A. E. Van Braam houckgeest








télécharger 3.11 Mb.
titreA. E. Van Braam houckgeest
page72/78
date de publication02.07.2017
taille3.11 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   68   69   70   71   72   73   74   75   ...   78

Kiang-si (province de). T. I, Point où une porte la sépare de la province Quang-tong, 51 — Très peuplée, 63 — A un air de prospérité, 69 — Nan-tchung-fou en est la capitale, 69 — Femmes de cette province, 72 — L'ambassade n'y a pas de bons logements, 73. = T. II, Est la troisième province de la Chine pour son sol, 82 — Les maisons y sont couvertes de tuiles, 149 — Fournit du sucre, 159. — Voy. Canne à sucre ; moulins ; tabac.

Kiang-tsong-tsi. T. I, Île dont on a fait un lieu de plaisance impériale ; sa description, 329, 346.

Kik-tok-tsay-kay. T. I, Temple du palais impérial de Pe-king, 209.

Ki-ngan-fou (ville de). T. I, Sa description, 66 — Sa distance de Tay-ho-chen, 66 — On y illumine au passage de l'ambassade, 66 — Sa distance de Tong-con-houang, 66. = T. II, Ce qui y arrive pour les provisions, 79.

King-tcheou (ville de). T. I, Sa description, 125, 283.

King-tching. T. I, Lieu où s'est pendu le dernier empereur de la dynastie chinoise, 205.

King-tching. T. I, L'un des noms de Pe-king, 132.

Kiou-eu-tay. T. I, Pagode, 404.

Kiou-te-song. T. I, Pagode, 401.

Kong fou-tsé. T. I, Nom chinois de Confucius, 51.

L

Labourage. T. I, 302. — Voy. agriculture ; culture.

Lac. T. I, 114, 277, 311, 315, 360, 361. 377 — À Yuen-ming-yuen, 223 . = T. II, 34 36.

Lait. — Voy. Fève.

Lamas (les). T. I, Secte religieuse admise à la Chine, 105, 272, 274. — Voy. Thibet.

Lanterne. T. I, Les Chinois en mettent dans leurs appartements, 221, 239.

Leong-tau. Premier inspecteur des magasins à Canton, 12 — Assiste à l'audience du tsong-tou, 16.

Lau-y-hong-thap. T. I, Tour à laquelle en donne quinze cents ans, 385 — Son origine fournit le sujet d'une pièce de théâtre, 38 — Ses dimensions, 386.

Leong-than. = T. II, Sa description, 107 — Éprouve un incendie en 1794, 107.

Lettres. Ce que signifient les chiffres ou lettres mis après des noms de lieux, 31.

Li. Mesure itinéraire chinoise. 250 li font un degré de latitude. Or le degré de latitude étant estimé de 25 lieues terrestres de 2.282 toises chacune, le degré de latitude donne 57.050 toises, & par conséquent un li est égal à 228 toises un cinquième ( la toise de six pieds français). Note de l'éditeur. = T. I, 49.

Lieue. Toutes les fois que le mot lieue est employé dans cet ouvrage, il faut l'entendre d'une lieue de 25 au degré de latitude à l'équateur, & égale à 2.282 toises. Note de l'éditeur.

Lieux. T. I, peu fréquentés, peu cultivés, 103 — D'un médiocre aspect, 107 — Pauvres, 109.

Ling-on-chan. T. I, Montagne où l'on dit qu'est une maison de plaisance impériale, 344.

Lingua. Interprète. Cette dénomination est portugaise. T. I, 15, 94, 158, 286, 348, 378.

Lion (figure de). T. I, 113, 174 — De bronze, 220, 239, 273 — Cet animal est étranger à la Chine, 220 — On met des figures de lion près des tombeaux, 277, 345, 380.

Liou-cha-pou. T. I, Temple, 399.

Li-pou. T. I, Nom du tribunal des Rits & Cérémonies, 142.

Litières. — Voy. Chaise ; palanquin.

Litières à mulets. T. I, 95, 112.

Logement. T. I, 100, 111, 115, 117, 120, 122, 126, 129, 133,136, 145, 272, 276, 284, 298, 300, 301, 303, 307, 371 — Ceux des Chinois petits, 172. — Voy. Ambassade.

Lok-yet-chung. T. I, Île d'un lac, 378.

Long-thau-chan. T. I, Couvent bâti sur un rocher, 70.

Long-you-chen (ville de). T. I, 421, 422.

Lou-ouo-pou-thap. T. I, Tour, sa forme, ses dimensions, 389.

Lune. T. I, Cadran lunaire, 193 — Hommages rendus à l'empereur, aux nouvelles & aux pleines lunes, 278. — Voy. Éclipse.

Lusiade (la). T. II, 258. — Voy. Camoëns.

Lutteur. — Voy. Exercice.

Ly-pou. — Voy. Tribunal du Ly-pou.

M

Macao (ville de). T. I, 3, 4, 5, 6, 10, 18, 312. = T. II, Mur qui sépare son territoire, 216 — Décrit par l'auteur en 1770, 217 — Description nouvelle que l'auteur en donne, 217 — Les Européens sont obligés de quitter Canton & d'y venir passer six mois tous les ans, 218 — Sa situation, 219, 226 — Sa distance de Canton, 219 — Est sur une île, 219 — Séparé du territoire chinois par un mur, 219 — Ses portes, 219, 233, 234 — Nul Européen ne peut sortir de son enceinte pour aller sur le territoire chinois, 220 — Tire ses approvisionnements des Chinois, 220 — Manières impérieuses des Chinois par rapport à Macao, 220, 222 — Comment il passe aux Portugais, 221 — Redevance annuelle que Macao paie aux Chinois, 221 — Est bien déchu, 222, 234 — Ses avantages, 223 — Ses belles perspectives, 223 — Négligé par les Portugais, 225 — Les Portugais ne le regardent que comme un moyen d'introduire des missionnaires en Chine, 225 — A de beaux privilèges du Portugal, 225 — Cette ville doit payer elle-même toutes ses dépenses, 226 — Ses rades, 226, 227, 232 — Sa température, 227 — A de terribles orages, 227 — Ses tremblements de terre, 228 — Nombre de ses maisons, 229 — Ses fortifications, 229, 231, 232, 233 — Résidence du gouverneur, 231, 237 — Entreprise des Hollandais sur Macao, 231 — Sort de prisonniers hollandais à Macao, 231 — Ses églises, ses chapelles, ses couvents, ses prêtres, les moines, 232, 233, 237, 239, 240, 241, 242, 243, 244, 245, 246, 247, 251, 252, 253, 254, 255, 280 — Sermon sur la défaite des Hollandais, 232 — Sa garnison, 234 & suivantes — Ses édifices publics, 237 — Sa maison de Ville, 237 — Tables où sont les concessions faites par l'empereur, 237 — Ses places publiques, 237 — Lieu où l'on punit les esclaves, 237 — La prison de la ville, son extrême pauvreté, 238 — L'officialité, 238 — Son évêque, 239, 280 — Caractère de ses habitants, 239 — Prison de l'Officiante, 239 — Femmes dissolues, 239 — Mœurs de cette ville, 239 — Maison d'orphelines, 240 — Maison de la Miséricorde, ce que c'est, 240 — Enfants trouvés, 240 — Orphelins, 240 — Devait plusieurs avantages aux jésuites, 245, 250 — Ses jardins, 247 — Droits qu'on y paie à un couvent de religieuses, 253 — On y consacre des filles au cloître, 253 — Son hôpital, 255 — Sa léproserie, 255 — Son architecture, 256 — Ses maisons dépendent, 256 — Comment on y forme des murs, 256 — Ce sont les Chinois qui y sont entrepreneurs de bâtiments, 257 — Le rocher du Camoëns, 257 — Ses fontaines, ses sources, 259 — Ses habitants, 259 — Mélange de sa population, 259 — Les femmes n'y sont pas jolies, 260 — Division de ses habitants en trois classes, 260 — Sort des moines, 260 — Sort des militaires, 261 — Sa misère affreuse, 261, 303 — Les Chinois y sont tout ce qui est lucratif, 261 — Aumônes données par les étrangers, 261 — Conduite affligeante des femmes, 262 — Causes de la misère qui y règne, 262 — Les Portugais y ont adopté en plusieurs choses les mœurs des Chinois, 263 — Manière de vivre des femmes, 263 — Empire des moines, 264 — Son gouverneur, 264 — Réception du gouverneur, 264 — Macao dépend de Goa, 264, 268 — Appointements & pouvoirs du gouverneur, 265 — Son Sénat, 265 — Traitement de quelques gouverneurs envers des membres du Sénat, 265 — L'un des gouverneurs abhorré des Chinois, 266 — Pouvoirs du Sénat ou Conseil, 267 — Sa composition, 267 — Dépend de Goa pour la justice criminelle, 268 — Honneurs rendus aux mandarins à Macao, 268 — Avec qui le gouvernement chinois traite à Macao, 268 — Le Sénat dirige le trésor, 268 — État du trésor autrefois, 268 — Droits perçus par les Portugais, 269 — Avilissement du Sénat & ses causes, 269 — Trait horrible du despotisme chinois à Macao, 269 — On le prendrait pour une ville chinoise, 290 — Moyen imaginé pour arrêter les entreprises arbitraires du Sénat, 270 — Ce que c'est que le syndic qu'on y envoie de Goa, 270 — Abus que l'on fait de cette mesure, 271 — Collège civil de la Miséricorde — Sa composition, ses fonctions, 272 — Ce qu'on faisait autrefois des orphelins & des enfants trouvés, 272 — Utilité qu'avait autrefois la Miséricorde, 273 — Administration des fonds publics, prêts d'argent & intérêts, 273 — Déficit des caisses publiques, 274 — Alfandega ou douane royale, 274 — Conduite étrange du chef de la douane royale, 274 — De la religion catholique romaine à Macao & tableau des mœurs de ses ministres, 277 & suivantes — Inquisition, 280 — Missions qui y ont des maisons, 280 — Comment on y célèbre le Vendredi Saint, 283 & suivantes — Comment Saint-Antoine y est célébré, 290 & suivantes — Fête de Saint-Jean-Baptiste, 293 — Neuvaines qu'on fait à Macao, 294 — Son commerce 296 — Sa navigation, 296 — Indolence portugaise sur ce commerce, 297 — Pourquoi Macao envoie chaque année un bâtiment à Goa, 297 — Objets du commerce de Macao, 297, 298 — Commerce de l'opium, 297 — Droits que les nationaux y paient, 299 — Les autres Européens paient plus de droits à Canton que les Portugais à Macao, 299, 300 — Habitants de Macao ont le privilège de naviguer & de commercer le long des côtes de la Chine, mais ils n'en usent point, 300 — Dégradation des habitants de Macao, 301 — Essai infructueux qu'on y fait pour envoyer des vaisseaux au Japon, 301 — Les Chinois font une partie de son commerce, 302 — Misère & caractère des habitants de Macao, 303 — Nul bâtiment européen n'y est admis s'il n'est portugais, 304 — Les Espagnols n'y viennent plus & pourquoi, 304 — Son commerce direct avec le Portugal a été rouvert, 305 — N'a aucune manufacture, 305 — N'a nulle culture, 305 — Ce sont les Chinois qui y font la pêche, 305 — Les étrangers sont obligés d'y faire venir des approvisionnements de Canton, 305 — Vie misérable des plus riches habitants, 306 — Tout y est dans le dépérissement, 306 — Meubles, 306 — Plaisirs qu'on y goûte, 306 — Comment les étrangers y sont accueillis, 307 — Éloge de l'un des gouverneurs, 307 — Avantages que la résidence des étrangers lui procure, 308 — Obstacles que rencontre un habitant riche qui veut quitter Macao, 308 — Causes de l'état d'abjection de Macao, 309 — Idées de l'auteur sur les moyens d'amener Macao au point où il peut être, 310 jusqu'à 315.

Macartney (le Lord). T. I, 103 — Le carrosse qu'il a offert à l'empereur est dans l'un des salons de Yuen-ming-yuen, 221, 222. = T. II, Lieu où il a logé, 3 — Où il a logé à Canton, 327 — Détails sur son renvoi de la Chine, 415. — Voy. Ambassade anglaise.

Machine. — Voy. Brouette ; Moulins

Mahométans. On lit dans les Mémoires Chinois, t. 5, p. 24, que Gengis-kan avait introduit des mahométans à la Chine, & que l'empereur Chun-chy chassa même, vers 1650, ceux qui étaient encore en possession du tribunal de Mathématiques.

Quant au motif de l'expulsion des mahométans de la Chine, à l'époque de 1784, qui cadre avec celle citée par l'auteur, relativement à la mosquée qu'il trouve à Hong-tcheou-fou, on le trouve très détaillé dans une lettre de M. Amiot, missionnaire, en date du 15 novembre 1784, & contenue aussi dans les Mémoire Chinois, t. 11, p. 590. Note de l'éditeur.

T. I, 376 — Ce qu'on dit de leur expulsion de la Chine, 377. = T. II, Admis à la Chine, 319.

Maisons. T. I, 103, 118 — De terre argileuse séchée, 120, 123, 126 — Celles de Pe-king, 134, 265 — Des parties septentrionales de la Chine, 265 — En les voyant on n'a aucune idée de leur intérieur, 283, 414 — On en enduit de plâtre, 398, 400 — Étages, 413, 418 — Avec des fenêtres extérieures, 413, 432. = T. II, De plaisance, 17 — Dans des creux de montagnes, 103 — Celles de la province de Kiang-si, toutes couvertes de tuiles, 149.

Maisons de plaisance de l'empereur. T. I, 318, 320 — Traits descriptifs de l'une d'elles, 321 — Impossibilité d'en donner une juste idée, 321 — Description intéressante de l'une de ces maisons, 377 & suivantes jusqu'à 383.

Maladie. T. I, 299. — Voy. Écrouelles.

Malais. T. I, Un domestique malais de l'ambassadeur meurt à Pe-king, 155, 156, 158.

Mandarins. T. I, Ceux de Canton, 1, 4, 9, 15 — Le bouton du haut de leur bonnet marque leurs rangs, 24, 30 — Ont de la peine à se faire obéir des coulis 72, 74 — Ceux qui obtiennent l'amour & l'estime du peuple, ont droit à des honneurs publics, 85 — Pourquoi l'ambassadeur en chasse un de sa présence, 90 — Le soin des logements pour l'ambassade est confié à des mandarins particuliers, 94 — Honneurs qu'ils rendent à l'ambassade, 98 — On en destitue un & pourquoi, 98 — Combien ils pressent pour l'arrivée de l'ambassade à Pe-king, 101, 102 — Promettent des litières à mulet qu'il ne peuvent pas procurer, 112 — Qui en soufflette un autre, 126 — Présent que fait un mandarin à l'ambassade, 126 — Peu de respect qu'on leur marque quelquefois, 149 — Spéculent à leur profit sur les dépenses de l'ambassade, 157 — Manquent d'autorité sur les coulis, 159 — Font de vaines promesses à l'ambassade, 159 — Il en est de décorés avec des plumes de paon, 160 — Caractère soupçonneux de ceux de Canton, 189, 233, 263, 268 — Caractère concussionnaire de ceux de Canton, 233 — Ont pour distinction des lions & des dragons brodés quand ils sont militaires ; & des grues, des cerfs & des hérons quand ils sont lettrés, 242 — Les mandarins militaires sont tirés du corps des Chiouais, 242 — Ne peuvent rien recevoir, 262 — Ce qu'ils se permettent au sujet des deux pièces mécaniques apportées à l'empereur, 268 — Statues de mandarins près des tombeaux, 277, 345, 380 — Hommage qu'ils rendent à l'empereur aux nouvelle & aux pleine lune, 278 — Il en est qui accompagnent l'ambassade tandis qu'elle passe sur leur territoire, 290, 300 — Ne peut jamais être employé dans la province où il est né, 301 — Abus qu'ils commettent eux ou leurs domestiques, relativement aux vivres à fournir à l'ambassade, 312 — Abus qu'ils commettent dans les fonds destinés à la réparation des ouvrages publics, 334 — Vexent & pillent sous le nom de l'empereur, 37. = T. II, Présents qu'ils se font donner, 331 — Présents que leur fait l'ambassade, 379. — Voy. Chiouais, cour de Justice ; ministre.

Man-sat-tin ou pagode des dix mille idoles du palais impérial de Pe-king. = T. I, Sa description, 209.

Mang-tchan-thap. T. I, Tour hexagone à neuf étages, avec une pointe de métal fondu, 424.

Mantcheou. — Voy. Ambassadeurs.

Man-tsu. T. I, L'un des Dieux de la Chine, 316.

Marbre. T. I, 278, 317. — Voy. Arc de triomphe ; pont ; temple.

Marchandises. T. II, Lieux pour les mettre à couvert.

Marée. Le père Martin, dans sa Description géographique de la Chine, parle (t. 3 du Recueil des Voyages de Thevenot, p. 141) du mouvement de la marée à Hong-tcheou-fou, mentionné par M. Van Braam. Il prétend même qu'il est accompagné de circonstances très extraordinaires à l'époque du mois d'Octobre. Note de l'éditeur.

= T. I, Dans le Kiang, 329, 332 — Son effet, 392. — Voy. Bhaar.

Mariage. T. I, Les parents projettent celui de leur enfants en bas âge, 85.

Marine. T. I, Constructions navales, xxxiij. = T. II, 104, 200 — Manière de lancer les bâtiments, 200.

Matelots. T. I, Conduite de ceux des champanes, 44.

Mendiant. Les mendiants ne sont pas communs à la Chine. On en voit à Canton.

Durant le voyage de l'ambassade, l'auteur n'en a rencontré que dans l'Occident de la province de Chan-tong & dans celle de Tché-li. Ils sont très rares dans les autres parties de l'empire. Note de l'éditeur.

Mesures. Dans cet ouvrage, toutes les fois que les mesures quelconques ne sont pas spécialement désignées, elles sont françaises. Note de l'éditeur.

Météorologie. — Voy. Température.

Miao. Nom générique des temples consacrés aux idoles. Ils sont très considérables à la Chine, & il en est qui ont coûté des sommes immenses. — Voy. Religion. Note de l'éditeur.

Militaire. — Voy. Tribunal du Ping-pou.

Millet. T. I, 111, 114 — Très commun dans les provinces de Chan-tong & de Tché-li, 298 — Y sert de nourriture ainsi que dans les provinces les plus occidentales, 326.

Minéralogie. T. II, 5.

Ministre décollé. T. I, Comment l'empereur reconnaît qu'il a été injuste en en faisant périr un, 342 — Son tombeau, 379 — Figures de ses quatre calomniateurs près de son tombeau, 380 — Signes d'horreur pour la calomnie dont ces quatre figures sont l'objet, 380 — Ancienneté de son tombeau, 380.

Ministre (Premier). T. I, 19 — On va lui annoncer l'approche de l'ambassade, 131 133 — Ce qui lui avait été écrit sur l'arrivée de l'ambassade, 136 — Fait annoncer à l'ambassade quand elle sera reçue par l'empereur, 139 — Fait demander une traduction, en français, de la lettre des commissaires-généraux de la Compagnie hollandaise à l'empereur, 140 — Est auprès de l'empereur à la première audience accordée à l'ambassade, 143 — L'ambassade lui fait visite, 145, 160 — Son logement est bien éloigné de répondre à son importance, 145, 148, 149, 160 — Confusion qui règne à son audience, 149 — Satisfait de l'ambassade, 152, 153 — Marque d'intérêt qu'il donne à l'ambassade, 160 — On lui destine des présents, 163 — Est auprès de l'empereur dans une cérémonie, 168 — Dans quelle posture il lui parle, 168 — Est appelé Second empereur, 172, 229 — Présent qu'on lui fait offrir, 191 — Se défend d'accepter les présents que l'ambassade lui offre & motifs qu'on emploie pour l'y déterminer, 201 — Honneurs qu'il reçoit de l'ambassade, & accueil qu'il lui fait, 219, 229 — Les Chinois ne lui parlent qu'à genoux, 229 — Ce qu'il dit au sujet d'une montre qu'il a achetée, 231 — Un ministre d'État ne peut recevoir de présents, sans la permission de l'empereur, 234.

Ministres (Premiers). T. I, Il y a trois Premiers ministres, le aa-tchong-tang, le voo-tchong-tang & le fok-lio-tayen, 163 — On leur destine des présents, 163, 185 — Les Premiers ministres servent les ambassadeurs régalés par l'empereur dans ses petits appartements, 169 — Par quel détour ils arrivent à recevoir des présents de l'ambassade, 261 — On peut dire qu'ils règnent sous le nom de l'empereur, 268 — Présents que l'ambassade leur fait, 379.

Ministre (Second). T. I, Appelé fok-lio-tayen, 143 — L'ambassade lui fait une visite par ordre de l'empereur, 151 — On lui destine des présents, 163 — Est auprès de l'empereur dans une cérémonie, 168 — Dans quelle posture il parle à l'empereur, 168.

Missionnaires. T. I, Il y en a de Français à Pe-king, 140 — Sur leurs relations de la Chine, 145 — Il y en a de Portugais à Pe-king, 153 — L'auteur en rencontre un Portugais chez le Premier ministre ; ce qui s'y passe, 160 — L'un des missionnaires français s'appelle M. Roux & un autre M. Grammont, 160 — N'osent rien faire pour éclairer les Chinois sur l'Europe, 182 — On ne veut pas les laisser communiquer avec l'ambassade, 187 — Sont sans crédit à la Chine, 187, 269 — C'est sur les plans & avec la direction d'un missionnaire français que la maison impériale de Yuen-ming-yuen est embellie, 188, 269 — On promet qu'ils aideront le mécanicien, 191 — Comment ils communiquent avec l'ambassade, 259, 264 — Information qu'on prend sur ce que des personnes de l'ambassade leur ont apporté, 261 — On vient prendre les lettres que M. de Guignes avait pour eux, 264 — Visite de M. Roux bien escorté de mandarins, 264. — Autre visite de M. Roux, 269 — Maisons des missionnaires portugais à Pe-king, 170.

= T. II, Les Chinois surveillent leur introduction à la Chine, 220, 223 — Détails & distinctions sur la nature de ceux de la Chine, 280, 281 — Comment l'empereur les considère, 982 — Présents que l'ambassade leur fait, 379.

Mœurs. T. I, xxvij, xxix. — Voy. Chinois ; Femmes ; Macao.

Moiling-chan (ville & montagnes de). T. I, 49 — Chemin qui les traverse, 50 — Transport de marchandises qu'on y fait, 50 — On y trouve un temple consacré à Confucius, 51 — On y trouve une porte qui sépare les provinces de Quang-tong & de Kiang-si, 51. = T. II, Transport de marchandises qu'on y fait, 153 — Détails descriptifs, 153 & suivantes.

Mong-fou-tsu. T. I, Philosophe le plus éminent après Confucius, 117.

Monnaie. T. II, Il n'y en a qu'une à la Chine & elle est de cuivre, 322 — D'or & d'argent vendue au poids, 322. — Voy. tael.

Monqua qu'il faut prononcer Moncoua, était le chef de la Compagnie du cohang à l'époque où l'auteur en parle. Note de l'éditeur. = T. I, L'un des cohangistes, 1. — Voy. Cohang.

Montagnes. T. I, 32, 39, 46, 67, 82, 87, 91, 97, 99, 109, 110, 114, 120, 121, 129, 292, 295, 296, 297, 299, 300, 302, 329, 338, 341, 344, 370, 371, 395, 396, 397, 398, 399, 400, 401, 403, 404, 409, 411, 415, 417, 421, 423, 432, 433, 435, 436 — Chemin à travers les montagnes, de Moiling-chan, 50, 91 — Leur culture, 83, 91 — Au haut de laquelle est un château-fort, 110 — On voit celles au nord de la ville de Pe-king d'un monticule du palais impérial, 175 — Montagne élevée de main d'homme avec des rochers naturels & idée qu'elle inspire, 224. = T. II, 73, 110, 122, 136, 141, 142, 147, 174, 189 — Couvertes de rocs, 175. — Voy. Culture.

Montgolfière. T. II, Rocher que l'auteur nomme ainsi, 170.

Monument. T. I, 404 — Négligés par les Chinois, 310, 317, 353.

Monuments Funèbres. T. I, 110, 111, 114. = T. II, 7, 85, 127, 146, 166. — Voy. Bois ; cyprès ; sépulture.

Morts. — Voy. Sépulture.

Mosquée mahométane. T. 376, 377. = T. II, 319, 324.

Moulin à chapelet ou de Pater Noster, T. I, Employé par les Chinois, 57.

Moulin à huile. T. II, 102.

Moulin à piler le riz. T. I, Description, 418, 419, 421, 425, 428, 430, 435. = T. II, 11.

Moulin à sucre. T. I, Sa description, 34, 35 — Son usage, 57, 60. = T. II, 125, 127, 128, 129, 136, 137, 141, 143, 144, 146, 186.

Moulin qui élève l'eau pour arroser. T. I, 55 — Ce qu'il coûte, 57. = T. II, 128, 129, 130, 138, 143, 144, 148, 151.

Moungous. — Voy. Ambassadeurs.

Mouton. T. I, Paissent en troupeaux, 124, 299 — Apprêté à la cuisine d'une manière dégoûtante, 178. — Voy. Peaux.

Mulet. T. I, On s'en sert pour des litières ou palanquins, 75 — Employés comme bêtes de somme, 104 — Attelé aux charrettes, 124 — Très communs dans le Chang-tong, 124 — Très multipliés près Pe-king, 131 — Servent de monture à Pe-king, 214 — Paraissent plus estimés que les chevaux, 214.

Muraille (Grande) qui borne la Chine du côté de la Tartarie.

Les Annales de la Chine disent qu'elle fut commencée, sous un prince, trois cents trois ans avant l'ère chrétienne, puis continuée par deux autres princes ; qu'un quatrième fit réunir ces trois premières portions, & qu'enfin elle fut parachevée plus de deux cents ans après. — Voy. Mémoires Chinois, t. 2, p. 461.

Les Chinois appellent la Grande muraille Ouan-li-chang-tching, c'est-à-dire la Grande muraille de dix mille li. Cependant elle n'a, avec ses détours, qu'environ cinq cents lieues. Elle a vingt à vingt-cinq pieds de hauteur & assez de largeur, dans quelques endroits, pour que six chevaux puissent y passer de front. Elle se trouve, dans certains points, sur des montagnes presque inaccessibles, & l'un de ces points a, selon le père Verbiest, huit cent soixante-quatre toises au-dessus du niveau de la mer. Elle traverse aussi quelquefois des rivières avec des arcades.

Depuis que les Tartares ont soumis la Chine, on n'en entretient que quelques passages, le reste tombe en ruine.

Voy. Histoire générale de la Chine, par Mailla, t. 2, p. 373. Note de l'éditeur. — Passe à vingt lieues de Pe-king, 244 — Pourquoi l'ambassade renonce à demander qu'on la lui laisse voir, 244.

Mûrier. T. I, 359, 360, 363, 365, 366, 370, 374, 396 — Observations sur celui qui sert à la Chine aux vers à soie, 363. = T. II, Cultivé dans la province de Quang-tong, 196, 200.

Muséum de Philadelphie. T. II, L'auteur y dépose plusieurs choses, 46.

Musique. T. I, xxxij — On en fait à la cour impériale dans des fêtes publiques, 176, 177, 179, 203, 218, 237, 239, 250, 257, 258 — Moresque, cochinchinoise, du Thibet, peu faites pour des oreilles européennes, 179 — Belle voix d'un Chinois 203 — On joue des instruments de musique au passage de l'ambassade, 407.

Mythologie chinoise, T. I, xxv.

N

Naa-san-tayen. T. I, mandarin chargé d'être le conducteur de l'ambassade à la cour impériale, 163 — Sa décoration, 163 — Fait visite à l'ambassade, 163 — C'est entre ses mains qu'avait passé le billet de M. de Guignes remis au missionnaire portugais, 163 — Honneurs que l'ambassade lui rend, 191, 252 — Son opinion sur les présents destinés aux ministres & à d'autres mandarins, 191, 201 — Accompagne l'ambassade allant voir des édifices de Pe-king, 205 — Jouet ridicule qu'il montre à l'auteur, & importance qu'il y attache, 252 — Dispositions obligeantes qu'il montre à l'auteur, 253 — Sa visite d'adieu à l'ambassade, 267 — Devient tsik-tsan-fou, 318.

Namheuyun. C'est un mandarin de justice qui a particulièrement le soin de maintenir la police & l'ordre entre les habitants. Celui de Canton fait visite à l'auteur, T. I, 1.

Namheuyun (Sous) de Canton donne une garde à l'ambassadeur, T. I, 10.

Nam-king. T. I, 52 — Capitale de la province de Kiang-nam, 81 — Parties montueuses qui l'avoisinent, 338 — Autrefois capitale de la Chine, 340 — Ce nom signifie Palais du midi, 340 — La soie écrue porte mal à propos son nom, 359 — Pourquoi l'on trouve étonnant qu'on lui ait préféré Pe-king, 428. — Voy. Con-ding-fou.

Nam-king (toile blanche de) ou Nam-king blanc. T. I, 324, 397. = T. II, 196.

Nam-king (toile de) T. I, 322 — Est mal à propos nommée ainsi, 322 — Est fabriquée fort loin de la ville du même nom, 322 — Est faite d'un coton roussâtre, 323 — Sa couleur est naturelle, 323 — Erreur sur sa couleur, 323 — Son utilité, 323.

Nan-hang-chen (ville de). T. I, 58 — Sa description, 58, 59. = T. II, 138 — Son commerce, 139.

Nan-hiong-fou (ville de). T. I, 41, 46, 48, 49 — Sa description, 49 — On y quitte les champanes, 49. = T. II, Sa description, 156.

Nau-ngan-fou (ville de). T. I, Sa description, 52. = T. II, Description, 150 & suivantes — Circonstance d'où elle tire son importance 153.

Nan-ngan-chen (ville de). T. I, 64 — Sa distance de Tay-ho-chen, 65. = T. II, Sa description, 93 — Principale ressource de ses habitants, 93.

Nan-tchang-fou. T. I, Ville capitale de la province de Kiang-si, 69 — C'est là que se termine, par eau, la route de l'ambassade vers Pe-king, 70 — Sa distance de la ville de Tong-ching-chen, 69 — Sa distance de Pe-king, 70. = T. II, Sa description, 44 — Ses manufactures 45 — Son commerce, 45 — Ses chantiers de construction, 45.

Navet. T. I, 36, 93, 294, 395, 405.

Navettes. T. I. 406, 420, 427. = T. II, 62. — Voy. Grains.

Navigation sur les rivières de la Chine. T. I, 32, 40, 46. — Voy. Rivière.

Neige. T. I, 87, 91, 96, 308. — Voy. Température.

Ngo-ci-ouan. T. I, Village — Ses carrières, 37.

Ngok-si. — Voy. Ministre décollé.

Ngok-ouang. T. I, fils d'un ministre injustement décollé — Son tombeau, 380.

Ngok-si-sau-uun-tsi. (Maison de campagne de Ngok-si). T. I, Son ancienneté, 342 — Son origine, 342.

Ngok-so-han-kun. — Voy. ministre décollé.

Nids d'oiseaux. Voici ce qu'on lit, à cet égard, dans l'Histoire générale de la Chine par Mailla, t. 13, p. 650 :

« Ils viennent des rochers qui bordent les mers du Tong-king, de Java, de la Cochinchine, &c. Ce sont ceux que se fabriquent certains oiseaux dont le plumage ressemble beaucoup à celui de nos hirondelles ; leur manière de construire, est aussi à peu près la même, excepté que les nids des premiers sont formés de petits poissons qu'ils savent lier l'un à l'autre par l'écume de la mer. On les détache aussitôt que les petits ont pris leur essor ; car ce n'est point à l'oiseau qu'on en veut, c'est à son nid. On remplit des barques entières de cette denrée, qui devient une branche de commerce intéressante pour ces cantons. La propriété de ce singulier comestible est de relever agréablement le goût des viandes qu'on lui associe. »

Les Chinois pensent de plus que ces nids d'oiseaux sont un stimulant en amour & dans cette persuasion, il en est qui donnent la valeur de cent louis de France pour vingt-cinq livres pesant de ces nids d'oiseaux.

L'auteur lui-même en a vendu à Canton jusqu'à environ six louis de France le cati, ou vingt onces françaises, poids de marc.

On en apporte en Hollande. Note de l'éditeur. = T. I, 17.

Nieuhoff (Jean). T. I, Maître-d'hôtel de l'ambassade de la Compagnie hollandaise vers l'empereur de la Chine en 1655 & 1656, en publie la relation, 165 — Sa relation est publiée en plusieurs langues, 165 — Observations relatives à cet ouvrage, 165. = T. II, Dessin qu'il donne de certain rocher, 170 — Dessin qu'il donne d'un temple de la déesse Coun-yam, 179.

Ning-po. T. II, Autrefois les Chinois admettaient les Européens dans ce port, 218.

Nipou. T. I, Description, 413.

Noel (jour de) des Chinois Ou-tong. T. I, 94 — Ils le célèbrent avec éclat, 94.

Nourriture. T. I, Celle des habitants des provinces de Chan-tong, de Tchi-li & de provinces plus occidentales, 326.

Numéraire. T. II, Causes & inconvénients de sa rareté à la Chine 33, 336.

O

Offrandes religieuses. T. II, 8.

Oie sauvage. T. I, 304.

Oiseaux. T. I, xxxvj — Faisant la pêche, 39, 406 — Hérons, 424. = T. II Hérons, 23, 24, 83, 92 — Oiseaux, 28, 147 — Alouette, 39 — Grues, 48 — Martinets, 211, 248.

Ong-uun. T. I, Maison de plaisance de l'empereur, 320 — Quelques traits descriptifs, 320.

On-tcha-tsu. Chef de la justice dans une province. = T. I, À Canton, 1, 12 — Assiste à l'audience du tsong-tou, 16 — On-tcha-tsu chargé de procurer des logements à l'ambassade, 94, 98 — Honneurs rendus à l'ambassade par des on-tcha-tsu, 95, 121, 349, 350.

Opium. T. II, Les Chinois en font usage, 298 — Il n'agit pas sur les Chinois comme sur les Malais, 298, 299.

Or. T. I, Vases d'or employés au sacrifice de l'empereur dans le temple de Ciel, 194 — Plats d'or dans lesquels l'empereur est servi, 256.

Oranges. T. I, L'empereur en donne en présents, 169.

Orangers. T. I, 371 — Verger rempli d'orangers, 422.

Orge. T. I, On le cultive, 396. = T. II, 6, 49.

Os. T. I, D'animaux, on les brûle, & leurs cendres sont mises dans les terres à riz, 328.

Ouait-ho. T. I, L'un des Dieux de la Chine, 316.

Ouang-cong. T. I, Un logement de l'empereur, 368.

Ouang-ming-sau-tcheou. T. I, Divinité chinoise, 389.

Ouang-tsi. T. I, pagode, 377.

P

Pao-chan-hong. T, I. pagode. 377.

Pao-eng-tsauy-thung (village). T. I, Promenade que fait l'auteur dans le voisinage, 48.

Pagode. — Voy. Hauy-tsong-tsi. T. I, 15, 36, 58, 9, 61, 64, 75, 76, 78, 84, 131, 250, 274, 306, 318, 358, 362, 371, 401, 404, 412 — Mauvais état de plusieurs, 123, 127 — Des dix milles idoles, 209 — De Yuen-ming-yuen, 224 — En ruines, 280. = T. II, 7, 13, 92, 137, 161, 174, 327.

Pak-ka-tchu. = T. II, Sa description, 90.

Palais impérial de Pe-king, T. I, 141, 142, 147 — A un étang dans son enceinte 143 — Médiocrité de quelques appartements, 144, 160, 164 — N'est pas tel que les missionnaires l'ont dépeint, 145 — Les six grands tribunaux de l'État sont dans son enceinte, 147, 148, 167 — Beauté extérieure de plusieurs de ses édifices, 148, 152, 165 — Traversé par un canal tortueux, 148, 166 — Ses issues & ses places pavées de pierres de taille, 148, 174 — A des endroits mal bâtis & sales, 148, 152 — Ses portes, 149, 164, 166, 174 — Ses places, 149, 164, 166, 174 — L'intérieur des édifices ne répond pas à l'extérieur, 152 — L'une des routes par lesquelles l'auteur y est conduit, 163 — Temple des ancêtres de l'empereur, 164 — Édifices sur la place du midi, 164 — Ses peintures & ses dorures, 165 — Ancienneté de la place du midi, 165 — Ses édifices, 166, 167 — Beauté & utilité des bâtiments qui en surmontent les portes, 167 — Détails sur les parties intérieures du point où est la résidence personnelle de l'empereur, 167 — Description d'une partie de la résidence intérieure de l'empereur, 171 — Des femmes y regardent les ambassadeurs, 172 — Appartement où sont beaucoup de cloches européennes, 172 — Appartement où sont beaucoup de magnifiques choses, 172 — Son théâtre, 172 — Nombre de salons qu'il renferme pour les réceptions publiques 172 — Médiocrité de certains bâtiments, 173 — Beaux édifices placés sur une élévation, 174, 175 — Beauté de l'escalier qui y conduit, 174 — Galerie d'après le goût chinois, 175 — Jardin qu'on y voit, 175 — Vue étendue dont on jouit dans un point, 175 — Salon appelé Pau-au-tien, 195 — Décoration de ce salon, 175 — Instruments de musique placés dans une galerie extérieure, 176 — Description de la place du Midi & de ses édifices, 192 — Description de deux cadrans de la place du Midi, 193 — Canal dans le palais, 195 — Salon de Tza-quon-cok, 203 — Jardin, 204 — Beaux pavillons, 208.

Palanquin. C'est, à proprement parler, une chaise à porteur européenne, excepté que les bras du palanquin sont plus longs & élastiques, & qu'il est porté sur les épaules. Il y en a de découverts & d'autres qui sont plus ou moins richement peints & vernissés, selon l'usage & la personne à laquelle on les destine.

On combine les bâtons ou brancards de manière à multiplier les porteurs, plus encore par luxe ou pour marquer le rang que par une véritable utilité. On emploie depuis deux jusqu'à huit porteurs. L'empereur en a cependant jusqu'à trente-deux. Note de l'éditeur.= T. I, 49, 51, 71, 75, 112, 117, 119 — Celui de l'empereur 143, 194, 197, 214, 218 — On s'en sert rarement à Pe-king, 200 — Distinction dans leur couleur, 290.

Pamplemousses. T. I, L'empereur envoie de ce fruit en présent, 173.

Panche. T. I, Étoffe de soie mince, 205, 279.

Panier. T. II, Pour transporter de l'huile, 157.

Paon (plumes de). T. I, Sont une décoration pour les bonnets de certains mandarins, 160.

Paonkéqua. T. I, L'un des négociants cohangistes, 8, 10, 15 — Procure à l'auteur vingt dessins de Yuen-ming-yuen, 243.

Papier. T. I, On en brûle en honneur des idoles, 64. = T. II, Pour transporter de l'huile, 157.

Parfums. T. I, 176, 210.

1   ...   68   69   70   71   72   73   74   75   ...   78

similaire:

A. E. Van Braam houckgeest iconOdile, R. C. M. Van ditzhuijzen

A. E. Van Braam houckgeest iconCatalogus van de bibliotheek

A. E. Van Braam houckgeest iconBarent coenders van helpen

A. E. Van Braam houckgeest icon14. 10. 03 Digestif / Dr Van…/ pathologies hépatiques / 1

A. E. Van Braam houckgeest iconChrysler Building, William Van Alen

A. E. Van Braam houckgeest iconGodelieve Van Overmeire the ummo fraud

A. E. Van Braam houckgeest iconMai Van Hien, un artiste au maquis

A. E. Van Braam houckgeest iconG. Dow, Poussin, C. van Sichem, Spranger, Titien

A. E. Van Braam houckgeest iconBruut pas de couleur à l'affiche pour la collection de Ruud van Oosterhout...

A. E. Van Braam houckgeest icon1* aa (Peter van der). Carte du gouvernement de Languedoc. Leide,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com