I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui








télécharger 268.27 Kb.
titreI comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui
page8/24
date de publication12.07.2017
taille268.27 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   24

Ce qui advint de Cunégonde, de Candide, du grand inquisiteur, et d’un juif.


Cet Issachar était le plus colérique Hébreu qu’on eût vu dans Israël, depuis la captivité en Babylone. « Quoi ! dit-il, chienne de galiléenne, ce n’est pas assez de monsieur l’inquisiteur ? il faut que ce coquin partage aussi avec moi ? » En disant cela il tire un long poignard dont il était toujours pourvu, et, ne croyant pas que son adverse partie eût des armes, il se jette sur Candide ; mais notre bon Vestphalien avait reçu une belle épée de la vieille avec l’habit complet. Il tire son épée, quoiqu’il eût les mœurs fort douces, et vous étend l’Israélite roide mort sur le carreau, aux pieds de la belle Cunégonde.

« Sainte Vierge ! s’écria-t-elle, qu’allons-nous devenir ? un homme tué chez moi ! si la justice vient, nous sommes perdus. – Si Pangloss n’avait pas été pendu, dit Candide, il nous donnerait un bon conseil dans cette extrémité, car c’était un grand philosophe. À son défaut, consultons la vieille. » Elle était fort prudente, et commençait à dire son avis quand une autre petite porte s’ouvrit. Il était une heure après minuit, c’était le commencement du dimanche. Ce jour appartenait à monseigneur l’inquisiteur. Il entre et voit le fessé Candide, l’épée à la main, un mort étendu par terre, Cunégonde effarée, et la vieille donnant des conseils.

Voici dans ce moment ce qui se passa dans l’âme de Candide, et comment il raisonna : « Si ce saint homme appelle du secours, il me fera infailliblement brûler, il pourra en faire autant de Cunégonde ; il m’a fait fouetter impitoyablement ; il est mon rival ; je suis en train de tuer ; il n’y a pas à balancer. » Ce raisonnement fut net et rapide ; et, sans donner le temps à l’inquisiteur de revenir de sa surprise, il le perce d’outre en outre, et le jette à côté du juif. « En voici bien d’une autre, dit Cunégonde ; il n’y a plus de rémission ; nous sommes excommuniés, notre dernière heure est venue ! Comment avez-vous fait, vous qui êtes né si doux, pour tuer en deux minutes un juif et un prélat ? – Ma belle demoiselle, répondit Candide, quand on est amoureux, jaloux, et fouetté par l’inquisition, on ne se connaît plus. »

La vieille prit alors la parole, et dit : « Il y a trois chevaux andalous dans l’écurie, avec leurs selles et leurs brides, que le brave Candide les prépare ; madame a des moyadors et des diamants, montons vite à cheval, quoique je ne puisse me tenir que sur une fesse, et allons à Cadix ; il fait le plus beau temps du monde, et c’est un grand plaisir de voyager pendant la fraîcheur de la nuit. »

Aussitôt Candide selle les trois chevaux ; Cunégonde, la vieille, et lui, font trente milles d’une traite. Pendant qu’ils s’éloignaient, la Ste hermandad arrive dans la maison, on enterre monseigneur dans une belle église, on jette Issachar à la voirie.

Candide, Cunégonde, et la vieille, étaient déjà dans la petite ville d’Avacéna, au milieu des montagnes de la Sierra-Morena ; et ils parlaient ainsi dans un cabaret.

X



Dans quelle détresse Candide, Cunégonde et la vieille arrivent à Cadix, et leur embarquement.


« Qui a donc pu me voler mes pistoles et mes diamants ? disait en pleurant Cunégonde ; de quoi vivrons-nous ? comment ferons-nous ? où trouver des inquisiteurs et des juifs qui m’en donnent d’autres ? – Hélas ! dit la vieille, je soupçonne fort un révérend père cordelier, qui coucha hier dans la même auberge que nous à Badajos ; Dieu me garde de faire un jugement téméraire ! mais il entra deux fois dans notre chambre, et il partit longtemps avant nous. – Hélas ! dit Candide, le bon Pangloss m’avait souvent prouvé que les biens de la terre sont communs à tous les hommes, que chacun y a un droit égal. Ce cordelier devait bien, suivant ces principes, nous laisser de quoi achever notre voyage. Il ne vous reste donc rien du tout, ma belle Cunégonde ? – Pas un maravédis, dit-elle. – Quel parti prendre ? dit Candide. – Vendons un des chevaux, dit la vieille ; je monterai en croupe derrière mademoiselle, quoique je ne puisse me tenir que sur une fesse, et nous arriverons à Cadix. »

Il y avait dans la même hôtellerie un prieur de bénédictins ; il acheta le cheval bon marché. Candide, Cunégonde, et la vieille, passèrent par Lucena, par Chillas, par Lebrixa, et arrivèrent enfin à Cadix. On y équipait une flotte, et on y assemblait des troupes pour mettre à la raison les révérends pères jésuites du Paraguai, qu’on accusait d’avoir fait révolter une de leurs hordes contre les rois d’Espagne et de Portugal, auprès de la ville du Saint-Sacrement. Candide, ayant servi chez les Bulgares, fit l’exercice bulgarien devant le général de la petite armée avec tant de grâce, de célérité, d’adresse, de fierté, d’agilité, qu’on lui donna une compagnie d’infanterie à commander. Le voilà capitaine ; il s’embarque avec mademoiselle Cunégonde, la vieille, deux valets, et les deux chevaux andalous qui avaient appartenu à M. le grand inquisiteur de Portugal.

Pendant toute la traversée ils raisonnèrent beaucoup sur la philosophie du pauvre Pangloss. « Nous allons dans un autre univers, disait Candide ; c’est dans celui-là, sans doute, que tout est bien : car il faut avouer qu’on pourrait gémir un peu de ce qui se passe dans le nôtre en physique et en morale. – Je vous aime de tout mon cœur, disait Cunégonde ; mais j’ai encore l’âme tout effarouchée de ce que j’ai vu, de ce que j’ai éprouvé. – Tout ira bien, répliquait Candide ; la mer de ce nouveau monde vaut déjà mieux que les mers de notre Europe ; elle est plus calme, les vents plus constants. C’est certainement le Nouveau-Monde qui est le meilleur des univers possibles. – Dieu le veuille ! disait Cunégonde : mais j’ai été si horriblement malheureuse dans le mien, que mon cœur est presque fermé à l’espérance. – Vous vous plaignez, leur dit la vieille ; hélas ! vous n’avez pas éprouvé des infortunes telles que les miennes. » Cunégonde se mit presque à rire, et trouva cette bonne femme fort plaisante de prétendre être plus malheureuse qu’elle. « Hélas ! lui dit-elle, ma bonne, à moins que vous n’ayez été violée par deux Bulgares, que vous n’ayez reçu deux coups de couteau dans le ventre, qu’on n’ait démoli deux de vos châteaux, qu’on n’ait égorgé à vos yeux deux mères et deux pères, et que vous n’ayez vu deux de vos amants fouettés dans un auto-da-fé, je ne vois pas que vous puissiez l’emporter sur moi ; ajoutez que je suis née baronne avec soixante et douze quartiers, et que j’ai été cuisinière. – Mademoiselle, répondit la vieille, vous ne savez pas quelle est ma naissance ; et si je vous montrais mon derrière, vous ne parleriez pas comme vous faites, et vous suspendriez votre jugement. » Ce discours fit naître une extrême curiosité dans l’esprit de Cunégonde et de Candide. La vieille leur parla en ces termes.

XI



1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   24

similaire:

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconElle s’est appelée respectivement, depuis sa création
«style Baltard» y fut construit en 1860 sur la périphérie. En 1888, IL fut complété par une grande halle dans la partie centrale,...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconJournée d’étude «jeunes chercheurs»
«normes». Comment sont-elles pensées ? En fonction de quelles représentations des territoires par les institutions ? Comment sont-elles...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconM. kerboull
«tory bloc» fût à l’origine d’ostéolyses catastrophiques dues à l’usure métallique. Elle fût rapidement abandonnée

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconAu moyen âge, Leuven fût la Capitale du Duché de Brabant. Le Duc...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconLe pont suspendu de Brooklyn, terminé en 1883, après 14 ans de pérégrinations...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui icon«Sur les pas de Roger Martin du Gard»
«Les Thibault»,son œuvre majeure, dans le manoir normand «Le Verger» qu’il avait fait construire, manoir aujourd’hui détruit. Mais...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconSonnet de Charles baudelaire
«la cendre latine et la poussière grecque» (‘’La voix’’), fut marqué par la tradition humaniste. Puis, à l'exemple d'un certain nombre...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconLes doubles personnalites la conscience profonde
«Je suis sur cette terre. J'ignore absolument comment j'y suis venu et pourquoi on m'y a jeté. Je n'ignore pas moins comment j'en...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconLa psycholinguistique Introduction
«les principes du béhaviorisme ne sont suffisants pour expliquer comment on traite une information langagière et comment on apprend...

I comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment IL fut chassé d’icelui iconL’essence de l’inspiration; du savoir à la pratique
«comment l’art influence les architectes ?» et, «comment les artistes utilisent et représentent l’espace ?». Cependant, après mes...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com