Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530








télécharger 30.66 Kb.
titreBalade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530
date de publication30.03.2017
taille30.66 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club MATRA BMR et Amicale MATRA 530
A Michel…

Jeudi 10 Mai, sous le grand soleil de Marseille nous nous retrouvons 24 aventuriers au volant de 11 Matra’s rutilantes et 1 4x4 d’assistance prêts à affronter la méditerranée et rejoindre le continent africain.

Après une traversée digne d’une croisière des plus clame et détendue, Vendredi matin nous abordons les côtes tunisiennes via le port de  « la Goulette » à Tunis. A bord nous avons rencontré le rallye « Les Routes du Soleil ». Nous partageons avec eux l’accueil des officiels ainsi que notre premier repas en terre tunisienne au restaurant « Le Lido ». Superbe vue sur la plage et la mer, soleil radieux, le dépaysement est immédiat. Bon repas et ambiance vacances.

Départ ensuite pour « Sidi Bou Saïd », village typique et incontournable lors d’un voyage dans le nord tunisien. Chacun est libre et ainsi peut se perdre à sa guise dans les petites ruelles blanches bordées de maisons aux  moucharabiehs  azurs et portes cloutées. Possibilité de visiter la maison d’un notable, le Mufti Dar El Annabi et pour certains, qui se reconnaîtront, pause au célèbre « Café des Nattes ». En fin d’après-midi nous rejoignons notre hôtel à quelques kilomètres de là, le « khamsa Corinthia » de Gammarth en bord de mer. Installation dans les chambres, briefing au bord de la piscine, repas buffet de grande qualité puis pour les couche-tard orchestre et chansons au piano-bar .

Samedi matin 8 heures. Après un bon petit déjeuner en route vers « Dougga » en deux groupes . Quelque peu de circulation autour de Tunis mais tout va bien. Puis, traversée de grandes étendues bien vertes du nord tunisien. Arrivée vers 11 heures sur ce plus grand site romain d’Afrique du Nord en bon état de conservation. Après avoir stationné nos voitures devant le restaurant où nous déjeunerons, nous grimpons jusqu’aux vestiges pour retrouver notre guide. Intéressante visite sous un brûlant soleil et paysage grandiose.

Heureux de redescendre deux heures plus tard pour prendre l’apéro apporté par Jean Guy et Philippe, au frais dans cet agréable restaurant. Pendant ce rafraîchissement très apprécié, Juan et Rosa Maria nous remettent à chacun le tee-shirt souvenir de ce voyage ; merci encore à vous pour ce geste si sympathique. Après un bon repas au « Mercure » nous repartons pour « Kairouan ».

En cours de route nous retrouvons le rallye « Les Routes du Soleil » qui prennent la même direction que nous : 12 voitures anciennes de marques variées ; tout au long du parcours nous sommes très gentiment escortés par la police nationale qui nous ouvre la route jusqu’à l’hôtel.

Ici arrive l’unique panne du séjour ! À deux kilomètres de l’hôtel, à l’entrée de « Kairouan », Juan nous « péte une durite » et régurgite toute l’eau de sa Murena 2.2 l. Pas de panique, l’assistance est là ainsi qu’un motard de la police. La barre de remorquage « homologuée Matra » par le « Spider Man Lété » est rapidement installée et remorquage de la Mumu jusqu’au parking de l’hôtel « la Kasbah » où la chère petite pourra refroidir tranquillement jusqu’au lendemain. Piscine pour tous ou presque – certains et certaines sont réfractaires !!!- puis repas et direction le café Maure installé dans les remparts de la vieille ville. Là notre ténor Yves/Beaudouin nous fait découvrir ses talents de chanteur lyrique autour d’un thé à la menthe, thibarine ou bouhka pour les alcoolos.

Dimanche matin, les mécanos Jean et Fabien s’activent à changer le croisillon de cardan de la 530 de Jean Guy, ainsi que la durite défectueuse de la Murena espagnole fournit par Gérard. Pendant ce temps Jean Pierre et Yves s’affèrent sur la Bagheera coucou belge : soucis d’alternateur sans gravité.

Le groupe lui, part à pied pour la visite guidée du centre de « Kairouan » : mosquée du barbier, bassins des « Aghlabides », grande mosquée « Oqba » et ses très nombreuses colonnes de marbre puis la médina et enfin l’incontournable visite chez le marchand de tapis, grande spécialité de l’artisanat kairouanais.

Repas à l’hôtel et route vers « Tamerza », le sud ouest tunisien nous ouvre les bras. Le dépaysement est total : paysage aride et montagneux, ânes, dromadaires, chèvres et moutons sont nos nouveaux compagnons de route.

Ici, comme depuis notre départ sur les routes tunisiennes, le salut en signe d’amitié est de rigueur, toujours accompagné du sourire des habitants, jeunes ou vieux, hommes ou femmes de chaque village.

Notre arrivée à cet hôtel « Tamerza Palace » situé face aux ruines de l’ancien village est un émerveillement pour tous. Architecture et décoration intérieure des plus typique. Repas du soir pris sur la terrasse de la piscine avec vue panoramique sur les ruines illuminées, buffet et bonnes grillades …

Lundi 14 Mai, après un bon petit déjeuner nous prenons la route de montagne vers la frontière algérienne pour découvrir « Midès » et son canyon. Nos marcheurs / grimpeurs sont aux anges et escaladent allègrement les rochers tandis que d’autres suivent sagement les pas du guide. Achats de chèches, bijoux, roses des sables, et tatouages au henné pour certaines.

Après un ravitaillement d’essence amené d’urgence via un bidon sur la mobylette de notre désormais ami Abdel Hamid, nous reprenons la route vers « Chébika ». Arrêt panoramique pour voir une cascade d’eau chaude, puis ballade à pied dans des gorges au fond d’un oued.

En route vers « Tozeur » ; arrivée à notre hôtel « Dar Cheraït », palais des « milles et une nuit ». Là nous attend notre guide touristique : Zakia. Le cocktail de bienvenue agrémenté de petits gâteaux tunisiens est des plus agréable. Rendez-vous prévu l’après midi vers 17 heures pour une balade collective en calèches avec visite de la palmeraie où d’autres bêtes voraces nous attendent - des moustiques par centaines - ; passage chez le briquetier Antar où Marie-Claire s’adonne à la fabrication d’une brique et nous en fait la démonstration.

Repas du soir sur la terrasse, tout le monde s’est « habillé » pour se fondre dans le très beau décor de cet hôtel 5 étoiles où nous passerons deux nuits.

Mardi Matin, départ pour « Metlaoui » à 50 kilomètres où nous prendrons le petit train « le Lézard Rouge » pour une visite des gorges de l’oued « Selja » inaccessibles autrement. Sur la route un troupeau d’une bonne cinquantaine de dromadaires traverse devant nous, arrêt photos bien sûr. Nos places sont réservées, nous stationnons nos voitures dans la cour de la gare ouverte pour nous, ici commence d’ailleurs la 4x4/story mais c’est une autre histoire.

A 10 heures le petit train s’ébranle et nous voilà partis pour une très jolie balade de deux heures dans des gorges profondes surmontées de falaises à pic. Deux arrêts aux bons endroits permettent aux photographes de faire crépiter leurs appareils.

Retour à l’hôtel pour le déjeuner puis après midi libre : visite des souks pour certains, sieste et piscine pour d’autres. Et … 4x4/story pour la « Lété ‘s assistance band » et leurs amis fidèles.

La honte : notre engin neuf et moderne ne veut plus démarrer, nous passons notre après midi au téléphone avec la France, le garage et l’importateur Hyundaï. Ah ! L’électronique !!! Rien ne vaut une bonne mécanique Matra !

Mercredi 16 Mai, après une bonne nuit, nous quittons le palais de Shéhérazade non sans regret, mais d’autres aventures nous attendent aujourd’hui. Tout d’abord la traversée du « Chot El Djerid », immense lac salé qui scintille au soleil. Un peu d’attention et nous pouvons deviner les célèbres mirages. Puis après avoir traversé « Kébili » nous arrivons à l’hôtel «Sun Palm de Douz ».

Le désert et les dunes commencent ici. Nous garons nos chères autos sur le parking en toute sécurité car nous les abandonnerons ici pour la nuit prochaine. Le déjeuner/buffet au bord de la piscine à l’ombre des bougainvilliers nous est exclusivement réservé, le chef nous fait griller viandes et saucisses à la demande, un vrai régal. Aujourd’hui, moi Sylvie c’est mon anniversaire et à ma grande surprise le chef pâtissier apporte un gros gâteau pour cette occasion, surmonté d’une traditionnelle bougie, que nous partageons tous accompagné du célèbre thé à la menthe servi suivant la tradition par Tahar. Un grand merci d’ailleurs à Alia de l’agence Reshot pour ce geste si sympathique à mon égard.

Après une dernière baignade d’un certain Jean Claude en particulier, qui doit être le croisement d’une sirène et d’un poisson, il est l’heure maintenant de rejoindre les cinq 4x4 sur le parking. Leurs chauffeurs et un guide nous attendent pour nous faire découvrir le désert saharien et les dunes de sable. Après quelques kilomètres de « tôle ondulée » l’étendue ocre et vallonnée est à perte de vue, nous sommes perdus au milieu de cet océan de vagues sablonneuses. La piste n’existe plus, emportée par le vent de sable qui souffle encore un peu, les chèches sont alors les bienvenus. Le désert… la sérénité totale… Après un franchissement de dunes plutôt « sport » - pardon Monique de t’avoir emmené dans cette galère ! – nous arrivons près d’un petit campement de toile occupé apparemment par une ou deux âmes.

Abri pipi à l’intérieur pour les dames et à l’extérieur pour les messieurs, une petite pelletée de sable et le tour est joué !

Après environ cinq heures de saute/dunes, devant nous apparaît une marée verte : l’oasis de « Ksar Ghilane » et sa palmeraie.

Le soleil se couche, un véhicule 4x4 se trouve là , enlisé dans cette poudre fine et fluide, chaude et douce comme de la farine. Bien sûr nous nous arrêtons, une corde est sortie d’un véhicule, après trois reprises et d’un coup sec, l’engin est sorti de son ornière si molle.

Nous voilà au campement, chacun prend possession de sa  tente. La piscine aux carrelages aussi verts que les palmiers, nous tend les bras, mais à part l’un d’entre nous – toujours le même, un certain Jean Jacques Poisson – il est tard et il faut se préparer pour notre soirée.

Rendez-vous est donné à 21 heures sur la terrasse pour la préparation du pain dans le sable et l’apéritif. Après dégustation, arrivée de la troupe folklorique : trois musiciens et une danseuse. Entraînés, quelques uns d’entre nous – cherchez lesquels – se laissent aller à la danse du ventre, l’ambiance est bonne et douce comme l’air ambiant.

Enfin et au son de la musique « Malouf », nous nous dirigeons entre des flambeaux à l’arrière du campement. Là ont été installées de véritables tentes berbères, entourées de barrières de branches de palmes en protection du vent. Sous ces tentes, des tables basses sont dressées sur des tapis « Kilims », entourées de petits coussins. Au milieu crépite un grand feu nourrit de bois de palmes. C’est magique ! Nous nous installons ; un très bon repas traditionnel nous est servit commenté par Fadhel notre guide et accompagné de nos musiciens et danseuse.

Puis vient le dessert, alors nous nous regroupons tous sous la même tente. La plupart d’entre nous ont revêtu la djellaba et le chèche, la lumière n’est faite que de bougies et de flambeaux, l’ambiance sous le ciel étoilé du désert est si particulière, presque irréelle !

Mais quelle surprise m’attend ! Du fond du cœur, merci encore à tous pour cette soirée qui restera pour moi inoubliable. Et tout particulièrement à Gérard et ses dons d’écrivain, à Marie Lou et Serge pour lui avoir raconté ma vie et aux amis qui m’entouraient ce soir là. Puis la nuit avançant tout s’est terminé par des rires et des chants avec Yves, la danse du ventre, la musique et bien sûr le champagne !

Jeudi 17 Mai : Remis de nos émotions et après avoir passé une bonne nuit dans le calme du désert avec parait-il quelques bestioles dans les tentes, certains vont s’essayer aux pas à l’amble des dromadaires. Puis nous reprenons nos 4x4 et cette fois, empruntons la piste goudronnée pour revenir doucement vers la civilisation. Nos petites  Matra ‘s ont toutes bien dormies aussi, nous déjeunons dans les mêmes conditions que la veille puis départ pour « Matmata ».

Après une centaine de kilomètres sur une route toute droite, nous montons dans la montagne pour rejoindre ce village troglodyte. Notre hôtel « Diar El Barbar » nous attend, certains dormirons dans des trous sans fenêtre comme il est coutume dans cette région de grottes. Il est tôt et nous avons tout le temps pour aller visiter une maison typique habitée par des villageois berbères. Ils nous accueillent avec gentillesse et nous offrent la galette de pain traditionnelle toute chaude. Trois générations vivent ici dans quelques pièces aveugles réparties autour d’une cour au fond d’un trou dans la montagne. Une petite fille d’à peine 2 ans pleine de joie, saute dans nos jambes pendant que sa maman, jolie jeune femme, tisse un tapis sur un sommaire métier de bois. Après avoir laissé quelques dinars et salué le patriarche de la famille appuyé sur sa canne, nous repartons vers notre hôtel 4 étoiles. Grand contraste !...

Apéritif au bar et dîner au bord de la piscine. Mais aujourd’hui un autre anniversaire, celui de Monique. En son honneur une table est dressée avec nappes blanches, roses et coupes . C’est avec plein de gaieté et de chansons que nous trinquons à sa santé en vidant les quelques bouteilles de champagne prévues pour cette occasion.

Vendredi 18 Mai : après le rituel petit déjeuner, nous prenons la route pour « Mahdia ». Etape assez longue et plus pénible : nous allons emprunter une route très fréquentée par toutes sortes de véhicules hétéroclites : des 404 bâchées transportant du bétail aux gros poids lourds surchargés. De plus un point délicat, la traversée de « Sfax », ville industrielle et grouillante. Après avoir essayé de l’éviter en prenant des petites routes traversant d’immenses oliveraies, nous nous retrouvons au milieu de cette cité et nous perdons quelque peu. Mais rien de bien grave, si ce n’est l’heure un peu tardive de notre arrivée au déjeuner de l’hôtel, dans une salle de restaurant particulièrement bruyante et animée. L’après-midi, option culturelle : visite de l’impressionnant « Colisée d’El Jem » à 40 kms, ou option farniente sur place : plage, piscines, sieste ou bar… Avant le repas du soir, apéritif offert par Jean Guy dans sa suite … Dîner plus calme puis digestif dans de grands canapés de cuir, et ensuite boite de nuit pour certains noctambules.

Samedi 19 Mai : journée libre en direction d’ « Hammamet », notre dernière étape. Nous optons toutefois pour la visite ensemble d’un autre village caractéristique perché sur un piton rocheux : vue imprenable et nouvel accueil dans une maison berbère. Après l’apéritif autour de nos Matra’s, chacun peut aller déjeuner à son goût : crêperie sur place pour certains, repas à l’hôtel pour d’autres. Sans parler de ceux qui ont souhaité assister à l’égorgement du mouton, avant dépeçage, découpage et cuisson, puis dégustation ! On ne peut plus frais … L’après midi, toujours libre. De nombreuses possibilités s’offrent à nous, sur « Hammamet » : visite de la vieille ville, poteries à « Nabeul », médina moderne de Yasmine et prestations diverses et luxueuses dans ce très bel hôtel 5 étoiles.

Après le dîner, rendez-vous au bar, pour une animation danse du ventre et élection Miss. Philippe nous offre une impressionnante démonstration très bien accompagné et notre Rosa sera élue Miss Tunisie avec Marie- Claire pour dauphine, un grand bravo à elles deux !!! Puis Juan se met au piano, encore un artiste !!! Enfin quelques pas de danse pour cette dernière soirée tunisienne encore une fois des plus réussie.

Dimanche 20 Mai : C’est le jour du retour, notre bateau nous attend au port de « la Goulette » à Tunis, après 70 kms d’autoroute et sans embouteillage, chacun écoule ses derniers dinars avant l’embarquement vers 12h30. Cette fois encore la mer fut d’huile et le voyage exquis.

Lundi 21 Mai : Notre Dame de la Garde nous attend et nous débarquons aux environs de 10 heures. Adieux émouvants sur le port, bises et larmes même pour certaines. Nous repartons tous vers nos pénates, la tête remplie de souvenirs ensoleillés et de nouveaux amis.
Sylvie et Hélène

Ont pris part à cette aventure Tunisienne :

+ Monique et Pierre Dardé en Matra 530

+ Hélène Prat et Fabien Lebreton en Matra Muréna

+ Marie-Claire et Jean-Pierre Jubelin en Matra Bagheera

+ Annie et Pierre Denoyer en Matra Muréna

+ Marie-Jo et Gérard Dumouchel en Matra Muréna

+ Yves Senterre et Lionel Raymond en Matra Bagheera Courrège

+ Elisabeth et Jean-Jacques Gaillard en Matra Bagheera

+ Kath et Philip Owen en Matra Muréna

+ Rosa Riera Vilarrasa et Juan Ortega Plana en Matra Muréna

+ Bernadette et Jean-Guy Raymond en Matra 530

+ Marie-Lou et Serge Hochin en Matra Muréna’s Lété

Et enfin Sylvie et Jean Lété en 4X4 Hyundaî Terracan
Une ambiance formidable, pleine de bonne humeur et d’amitié…

similaire:

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconConduite à tenir devant des bactéries multirésistantes en réanimation
«Hôpital Propre ii», consacrée aux bmr, a trouvé un taux d'incidence de 41 pour 1 000 admissions en réanimation; un quart de l'ensemble...

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconTunisie web services Tunis, Tunisie –- octobre 2012, désembre

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconGetit : La Tunisie s’expose à la seti
«getit : la Tunisie, partenaire du Développement Offshore» suivie d’un cocktail déjeunatoire de 12h30 à 13h30

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconCorrection Epreuve commune Mai 2007

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconJardins éphémères contemporains Rencontre du Jury, 23 mai 2007 Sélection officielle — Lauréats

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconSynthese de documents
«Le miroir social : avilissant et nuisible pour les femmes», Valeurs mutualistes, n°249, mai/juin 2007

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconSamedi 9 mai à 11 h et à 14 h 15 et non le 2 mai comme annoncé sur...

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconSouvenirs d’une belle balade

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 icon333, une balade architecturale

Balade Matra en Tunisie Mai 2007 – Club matra bmr et Amicale matra 530 iconCompte rendu du groupe d’experts Mai 2007
Le thème retenu en 5ème permettra de s’appuyer sur les architectures de ponts, structures de bâtiments, solutions techniques d’ouvrages....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com