Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui








titreSe promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui
date de publication03.04.2017
taille52 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos

Schjolberg Conseil





COMITÁN DE DOMÍNGUEZ
Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui témoigne de nombreux siècles d’histoire. Il ne faut surtout pas passer à côté du fameux quartier des 7 coins (barrio de las 7 esquinas) qui possède une forte personnalité et un charme propre à la culture comitèque.
Comitán de Domínguez, Terre de la liberté d'expression et du berceau de l'Indépendance de Chiapas et d'Amérique Centrale. La ville de Comitán est située à 163 km du capital de Chiapas, Tuxtla Gutiérrez et à 90 Km de la frontière avec le Guatemala, est reliée par la Route Panaméricaine 190. Le climat est tempéré avec des pluies en été. Il limite le nord avec Amatenango del Valle et aux Roses, à l'ouest avec Socoltenango et Tzimol, au sud avec la Trinitaria, au nord-ouest avec l'Independencia, las Margaritas et Chanal. Il est localisé dans les limites du plateau central et de la dépression centrale, son relief est semi plat avec quelques élévations excellentes dans le nord et dans le sud. La végétation correspond dans sa majorité à forêt de pin encino.
Dans ce lieu on a signé l'Acte d'indépendance de Chiapas en 1824 et il a été berceau du Dr. Belisario Domínguez, il illustre politicien qui a combattu en faveur de la libre expression et celui qui a été assassiné par le dictateur Victoriano Huerta en 1913. Cette zone est soulignée par la maroquinerie, l’abondance de ressources aquifère et des plaines étendues entre les collines de la région.
Belle ville construite sur une colline rocheuse et entourée de propriétés agricoles. Il a été fondé 1556 par Pedro Portocarrero. Son style architectonique colonial attire l'attention du visiteur. Un exemple de cela sont les Églises de Saint Domingue, San Caralampio, San José et Saint Sébastien ; en plus de le Musée Docteur Belisario Domínguez et le Centre Culturel Rosario Castellanos. Comitán a premièrement été une ville maya appelée "Balún Canan" qui signifie "neuf étoiles ou gardiens". Il a été nommé Comitlán, qui dans la langue Náhuatl veut dire « lieu de potiers », dans la période qui a été sous le contrôle des Aztèques. De nos jours, est appelé Comitán de Domínguez en honneur à Belisario Domínguez Palencia, docteur et politicien qui a été assassiné en 1913 par son opposition franche à l’usurpation de la présidence par Victoriano Huerta.
Entre tous les attraits touristiques proches à Comitán on trouva le Parc National des Lagons de Montebello, les zones archéologiques de Tenam Puente et Chinkultik, les cascades du Chiflón, le Parador Musée Sainte María et le Lagos de Colon. Comitán se trouve à 80 kilomètres de distance de la frontière avec le Guatemala.
Comitán a développé des services touristiques de haute qualité, qui permettent de profiter de jours plaisants en explorant ce bord de l'état de Chiapas. La place centrale de Comitán (connaissance comme Parque Central) est une attraction, qui a plusieurs niveaux et dispose de un mélange de banques, d’arbres et de sculptures ; il possède aussi une fontaine sur le côté ouest. Immédiatement après le place principal on trouve divers points attrayants d'intérêt général ; l’Église de Saint Domingue, le Centre Culturel Rosario Castellanos, le Musée Docteur Belisario Domínguez, le Théâtre de la Ville Junchavín, les arcades avec son style unique de couleur café qui loge un grand nombre de commerces et le bâtiment du Gouvernement Municipal.
Il vaut la peine marché par les rues de Comitán en découvrant et en jouissant ses restaurants, d'églises et tous ses points touristiques ; en plus de ses magasins qui vendent des produits artisanaux locaux qui dans l'ensemble donnent comme résultat un style architectonique exceptionnel.
LOGEMENT

  • Hotel Hacienda de los Ángeles

  • Parador – Museo Santa Maria en la Trinitaria


ÉCO-TOURISME ET ACTIVITÉS À L'AIR LIBRE

Les alentours de Comitán de Domínguez sont des points idéaux pour les amants de la nature. Il est possible de pratiquer la randonnée autour de la ville dans la lagune de Jusnajab (4 Km de randonnée légère, approximativement une heure), la zone marécageuse de la Ciénega (2 Km approximativement, une demi - heure de randonnée légère), le vallon le Cenicero (au nord de Comitán, 40 minutes de randonnée lourde), le cenote le hijo de Puma (4 Km dans la Communauté Yalchoj, une heure et demie de randonnée lourde), la colline du Goc (3 Km approximativement, une heure de randonnée lourde).
Mirador El Encuentro (Mirador la Rencontre) : C'est un belle panoramique qui offre un vallon énorme et au fonds la rencontre de deux rivières. Il est localisé dans le trajet vers l’ejido Jérusalem par la nouvelle route de la Frontalière du Sud à 30 minutes après le lac Tziscao.
Rivière Saint Domingue : Il est uniquement pour l'appréciation de la force de la nature et pour prendre des photographies qui peut être fait depuis le pont du même nom. Il est localisé sur la route de la Frontalière du Sud, à 3 minutes du chemin qui conduit à l'embarcadère las Nubes (les Nuages).
Centre éco-touristique las Nubes (Les Nuages) : Il est localisé seulement à 3 heures de Comitán, il fait partie de la rivière profonde Saint Domingue qui forme diverses cascades d'eaux de couleur turquoise et qui dans divers tronçons offre des forts courants spécialement pour la pratique du rafting. Il se trouve à 130 km de Comitán en prenant d’abord la route Panaméricain numero190 en direction de La Trinitaria et ensuite celle de la Fronteriza del Sur. En arrivant à l’embranchement de la localité de Jerusalén, à Las Margaritas, 12 km de chemin terrassés vous amène au village de Las Nubes où vous trouverez le Centre Eco-touristique. L'aventure est rendue plus grande à partir de ce point en offrant plusieurs options pour visiter : Les cascades Causes Vertes, Sendero Selva (Sentier Forêt), Loma Bonita (Colline Jolie) et le Mirador Sainte Marguerite, ce dernier est apte pour les amants du rappel. Il Est idéal pour les amants de la nature et on peut pratiquer la tyrolienne, voies d’escalade, de rappel, tir à l’arc, et le rafting. Le centre compte de différents services comme cabanes et restaurant. Horaire : Du lundi au dimanche de 8H00 à 17H00.
Centre éco-touristique las Guacamayas (Les Perroquets) : On arrive par la route der la Frontalière du Sud qui va de Palenque à Benemérito des Amériques, on prend postérieurement une déviation par un chemin terrassés approximativement de 36 Km de longueur, seulement à 3 heures de la ville de Comitán. Ce centre éco-touristique est enclavé dans les montagnes Est du Chiapas connue sous le nom de Jungle Lacandona. C'est un centre touristique situé dans la Communauté Réforme Agricole, ce centre a été créé afin de préserver l'espèce des oiseaux perroquet Rouge. C’est une destination idéale pour qui sait apprécier la nature puisque c’est ici qu’ont lieu les recherches, la conservation et la reproduction du perroquet rouge, une espèce en voie d’extinction. Ces perroquets se trouvent en marge de l’une des zones qui offre la plus grande biodiversité du Mexique, la Réserve de la Biosphère Montes Azules. Il est idéal pour les amants de la nature puisqu'on peut pratiquer l'observation flore et faune en son état sauvage, spécialement oiseaux et randonnées par la forêt. Compte avec des cabanes, camping, service de restaurant et du parking. Le centre offre les possibilités de faire des promenades en bateau à la Réserve de la Biosphère Montes Azules. Horaire : Du lundi au dimanche de 8H00 à 18H00.
Parc National Lagons de Montebello : Célèbres par les couleurs de ses eaux, devant à plusieurs facteurs, comme types de sols, la végétation et la réfraction de la lumière. Localisée à moins d'une heure en voiture de Comitán, sur la frontière avec le Guatemala. Il existe plus de 50 lagunes, distribuées la moitié en territoire mexicain et l'autre moitié en territoire guatémaltèque ; autour de 10 lagunes sont d'accès très facile à travers des chemins bien tracés. La visite dans les lagunes est une expérience réellement précieuse ; elles reflètent des couleurs turquoises, bleues et verts, certaines de d'elles reflètent l'atmosphère scénique des montagnes et forêts qui les entourent, la région est idéal pour un jour complet d'exploration. Les lagons sont tranquilles, calmées et relaxantes ; l'air qui on respiré est doux et pur, même s'il y a d'afflux de visiteurs, vu sa taille, il y aura toujours la possibilité de trouver un espace pour méditer et penser en étant entouré d'une des créations plus incroyables de la nature.
La visite est effectuée à travers de deux chemins, le premier porte à Lagos l’Esmeralda, La Encantada, le Bosque Azul (Forêt Bleue), el Ensueño (Rêve) et Agua Tinta (Eau Rouge). L'autre chemin mène à Lagos de Montebello, Cañada, Pojoj, Tziscao, Cinco Lagos et Dos Lagunas, entre autres. Tziscao est le plus grand des lagons et il est déjà trouvé, sur la frontière guatémaltèque.
La zone lacustre de Montebello, qui a fait partie de l’ancienne propriété agricole de Tepancuapan, a été le premier espace protégé par décret en Chiapas. Sa beauté spectaculaire s'agit, sans aucun doute, d'un des emplacements naturels plus beaux du Mexique, sa beauté est due à ses atmosphères aquatiques, tant superficiels comme souterrains, causés par leur nature calcaire, encadrés dans des pinèdes denses et des forêts mixtes avec la présence frappante des bromélies et les orchidées. Le Lagos sont "uvalas", c'est-à-dire, d'anciens cenotes (rivières souterraines) que la corrosion de la roche calcaire et les éboulements ont uni.
Dans le Parc National Lagons de Montebello on peut pratiquer l'éco-tourisme avec des promenades à cheval, à canot d'avirons, randonnées et cyclisme. Dans la route Yamul-Los Cenotes on peut voyager à cheval par trois heures de parcours pour connaître trois différents cenotes. Sur la route de la Grotte de San José el Arco on peut connaître la Rivière Escondido (dissimulée), le Pas du Soldat, l'Arc de Pierre et les Grottes, lieu idéal pour la prise de photographies.
Centre éco-touristique Cascades le Chiflón : Localisée à 30 minutes du centre de Comitán, dans la commune de Tzimol, en arrivant par la route national Comitán-Tzimol. Le Centre éco-touristique Cascades le Chiflón émerge au milieu d'une vallée de plantations de cannes à sucre, montagnes et de jungle. L'attraction distinctive dans ce région est le grand chute d'eau formée par la rivière San Vicente ; la cascade « Velo de novia » (voile de mariée). Le long du chemin pour arriver à la partie plus haute de la cascade Il y diverses piscines naturels avec de l'eau couleur turquoise. Ils sont 1.28 Km de randonnée dans des chemins échelonnés et sentiers pour pouvoir apprécier la chute de 120 mètres de hauteur de la cascade plus grande et impressionnante formée par le fleuve San Vincente et qui ce ouvre sur des bassins d’eau turquoise, Il y un mirador idéal pour la prise de photographies. Sur ce même sentier l'atmosphère naturelle offre deux cascades de plus petite taille, avec différents espaces pour la pratique de la natation. Il existe un autre chemin différent qui conduit à une zone avec des vestiges archéologiques, où nous pouvons trouver quelques peintures rupestres.
Le centre compte avec de différents services tant de base comme complémentaires totalement assurés par les habitants de la communauté San Cristobalito la Cascada. On peut en outre pratiquer le rappel dans la grotte, ainsi que sauter depuis le premier niveau de la cascade, ce qui implique être audacieux et savoir nager parfaitement bien, ainsi qu'écouter les recommandations préalables des gens de la localité. On peut faire de randonnée au milieu de la forêt, coexister avec la nature, prendre des photographies, nager et passer un jour plaisant dans la nature. Il existe plusieurs cabans de style rustique pour passer une nuit tranquille et relaxante entourées de la nature et un restaurant. Le parcours complet du lieu prend approximativement 5 heures. Horaire : Du lundi au dimanche de 8H00 à 17H00.
Zone de plongée Lagune Chucumaltic : Seulement à 30 minutes du centre de la ville de Comitán, on trouve une lagune avec des eaux profondes et cristallines, spéciale pour la pratique de la plongée ; localisée dans la route à Uninajab, 5 minutes avant d'arriver à la station thermale.
Centre éco-touristique Lagos de Colón (Lacs de Columbus) : Localisés à 50 minutes (71 Km) de Comitán, et dans la commune de la Trinitaria, abordant la route internationale Comitán-Ciudad Cuauhtémoc. Ils sont plus de 20 lagunes d'eaux cristallines, baisses et profondes ainsi que des rivières et des cascades. Les lacs sont reliés par de petits canaux d'eau. On peut faire de randonnées au milieu de forêts et des rivières pour arriver à la zone archéologique le Largartero (où l'accès est contrôlé). On peut aussi faire de tours en bateau et de la natation. Actuellement, on marche approximativement 1 Km par des sentiers pour arriver aux cascades connues avec le nom d'Arco Iris (arc-en-ciel). On requiert l'information des agents de la localité puisque il y a une zone d’alligators et des marais. Visiter tout le secteur de Lagos de Colón peut prise de 4 à 5 heures.
ARCHÉOLOGIE

ZONE ARCHÉOLOGUIQUE JUNCHAVÍN :

De la langue maya « Jun » un, « Chabi » gardien, « Ine » lieu ; étant ainsi Junchavín le gardien numéro un ou bien le premier gardien, bien qu'ainsi la véritable signification du nomme reste comme une inconnue. C'est actuellement un emplacement archéologique qui est localisé dans le dessus d'une colline dans les limites de la zone urbaine et il est visible depuis le centre de la ville. Son occupation pourrait dater de la période préclassique tardive (600 - 100 a.C.) à ce qui est postclassique précoce (900 - 1250 d.C.). Il existe d'autres vestiges avec les noms Nehuestic, de Chabin Dos, Lagartijero, Cash, Cerro de Goc, Juznajab, Punta de Laza et Tenam Puente. NOTE : Cette zone archéologique est fermée au public, une disposition de l'INAH (Institut National Anthropologie et Histoire).
ZONE ARCHÉOLOGUIQUE TENAM PUENTE (TENAM PONT) :

Située à 10 minutes de Comitán, cette zone est placée sur une série de collines qui s'élèvent modérément sur la vallée de Comitán à une altitude qui oscille entre les 1600 et 1700 m au-dessus du niveau de la mer Tenam Puente dérive de la langue Náhuatl et signifie "fort" ou "lieu fortifié". Le secteur couvre un total de deux Km et ça a été un ancien centre civique cérémonial. L'occupation maximale du cette lieu préhispanique est pendant le période classique tardif (600 - 900 d.C.). La zone centrale de la zone est composée d'un peu de plus de 60 structures distribuées dans une extension approximativement de 30 hectares, la plupart de ces bâtiments et de ceux plus importants sont située dans ce qu'est appelé l’Acropolis. Pour la construction de cette Acropolis il a été nécessaire de niveler les collines et de faire des longues terrasses construites à différents niveaux. Sur ces différentes plateformes ont été construites des places ouvertes et fermées, esplanades et des cours les mêmes qui ont été délimité par diverses constructions. Le parcours général de cette zone archéologique prise approximativement deux heures pour voir les constructions et profiter des vues depuis les points plus hauts de Tenam Puente. Cet endroit nous fait sentir la proximité sacrée de ses anciens habitants. Sa situation, dans les plaines comitèques, nous fait profiter d’un panorama d’une grande beauté : notre vue s’étend jusqu’au Parc National des Lagons de Montebello. L’un des trésors de ce site est son terrain de Jeu de Pelote, lieu de confrontation entre les principes de vie et de mort et dont le mouvement est parfaitement synchronisé avec le soleil. Horaire : Du lundi au dimanche de 8H00 à 17H00
ZONE ARCHÉOLOGUIQUE CHINKULTIK :

Située à 56 kilomètres de Comitán, dans le cœur d'une forêt de conifères et un flanc de Lacs, émerge l'admirable ville maya de Chinkultik. Les premières observations ont été définies au période classique précoce (100 a.C. à 200 d.C.) et le maximum développement se produit pendant ce qui est connu comme le classique tardif (600 - 900 d.C.) jusqu'à le période postclassique précoce. Les bâtiments de le site ont été adossés aux petites collines qui courent en face à les premier Lac du système de Lagons de Montebello, à auxquelles avec de remplissages et de recouvrements, ils ont adapté l'architecture à la topographie naturelle du terrain. La situation des constructions combine d’espaces ouverts bas et hauts, ceux-ci derniers conçus comme scènes de référence à longue distance. Ils soulignent les groupes connus comme : Le groupe A où on trouve l'Acropolis, à laquelle se montait par un grand escalier qui conduit à la haute partie du groupe. On localise ici le bâtiment construit à des bords du Cenote Azul ; le groupe B constitué par une grande place qui fonctionne comme espace scénique, un espace descendu avec sa petite structure centrale, trois pyramides et au fonds tribunes dans trois de ses côtés, le groupe C où on trouve le jeu de balle et le groupe D dont souligne le bâtiment 20 connu comme la plateforme de lajas dont les blocs rectangulaires de sillares sont les plus grandes connaissances dans l'archéologie maya. Parmi les intérêts qu’offre ce site, on trouve d’innombrables stèles dont certaines représentent des personnages richement vêtus. Une vue précieuse de la région qui entoure à cette site, y compris lacs et domaines consacrés à l'agriculture peut être appréciée depuis la partie plus haute de le bâtiment principal, en donnant l'occasion au visiteur de capturer une image admirable de la vallée. Le parcours général de cette zone archéologique prise approximativement deux heures pour voir les constructions et profiter des vues depuis les points plus hauts. Horaire : Du lundi au dimanche de 8H00 à 17H00.
ATTRACTIONS ET ARCHITECTURE HISTORIQUE

Temple de Saint Domingue : On considère l'année 1556 comme la date d'arrivée des religieuses dominicaines à Comitán. La façade est soulignée par son style néoclassique et la tour avec un corps cubique, le style de l'art mudéjar. Le long de son existence il a subi plusieurs modifications, par exemple le plafond a été changé complètement en l’année 1866 et la chapelle de la Purísima Conception date de l’année 1873. Le temple a seulement un niveau à l'intérieur et deux chapelles ont été construites avec le temps le long du corps principal. L'autel principal a été restauré en l’année 1956, en utilisant du marbre, pour commémorer les 400 années de la fondation de la ville.
Le temple est scène principale de la fête de Saint Domingue dans le mois d'août. La tour est l'élément le plus importante du bâtiment. Posée comme une série des blocs sous la forme de cubes, inspirée en des modèles des minarets du nord de l'Afrique. Il est en outre parent des tours mudéjares des églises dominicaines. En 1983 on a découvert dans le corps de la tour une série de quatre niveaux d'arcs aveugles qui rappellent des styles médiévaux italiens. Les artisanats, inspirés en la menuiserie mudéjare du sud de l'Espagne, ont une solution pratique pour faire les plafonds dans le XVIème siècle (le style novo hispano). Les vitraux placés par tout le temple représentent à des docteurs de l'église San Agustín et Sainte Teresa ; les apôtres San Pedro et San Pablo et les saints créoles américains Sainte Rosa de Lima et San Felipe de Jésus. Ils datent de la moitié du siècle XX et ils donnent des ombres colorées à l'intérieur du temple.
Palais Municipal : Le bâtiment a eu son origine à fins de siècle XIX, ordonnée par le chef politique Eleuterio Aguilar. Quelques restructurations lui ont fourni l'arcade et les balcons avec un air néoclassique en face à la place. Sa cour est dominée par une statue du fameuse héro de la ville, Belisario Domínguez, tandis que l'auge de l'escalier est couverte par des fresques, avec des représentations historiques de Manuel Suasnávar.
Théâtre de la Ville Junchavín : Avec le Temple de Saint Domingue et le Palais Municipal, le théâtre ferme le triangle d'une grande présence autour de la place : religion, gouvernement et art. Le bâtiment imposant, construit dans un style néoclassique très propre du période de le Porfiriato, appartenait à Natalia Rovelo Argüello, toutefois, le chef d'entreprise de San Cristobal de las Casas Daniel Zebadúa l'a acheté et il l'a transformé en Théâtre. Un incendie le détruira en l’année 1940, mais il a été restauré et il est été retourné comme cinéma. Durant les années 80 il a été réadapté comme théâtre de la ville et avec l'ensemble Junchavín ; actuellement c'est la principale scène les spectacles, les événements culturels et sociaux de la ville avec une capacité pour 450 spectateurs.
Temple de San Caralampio : A été construit en l’année 1852, en honneur à San Caralampio, martyr qui a été un motif de dévotion après l'épidémie de choléra et variole qui a frappé à la population vers le milieu du siècle XIX. Sa position sur une colline glorifie son sens mystique. La façade a une décoration de saveur populaire liée, toutefois, aux modèles néoclassiques. Le même style néoclassique est une version plus bornée, est celui qui prédomine dans l'intérieur en décorant avec des colonnes corinthiennes, un arc principal et des corniches denticulées. Le toit est de bois et de tuile, et de bois aussi est le chœur. Les trois niches de l'autel principal abritent à la Vierge de Lourdes, le Sacré Cœur de Jésus et évidemment, le patron du Ville, San Caralampio. Une des fêtes plus importantes en Comitán est celle de San Caralampio qui est effectué de du 11 à au 20 février dans le quartier de la Pile.
Temple Saint Sébastien : La construction de ce temple date de débuts du XVIIème siècle. Il est situé dans le quartier de Saint Sébastien, comme une partie de la place de ce quartier. Le style qui suit sa construction et les détails qu'il a est baroque. Ce temple a eu comme prêtre à Fray Matias Cordova y Ordoñez (dont son sculpture se trouve dans la place du temple) et a été lui qui avec le peuple a proclamé l'Indépendance de Chiapas du Guatemala le 28 août de 1821.
Copanaguastla : Localisée dans la commune de Socoltenango, seulement à 45 minutes de la ville de Comitán, sur la route qui conduit à Tzimol. Il s'agit d'un temple détérioré par le pas du temps, mais avec des caractéristiques architectoniques dignes suffisantes d'apprécier. Les moines dominicains, entre lesquels on trouvait fray Domingo de Ara, ont fondé leur seconde maison chiapanèque avec des espoirs de faire de ce couvent un grand centre d'évangélisation, à juger par l'ampleur de ce qui reste encore del bâtiment qui a dû être construit en 1556, sous la direction de fray Francisco de la Cruz. Dans le siècle XVI la région apparaissait devant les yeux de les moines, comme singulièrement riche tant par ses plantations de coton, ses minéraux et ses possibilités d'élevage comme par sa position sur le chemin Réel au Guatemala. Toutefois, le couvent a été abandonné au début du siècle suivant, mais les légendes assurent que ça a été la pratique persistante de l'adoration de dieux préhispaniques, dissimulés après l'autel principal de l'église, ce qui a produit une punition divine. Par ses circonstances historiques, le temple de Copanaguastla conserve son caractère architectonique original, ce qui est rendu spécialement important pour l'étude de l'art colonial chiapanèque et d'Amérique centrale.
San José Coneta : Cet ancien village a dû avoir été fondé avant 1596 avec des habitants de langue coxoh, comme dépendance des pères dominicains de Comitán, et il s'est éteint peut-être dans le siècle XVIII. Son église, probablement du siècle XVII a une façade extraordinaire qui faire de elle une des plus grandes monuments de l'art colonial chiapanèque.
FESTIVITÉS ET TRADITIONS

  • 1º janvier, célébration du Nouvel An, messes, défilés et feux d’artifice.

  • Foire de Saint Sébastien de 10 à au 20 janvier.

  • Le deux février, jour de la Candelaria en Socoltenango, célébration des masses spéciales, c'est en outre une tradition de tenir des masses dans les maisons.

  • La Fête de San Caralampio tenue de du 12 à au 22 février avec des processions, danses, masses spéciales, offrandes, voitures allégoriques et fleurs.

  • En mars 19 a lieu la rencontre de la musique, la chanson et la danse Indigène en Nouveau Huixtán.

  • Fêtes de Pâques (en mars ou avril): processions et messes dans tout le Chiapas. Dans certains villages on brûle Judas; cette exécution est réalisée en utilisant des figures de papier mâché représentant des personnages du passé ou d´aujourd´hui.

  • Foire de la Santísima Trinidad en la Trinitaria (mai ou juin).

  • Fête de Sainte Marguerite dans Las Margaritas et le Festival International Rosario Castellanos en Comitán du 10 à au 20 juillet.

  • Du premier à au 10 août a lieu la foire de Saint Domingue, avec des masses spéciales, des défilés et des festivals populaires.

  • 14 septembre, célébration de la fédération de Chiapas au Mexique.

  • Le 16 septembre, Jour de l´Indépendance Nationale, que l´on fête avec la cérémonie traditionnelle du "Cri", prononcé par le Président Municipal et le Gouverneur de l´Etat et le défilé militaire sur les principales avenues de la ville.

  • 1 et 2 novembre, fête de Tous Les Saints et Jour des Morts; on dépose des offrandes sur les tombes pour donner la bienvenue aux âmes des défunts dont on croit au retour en cette période; des mets particuliers sont préparés et font part des offrandes; les autels sont décorés avec des bougies et des fleurs dans les maisons et dans les cimetières où les familles des morts passent le 2 novembre en priant.

  • 12 décembre, jour de la Sainte Patronne du Mexique, la Vierge de Guadalupe, qu’on le fête avec des messes, des sérénades et des pèlerinages.


GASTRONOMIE

  • Chanfaina : Abats de mouton, tomates hachées finement et aromates et piment de Puebla (chile poblano)

  • Tamales pitaúl : Haricots frais mélangés à la pâte de maïs avec de la coriandre moulu.

  • Tortillas fourées : Tortillas enduites de graisse de porc

  • Picles : Légumes à la vinaigrette

  • Chinculguajes : Tortillas fourrées de haricots assaisonnés de coriandre et de piment

  • Pain de graines de céréale sucré : Pain blanc arrosée de sirop de canne à sucre

  • Africains : Sucreries à base de jaunes d’œufs sucrés cuits au four

  • Maïs de guineo : Miel de sucre non raffiné mélangé avec des graines de courges sèches

  • Quiebra muelas (Casse Molaires) : Cacahuètes baignées dans le miel de sucre non raffiné

  • Douceur : Sirop de canne à sucre avec colorant naturel

  • Comiteco : Eau de vie distillée de la cactée appelé maguey typique de Comitán

  • Eau de tzilacayote : Eau préparée avec les fruits de l´arbre de tzilacayote et du sucre

  • Jucuatol : Boisson aigre à base de maïs et de sucre non raffiné


MUSÉES

Musée d'Art Sacré : Localisée dans le Parador - Museo Santa Maria, lequel est situé dans la Route Maya de la région frontalière chiapanèque seulement à 10 kilomètres de la zone archéologique de Chinkultik et à 13 kilomètres des Lagons de Montebello. Le immeuble du siècle XIX et a été restaurée et décoré avec des meubles et des œuvres d'art de siècles passés pour créer une atmosphère évocatrice et exclusive. Ce musée réunit une magnifique collection d'art des siècles XVI au XIX. Un espace culturel, dans lequel on peut apprécier des peintures, sculptures et pièces d'orfèvrerie, et des artistes européens et mexicains renommés et peintres de l’ère coloniale chiapanèque. Aussi, nous pouvons observer de belles pièces taillées en ivoire des siècles XVII et XVIII, sculptures qui sont des réminiscences vives du passé, évocatrices des Naos de la Chine que pendant des siècles sont arrivées à Veracruz en apportant des trésors qui de nos jours sont d'un grand héritage patrimonial. Le Musée d'Art Sacré du Parador - Museo Santa Maria, ouvre ses portes au public dans le but de diffuser les valeurs de la culture universelle, nationale et chiapanèque.
Centre Culturel Rosario Castellanos : Comme un bon contrepoint aux arcades de bois dans les côtés sud et ouest de la place, brille l'arcade de pierre du bâtiment que loge aujourd'hui ce Centre Culturel, qui a été avant un bâtiment militaire et une école. Construit durant les années 30 dans l'emplacement qui a occupé un couvent dominicain, quelque chose conserve de la paix religieuse dans son intérieur, dans la cour de los Naranjos il ya un buste de Rosario Castellanos. Le centre a aussi un atelier de marimba et un autre de textiles de traditionnels. Il faut considérer deux œuvres d'art, la première est une fresque qui raconte l'histoire comitèque et la vie de ses personnages les plus importantes faite par Rafael Muñoz López et l'autre est le juguetón, un hommage au jouet populaire mexicain. Dans ce bel espace culturel on peut aussi admirer le Musée de Archéologie de Comitán qui exhibe des pièces de la culture Maya. Ouvert de lundi à vendredi de 8:00 à 17:00 heurs.
Casa Museo Belisario Domínguez (Maison Musée Belisario Domínguez) : La maison de la famille Domínguez est un exemple des grandes bâtiments typiques comitèques du siècle XIX, dans sa façade il souligne le vestibule avec son cloche de porte sous la forme de la main de Fátima et ces balcons élégants, la cour intérieure est très agréable et permet au voyageur de profiter de la saveur de la ville. À son époque la résidence était la plus grande de Comitán, mais la partie qui est conservée recrée le monde privé de Belisario Domínguez. Sa fille, madame Hermila Domínguez de Castellanos, a donne la plupart des objets pour ce musée, inauguré en 1985 et qui doit son muséographie à Hilda Castañón Morell. À travers ses six salles, il offre l'occasion au visiteur de connaître la vie et l'œuvre de ce martyr illustre du mot libre. Ouvert de mardis à samedi de 10:00 19:00 heurs et le dimanche de 9:00 à 12:00 heurs.
Musée d'Art Hermila Domínguez Castellanos : Ce lieu a été inaugurée en 1988 par Francisco Toledo et Gunther Gerzso. Il exhibe de façon permanente des œuvres d'artistes mexicaines de la hauteur de Rufino Tamayo ; il organise des exhibitions temporaires d'œuvres de l'école de peinture régionale. Il ouvre ses portes de lundi à vendredi, de 9:00 à 19:00 heurs.
Pour tarifs, disponibilité et réservations, contactez nous au : visit@luxuriousmexico.com

SCHJOLBERG CONSEIL

11, RUE DU CONSEILLER COLLIGNON ° 75016 PARIS ° FRANCE

TEL.: +33 (0)1 42 24 87 46 ° FAX: +33 (0)1 42 88 28 49 ° PORT.: +33 (0)6 71 57 03 17

E-mail: bard.andreas@schjolberg.com ° german@murillo-echavarria.com ° visit@luxuriousmexico.com

Internet: www.schjolberg.com ° www.luxuriousmexico.com

similaire:

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconJe vais faire une lecture méthodique de Zone. J’étudierais dans un...
«Christianisme» Vers 7 et «Pape Pie X» Vers La modernité est présente grâce au rejet des valeurs du passé évoquées par le poète ainsi...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconMémoires ’’ de Saint-Simon, qui furent une de ses grandes lectures,...
«Il m’est impossible de t’expliquer dans une lettre ce que j’ai voulu faire dans mon livre». Cependant, lui qui, rarement dans les...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconPremière partie I les vendanges
«La tradition, ce n’est pas ce qui est mort; c’est, au contraire, ce qui vit; c’est ce qui survit du passé dans le présent; c’est...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconCet automne tout est gratuit au Musée des beaux-arts de Montréal
«dimanches-familles», le mbam convie le public d’ici et d’ailleurs à faire le plein de soleil en période automnale en s’appropriant...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconUne ville dynamique Ou? Toulouse est dans la région Midi-Pyrénées....

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconL'idée de constituer des galeries couvertes bordées d'échoppes est...
«embarras de Paris» avec ses risques, ses odeurs et son vacarme. Le passage est un lieu de lumière

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconUne question suivie d’un astérisque signifie que la réponse est à chercher dans une signalétique
«Aux Couleurs du temps»; Dans le conte de Perrault et dans le film de de Jacques Demy, Peau d’Âne demande une robe couleur du temps,...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconAnalysez les influences sur l’architecte/le metteur en scène/musicien/peintre...
«une ombre de doute» au sujet de la partie coupable et, comme dans Fenêtre d’Arrière (1954), l'homme accusé est incapable de se déplacer,...

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconCe questionnaire est destiné à être traité devant et dans une église....

Se promener dans les rues de Comitán, c’est faire un retour dans un passé plein de couleurs et d’odeurs issus de ses jardins fleuris. C’est une ville qui iconBibliographie Quelques citations d’artistes célèbres. I/ Quels changements...
«retour en arrière». Les progrès réalisés dans l’antiquité sont remis en question et jusqu’au 15ème siècle les représentations picturales...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com