Livres» dont chacun est consacré à une branche du droit économique (la protection de la concurrence, la sécurité des produits et...

Le droit à l’image des biens 1 iconChapitre 1 : Le droit des brevets
«attribuable»  invention attribuable à l’entreprise. Le salarié a une obligation de déclarer son invention à l’entreprise. L’entreprise...

Le droit à l’image des biens 1 iconLes relations entre le Droit Administratif Général et le Droit de la Fonction Publique
«fonction publique» est déterminée pour partie au moins par des considérations d'ordre politique

Le droit à l’image des biens 1 iconLa notion de droit culturel : un droit fondamental facteur d’inclusion sociale
«choc esthétique». Médiation, initiation ou éducation sont inutiles. IL suffit de mettre le public en présence des œuvres pour créer...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com