Devant le tribunal de grande instance de toulon








télécharger 51.72 Kb.
titreDevant le tribunal de grande instance de toulon
date de publication09.07.2017
taille51.72 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos






18-20 rue Tronchet

69457 LYON Cedex 06

Tél. 04 72 69 96 96 – Fax 04 78 94 19 64

E – mail : jmga@jmga.fr

Toque 350

ASSIGNATION EN REFERE

DEVANT LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULON

L'AN DEUX MIL TREIZE,

Et le


A LA REQUÊTE DE :

La FEDERATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBERAUX, ayant son siège social 20 rue de Marne, 94140 ALFORTVILLE, représentée par son Président, le Docteur Patrick SOLERA,

Ayant pour Avocat la SCP Jakubowicz, Mallet-Guy & Associés,

représentée par Maître Luc-Marie AUGAGNEUR,

Avocat au Barreau de LYON, y demeurant 18-20 rue Tronchet, 69006 LYON,


J'ai, Huissier soussigné :


donné assignation à :

L’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA, Association soumise à la loi du 1er juillet 1901, déclarée auprès de la Préfecture du Var, ayant son siège social 664, Avenue Foch 83000 TOULON, représentée par son Président,
Où étant et parlant à


D’avoir à comparaitre à l'audience et par-devant Monsieur le Président du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULON, siégeant en son prétoire habituel Place Gabriel Péri, BP 506, 83041 TOULON CEDEX 9,
LE A


TRES IMPORTANT


Faute par la partie assignée de comparaitre à l’audience indiquée ou à toute autre à laquelle l’examen de cette affaire serait renvoyé elle s’exposerait à ce qu’une décision soit rendue à son encontre sur les seuls éléments fournis par son adversaire.
Il lui est en outre indiqué qu'elle est tenue de se présenter à cette audience mais qu'elle a la faculté de se faire assister ou représenter par un avocat.

AUX FINS

LES FAITS

1/. Présentation de la FEDERATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBERAUX (FSDL)

La FSDL a été créée en 1991 par le rassemblement de plusieurs structures syndicales et associatives, représentatives de la profession de chirurgien-dentiste depuis 1948.

Cette organisation a vocation à représenter et à défendre les intérêts professionnels de ses membres.

2/. Présentation de L’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA

L’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA est un établissement d’enseignement privé installé à LA GARDE dans le Var (83) constitué sous forme d’association soumise à la loi du 1er juillet 1901 et déclaré à la Préfecture du Var sous cette dénomination.
Pièces n°1 et 2

Elle se prévaut de dispenser des formations en odontologie, orthophonie, pharmacie, sciences de la nutrition et physiothérapie (Kinésithérapie).
Pièce n°3

Sur son site internet, elle fait la promotion de ce qu’elle prétend à la délivrance de diplômes portugais. Pour attirer des étudiants, elle affirme que les diplômes qu’il délivre bénéficieraient de la reconnaissance des qualifications professionnelles par le jeu de la mise en œuvre de la règlementation européenne.
Pièce n°4

L’offre est dirigée à destination de prospects français puisque les enseignements seraient dispensés à TOULON et en langue française.

Elle a clairement pour objet de permettre à des impétrants de contourner le système français de formation en odontologie qui repose sur la sélectivité du numerus clausus.

Cette démarche s’inscrit dans un cadre commercial puisque les clients doivent débourser pas moins de 9.500 euros par an pendant cinq ans pour obtenir le prétendu droit d’exercer la profession de chirurgien-dentiste en France.

3/. L’irrégularité de l’ouverture de l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA

L’ouverture d’un centre de formation privé en odontologie à destination d’un public français dans des conditions irrégulières est de nature à favoriser artificiellement l’installation de chirurgiens-dentistes n’ayant pas été soumis aux exigences et contrôle des autorités concernées.

Outre qu’elle crée une situation de concurrence déloyale, elle est susceptible de porter atteinte à la sécurité et à la qualité des soins que sont en droit d’attendre les patients.

Le risque est d’autant plus prégnant que l’ouverture de près d’une trentaine d’établissements serait projetée.

Les organisations professionnelles de chirurgiens-dentistes sont donc bien fondées à vérifier que l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA respecte la règlementation relative à l’enseignement qu’elle prétend dispenser.

Cette vérification est d’autant plus justifiée que tant les autorités compétentes françaises que portugaises ont fait savoir que l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA ne peut valablement délivrer des diplômes.
Pièces n°5 et n°6

D’ailleurs, après que le Ministre de l’Enseignement Supérieur a contesté le droit pour l’établissement litigieux d’utiliser le terme d’« Université » réservé par le Code de l’Education, la défenderesse a modifié sa dénomination d’usage en substituant le terme – non moins critiquable – de « Centre Universitaire. »

C’est la raison pour laquelle la FSDL sollicite, par la présente procédure, l’injonction à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA d’avoir à communiquer l’ensemble de ses déclarations et autorisations administratives.

DISCUSSION


A TITRE PRELIMINAIRE

Aux termes de l’article 31 du Code de procédure civile, un syndicat professionnel est recevable à formuler une demande en justice dès lors qu’une atteinte est portée à l’intérêt collectif de la profession qu’il représente.
Cass. Ass. Plén., 7 mai 1993 ; D.1993, 437

Cass. Civ. 1ère, 19 déc. 1995, Bull. civ. I, n°479

Cass. Soc., 24 juin 2008, Bull. civ. V, n°140

En l’espèce, l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA prétend délivrer des diplômes permettant l’exercice de la profession de chirurgien-dentiste sur le territoire français notamment.

Les conditions de formation et de délivrance d’un diplôme permettant l’exercice d’une profession règlementée font grief à l’intérêt collectif de la profession concernée.

A cet égard, la méconnaissance des obligations mises à la charge des établissements privés porterait atteinte à l’intérêt collectif des chirurgiens-dentistes que représente la FEDERATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBERAUX (FSDL).

En conséquence, la FSDL est recevable à solliciter en référé la communication de pièces justifiant de la création d’un établissement d’enseignement supérieur privé conformément à la règlementation en vigueur.

*

L’ouverture d’un établissement d’enseignement supérieur privé sur le territoire national français soumet celui-ci au respect des règles internes applicables à son installation, ainsi qu’à la règlementation européenne pour la délivrance d’un diplôme d’un autre Etat membre de l’Union Européenne.

En conséquence, afin de vérifier la conformité de l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA aux normes applicables et d’engager une action au fond dans le cas contraire, cet établissement d’enseignement privé devra fournir les pièces pouvant justifier du respect des obligations mises à sa charge.

I/. La règlementation française



  1. En Droit



Depuis la loi Laboulaye du 12 juillet 1875 relative à la liberté de l’enseignement supérieur, tous français et ressortissants des Etats membres de l’Union européenne sont libres de créer des établissements d’enseignement supérieur privé.

Ces établissements ne sont pas moins soumis, lorsqu’ils sont situés sur le territoire français, aux lois impératives françaises, même s’ils délivrent des diplômes étrangers.

C’est d’ailleurs ce que confirme sans ambigüité le Ministère de l’Enseignement Supérieur.
Pièce n°5

1.1/. Les obligations déclaratives

Aux termes des dispositions du Code de l’Education, applicables notamment aux formations de santé, plusieurs obligations sont mises à la charge de tout établissement privé ou public qui souhaite s’établir sur le territoire français.

Ainsi, l’article L.731-1 dispose :
« […] les associations formées légalement dans un dessein d’enseignement supérieur, peuvent ouvrir librement des cours et des établissements d’enseignement supérieur, aux seules conditions prescrites par le présent titre.
Toutefois, pour l’enseignement de la médecine et de la pharmacie, il faut justifier, en outre, des conditions requises pour l’exercice des professions de médecin ou de pharmacien. »

De plus, l’article L.731-2 prévoit :
« Les associations formées pour créer et entretenir des cours ou établissements d’enseignement supérieur doivent établir une déclaration indiquant les noms, professions et domiciles des fondateurs et administrateurs desdites associations, le lieu de leurs réunions et les statuts qui doivent les régir.
Cette déclaration doit être faite :
1° Au recteur ;
2° Au représentant de l’Etat dans le département ;
3° Au procureur général de la cour du ressort ou au procureur de la République. »

1.2/. Les obligations de structure

Parmi les obligations mises à la charge de tout établissement privé d’enseignement supérieur délivrant une formation de santé, certaines sont relatives aux installations minimales nécessaires.

A cet égard, l’article L.633-1 du Code de l’Education dispose :
« Les études pharmaceutiques théoriques et pratiques sont organisées par les unités de formation et de recherche de sciences pharmaceutiques ou, le cas échéant, par les unités de formation et de recherche médicales et pharmaceutiques. Elles doivent permettre aux étudiants de participer effectivement à l’activité hospitalière. »

L’article L.731-6 du Code de l’Education précise que :
« pour les facultés de médecine et de pharmacie ou les écoles de médecine et de pharmacie, la déclaration mentionnée à l’article L.731-4 doit établir que lesdites facultés ou écoles disposent, dans un hôpital fondé par elles ou mis à leur disposition par des établissements publics de santé, de cent vingt lits au moins habituellement occupés, pour les trois enseignements cliniques spéciaux : médical, chirurgical, obstétrical, et qu’elle est pourvue en outre :
1° De salles de dissection, munies de tout ce qui est nécessaire aux exercices d’anatomie des élèves ;
2° Des laboratoires nécessaires aux études de chimie, de physique et de physiologie ;
3° Des collections d’étude pour l’anatomie normale et pathologique, d’un cabinet de physique, d’une collection d’instruments et appareils de chirurgie, d’un jardin de plantes médicinales et d’une bibliothèque spéciale.
S’il s’agit d’une école spéciale de pharmacie, la déclaration mentionnée à l’article L.731-4 doit établir qu’elle possède des laboratoires de physique, de chimie , de pharmacie et d’histoire naturelle, les collections nécessaires à l’enseignement de la pharmacie, un jardin de plantes médicinales et une bibliothèque spéciale. »



  1. En fait



L’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA est un établissement privé qui dispense à des étudiants titulaires du baccalauréat des enseignements de santé.

Cet établissement propose des formations en odontologie, orthophonie, pharmacie, sciences de la nutrition et physiothérapie (kinésithérapie).

S’étant établi sur la commune de LA GARDE dans le Var, il est soumis à la règlementation française par son rattachement territorial.

Dès lors, ce centre universitaire a dû procéder aux déclarations nécessaires avant son ouverture et prouver qu’il remplissait les obligations légales avant d’accueillir les étudiants inscrits.

Afin de vérifier cette conformité, la FSDL sollicite qu’il soit enjoint à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de produire :


  • les documents attestant des conditions requises pour les personnes chargées de l’enseignement, s’agissant de l’exercice des professions de médecin ou de pharmacien ;




  • la déclaration initiale transmise aux trois organismes compétents, à savoir le recteur, le représentant de l’Etat dans le département du Var et le procureur général ou procureur de la République, contenant :




    • Les noms, professions et domiciles des fondateurs et administrateurs de l’établissement, le lieu de leurs réunions et les statuts qui doivent les régir ;




    • Les conditions d’accès à cent vingt lits au moins, aux salles de dissection, aux laboratoires de physique, chimie, physiologie, pharmacie et d’histoire naturelle ;




    • Les justificatifs de la mise à disposition des collections d’étude pour l’anatomie normale et pathologique, la pharmacie, d’instruments et appareils de chirurgie, d’un jardin de plantes médicinales et d’une bibliothèque spéciale ;



Pour en assurer l’effectivité, cette injonction sera assortie d’une astreinte de 5.000 euros par jour de retard à compter de la signification de l’ordonnance à intervenir.

II/. Les dispositions communautaires

L’installation de l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA délivrant des diplômes portugais sur le territoire français confère à la situation un caractère intracommunautaire qui, outre l’application des lois impératives françaises, rend applicable les règlementations européennes afférentes.



  1. En Droit



La directive 2005/36/CE du Parlement Européen et du Conseil du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles entre les Etats membres de l’Union, organisent les conditions d’exercice de professions règlementées sur le territoire d’un autre Etat membre que celui d’obtention du diplôme.

Ainsi, l’article 21 dispose :
« 1. Chaque Etat membre reconnaît les titres de formation de médecin, donnant accès aux activités professionnelles de médecin avec formation de base et de médecin spécialiste et les titres de formation d’infirmier responsable de soins généraux, de praticien de l’art dentaire, de praticien de l’art dentaire spécialiste, de vétérinaire, de pharmacien et d’architecte, visés respectivement à l’annexe V, points 5.1.1, 5.1.2, 5.2.2, 5.3.2, 5.3.3, 5.4.2, 5.6.2 et 5.7.1, qui sont conformes aux conditions minimales de formation […]
Ces titres de formation doivent être délivrés par les organismes compétents des Etats membres et accompagnés, le cas échéant, des attestations […]. »

Ainsi, s’agissant des praticiens de l’art dentaire, lorsque les conditions minimales de formation sont remplies (Annexe V point 5.3.1), le diplôme « Carta de curso de licenciatura em medicina dentária » bénéficie de la reconnaissance automatique des qualifications quand il est délivré par des universités ou des établissements supérieurs reconnus par le gouvernement portugais (Annexe V point 5.3.2).



  1. En fait



A l’issue des cursus qu’il propose, l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA prétend sanctionner les formations par un diplôme d’Etat Portugais qui permettrait d’exercer dans tous les pays de l’Union Européenne.
Pièce n°4

Pour bénéficier de la reconnaissance automatique des qualifications professionnelles organisée par la directive, l’établissement privé doit :


  • justifier de formations conformes aux conditions minimales posées par la directive,




  • justifier de la reconnaissance par l’Etat Portugais des conditions requises à la délivrance d’un diplôme d’Etat.



Or, le Ministre de l’Enseignement Supérieur Portugais a officiellement fait savoir que l’établissement français de l’Université Fernando Pessoa n’était pas habilité à délivrer des diplômes portugais, ne serait-ce qu’en raison de l’impossibilité de tout contrôle des formations par les autorités de tutelle.
Pièce n°6

En conséquence, pour prétendre exercer légalement, l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA devra produire les documents attestant de :


  • la conformité des enseignements qu’il dispense aux conditions minimales de formation imposées par la directive,




  • l’habilitation de délivrer des diplômes d’Etat Portugais ou, à défaut, d’une convention justifiant de la délivrance par un autre établissement de ces diplômes dans des conditions reconnues licites par le gouvernement Portugais.



La FSDL sollicite en conséquence qu’il soit enjoint sous astreinte à l’UNIVERSITE PESSOA de produire ces éléments.

En outre, dans la mesure où le défaut d’exercice régulier est de nature à porter atteinte non seulement à la santé publique, mais encore aux intérêts des impétrants risquant de s’engager financièrement et moralement dans un cursus illégal, le défaut de communication devra nécessairement donner lieu à la fermeture judiciaire sous astreinte de l’établissement.
PAR CES MOTIFS

Vu la directive 2005/36/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles,
Vu les articles 31 et 145 du Code de Procédure Civile,
Vu les articles L.731-1 à L.731-7 du Code de l’éducation,
Vu les pièces versées aux débats,
Ordonner à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de communiquer à la FSDL les listes de ses enseignants ainsi que leur qualité à assumer leurs fonctions d’enseignement de santé,
Ordonner à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de communiquer à la FSDL la déclaration transmise au recteur, au représentant de l’Etat dans le Var et au procureur général ou procureur de la République, contenant les noms, professions et domiciles des fondateurs et administrateurs de l’établissement, le lieu de leurs réunions et les statuts qui doivent les régir,
Ordonner à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de communiquer à la FSDL la preuve de la conformité aux exigences des articles L.633-1 et L.731-6 du Code de l’Education concernant les locaux et matériels nécessaires à l’enseignement de santé, notamment de pharmacie, contenue dans la déclaration faite auprès du recteur, du représentant de l’Etat dans le Var et du procureur général ou procureur de la République,
Ordonner à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de communiquer à la FSDL la liste des cours dispensés dans son établissement,
Ordonner à l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA de communiquer à la FSDL l’accréditation délivrée par le gouvernement Portugais pour la délivrance du « Carta de curso de licenciatura em medicina dentária » pour son établissement français,
Dire que lesdites injonctions seront assorties d’une astreinte de 5.000 euros par jour à compter de la signification de l’ordonnance à intervenir,
Se réserver la liquidation de l’astreinte,
Ordonner, à défaut de communication dans un délai de quinze jours à compter de la signification de l’ordonnance à intervenir, la fermeture de l’établissement de l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA situé à LA GARDE ainsi qu’en tout autre lieu du territoire français,
Condamner l’UNIVERSITE FERNANDO PESSOA aux entiers dépens de l'instance ainsi qu’au paiement de la somme de 5.000 euros à la FSDL au titre de l’article 700 du Code de Procédure Civile.
SOUS TOUTES RESERVES

La présente assignation est fondée sur les pièces suivantes :


  1. Mentions légales du site internet www.ufpfrance.fr

  2. Extrait du Journal Officiel du 27/10/2012, portant déclaration de l’Association UNIVERSITE FERNANDO PESSOA FRANCE auprès de la Préfecture du Var

  3. Extrait des formations proposées en « sciences de la santé » par le site internet www.ufpfrance.fr

  4. Page d’accueil du site internet www.ufpfrance.fr

  5. Articles de presse

    1. « Geneviève Fioraso porte plainte contre l’Université Fernando Pessoa » paru le 13 décembre 2012 sur www.franceinfo.fr

    2. « L’ouverture à Toulon de l’antenne d’une université portugaise fait polémique » publié le 13 décembre 2012 sur www.lemonde.fr

  6. Article de presse « L’avenir de l’université privée portugaise de Toulon semble compromis » paru le 19 décembre 2012 sur www.lemonde.fr



20130091 - 7272.doc - LMA/PAD/PAD - 180213 /1

similaire:

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconDevant le tribunal d’instance de saint-denis

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconDoyen des Juges d’Instruction au Pôle Financier du Tribunal de Grande Instance de Paris

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconMonsieur le president tribunal de grande instance
«e-Barreau» des adresses ip correspondant au Data Center de Vénissieux, locaux distants hébergeant le site informatique de l'ordre...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconSalle Mozart «Allemagne / Brésil»
«Réseau Ambition Réussite à l’école» en partenariat avec la Ville de Toulon (Service Education et Projet Educatif Local), l’Education...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconCar IL nous faut tous comparaître devant le tribunal du Christ, afin...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconTribunal Monsanto à La Haye
«Monsanto dégage !» Manu Chao1 soutient le Tribunal Monsant Une star pour soutenir un procès symbolique mais ce sont bien cinq juges...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconProgramme jour 1 paris q new york
«Cathédrale St John The Divine», qui se veut la lus grande du monde, la 125ème rue, artère principale du quartier noir, sans oublier...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconUne grande sculpture lumineuse pour un grand événement sportif
«Les arts dans le Parc», qui se tient dans le Parc olympique de Londres, devant le stade de handball, la société Zumtobel a créé,...

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconTribunal de commerce du puy en velay

Devant le tribunal de grande instance de toulon iconTribunal de commerce de Toulouse Jugement du 25 septembre 2008








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com