Ans l'antiquité grecque, trois lieux déterminaient culturellement la cité : l'acropole (lieu divin), le théâtre (lieu de réflexion ou de dérision), enfin








télécharger 21.51 Kb.
titreAns l'antiquité grecque, trois lieux déterminaient culturellement la cité : l'acropole (lieu divin), le théâtre (lieu de réflexion ou de dérision), enfin
date de publication27.03.2017
taille21.51 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
Le forum

Antiquité

Dans l'antiquité grecque, trois lieux déterminaient culturellement la cité : l'acropole (lieu divin), le théâtre (lieu de réflexion ou de dérision), enfin, l'agora, lieu de la raison, de l'art de persuader, et lieu de communication. Le forum romain s'inscrit dans la suite de cette agora, mais adapté à la cité romaine, et il possède des fonctions plus complexes et moins définies.

Dans sa forme, le forum romain renouvelle la tradition de l'agora. Situé au milieu de la cité, entre le mont Palatin et le mont Capitole, il est entouré par une série de bâtiments publics qui symbolisent la République: le temple de Saturne où est déposé le trésor public, le temple de la Concorde, le Sénat, la prison publique, etc... Ses dimensions sont importantes: occupant l'emplacement d'un ancien marais, le forum couvre une superficie de plus de huit hectares. Il continue, à l'époque, d'assurer des fonctions analogues à celles de l'agora d'antan; les citoyens se rencontrent en plein air pour discuter des affaires publiques, sachant que les destinées de la République sont intimement liées à cet espace divin qui donne à l'homme la possibilité d'influencer son propre destin.

Mais bientôt, les curies vont diviser géographiquement le lieu du forum. Celui-ci n'est plus alors uniquement un lieu de la parole, mais il intègre, à travers les partis des curies, toute l'ambiguïté du pouvoir politique. La première ségrégation du citoyen apparaît avec la division de l'espace du forum en deux parties: l'une, plus élevée et désignée sous le nom de comitium, servait de lieu de réunion aux comices curiates et s'opposait au forum proprement dit, siège des comices tributes. La tribune devient le centre géographique du forum; l'orateur devient l'élément principal. Par contre, à la fin de la République, le forum, espace de la démocratie par excellence, déborde de son emplacement, et le précurseur de l'Empire, Jules César, en établit un autre au pied du mont Quirinal, qu'il orne de plusieurs monuments (en particulier d'un temple de Venus Genitrix). Ce nouveau forum fut appelé forum Caesaris ou forum Julii, du nom de son fondateur.

La parole trouve de nouveaux sites, avec la construction de plusieurs autres forums et la conception même de tels espaces indique à quel point leurs fonctions ne sont plus les mêmes: le forum n'est plus un lieu de décision, un lieu politique, ce n'est plus qu'un lieu de rencontre qui a perdu, en outre, toute valeur mythique et morale dans le monde de l'Empire. La détérioration ne vient pas uniquement des institutions et de la nature du nouvel État romain, elle vient aussi de la superficie qu'atteint Rome: un forum analogue à l'agora athénienne n'est plus imaginable dans une ville telle que la Rome impériale. Ainsi, les marchands prennent la place des orateurs, les intérêts se déplacent, le citoyen romain n'est plus un passionné de politique et, bientôt, on appelle forum toute place marchande (halles, par exemple). Parfois, dans les provinces de l'Empire, on appelle forum le centre administratif et les locaux du pouvoir central.

Moyen Age et Renaissance

Peu à peu, les édifices impériaux sont transformés en lieux de culte : Saint Adrien pour la Curie, Saint-Cosme-et-Saint-Damien pour le Temple de Romulus, Saint Laurent-de-Miranda pour le Temple d'Antonin et de Faustine ... D'autres seront la propriété de grandes familles. L'Arc de Titus appartiendra ainsi aux Frangipani.  A partir du XIXe siècle, les édifices s’écroulent, la terre s’accumule et ensevelit les ruines. Au XIIe siècle, les familles nobles de Rome s’affrontent, épousant les causes de la querelle du Sacerdoce et de l’Empire : les monuments antiques sont transformés en forteresses. La zone située entre le temple d’Antonin et Faustine et le forum de César se hérisse de tour. Les édifices antiques sont dépouillés de leurs ornements qui vont embellir les églises et les palais ; au Forum, plus particulièrement, des fours engloutissent les statues et les colonnes pour les transformer en chaux.

Le Forum, déserté devient un lieu d’épandage. Au début de la Renaissance, autour du temple de Vespasien et du temple des Dioscures s’étendent des prairies. Le Forum est devenu « la plaine à vaches ». Près du temple des Dioscures, une vasque en marbre sert d’abreuvoir aux animaux : elle orne aujourd’hui la place du Quirinal.

De nos jours

De nos jours, le site est exclusivement dédié au tourisme. C’est un véritable patrimoine culturel et palimpseste, ainsi qu’une empreinte indélébile de l’histoire antique jusqu’à nos jours.

Vie civile et politique


Commencée par Jules César, la curie fut achevée par Auguste qui y installa une statue de Victoire. 
C'était le siège des assemblées du Sénat à l'époque républicaine, et un édifice consacré où les augures communiquaient les dispositions favorables ou défavorables des dieux. 
L'édifice de brique que l'on voit aujourd'hui date de l'époque de Domitien : IIIe siècle apr. JC. Il doit son bon état de conservation à sa conversion en église Sant'Adriano en 638.


Les Rostres, autrement dit les tribunes d'où les orateurs haranguaient la foule, laquelle, toujours prompte à manifester son mécontentement, participait activement à la vie politique... Il s'agissait d'un hémicycle en marbre auquel on accédait par un escalier. Le nom de la tribune vient des éperons en bronze, ou rostres, pris aux navires ennemis.

L'arc de Triomphe des sévères a été construit  en 203 pour honorer Septime Sévère et ses fils Caracalla et Geta, et pour fêter les 10 ans de règne de Septime Sévère. Il mesure 20 mètres de haut et est constitué de trois arcades. 
Les sculptures qui l'ornent figurent des épisodes des campagnes que l'empereur mena contre les Parthes. Il est également décoré de deux victoires ailées, et un quadrige mené par Septime Sévère et ses fils, se dressait initialement au-dessus.

L'arc de triomphe de Titus
a été construit en l'honneur de Titus, divinisé après sa mort, et son père Vespasien, par son frère et successeur Domitien. Il commémore le triomphe que Vespasien et Titus remportèrent en Judée en 71 apr. JC. 
C'est un monument à une arcade qui mesure 5.40 mètres de haut. Les reliefs qui le décorent représentent le triomphe de Titus avec la déesse Rome, des Victoires ailées et Titus conduisant un quadrige, suivi des personnifications du Sénat (un homme en toge) et du Peuple Romain (un jeune homme torse nu).

 

La colonne de Phocas fut le dernier monument élevé au Forum est une colonne corinthienne, à l'origine surmontée d'une statue en or. Cette colonne honorifique et commémorative fut dédiée à l'empereur Phocas par l'exarque d'Italie en 608.

 

La colline du Palatin est la plus célèbre de Rome, attachée aux souvenirs de son histoire la plus reculée : c’est ici que, selon la légende, Romulus traça le sillon qui délimita les contours de la future ville; c’est là aussi que surgit la première ville carrée et c’est là encore que s’installèrent les rois. 
Le nom de la colline lui vient du mot « palatium » qui signifie « palais ». En effet presque tous les empereurs habitèrent sur le Palatin... qui peu à peu se transforma en une immense et somptueuse demeure princière ! 

Vie religieuse

Le Temple de Saturne est une façade aux huit colonnes ioniques. A l'origine, ce monument contenait le Trésor de l'État, puisque Saturne était un dieu  personnifiant la prospérité et le bien-être. La cella du temple contenait la statue du dieu, portée en procession lors des rites triomphaux. On y conservait également les étendards des légions et les décrets du Sénat. Les fêtes des Saturnales, lors desquelles les distinctions entre maîtres et esclaves étaient abolies, s'y déroulaient en décembre. Le temple fut construit en 488 av. JC.

Le Temple de Jules César fut construit par Auguste en 29 av. JC. en l'honneur du dictateur divinisé, sur les lieux de son incinération, après les grandes obsèques publiques qui ont suivi son assassinat. On ne distingue plus aujourd'hui que la base de ce temple, construit à l'emplacement du bûcher où fut brûlé le corps du dictateur. Aujourd'hui encore, certains y déposent des fleurs en hommage ! 

Le Temple de Vesta était le foyer public de la citoyenneté. A l'intérieur brûlait en permanence un feu sacré symbole de l'immortalité de Rome, entretenu par les Vestales. Celles-ci jouissaient de privilèges spéciaux, mais celle qui manquait à son voeu de chasteté était enterrée vive, car il était impossible de verser le sang d'une vestale ! Elles gardaient également des objets sacrés, comme des représentations des Pénates, et la statue du Palladion, qui avait le pouvoir de préserver l'intégrité de la cité qui la détenait, représentant Minerve et ramenée selon la légende de Troie par Énée. Le sanctuaire se dressait sur un podium circulaire revêtu de marbre, entouré de colonnes corinthiennes et recouvert d'un toit conique percé d'une ouverture centrale. La tradition veut que l'édifice soit de forme circulaire pour rappeler les simples huttes d'argile formant les premiers temples. C'est un des plus anciens sanctuaires de Rome.

Le Temple de Castor et Pollux ou Les Dioscures (Castor et Pollux) étaient deux frères jumeaux, fils de Zeus et de Léda. Selon la légende, les demi-dieux jumeaux seraient apparus sous les traits de cavaliers pour guider les romains lors d'une bataille contre les Latins, et auraient fait boire leurs chevaux à la fontaine du Forum, après avoir annoncé leur victoire ! Le temple construit au Ve siècle av. JC. pour rappeler cette victoire devint le symbole du succès militaire romain. Il abritait également le bureau des poids et mesures, et des ventes d'esclaves se déroulaient devant le temple...

 

Le Temple d'Antonin et Faustine est un des édifices les mieux conservés du forum. Antonin, empereur qui se distingua par sa bonté, l'avait fait construire en hommage à sa femme décédée. Désespéré par sa mort, il ne cessait de répéter qu'il aurait mille fois préféré vivre dans un désert avec sa femme, que sans elle dans le plus somptueux des palais. Le temple porte une inscription dédicatoire du Sénat au couple impérial ; sa façade s'orne de six colonnes corinthiennes et d'une frise sculptée.

Vie commerciale


La Basilique Julia porte le nom de César qui la fit construire en 54 av. JC. Elle comprenait plusieurs tribunaux civils dont celui des Centumvirs, une cour civile spéciale qui traitait en particulier des affaires d'héritage. On peut encore voir sur l'escalier  du dehors où s'asseyaient les flâneurs des jeux de tabulae lusoria, sorte de jeux de dames,  gravés sur les marches. 
On peut difficilement s'imaginer l'importance de cette grande basilique (109 mètres de long pour 40 de large !), constituée à l'origine d'une grande salle entourée d'une double rangée de colonnes en brique et travertin, car il n'en reste plus aujourd'hui que le podium...  

La Basilique Emilia est l’unique exemple de basilique républicaine qui nous reste, toutes les autres ayant disparu. Construite en 179 av. JC, elle fut plusieurs fois restaurée et reconstruite. Son état actuel date du Ier siècle apr. JC. Derrière la façade se trouvaient des boutiques abritant des changeurs et des banquiers.

La Basilique de Maxence fut commencée en 308 sous Maxence et terminée par Constantin, pour remplacer un précédent complexe d'entrepôts, et avait pour fonction d'accueillir la préfecture destinée à l'administration de la ville. Elle se différencie nettement des deux autres basiliques par son architecture et son volume intérieur. C'est là que se trouvait la colossale statue de Constantin en marbre et bronze doré, placée dans l'abscisse occidentale. On peux encore voir ce qu'il en reste au musée du Capitole : le pied qui mesure 2 mètres, et la tête de 2.60 mètres, découverts en 1487. 

similaire:

Ans l\Sens et materialite du lieu
«Logique du lieu et génie du lieu» dans A. Berque et Ph. Nys (dir.) Logique du lieu et œuvre humaine, Ousia, 1997, p. 189-212

Ans l\Notes sur le théâtre
«le rôle du poète est de dire non pas ce qui a eu lieu réellement, mais ce qui pourrrait avoi lieu dans l’ordre du vraisemble et...

Ans l\Citations … à propos du théâtre
«Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli»

Ans l\Michel collot «Ouvrir l’horizon du lieu»
...

Ans l\Le théâtre en Europe du xvie au xviiie siècle : Commedia dell’arte, Baroque, classicisme
«Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli.»

Ans l\Evaluation geographie 3
«étalement urbain» puis expliquez pourquoi ce phénomène a lieu et enfin quels problèmes cela pose

Ans l\Le Parthénon est un temple d’Athéna Parthénos, construit sur l’Acropole...
«acropole vient de l'adjectif ákros qui veut dire : «haut, élevé» et du substantif pólis, «cité, ville», signifiant ainsi «ville...

Ans l\Le Mont-Valérien, lieu d’histoire, lieu de mémoire
«J’ai la certitude que le monde de demain sera meilleur et plus juste, que les humbles et les petits auront le droit de vivre plus...

Ans l\Peyrusse-le-roc, chef lieu de commune ne compte aujourd'hui qu'une...

Ans l\Neuf commentaires sur le Parti communiste – 7ème partie
«passé le chaos, le monde retrouve la paix, mais 7 ou 8 ans après, le chaos doit resurgir.» [1] En d’autres termes une révolution...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com