Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort








télécharger 354.52 Kb.
titreLire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort
page6/6
date de publication26.03.2017
taille354.52 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6

Répertoire d’expressions sur la tête


(à utiliser comme titres d’improvisations ou de tableaux, ou à glisser dans de petites formes)
1-Tête à claque 

2-Je n’ai vraiment pas la tête à ça.

3-Tu en fais, une tête !

4-Avoir la tête sur les épaules

5-De la tête aux pieds

6-La tête lourde

7-La tête qui tourne

8-La tête basse

9-Partir la tête haute

10-Tête à tête

11-Faire une tête au carré

12-Faire tourner la tête

13-En avoir par-dessus la tête

14-Tenir tête à quelqu’un

15-Chercher des poux dans la tête de quelqu’un

16-En donner sa tête à couper

17-Faire dresser les cheveux sur la tête

18-Se jeter tête baissée

19-Sur la tête de ma mère

20-A la tête du client

21-Se payer la tête de quelqu’un

22-Tête de Turc

23-Faire la tête

24-Coup de tête

25-Tête en l’air

26-Tête de cochon

27-Tête de c…

28-Forte tête

29-Perdre la tête

30-Se taper la tête contre les murs


Séance 15: Recherches (B2I) / Exposés



Prévoir un questionnaire, à l’aide des p.6 et 7 du livret du professeur de Claude Gueux + des dossiers situés dans les ouvrages sur la peine de mort, ou les dictionnaires de littérature)
- Victor Hugo et son engagement contre la peine de mort (son action politique, ses oeuvres engagées, et résumé du Dernier jour d’un condamné)
- La peine de mort hier et aujourd’hui, en France et dans le monde. (son histoire, les procédés d’exécution, du Moyen-Âge à nos jours, son abolition en France quand, et grâce à qui, les pays qui la pratiquent encore, les organismes qui luttent contre elle).
-Les conditions de vie des ouvriers au XIXe siècle (voir les manuels d’Histoire, encyclopédies sur les ouvriers, un résumé de Germinal)



Evaluation finale de type Brevet



Sujet sur le Dernier jour d’un condamné, p.98-99 du Manuel Français livre unique 3ème, Hatier
Ou : Sujet de Brevet : Grèce 2000.
Ou Sujet proposé sur le site : http://didactik.free.fr/Claude%20Gueux%20s%E9quence.htm
Ecriture:



Vous êtes scénariste et vous avez écrit, d’après la nouvelle de Victor Hugo, le scénario d’un film. Vous adressez une lettre à un réalisateur pour lui présenter votre projet. Vous vous attachez, dans cette lettre, à le convaincre de réaliser ce film en mettant en évidence les qualités “cinématographiques” de ce l’histoire, et la nécessité de produire un film sur la peine de mort.

Ou : voir page suivante : questions sur la préface du Dernier jour, sur un extrait de Claude Gueux, et sur la Nuit du Renard.

Evaluation finale de l’étude du Dernier jour d’un condamné,

de Victor Hugo
I-Le projet d’écriture du Dernier jour
1°) Lisez attentivement ces extraits de la Préface de 1832 du Dernier jour:

ll

          1. «[L’auteur] déclare donc, ou plutôt il avoue hautement que Le Dernier jour d’un condamné n’est autre chose qu’un plaidoyer, direct ou indirect, comme on voudra, pour l’abolition de la peine de mort. Ce qu’il a eu dessein de faire, ce qu’il voudrait que la postérité vît dans son oeuvre, si jamais elle s’occupe de si peu, ce n’est pas la défense spéciale, et toujours facile, et toujours transitoire, de tel ou tel criminel choisi, de tel ou tel accusé d’élection; c’est de la plaidoirie générale et permanente pour tous les accusés présents et à venir [...].»

          2. «Il le déclare donc, et il le répète, il occupe, au nom de tous les accusés possibles, innocents ou coupables, devant toutes les cours, toutes les cours, tous les prétoires, tous les jurys, toutes les justices. Ce livre est adressé à quiconque juge.»

          3. [A propos d’Ulbach, un bourreau qui a rédigé un livre dans lequel il exprime ses remords, Hugo écrit ensuite:] «Toutefois, cela ne suffit pas. Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux.»


2°) Reformulez le ou les principaux arguments développés dans chacun de ces extraits, puis dites pour chacun de ces arguments comment le roman vous paraît avoir répondu à chacun de ces projets.

3°) Dans l’extrait b., pourquoi Hugo répète-t-il l’adjectif indéfini «tout»? Quel effet cherche-t-il à produire à travers cette répétition? Quelle justice désigne-t-il?

4°) Quel genre de littérature ou quel genre d’action l’extrait c. invite-t-il à produire ou à mener?

5°) Quel projet d’écriture Victor Hugo formulait-il à l’intérieur de son roman? (Ch VI, VII et XLVI). Vous répondrez avec précision aux 4 questions que se pose tout auteur dans son projet d’écriture.
II-L’argumentation contre la peine de mort:
1°) Quels sont, d’après vous, les arguments les plus forts développés contre la peine de mort, dans le Dernier jour?

2°) Quels passages vous ont le plus marqué, et pourquoi? Formulez des réponses précises illustrées d’exemples.
III-Extrait de Claude Gueux, de Victor Hugo, 1834.
1°) Lisez attentivement cet extrait de la fin de Claude Gueux, court récit inspiré d’un fait divers réel, et suivi d’un plaidoyer universel contre la peine de mort, adressé par Victor Hugo à tous les députés de France, en 500 exemplaires, le 25 août 1834:


«Messieurs, il se coupe trop de têtes par an en France. Puisque vous êtes en train de faire des économies, faites-en là-dessus. Puisque vous êtes en verve de suppressions, supprimez le bourreau. Avec la solde de vos quatre-vingt bourreaux, vous paierez six cents maîtres d’école.

«Songez au gros du peuple. Des écoles pour les enfants, des ateliers pour les hommes.Savez-vous que la France est un des pays de l’Europe où il y a le moins de natifs qui sachent lire? [...] C’est une honte.

«Allez dans les bagnes. Appelez autour de vous toute la chiourme. Examinez un à un tous ces damnés de la loi humaine. Calculez l’inclinaison de tous ces profils, tâtez tous ces crânes. Chacun de ces hommes tombés a au-dessous de lui son type bestial; [...]. Or, de ces pauvres têtes mal conformées, le premier tort est à la nature sans doute, le second à l’éducation. La nature a mal ébauché, l’éducation a mal retouché l’ébauche. Tournez vos soins de ce côté. Une bonne éducation au peuple. Développez de votre mieux ces malheureuses têtes afin que l’intelligence qui est dedans puisse grandir. Les nations ont le crâne bien ou mal fait suivant leurs institutions. Rome et la Grèce avaient le front haut. Ouvrez le plus que vous pourrez l’angle facial du peuple.

«Quand la France saura lire, ne laissez pas sans direction cette intelligence que vous aurez développée. Ce serait un autre désordre. L’ignorance vaut encore mieux que la mauvaise science. Non. Souvenez-vous qu’il y a un livre plus philosophique que le Compère Mathieu, plus populaire que le Constitutionnel, plus éternel que la charte de 1830. C’est l’écriture sainte. Et ici un mot d’explication. Quoi que vous fassiez, le sort de la grande foule, de la multitude, de la majorité sera toujours relativement pauvre, et malheureux et triste. A elle le dur travail, les fardeaux à pousser, les fardeaux à traîner, les fardeaux à porter. Examinez cette balance: toutes les jouissances dans le plateau du riche, toutes les misères dans le plateau du pauvre. Les deux parts ne sont-elles pas inégales? La balance ne doit-elle pas nécessairement pencher, et l’Etat avec elle? Et maintenant dans le lot du pauvre, dans le plateau des misères, jetez la certitude d’un avenir céleste, jetez l’aspiration au bonheur éternel, jetez le paradis, contrepoids magnifique! Vous rétablissez l’équilibre. La part du pauvre est aussi riche que la part du riche. C’est ce que savait Jésus, qui en savait plus long que Voltaire.

«Donnez au peuple qui travaille et qui souffre, donnez au peuple, pour qui ce monde-ci est mauvais, la croyance à un meilleur monde fait pour lui. Il sera tranquille, il sera patient. La patience est faite d’espérance.

«Donc ensemencez les villages d’Evangiles. Une Bible par cabane. Que chaque livre et chaque champ produisent à eux deux un travailleur moral.

«La tête de l’homme du peuple, voilà la question. Cette tête est pleine de germes utiles. Employez pour la faire mûrir et venir à bien ce qu’il y a de plus lumineux et de mieux tempéré dans la vertu. Tel a assassiné sur les grandes routes qui, mieux dirigé, eût été le plus excellent serviteur de la cité. Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, fécondez-la éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la; vous n’aurez pas besoin de la couper.»


2°) Résumez, en vos propres termes, la thèse essentielle développée ici par V. Hugo.

3°) Que pensez-vous de cette thèse?

4°) Expliquez la dernière phrase de ce texte (et du livre): donnez son sens, précisez sur quels procédés d’écriture elle repose, et dites quel effet elle produit sur vous.

5°) A quel récit, fait par l’un des personnages que rencontre le condamné, dans Le Dernier jour, la thèse développée dans cet extrait de Claude Gueux, pourrait-elle répondre? Que ce personnage reprochait-il à la société? (Ch XXIII).
IV-Argumenter pour ou contre la peine de mort
1°) Ecrivez, dans deux colonnes distinctes les principaux arguments développés pour ou contre la peine de mort dans le premier chapitre de La Nuit du Renard, de M. Higgins Clark.

2°) Ecriture: Imaginez un dialogue d’une vingtaine de ligne dans lequel vous prendrez parti contre la peine de mort, face à un interlocuteur qui la défend farouchement. En repensant aux descriptions des tourments du condamné de Victor Hugo, vous inviterez votre un interlocuteur, en soignant votre expression (figures de style, rythme des phrases, ponctuation du dialogue...) à se mettre un moment à la place de celui qui va mourir, quels que fussent les crimes qu’il a commis.
V-Conclusion

1°) Que pensiez-vous de la peine de mort avant la lecture du Dernier jour, et qu’en pensez-vous maintenant?

2°) En quoi l’oeuvre de Victor Hugo a-t-elle, ou non, modifié votre point de vue sur la question? Justifiez vos réponses.
(NB : Il se peut que certaines questions posées dans ce sujet aient trouvé leur source sur un site Internet voici quelques années, mais je n’en avais pas alors noté la source précise…)
1   2   3   4   5   6

similaire:

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconRevolution industrielle et vie quotidienne au xixe siecle
«révolution industrielle» pour le xixe siècle. A quoi te fait penser cette expression ?

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconPenser le «petit» de l’Antiquité au xixe siècle
...

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconCours. Le bonapartisme est-il de droite ?
«Le xixe siècle fut le siècle de Napoléon iii» phrase de Anceau. IL faut capter la bienveillance du correcteur

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconLe Levant, une identité oubliée ?
«colonies» avec à leur tête le consul, sont français, anglais, hollandais, vénitiens, génois, au xviiie siècle, autrichiens ou américains...

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconChapitre 1 : L’urbanisation au xixe siècle

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort icon1 D. pellerano (xixe-xxe siècle)

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort icon4. Réunion de 4 assiettes en faïence fine, xixe siècle

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconMobilisation contre la solitude 26 associations agissent au quotidien contre la solitude
«Pas de solitude dans une France fraternelle» ont participé le 7 juillet dernier à une opération de sensibilisation du grand public....

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconI – Gravures Dessins Aquarelles Tableaux anciens et du xixe siècle

Lire une oeuvre argumentative du xixe siècle contre la peine de mort iconCroissance économique, mondialisation et mutation des sociétés depuis...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com