A. E. Van Braam houckgeest








télécharger 3.11 Mb.
titreA. E. Van Braam houckgeest
page77/78
date de publication02.07.2017
taille3.11 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   70   71   72   73   74   75   76   77   78

IX. Histoire Naturelle.

— Poissons, crustacés.

Deux volumes contenant quatre-vingts dessins, d'un pied de long sur environ neuf pouces de haut, où sont peints & coloriés, d'après nature, des poissons de mer & d'eau douce, des serpents de mer & des anguilles, des écrevisses & des chevrettes ; la raie, le maquereau, le balaou à la marche rapide, le vorace requin, &c. &c.

C'est dans ces deux volumes qu'on peut prendre une idée exacte de l'avantage qu'ont les peintres chinois dans l'usage de l'or & de l'argent. Ce dernier métal surtout, employé dans la peinture des écailles du poisson, donne une vérité précieuse aux traits du pinceau, & c'est ne rien exagérer que de dire que ces animaux semblent vivants sur le papier, où l'artiste les a retracés avec un soin qui a conservé tous les traits, toute la délicatesse du modèle.

— Oiseaux.

Un volume formé par cinquante dessins de quinze pouces & demi de longueur sur quatorze pouces de hauteur.

Ces dessins remplis par des oiseaux dessinés & coloriés d'après nature, offrent des tableaux délicieux. Le peintre s'est complu dans la représentation de ces charmantes créatures, dont les formes, plus ou moins variées, plus ou moins élégantes, sont toutes embellies par une robe où la nature étale les nuances les plus éclatantes, combinées avec un goût qui n'appartient qu'à son seul pinceau.

En contemplant cette partie ornithologique de la collection, en considérant ces intéressants animaux qui semblent respirer, on remarque encore l'art avec lequel le peintre a su les placer sur les différentes plantes que chaque espèce affectionne d'avantage, & dans des attitudes qui ont aussi leur élégance. On jouit ainsi doublement en apprenant quelque chose de leur caractère, de leurs mœurs ; & l'oiseau aquatique offre quelquefois des traits qu'on saisit d'autant plus aisément, qu'on le trouve associé, dans le même tableau, à un oiseau terrestre ; que deux plantes différentes tranchent d'avantage pour l'œil par leur rapprochement, & qu'elles contrastent agréablement avec la portion d'eau qui marque l'inclination de l'animal capable d'exister sur deux éléments.

Lorsque dans la même espèce, le mâle & la femelle ont des traits ou des formes différentes, ces traits, ces formes ont été saisis & exprimés.

C'est dans cette branche de la collection que l'on ne se lasse pas d'admirer le talent d'employer les belles couleurs qui semblent appartenir à l'Asie, & elle est d'autant plus précieuse, que par les plantes, les fleurs & les fruits qu'on a mis en rapport avec les oiseaux, elle est réellement un supplément précieux pour les autres volumes consacrés au règne végétal.

On aime à y trouver plusieurs oiseaux des autres climats, & qui appartiennent aussi à l'une des trois parties du globe, & quelquefois même à toutes.

— Insectes, reptiles, crustacés.

Un volume contenant quarante-six dessins d'environ un pied de long sur neuf pouces de haut, où sont peints & coloriés d'après nature, des insectes, des reptiles, des crustacées, &c. on peut y observer nommément l'abeille, la guêpe ; plusieurs espèces de demoiselles, des cigales, des sauterelles, des ravets ou ravers, des araignées, des mouches variées, de nombreux scarabées, le cloporte, la bête-à-mille-pieds, de superbes papillons, de belles chenilles, le limaçon, le crapaud, la grenouille, le crabe, le tourlourou, l'anolis, le mabouya, le petit lézard, la vipère, &c.

La fidélité avec laquelle chaque chose est peinte, même dans les détails les plus minutieux, les belles couleurs qui embellissent ces divers animaux & qui semblent encore plus brillantes dans les papillons, sont faites pour charmer le naturaliste.

— Fleurs.

Trois volumes contenant cent quarante-huit dessins de fleurs, destinées & coloriées d'après nature. Dans ces trois volumes, & principalement dans l'un d'eux qui contient cinquante-huit dessins, chaque fleur est vue sur un morceau de la plante, de l'arbuste ou de l'arbre auquel elle appartient, de manière qu'on peut juger de la nuance & du caractère de l'écorce, de la nature des feuilles, de toutes les parties de la floraison, & quelquefois même de celles de la fructification.

Au nombre de ces fleurs, dont le plus grand nombre sont communes aux autres parties du monde, on trouve l'immortelle, le pavot, différentes roses, le narcisse, le tournesol, le lilas, divers œillets, l'oreille d'ours, la grenadille, la belsamine, la tubereuse, la belle-de-nuit, la fleur de l'apocin, du tabac, du cotonnier, de l'oranger, du ricin, plusieurs sortes de jasmins, &c.

Il serait impossible d'exprimer avec quelle vérité ces fleurs sont peintes. Le talent des Chinois pour ce genre est connu, & on lui paye un hommage bien mérité en voyant ce qu'il a su produire dans cette collection. L'œil est aussi séduit qu'il puisse l'être par une imitation qui reproduit toutes les grâces, toute la délicatesse de l'original.

Chaque dessin a quinze pouces de haut sur un pied de large.

— Fruits.

Un volume où sont quarante-huit dessins de quatorze pouces de haut sur onze pouces de large, offrant autant de fruits, presque toujours placés sur un morceau de branche & accompagnés de feuilles, & quelquefois même de fleurs.

La pomme, la poire, le raisin, la pêche, la prune, la grenade, le li-tchi, la pomme rose, le melon, la pamplemousse ou chaddec, la noix, la carambole, l'orange, la banane, &c. &c., sont au rang des productions mises dans ce volume, & le juste éloge donné aux fleurs est également dû à la peinture de ces fruits.

— Plantes, arbres, arbustes.

Un volume renfermant trente-six dessins de quinze pouces & demi de long sur treize pouces de haut.

Ce sont autant d'arbustes maintenus dans l'état de nain. Ils ressemblent à de petits vieillards qui uniraient des caractères de jeunesse & de fraîcheur à ceux de l'âge avancé. Cette classe de végétaux où l'homme a bizarrement rassemblé les deux extrêmes, sont très estimés à la Chine où on les cultive avec grand soin dans les cours & dans les jardins.

Ces arbustes sont peints & coloriés d'après nature, & on les voit dans leur entier ; de manière qu'on peut juger de leur port, de leur feuillage & en prendre une idée très exacte. L'on a choisi pour cette partie de la collection, les objets de ce genre que les Chinois chérissent le plus.

Vérité dans l'imitation, emploi brillant des couleurs, beauté du dessin, tout y est réuni ; & pour donner à ces tableaux une grâce nouvelle, le peintre a placé chaque plante dans une espèce de vase dont la forme est toujours élégante, quoiqu'elle varie continuellement, ainsi que les teintes qu'il a choisies, soit pour les marier, soit pour les faire contraster heureusement avec celles de la plante même ; en un mot, un goût exquis a présidé à la totalité de ce travail.

Indépendamment de ces trente-huit volumes, contenant environ dix-huit cents dessins, que je viens de mentionner & de désigner sous le titre de Collection de dessins chinois de M. Van Braam ; indépendamment de plusieurs cartes & plans, (dont quelques-uns sont relatifs à l'ouvrage actuel, ainsi que des dessins qui ne sont pas renfermés dans les trente-huit volumes déjà énumérés), M. Van Braam a apporté un nombre très considérable d'autres choses curieuses qui sont destinées à faire l'ornement de sa maison, de ses appartements, & dont la nature & le goût sont combinés avec leur destination.

Parmi ces objets, je crois devoir en spécifier particulièrement quatre.

L'un est un vase de cristal de roche appuyé sur un tronc d'arbre & embelli par une guirlande de fleurs. Ce vase, qui a huit pouces de hauteur & treize pouces de circonférence à son milieu ne forme qu'un seul morceau avec tous ses accessoires. Une pièce aussi belle & que ses seules dimensions rendraient rare, mérite encore d'être admirée pour son travail extérieur qui est réellement fini, & pour celui qu'aura exigé le soin de creuser le vase & d'en polir l'intérieur.

Le second consiste dans deux tableaux de trois pieds de long sur deux pieds de haut, dans chacun desquels, sur un arbre de bois de santal brun, orné de branches, de feuilles & de fleurs de différents genres, artistement nuancées, sont cinquante oiseaux formant vingt-cinq couples, tous d'ivoire & coloriés d'après nature.

Le goût a si heureusement présidé à la composition de ces tableaux, que l'œil y saisit, sans effort, le mâle & la femelle de chaque espèce, & que les divers plumages ont été un moyen de plus d'aider l'aspect total, & de donner à chaque partie un agrément qui lui est propre. L'avantage qu'on pouvait tirer des attitudes n'a point été négligé, & elles servent aussi à marquer quelque chose du caractère particulier des divers oiseaux dont ce délicieux ensemble est formé.

Le troisième est un surtout de table exécuté à la Chine, d'après les idées de M. Van Braam : il est composé de dix-sept pièces détachées.

Celle du milieu, de trente-six pouces de haut avec une base à huit pans de vingt-huit pouces de long sur vingt-deux pouces de large, est travaillée à la chinoise ; c'est-à-dire, qu'elle représente des rocs parmi lesquels sont des pagodes, des figures humaines, des ponts, des arbres, des fruits, des fleurs, des quadrupèdes, des oiseaux, des insectes, &c. La majeure partie de ces objets sont d'argent diversement coloré & en filigrane, tandis que les fleurs & les fruits, sont de corail, d'ambre ou d'autres substances également rares, ou même de pierres précieuses. À cet ensemble, tout à la fois pittoresque, noble & élégant, sont mêlés des bassins ou des ruisseaux où l'on voit des poissons ou des crustacées d'une foule d'espèces dont l'éclat frappe les regards.

Les deux autres pièces principales ou bouts de table, qui ont chacune vingt-six pouces de hauteur, avec une base octogone de vingt-deux pouces de longueur, sur dix-huit pouces de largeur, correspondent en beauté & en richesse à la pièce du milieu, comme elles lui sont analogues par le genre de leur combinaison.

Toutes les trois étalent une sorte de magnificence par la nature des objets qui y sont réunis. La vue est attirée par tous ; & lorsqu'après avoir erré longtemps d'un point à un autre, ravie par tant de diversité, elle commence à pouvoir démêler chaque genre de choses employé dans ces superbes morceaux, elle est encore longtemps incertaine entre leurs diverses parties avant d'arriver à l'époque où ses jouissances sont renouvelées, presqu'à chaque instant, par l'examen détaillé de chaque pagode, de chaque figure, de chaque arbre, de chaque animal, qui semble solliciter une préférence que le reste dispute continuellement.

Huit autres pièces offrent autant d'arbres à fleurs ou à fruits, environnés de plantes qui ajoutent à leur effet par des harmonies ou des contraires également heureux. L'or & l'argent de couleur, un travail en filigrane, l'ambre, le corail & les pierres précieuses qui les décorent & qui embellissent leurs différentes parties, ajoutent encore au plaisir des yeux. Ils procurent en même temps des plats destinés à recevoir des entremets, & l'élégance seule du vase semble devoir inviter à goûter de ces derniers.

Enfin six autres pièces qui procurent autant de flambeaux, autour desquels des arbres, des fruits, des fleurs & des animaux sont placés comme pour que l'éclat des bougies fasse mieux ressortir & leurs formes gracieuses ou singulières & le génie avec lequel l'ouvrier chinois a su caractériser chaque chose, complètent ce que le curieux ne peut se lasser d'admirer.

Je sens qu'il est aisé, lorsqu'on n'a pas vu ce surtout digne d'embellir la fête la plus célèbre, de croire que quelque complaisance dirige la plume qui le décrit ; mais quiconque l'aura contemplé avec l'attention qu'il exige, reprochera à cette plume d'avoir affaibli l'impression qu'elle a entrepris de reproduire.

Le quatrième objet dont j'ai à parler, est une collection de plus de cent figures ou autres pièces, toutes de bamboux, qui montrent jusqu'à quel point la sculpture est parvenue à la Chine, & quel degré de perfection une main chinoise peut atteindre dans un travail aussi délicat.

Puisque j'ai parlé de deux des tableaux de M. Van Braam, je dois ajouter que dans sa collection en ce genre, il a aussi beaucoup de copies faites par des peintres chinois, soit en miniature, soit à l'huile, & exécutées sur toile, sur glace ou sur ivoire, de plusieurs sujets originairement peints en Europe & particulièrement en France. Ces copies ont dans l'éclat des couleurs & dans les accessoires empruntés de la Chine, surtout quant au règne végétal, un mérite qui leur est propre.

Enfin, meubles, ornements, tout, chez M. Van Braam, rappelle la Chine ; & le domaine qu'il a acheté pour y faire son habitation à six lieues de Philadelphie, & à une lieue de Bristol, & qu'il prend plaisir à embellir dans le genre du pays dont il sort, méritera, à plus d'un titre, le nom de Retraite chinoise qu'il lui a donné.

L'éditeur.

@

RELATION ABRÉGÉE

du voyage que l'auteur a fait de la Chine aux États-Unis d'Amérique

@

p2.347 Ayant arrêté de partir pour l'Europe dans l'arrière saison de cette année, je m'occupais, en attendant le retour des navires hollandais, à régler mes affaires personnelles & à mettre en ordre les divers résultats de ce que mon désir de m'instruire m'avait porté à recueillir sur la Chine. Mais la face des affaires politiques ayant assez changé en Europe pour que les Pays-Bas soient tombés au pouvoir des Français, & étant très probable, d'après cet événement, que la Hollande se trouvera en guerre avec l'Angleterre, la haute régence des Indes a décidé de suspendre l'expédition des vaisseaux pour la Chine, & de les retenir à Batavia, d'où ils étaient prêts à partir.

Ce changement inopiné m'a donc mis dans la nécessité de chercher un autre moyen d'effectuer mon départ. Alors j'ai recouru à l'assistance des Américains, mes amis & mes compatriotes, puisque je suis naturalisé depuis 1784, citoyen des États-Unis d'Amérique, & p2.348 tout a réussi au gré de mes désirs, grâces aux soins de M. R. Dale, capitaine, & de MM. William Read & P. Maccall, subrécargues du navire de Philadelphie le Pegou.

Ils ont eu la complaisance d'acheter, en leur nom, un petit navire anglais d'environ deux cents tonneaux, & qui était doublé en cuivre. Il est convenu qu'à notre arrivée aux États-Unis, ce bâtiment, ainsi que tous les frais & tous les droits qu'il aura à faire ou à acquitter, seront pour mon compte ; que dès ce moment on me cède une partie du navire pour mon bagage, & que la chambre du capitaine est entièrement à ma disposition, & que j'aurai dans tout le voyage la libre direction du vaisseau. Un frère utérin du capitaine Dale, nommé James Cooper, a été choisi pour être capitaine de ce navire appelé Lady Louise. Son équipage est composé de treize Français, la plupart prisonniers amenés par des navires anglais particuliers à Canton, & de cinq Chinois.

De plus, j'ai pris, comme premier officier, Herbert Forrester, reconnu dans les Indes pour un marin très expert.

*

15 octobre.

Devenu ainsi possesseur du navire, on s'est occupé, le 15 octobre, à tout préparer pour mettre à la voile le mois suivant. Mais cela n'a pas été possible pour plusieurs raisons, dont la principale était les délais du hou-pou relativement à l'embarquement de mon bagage, ce qui me retarda de plus de quinze jours.

Novembre.

p2.349 En le prévenant de mon départ, je lui avais dit que j'espérais, en qualité de second de l'ambassade hollandaise vers l'empereur, que mes effets seraient exempts de droit de sortie. Cette faveur me fut gracieusement accordée par lui, ainsi que par le fou-yuen, le pau-tchin-tsu, & l'on-tcha-tsu. Mais il fallait encore le consentement du tsong-tou qui se trouvait absent, par l'effet d'un ordre de l'empereur qui l'avait dépêché vers la province de Fo-kien, afin d'y calmer une émotion populaire. On lui dépêcha donc un courrier porteur de ma demande & sa réponse fut favorable. Le hou-pou m'en fit instruire sur-le-champ en ajoutant que mes effets pourraient être expédiés le lendemain.

1   ...   70   71   72   73   74   75   76   77   78

similaire:

A. E. Van Braam houckgeest iconOdile, R. C. M. Van ditzhuijzen

A. E. Van Braam houckgeest iconCatalogus van de bibliotheek

A. E. Van Braam houckgeest iconBarent coenders van helpen

A. E. Van Braam houckgeest icon14. 10. 03 Digestif / Dr Van…/ pathologies hépatiques / 1

A. E. Van Braam houckgeest iconChrysler Building, William Van Alen

A. E. Van Braam houckgeest iconGodelieve Van Overmeire the ummo fraud

A. E. Van Braam houckgeest iconMai Van Hien, un artiste au maquis

A. E. Van Braam houckgeest iconG. Dow, Poussin, C. van Sichem, Spranger, Titien

A. E. Van Braam houckgeest iconBruut pas de couleur à l'affiche pour la collection de Ruud van Oosterhout...

A. E. Van Braam houckgeest icon1* aa (Peter van der). Carte du gouvernement de Languedoc. Leide,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com